• De retour à Bordeaux après mon naufrage parisien, les décos de Noël dans les rues de la ville me donnent le cafard. Noël approche, le jour de l’an aussi. Je pressens que je vais les passer loin de Jérém, c’est-à-dire seul.
    En vrai, je ne serai pas seul. Je vais passer les fêtes à Toulouse, et ça me fait du bien de penser que l’ambiance à la maison est enfin rassérénée. Mais je sais que même avec mille personnes autour de moi, je me sentirais seul.

    « Non, Ulysse n’est pas un Dieu. Ulysse c’est un Homme, lui. »

    Ce sont les mots de Jérém. Simples, directs, violents. Ce sont des mots qui décrivent hélas une réalité factuelle. Il n’y a que la vérité qui blesse autant.
    Le pire c’est que je partage ce ressenti au sujet d’Ulysse, je le partage pleinement. Depuis qu’elle a glissé entre les lèvres de Jérém, cette expression, « un Homme », ne cesse de résonner dans ma tête. Parce qu’elle décrit un besoin profond, son besoin d’être rassuré, de se sentir compris, entouré.
    Jérém a raison, j’ai tout le temps besoin d’être rassuré. Est-ce que je ne me fais assez confiance pour lui faire confiance ? Est-ce que je m’aime assez pour pouvoir l’aimer ?
    Au fond, ce n’est même pas cette attirance pour Ulysse qui m’inquiète le plus. C’est plutôt la prise de conscience du fait que je ne sais pas combler ce besoin de sécurité, de stabilité, de bien être dont Jérém a besoin. Ce qui m’inquiète dans la fascination de Jérém pour Ulysse c’est le fait qu’elle pointe précisément ce qui fait que c’est si compliqué entre Jérém et moi.
    Il est probable que pour tout un tas de raisons Ulysse soit inaccessible à Jérém. Mais ce qui est certain, c’est que c’est bien d’un gars plus âgé, plus mûr, plus rassurant que moi dont il est en quête depuis toujours. Et le jour où il aura trouvé ce gars, il sera heureux. Le jour où il aura trouvé ce gars, il m’oubliera.
    Je voudrais être cet Homme. Mais à l’évidence, je ne le suis pas. Et j’ai bien peur que je ne le serai jamais.

    Le hasard des choses fait qu’à peine deux jours après mon retour à Bordeaux, Ruben m’appelle pour prendre des nouvelles. Je suis étonné par sa démarche. Mais ça me fait plaisir. Nous discutons pendant un petit moment au téléphone. Et pourtant, au fond de moi je ressens un malaise. Car, même si j’ai été honnête avec lui en le quittant, je ne suis pas à l’aise vis-à-vis de la façon dont les choses se sont passées entre nous. Je ne regrette pas de l’avoir quitté pour aller vivre ce que j’avais à vivre avec Jérém. Même si cela m’a conduit à une nouvelle rupture. Mais je sais que je l’ai fait souffrir. Aujourd’hui il a l’air d’aller mieux, et ça me fait plaisir.
    J’essaie de lui donner le change, mais le petit Poitevin  capte assez vite que je ne suis pas bien.
    « Je te sens bizarre, Nico. Ça ne va pas ?
    —    Si, si, ça va.
    —    Pas à moi, je te connais un peu. Qu’est-ce qu’il se passe ?
    —    Je ne vais pas te saouler avec mes histoires.
    —    Ça s’est mal passé avec ton rugbyman parisien ?
    —    Je n’ai pas vraiment envie d’en parler. Et je ne pense pas que tu as envie d’entendre tout ça.
    —    Si ça te fait du bien, tu peux m’en parler. Même si on n’est plus ensemble, je pense qu’on peut être potes, non ? »
    Ce garçon est vraiment adorable. Une partie de moi se dit que j’ai certainement raté quelque chose en le quittant. Notre complicité, nos conversations, son côté assumé, sa façon de vivre sa différence sereinement, tout ça me manque. Je me sentais bien avec lui, il m’apaisait. Et au fond de moi, l’idée de retrouver cet état d’esprit, même en n’étant que potes à l’avenir, me ravit.
    « Je crois que oui… je finis par lâcher.
    —    Ça te dit de venir dîner demain soir ?
    —    T’es sûr ?
    —    Si je te le dis…
    —    Alors, d’accord ! »
    Je sais que je ne tenterai rien avec lui. Déjà, je n’ai pas la tête à ça. Je suis encore sonné par la façon dont ça s’est terminé entre Jérém et moi. Et puis, ce ne serait pas correct par rapport à Ruben. Je ne veux pas lui faire jouer à nouveau les remplaçants.
    De toute façon, même si j’ai senti Ruben serein, aimable, j’ai aussi senti une certaine distance entre nous. « Même si on n’est plus ensemble ». Voilà, le cadre est posé pour notre éventuelle future relation. Elle sera amicale. Non, je ne tenterai rien avec Ruben. Car je risquerais certainement de me faire jeter. Je ne veux pas gâcher cette nouvelle main tendue, je ne veux pas gâcher cette amitié qui m’est proposée et qui est probablement ce dont j’ai le plus besoin en ce moment.
    Non, je ne lui parlerai pas de Jérém. On a des tas d’autres sujets de conversation. Ça me changera les idées.

    Ça fait plus de deux mois que je n’ai pas revu Ruben. Et je le trouve toujours aussi mignon, et même plus qu’avant. Sa bonne bouille me fait toujours autant d’effet, car elle dégage quelque chose d’enfantin et de touchant qui me fait vibrer.
    Ce soir, Ruben s’est mis sur son 31, et il a même changé quelque chose dans son brushing. Il a raccourci les cheveux, ça le rend encore plus craquant. Il a l’air en forme, et même plus assuré. Il a l’air d’avoir surmonté la déception de notre séparation. S’il le faut, il est passé à autre chose. S’il le faut, il a quelqu’un d’autre. Enfin, je ne crois pas. S’il avait quelqu’un, je doute fort qu’il inviterait son ex à dîner et qu’il ne se mettrait sur son 31 pour le recevoir, j’imagine. En tout cas, pour avoir l’idée de m’inviter à dîner après ma façon de le laisser tomber pour revenir vers Jérém, il n’est pas rancunier.
    Ruben me fait la bise et ça me fait bizarre. Je sais que nous ne sommes plus ensemble et qu’on est partis  pour être potes, mais c’est étrange de se faire la bise alors qu’un jour on s’est embrassés sur la bouche et qu’on a fait l’amour. L’amitié avec un ex a besoin d’un temps pour s’installer et apparaître « normale ».
    Maintenant que je ne suis plus son « chaton », maintenant qu’il m’est inaccessible, je me surprends à le trouver encore plus désirable qu’avant. Je repense à nos nuits d’amour, à nos caresses, à nos baisers, à sa tendresse, à sa douceur. Finalement, une partie de moi regrette de ne plus être son chaton.
    Mais la soirée ne se déroule pas vraiment comment je l’avais imaginée. A l’apéro, je trouve Ruben accueillant, avenant même, mais toujours un peu distant. Vers la fin de l’entrée, au fur et à mesure que je lui parle de ma réconciliation avec mon père (sans évidemment lui parler du rôle qu’a joué Jérém là-dedans), je le sens se décrisper. Pendant le plat principal, je sens que l’alchimie revient peu à peu entre nous. Et au moment du dessert, je sens que Ruben a envie de m’embrasser. J’en ai envie aussi, mais je ne sais pas si c’est une bonne idée. En fait, je suis toujours persuadé que ce n’en est assurément pas une. Je ne veux pas me servir une fois de plus de lui et de son amour pour panser les plaies laissées par mon histoire avec Jérém. Ce ne serait pas juste, ce ne serait pas honnête de ma part.
    Et pourtant, j’en envie, j’ai envie de sentir à nouveau son amour, son regard empli d’admiration, de désir. J’ai envie de me retrouver dans ses bras, et j’ai envie de le serrer dans les miens.

    Pour éviter de céder à la tentation, j’invente un bobard pour rentrer chez moi. Il n’est que 22 heures, Ruben a l’air déçu. Mais c’est mieux ainsi. A quoi ça rimerait de remettre ça ?
    Je suis sur le point d’ouvrir la porte d’entrée pour quitter l’appart, lorsque je sens la main de Ruben saisir mon avant-bras.
    « Tu es sûr que tu ne veux pas rester un peu plus ?
    —    Je ne crois pas que ce serait une bonne idée.
    —    Et moi je crois que si… »
    Et là, le petit mec me colle contre le mur et m’embrasse comme un fou.
    « Ça, c’est pas un truc de potes… je lui glisse, à la fois enchanté et troublé par ce qui est en train de se passer.
    —    Pas du tout… et ça non plus, il me chuchote, tout en m’embrassant de plus en plus fougueusement.
    —    Je n’arrive pas à croire que je suis en train de faire ça… mais j’en ai trop envie !
    —    Tu es trop mignon, Ruben…
    —    Tu m’as manqué, Nico !
    —    Toi aussi ! »

    Le petit Poitevin enlève mon pull et mon t-shirt. Sa bouche, sa langue et ses doigts partent à l’assaut de mes tétons. Il se souvient parfaitement de la géographie de mon plaisir, et il navigue entre mes points érogènes avec une précision redoutable. Ses mains frémissantes défont ma ceinture, ma braguette, descendent mon pantalon et mon boxer. Ruben me passe une capote et nous faisons l’amour. Nous nous donnons du plaisir tout en nous protégeant. Nous nous aimons.

    Ruben s’endort dans mes bras. Je sens que j’ai retrouvé le contact avec lui et ça me met du baume au cœur.
    « Tu m’as trop manqué Nico ».
    Qu’est-ce que ça fait du bien d’entendre ces mots ! Et pourtant, ils ravivent des souvenirs difficiles. Car ce sont les mêmes mots que j’ai entendus de la bouche de Jérém en arrivant à Paris quelques jours plus tôt. Je lui avais manqué, à lui aussi. Mais ça ne l’a pas empêché de m’éloigner une fois de plus.

    « Et, alors, c’est fini avec ton rugbyman ? » me questionne Ruben autour du café du matin.
    Et zut pour ma résolution de ne pas parler de Jérém. Tout comme pour celle de ne pas recoucher avec lui.
    « Je crois que oui.
    —    Qu’est-ce qui s’est passé ?
    —    Apparemment, il en pince pour l’un de ses coéquipiers…
    —    Et il se passe quelque chose entre eux ?
    —    Je ne crois pas. Enfin, je ne sais pas. A vrai dire, ça ne m’intéresse pas.
    —    Et tu es toujours amoureux de lui ? »
    J’ai envie de crier que j’ai laissé à Paris mon cœur, mes tripes, mon âme, mon bonheur passé et à venir, ma capacité à aimer tout entière, et que le Nico qu’il a devant les yeux n’est qu’une coquille vide. Mais je n’ai pas envie de lui donner tous ces détails, et il n’a pas besoin de les entendre.
    « Il a été mon premier, et dans une certaine manière, j’ai été son vrai premier. Je crois qu’il y a un lien particulier entre lui et moi.
    —    Il paraît qu’on n’oublie jamais un premier amour. Tu as été mon premier…
    —    Je sais, Ruben.
    —    Et qu’est-ce qui va se passer si un jour le beau rugbyman se repointe pour t’amener refaire un tour dans sa vie ?
    —    Je suis fatigué de faire des tours, je suis sonné même. »
    C’est vrai, avec Jérém ce sont des tours de piste étincelants, se terminant à chaque fois par des séparations douloureuses.
    Quand on regarde bien, chacune possède sa raison propre. Il y a eu une séparation causée par le fait que Jérém ne s’assumait pas en tant que gay, et parce qu’il ne se sentait pas digne d’être aimé. Il y en a eu une autre causée par la difficulté d’avoir une relation à distance, par la crainte d’éveiller les soupçons chez ses coéquipiers. Une autre encore, causée par sa perte de confiance après son renvoi de sa première équipe. Et maintenant, c’est l’attirance tout autant sensuelle que spirituelle qu’il ressent pour Ulysse, son besoin de la présence d’un Homme dans sa vie, qui nous a éloignés.
    Cette dernière séparation m’aide à mieux cerner le personnage de Jérém dans sa complexité et son mal être. Un mal-être dont je ne pourrais probablement jamais venir au bout, quoi que je fasse.
    Cependant, je me suis posé aussi cette question. Est-ce que Jérém reviendra un jour me tendre la main pour me proposer un autre tour de piste ? Est-ce que j’aurais l’énergie pour le suivre, et pour supporter un autre éventuel abandon ?
    « Ruben, je finis par lâcher après un moment de réflexion, je vais être honnête avec toi…
    —    C’est tout ce que je demande !
    —    Je suis quasi persuadé qu’il ne le fera pas, qu’il ne reviendra pas.
    —    Pourquoi tu en es si sûr ?
    —    Il m’a dit qu’il a besoin d’un Homme, et je n’en suis pas un. Pas comme il l’entend lui. Je te l’ai dit, je ne lui suffis pas. Et cette distance n’arrange rien. La distance entre Bordeaux et Paris, la distance entre son monde et le sien, la distance entre ce que je cherche dans une relation avec un gars et ce dont lui a besoin. Mais si je veux être vraiment transparent avec toi, je continue, il faut que je te dise que si un jour il se repointe, et malgré ce que j’ai enduré à cause de lui, je ne suis pas sûr de pouvoir résister.
    —    Ça a le mérite d’être honnête !
    —    Ecoute, Ruben, je ne veux pas te mentir. J’ai beaucoup apprécié notre relation, j’étais bien avec toi. Tu es un gars génial, et je devrais être comblé avec toi. Mais je n’ai jamais pu oublier Jérém. Je m’en suis beaucoup voulu de t’avoir fait du mal, et je ne veux pas recommencer.
    —    Moi aussi j’étais bien avec toi, Nico.
    —    Alors tu proposes quoi ? Tu veux toujours qu’on reste amis ?
    —    Non.
    —    Tu ne veux plus qu’on se voie ?
    —    Non, au contraire. J’ai envie qu’on fasse ce qu’on faisait avant, ce qu’on a fait hier soir et cette nuit. Manger ensemble, discuter, faire l’amour, dormir dans les bras l’un de l’autre. J’ai envie de refaire du vélo avec toi. Moi aussi je suis bien avec toi…
    —    Ecoute, Ruben…
    —    Non, toi, écoute-moi, Nico, il me coupe. J’ai bien compris que tu n’es pas amoureux de moi. Mais peut-être qu’avec le temps, tu apprendras à m’aimer.
    —    Mais je t’aime énormément Ruben, tu es un garçon adorable à tout point de vue. Tu as tout pour qu’un gars soit fou de toi et tu mérites d’être aimé. Mais je crois que je ne suis pas prêt à tomber amoureux à nouveau.
    —    Mais peut-être qu’avec le temps, tu le seras. Je suis prêt à attendre. »
    Ruben me regarde à nouveau avec ses grands yeux pleins d’amour et qui demandent, supplient presque, d’en donner en retour. On dirait un chiot à qui on ne peut refuser un câlin.
    « Je ne peux pas te promettre de te rendre heureux comme tu le mérites. Il y a d’autres gars qui seraient tellement mieux pour toi.
    —    Peut-être. Mais c’est avec toi que j’ai envie d’être. »
    Quand on est amoureux, la personne aimée est notre seul horizon envisageable.
    « J’ai envie de vivre ce que nous avons à vivre, il continue. Je veux juste que tu sois clair avec moi. Ne me fais pas de cachotteries, ne me trompe pas. Si tu dois partir, pars. Quand tu veux. Mais fais-le proprement. Tu promets ?
    —    Je promets ! »
    Ce petit gars m’émeut. Je ne mérite pas un gars si cool, si gentil, si généreux. Mais déjà le petit Poitevin m’embrasse comme un fou.

    Et c’est reparti entre nous deux. Des soirées ensemble, des nuits ensemble, de belles conversations. Le petit Poitevin s’accroche à notre histoire. Il redouble d’efforts et de petites attentions. Peut-être qu’il pense pouvoir conquérir mon cœur et faire en sorte que je tombe amoureux de lui. On dirait moi avec Jérém à l’époque de la rue de la Colombette. Je crois qu’il pense pouvoir me faire oublier Jérém.
    Ce n’est pas le cas. Il ne se passe pas un jour, pas une heure sans que je ne pense à lui. Je n’ai pas de nouvelles depuis mon retour à Bordeaux. Et malgré les efforts de Ruben, il me manque chaque jour un peu plus. Dans trois jours, c’est Noël. Et l’idée de le passer loin de lui me déchire le cœur.
    Le seul petit revers de la médaille du bonheur de ma relation retrouvée avec Ruben, c’est le fait qu’il semble vouloir m’installer de plus en plus vite dans sa vie. Ça ne fait qu’une semaine que nous nous sommes retrouvés lorsqu’il me propose de passer Noël ensemble, dans sa famille, à Poitiers.
    Ça me paraît un brin prématuré. Je ne me sens pas prêt à rencontrer ses parents. Je ne sais pas ce qu’ils savent de notre histoire et de notre première séparation, mais je ne me sens pas à l’aise pour affronter leurs regards, leur accueil, et l’engagement que cela représente.
    De toute façon, j’ai promis à Maman de passer Noël à Toulouse. J’ai envie de revoir Papa après notre réconciliation, j’ai envie de revoir Elodie et sa petite Lucie. J’ai envie de revoir Thibault et Julien. Et j’ai envie de pleurer seul dans ma chambre le soir du réveillon parce que Jérém ne viendra pas me chercher pour passer la nuit à l’hôtel, comme il l’avait fait il y a un an.

    Pour ménager Ruben, je lui ai proposé de passer le réveillon du Nouvel An ensemble à Bordeaux. Je ne m’attendais pas à ce qu’il veuille inviter sa sœur et sa petite famille pour nous rejoindre. C’est moins formel qu’un repas de famille, mais ça reste un pas dans cette direction. Je n’étais pas chaud, mais je n’ai pas eu le cœur de m’y opposer. Je lui devais bien ça, après avoir décliné son invitation pour Noël.
    Mais cette petite concession n’a pas suffi à apaiser sa déception de ne pas fêter Noël avec moi. Une déception entremêlée d’inquiétude. Je sens qu’il se pose des questions. La veille de mon départ pour Toulouse, je le sens vraiment pensif.
    « Je vais juste retrouver ma famille pour les fêtes. Nous nous reverrons dans une semaine, je tente de l’apaiser. Je vais voir ma cousine, sa fille, et quelques potes que je n’ai pas vus depuis longtemps.
    —    Et Jérémie, tu vas le revoir ? il me balance en pleine figure.
    —    Je n’ai aucune nouvelle de lui depuis mon retour à Bordeaux et je n’ai aucune idée d’où il va être à Noël…
    —    Mais sa famille est à Toulouse, non ?
    —    Plutôt dans le Gers.
    —    Et s’il t’appelle ?
    —    Ça ne risque pas…
    —    Mais si ça arrive ?
    —    Ruben, je t’ai promis qu’on passera le Nouvel An ensemble et je tiendrai ma promesse.
    —    Ne me fais pas souffrir à nouveau, Nico.
    —    Je t’appelle demain, dès que je suis arrivé chez mes parents. »

    C’est difficile de quitter Ruben alors que je le sens si inquiet. Jérém a raison. C’est dur de devoir rassurer l’autre en permanence.

    Mardi 24 décembre 2002

    J’arrive à Toulouse un peu avant midi. L’ambiance à la maison est à la fête. Maman a mis le paquet sur la déco, le sapin occupe la moitié du salon. Elle est débordée mais rayonnante. Papa semble lui aussi de très bonne humeur. Ça me fait tellement plaisir de les voir à nouveau complices, comme avant, et même plus qu’avant.
    Je suis heureux que Papa me demande des nouvelles de Jérém. Et je n’ai pas le cœur de lui dire que je n’en ai pas. Je lui réponds qu’il va bien, malgré la mauvaise passe que traverse l’équipe depuis quelques semaines.
    « Le rugby c’est comme ça, il y a parfois des passages à vide. Il faut continuer à bosser en attendant que le vent tourne.
    —    C’est sûr, ça va aller.
    —    Pourquoi tu ne l’as pas invité à réveillonner avec nous ce soir ?
    —    Parce que… j’hésite, avant de trouver une réponse plausible, parce qu’il a prévu de le fêter avec sa famille. »
    J’imagine. Ou pas. J’aimerais tellement savoir ce qu’il a prévu, où il est. J’aimerais avoir de ses nouvelles. Ou pas. Je souffre de ne pas en avoir, mais ça me ferait du mal de savoir qu’il fait la fête ailleurs et qu’il se passe parfaitement de moi.
    « Et tu vas fêter le Nouvel An avec lui ?
    —    Euh… oui… » j’hésite et je mens.

    « Allez, dis-moi ce qui se passe » me lance Maman, alors que je l’aide en cuisine pendant que Papa est parti faire quelques courses de dernière minute.
    —    Mais il ne se passe rien…
    —    Pas à moi, Nico ! J’ai vu ton regard quand tu parlais de Jérémie. Il était triste. Et tu mens très mal.
    —    Nous sommes à nouveau séparés.
    —    Qu’est-ce qu’il s’est passé, encore ?
    —    Je crois qu’il est amoureux de quelqu’un d’autre.
    —    Ah… mais il n’est pas croyable ce type !
    —    Je n’ai pas trop envie d’en parler, là.
    —    Ok, ok. Mais s’il est amoureux d’un autre, c’est qu’il ne sait pas t’apprécier à ta juste valeur et qu’il ne te mérite pas. Mais je suis sûre qu’il va vite se rendre compte que tu lui manques et qu’il va revenir vers toi. »

    En début d’après-midi, je sors. Avant de retrouver mon pote Julien, je fais un grand tour pour retrouver ma ville. Car depuis un an et demi que je suis à Bordeaux, j’ai l’impression de l’avoir délaissée. J’ai l’impression qu’elle m’oublie. En arrivant à la gare en fin de matinée, je me suis d’une certaine façon senti étranger dans ses rues.
    Oui, j’ai besoin de retrouver ma ville, ses formes, ses lumières, ses couleurs, ses façades, ses briques orange rosé, ses allées, ses rues étroites aux noms familiers, ses espaces verts, ses églises, ses magasins, ses bars et restaurants. Et les blessures qu’elle soigne depuis près d’un an et demi et qui ne sont toujours pas complètement cicatrisées.
    Ça me fait un bien fou de retrouver l’accent des gens de ma ville. Et ma ville tout court. Mais la retrouver sans Jérém, ça m’arrache le cœur.
    Allées Verdier, Monument aux Morts, Grand Rond. Je refais le parcours de ma première révision à l’appart de la rue de la Colombette. Je me laisse happer par un détour à Esquirol, j’ai besoin de revoir la terrasse de la brasserie où Jérém a travaillé. Un autre serveur brun a pris sa place, et la mélancolie enserre un peu plus mon cœur.
    Je reviens vers Carnot, et mon cœur s’emballe à l’approche de la rue de la Colombette. Les larmes me montent aux yeux. Je retrouve la façade de son immeuble, et sa porte d’entrée qui était verte et qui a été repeinte en bleu. La petite épicerie juste à côté est toujours ouverte. Mais la terrasse où Jérém a fumé tant de cigarettes est vide. Je repars vers le Canal, le cœur lourd de larmes retenues.
    L’espace public déborde de décos de Noël censées inspirer une atmosphère festive. Mais toute cette débauche de couleurs et de lumière ne fait que souligner ma tristesse. Car chaque boule, chaque guirlande, chaque ampoule semble vouloir me rappeler aussi que ce Noël ne ressemblera en rien à celui de l’année dernière.
    En attendant l’heure de retrouver Julien, je me laisse flâner jusqu’à mon ancien lycée. Le grand portail est ouvert, et je ne peux m’empêcher de pénétrer dans la cour. Pendant de longues minutes je fixe l’endroit exact où j’ai vu Jérém pour la première fois. C’était mon premier jour, et Jérém se tenait là avec ses potes, à côté du grand marronnier. Il était en train de fumer, avec sa casquette à l’envers, son t-shirt noir qui lui allait super bien, son sourire, son insolence, sa jeune virilité, son insouciance.
    L’insouciance. Je réalise que j’ai perdu une grande partie de cette insouciance. La vie, les difficultés, les déceptions, celles que j’ai ressenties à mon égard, plus encore celle que j’ai ressenties au sujet des autres, l’ont faite s’évaporer. Je crois que l’insouciance a commencé à partir avec la fin du lycée. La mienne, en tout cas. Et celle de Jérém aussi. On n’était pas mal au lycée, finalement. On ne sait jamais à quel point on est bien à un endroit, à une époque de notre vie, que lorsque ce lieu nous est désormais inaccessible, et lorsque cette époque est révolue.

    Je rejoins Julien dans un bar à Saint Etienne. La silhouette atypique de la cathédrale accroche toujours autant mon regard. C’est précisément le fait que cette construction soit si éloignée des standards des constructions de son époque, que sa beauté si particulière ne cesse d’interpeller.
    Le boblond est toujours aussi charmant. Nous avons tout juste le temps de prendre un café, car il est sur le départ pour aller fêter lui aussi le réveillon dans sa famille. Je ne m’épanche pas sur ma séparation avec Jérém, je n’ai pas envie de le saouler. J’ai surtout envie de l’écouter, de retrouver son humour si distrayant. Ça me fait plaisir d’entendre qu’il a quelqu’un dans sa vie. Et de voir, lorsqu’il parle de sa Julie, qu’il a l’air heureux comme je ne l’ai jamais vu.
    « T’imagines que je n’ai même plus envie de me taper les minettes qui me font du charme dans la bagnole ?
    —    Alors, là, je ne te reconnais plus, mon Juju !
    —    Bah, moi non plus ! Cette nana m’a retourné la tête ! il plaisante avec un sourire tellement charmant qu’il en est aveuglant.
    —    Je pense que tu es amoureux…
    —    Je suis foutu !
    —    Et en vrai, ça fait quoi ?
    —    C’est juste merveilleux. »

    Un peu plus tard dans l’après-midi, je retrouve Thibault dans son nouvel appart à Jolimont. Il est situé dans une résidence flambant  neuve, et plutôt chic.
    « Je viens tout juste d’emménager » m’explique le beau demi de mêlée, tout en me faisant faire le tour du propriétaire.
    La dernière pièce que nous visitons est la chambre du petit Lucas.
    « Et alors, comment ça se passe pour la garde ? je le questionne.
    —    Je l’ai une semaine sur deux. Nathalie a été vraiment sympa, et très réglo. Tout s’est fait sereinement.
    —    Et c’est par trop dur avec les entraînements et les matches ?
    —    Si, si, ça l’est. La journée je suis obligé de le laisser à une nounou, et je ne le vois que le soir. Et les week-ends, je le laisse à Nath. Je peux aller le voir quand je veux, mais le temps me manque. Et en plus, je n’ai pas envie de débarquer chez elle trop souvent. Elle a le droit à son intimité. Elle a un nouveau mec. Et je ne veux pas qu’il croie qu’il y a toujours quelque chose entre Nath et moi.
    —    Au final, Lucas tu ne le vois pas si souvent que ça…
    —    Non. D’ailleurs, ça fait presque une semaine que je ne l’ai pas vu. Il me tarde demain, je le récupère chez Nathalie et je file chez mes parents. J’ai trop besoin de le revoir ! Il me rend si heureux, ce petit mec ! »
    Thibault a l’air à la fois heureux de retrouver son petit bout de chou et triste de ne pas pouvoir le voir aussi souvent qu’il le voudrait. Il est touchant, attendrissant. Je le prends dans mes bras, et je le serre contre moi. La puissance de son torse me donne des frissons, le parfum léger qui se dégage de sa peau vrille mes neurones. Mais ce sont sa douceur et sa sensibilité qui me touchent le plus. Quel beau adorable petit mec que ce Thibault !
    « Et sinon, dis-moi, tu vois toujours ton médecin ?
    —    Oui ! J’aimerais bien te le présenter un de ces quatre !
    —    Ah, ça j’aimerais bien aussi ! Et ça se passe comme tu le veux, entre vous ?
    —    Ça se passe très bien. Le peu de fois qu’il passe la nuit avec moi, je suis vraiment bien.
    —    Vous êtes ensemble alors…
    —    On va dire que c’est tout comme. Mais il ne me demande rien, et il ne veut rien me promettre non plus. Il n’est pas certain de rester à Toulouse. Alors, on profite des bons moments ensemble sans penser au reste.
    —    Tant que ça te convient…
    —    Pour l’instant, ça me convient. De toute façon, lui il bosse la nuit en semaine, moi le jour et le week-end. Avec nos horaires en décalage on ne peut pas se voit assez pour être un vrai couple…Et toi ? Et Jé ? Tu ne m’as rien dit, il me questionne à son tour.
    —    Nous sommes encore séparés…
    —    Encore ?
    —    Oui. Je crois qu’il est amoureux d’un coéquipier…
    —    C’est le demi de mêlée, non ? Klein, c’est ça ?
    —    Comment tu sais ?
    —    J’ai regardé quelques matches. Et j’ai vu comment Jé le regarde…
    —    Ulysse est plus âgé. C’est de ça qu’il a besoin, d’un gars sur qui s’appuyer.
    —    Je comprends. Je crois que je vis un peu la même chose. Paul aussi est plus âgé. C’est un gars qui prend les choses en main, et quand je suis avec lui, tout me paraît simple. J’ai l’impression de pouvoir me laisser aller. Et que si je trébuche, il sera là pour me rattraper. Je ne sais pas si je me fais comprendre…
    —    Tu te fais parfaitement comprendre. En fait, j’ai déjà ressenti cette sensation.
    —    Avec Jé ?
    —    Parfois, oui. A chaque fois qu’il revient vers moi, quand il me prend dans ses bras, j’ai l’impression que rien ne peut m’arriver.
    —    C’est exactement ça. Tu vois, avec Paul, je me sens bien. Sa maturité et son expérience m’impressionnent. Il a l’air tellement bien dans ses baskets, et ça c’est apaisant.
    —    Depuis que je te connais, je t’ai toujours trouvé très bien dans tes baskets...
    —    J’ai toujours été là pour mes potes, et pour Jé encore plus que les autres. Mais depuis que j’ai rencontré Paul, j’ai compris que j’avais besoin parfois d’avoir quelqu’un qui est là pour moi. Je crois qu’on a tous besoin de ça, au fond. »

    Je réalise qu’on recherche tous la même chose, un repère, un appui, un centre de gravité permanent. Et que même un gars comme Thibault que je croyais fort et inébranlable a besoin un jour d’une épaule sur laquelle s’appuyer, des bras chauds dans lesquels se réposer, un Homme par qui se laisser porter. Comme Jérém avec Ulysse.

    « Je suis content pour toi, Thibault. Paul a l’air vraiment super !
    —    Il l’est. Et en plus il me fait rire. Mais parle-moi un peu plus de toi, fait le beau pompier. Tu es donc célibataire ?
    —    J’ai rencontré un gars...
    —    C’est vrai?
    —    Je l’avais déjà rencontré cet été, après la dernière rupture avec Jérém. Mais je l’ai quitté quand Jérém m’a invité à Campan. Et je l’ai retrouvé il y a deux semaines.
    —    Et tu es bien avec lui ?
    —    Oui, mais je ne suis pas amoureux.
    —    Tu ne peux pas être amoureux de lui, parce que tu es toujours amoureux de Jérém. »

    La sonnerie de l’interphone retentit dans le séjour. Thibault décroche le combiné et le porte à l’oreille. Et le beau sourire qui s’affiche instantanément sur son visage me fait deviner qui est à l’autre bout du fil.
    « Quand on parle du loup… il me glisse en raccrochant.
    —    C’est Paul, c’est ça ?
    —    Lui-même ! Il m’avait dit qu’il n’aurait pas le temps de passer, mais finalement il a pris le temps de venir faire un petit coucou avant de partir à Montauban. »  

    Ses cheveux châtains négligemment ondulés ont l’air très doux, ses yeux verts donnent une intensité particulière à son regard. Le jeune médecin est vraiment un beau garçon. Du haut de son mètre 70 à peine, et de son physique pas vraiment musclé, il dégage une belle prestance, ainsi qu’une élégance sobre mais certaine. Et un côté intensément viril. Malgré le fait que Thibault soit autrement baraqué que lui, on voit de suite que Paul a une attitude profondément protectrice à son égard. Je le ressens dans ses mots, dans ses gestes, dans ses regards. Et je sens que Thibault est heureux d’avoir quelqu’un qui s’occupe de lui. Ça me fait plaisir de le voir heureux et épanoui, et je trouve émouvant de le voir délaisser son rôle de grand frère bienveillant que je lui ai toujours connu pour ce nouveau rôle qui dévoile son besoin d’affection, de tendresse, de protection. Qu’est-ce qu’ils sont beaux tous les deux !
    Avec son regard profond, intense, sa voix calme et posée, Paul est vraiment un garçon charmant et charismatique. Et la différence d’âge lui confère à mes yeux – et, si j’en juge aux regards de Thibault, à ce dernier aussi – une aura particulière. J’ai l’impression de voir Jérém avec Ulysse, buvant ses mots, le regardant traversé par une profonde admiration.
    Comment reprocher à qui que ce soit de tomber sous le charme d’un gars pareil ? Comment ne pas se sentir violemment transporté vers un « Ulysse » ou un « Paul » ?

    Paul est parti en posant un bisou plein de tendresse sur les lèvres du jeune rugbyman, alors que sa main glissait délicatement dans ses cheveux.
    « Tu as l’air heureux avec lui, je lui glisse.
    —    Oui, très heureux. La seule chose qui m’inquiète, c’est son départ de Toulouse.
    —    Tu as une idée de quand ça va être ?
    —    Dans un an au plus. Il a postulé à Paris.
    —    Et il n’y a pas moyen qu’il reste à Toulouse ?
    —    Pour l’instant, non. Il est brillant, et il a eu une proposition qu’il ne peut pas refuser.
    —    Il faut profiter du présent, alors.
    —    C’est ce qu’on essaie de faire. Et tu devrais faire la même chose. Vis ce que tu as à vivre. Je suis sûr que Jérém reviendra vers toi, parce qu’au fond de lui il sait que c’est toi qu’il aime. La vie est ainsi faite. Parfois il faut faire de grands détours pour arriver là où on est destinés à nous rendre. Même si cet endroit est tout près de nous, même s’il est sous nos yeux. Il n’y a rien de mieux que la distance pour avoir envie de revenir. Moi je pense que vous êtes destinés à vous retrouver. Et que quand le moment viendra, il n’y aura pas d’obstacles insurmontables. »

    Je quitte l’ancien mécano le cœur remué par un mélange d’émotions. Une immense tendresse pour le jeune papa, touchant et amoureux. Je suis impressionné par le parcours accompli par Thibault depuis un an, jour pour jour ! Il y a un an, le jeune pompier se demandait s’il était prêt à assumer l’enfant qui allait arriver. Aussi, il culpabilisait par rapport au fait de ressentir des trucs pour les garçons. Parce qu’il ne voulait pas imposer à son enfant une vie avec des parents séparés, parce qu’il pensait qu’une vie d’homo épanoui était incompatible avec le fait d’avoir un enfant, mais aussi avec une carrière dans le rugby professionnel. Il y a un an, Thibault était au fond du trou après avoir frôlé la mort en portant secours après la catastrophe d’AZF. Il avait du mal à envisager d’aller vers les garçons parce qu’il n’arrivait toujours pas à arrêter de penser à Jérém, et il avait besoin de garder de la distance avec ce dernier pour se protéger.
    Le Thibault d’aujourd’hui a bien avancé. Le petit Lucas est arrivé dans sa vie et il l’a remplie de bonheur. Certes, je l’ai senti soucieux et frustré de ne pas pouvoir passer autant de temps avec lui qu’il le souhaiterait. Mais il fait des pieds et des mains pour y arriver. La séparation d’avec Nath s’est bien passée. Et cela n’est pas un obstacle dans le partage de la garde de Lucas, en tout cas bien moins que son emploi du temps de rugbyman.
    Par ailleurs, sa carrière de rugbyman se porte à merveille. Aussi, il a su surmonter le blocage que ses sentiments pour Jérém lui avaient imposé pendant longtemps. Il a osé aller vers les garçons. Et il a rencontré Paul. Et qu’est-ce qu’il est beau et sensuel mon Thibault amoureux !
    Je suis tellement heureux pour lui. Même si son bonheur contraste avec ma tristesse, avec mon sentiment de solitude. Je ne suis pas seul dans ma vie. Mais la solitude est là, quand l’être aimé est loin. J’aimerais pouvoir croire aux mots du beau demi de mêlée. Peut-être qu’un jour nous nous retrouverons, Jérém et moi. Mais pas aujourd’hui, pas ce soir, pas cette nuit. Pas ce Noël.
    Alors, j’ai juste envie que ces fêtes soient derrière moi. Si je m’écoutais, j’arracherais toutes les guirlandes sur mon passage. Si je pouvais, je causerais une panne de démarreur à la voiture de Tata et Tonton pour  qu’ils ne puissent pas venir au réveillon. Je sens qu’ils vont encore me casser les couilles avec leur Cédric-mania, avant de me questionner sur ma vie. Ils m’exaspèrent avant même d’être là. Heureusement, Elodie sera également de la partie. Et ça, ça peut faire la différence.

    Lorsque je rentre en fin d’après-midi, Maman est en train de finaliser son entrée de réveillon. Pendant que j’épluche les pommes de terre pour la purée qui va accompagner le gigot, la télé porte à mes oreilles les notes et le swing irrésistible d’un générique bien connu. Des notes, une voix, des images animées qui me donnent instantanément la pêche.

    https://www.youtube.com/watch?v=LW-E13joiA8

    C’est l’une de mes séries préférées, celle qui a bercé mon enfance. Comme chaque épisode, celui-ci s’ouvre avec quelques notes de piano qui posent l’ambiance feutrée de la série. On sait immédiatement, en écoutant ces quelques notes, que pendant les vingt minutes que dure chaque épisode, rien de grave ne peut arriver. On sait qu’il n’y aura pas de drame, pas de violence, juste de la bonne humeur. Avec son humour tour à tour naïf, cocasse, subtil, mordant, cette série est un véritable bol d’air frais.
    C’est dans cette série que j’ai entendu pour la première fois de ma vie des allusions à l’homosexualité sur un ton décomplexé et plutôt drôle. C’était courageux et original pour l’époque, le milieu des années ’90. En entendant faire des vannes au sujet des gays, j’ai compris que c’était possible. Que c’était normal. D’être gay, et d’en rigoler. Car c’était fait avec finesse et respect. J’en ai déduit qu’être gay c’était non seulement possible, mais qu’il n’y avait pas de mal, et que ça pouvait même être « funny ». Et ça, ça change vraiment tout dans la tête d’un enfant qui se découvre différent et qui cherche des repères.
    A l’avenir, bien plus tard dans ma vie, lorsque le streaming me donnera l’occasion de revoir cette série pour l’énième fois, au point de connaître certaines vannes pas cœur, les quelques notes de piano douces et apaisantes qui ouvrent chaque épisode me mettront du baume au cœur, comme le souvenir d’une époque d’insouciance révolue.

    « Mon Lapin, tu sais que les pommes de terre ne vont pas s’éplucher toutes seules !  me lance Maman alors que, tout absorbé par le début de l’épisode, j’ai délaissé ma tâche.
    —    Oups, oui !
    —    Tu aimes toujours autant cette série !
    —    Je pourrais la regarder en boucle !
    —    Il y a eu une époque ou je pensais que tu étais amoureux de la nounou…
    —    Alors que je l’étais parfois des petits amis de Maggie !
    —    Je suis sûre que tu aimais bien le gars blond de cette série qui se passait dans un lycée…
    —    Sauvés par le gong ! Ah, Zack… surtout dans les dernières saisons quand il faisait plus mec… il était tout à fait mon style !
    —    Je croyais que tu étais plutôt branché bruns ténébreux… au fait, tu ne m’as pas trop parlé de ce qui s’est passé avec Jérémie.
    —    Il s’est passé qu’il est amoureux d’un gars de son équipe.
    —    Mais il est lui aussi…
    —    Non, non, je ne crois pas.
    —    Mais alors, il espère quoi ?
    —    Je ne sais pas. Mais il a ce gars dans la tête et ça complique les choses entre nous. En plus, il a des problèmes dans l’équipe. Alors, une fois de plus, il n’y a plus de place pour moi dans sa vie. »

    Sur ce, mon portable se met à sonner. Il est posé sur la table, et Maman ne peut s’empêcher de regarder.
    « C’est qui, Ruben ?
    —    Un ami. Je vais prendre son appel dans la chambre. »
    Ruben me garde au téléphone pendant un long moment. Je le sens fébrile et inquiet. Je sens que je lui manque, et je sens aussi qu’il a toujours peur que je puisse revoir Jérém. Est-ce que j’ai été le même avec Jérém ? Est-ce que j’ai été si oppressant ? Est-ce que mon manque de confiance, est-ce que mon besoin d’être rassuré étaient si évidents que ceux de Ruben ?
    Je tente de le calmer du mieux que je peux, mais je sens que je n’y arrive pas. J’ai du mal à mettre fin à ce coup de fil. La possessivité est un tue l’amour.
    « Dis-donc, il t’a gardé longtemps ton pote !
    —    Il est bavard.
    —    C’est seulement un pote ?
    —    C’est un peu plus que ça…
    —    Tu l’aimes ?
    —    On ne peut pas aimer deux personnes en même temps, non ?
    —    Non, en effet. C’est Jérémie qui te manque ce soir…
    —    Oui.
    —    Et ce Ruben, alors ?
    —    Je l’ai rencontré il y a quelques temps.
    —    Il est sympa ?
    —    Il est adorable.
    —    Et vous en êtes où ?
    —    Lui il voudrait que ça devienne sérieux, mais je ne me sens pas capable de m’engager.
    —    Ne le fais pas souffrir…
    —    J’ai été clair avec lui…
    —    C’est le plus important. »

    Il est presque 20 heures lorsque Tata et Tonton débarquent. Heureusement Elodie et sa petite famille ne tarde pas à venir égayer un peu l’ambiance.
    Pendant l’apéro et une partie de l’entrée, le sujet de conversation est centré sur Lucie. Merci fillette, ça change par rapport à d’habitude. Mais le naturel ne tarde pas à revenir au galop. Pendant le plat principal, Tata et Tonton arrivent à faire glisser la conversation sur Cédric et ses grandes études de médecine. Heureusement, Elodie est là pour ponctuer la conversation avec son humour. Et Lucie se charge de rappeler régulièrement sa présence, ce qui est bien rafraîchissant.
    Mais le moment redouté finit par arriver quand-même. C’est au beau milieu du dessert que je me fais coincer. C’est à mon tour d’être au centre de la conversation, chose dont je me passerais avec plaisir. Je suis d’abord questionné sur mes études. Jusque-là, ça va. Même si je sens une certaine condescendance de la part de Tata en particulier, pour qui un statut inférieur à médecin semble être un échec personnel.
    Puis, elle enchaîne avec la question qui tue.
    « Alors, tu as enfin une copine ? »
    Avant d’ajouter la précision qui me donne envie de la tuer :
    « Cédric est déjà fiancé… »
    Cédric est fiancé parce que je ne lui ai jamais taillé une pipe ! Sinon, peut-être qu’aujourd’hui il serait lui aussi du bon côté de la force ! Et ça, ça te ferait fermer ta grande gueule, je pense, Tata !
    Ça, c’est ce que j’ai envie de lui balancer. Ou du moins, tout simplement, que je suis gay et que les nanas ne m’intéressent pas. Mais je me retiens. Je me retiens pour ne pas gâcher la complicité retrouvée avec Papa. Je sais qu’il est désormais ouvert sur la question entre lui et moi, mais je ne sais pas du tout s’il est prêt à assumer cela dans la famille. Je tente de meubler, de détourner la conversation, mais rien n’y fait. Tata est insistante. Et pénible.
    Je sens le regard de ma cousine sur moi, je sens que ça la fait marrer de me voir patauger de la sorte. J’ai peur qu’elle fasse une gaffe et qu’elle gâche tous mes efforts pour être discret et politiquement correct.
    Et pourtant, j’aimerais bien qu’elle vienne mettre les pieds dans le plat comme elle sait si bien faire pour me tirer de ce pétrin.
    Quelqu’un vient bel et bien mettre les pieds dans le plat, mais il ne s’agit pas d’Elodie.
    « Arrête de le saouler avec les filles,  j’entends Papa lancer haut et fort. Nico n’a pas de copine parce qu’il aime un garçon, c’est aussi simple que ça !
    —    Eh beh, si encore il y a quelques mois on m’avait dit que tu tiendrais ce genre de propos, j’aurais rigolé… lâche Maman, comme si elle lisait dans mes pensées.
    —    J’ai raison ou pas ? fait Papa, l’air amusé.
    —    Complètement raison, mon chéri, lui glisse Maman, en se penchant vers lui pour l’embrasser. »
    Tonton et Tata ont l’air sciés, on dirait qu’ils ont avalé un morceau de gâteau de travers et qu’ils sont en train de s’étouffer avec.
    « Nico est… gay ? finit par bégayer Tata, avec l’air d’avoir vu un rat sortir de sous la table.
    —    Tu sais, il est là, assis à côté de toi. Demande-le à lui ! lui balance Maman.
    —    Tu es gay ?
    —    Oui, complètement !
    —    Mais depuis quand ?
    —    Depuis… toujours, je dirais.
    —    Et vous le vivez bien ? elle lâche, à l’intention de Papa et de Maman.
    —    Tant que lui le vit bien, nous on le vit bien aussi, fait Papa du tac au tac. C’est sa vie, pas la nôtre.
    —    Bien dit, Tonton ! fait Elodie. Je suis fière de toi…
    —    Avec plaisir, Elodie, se marre Papa.
    —    Je ne sais pas comment j’aurais réagi si Cédric… réfléchit Tata à haute voix.
    —    Oh, je n’ose pas imaginer le calvaire que tu lui aurais fait vivre ! rigole Maman.
    —    Mais vous avez dormi ensemble quand vous étiez plus jeunes… continue de réfléchir Tata à haute voix, l’air soudainement très inquiète.
    —    Sois tranquille, il ne s’est rien passé, je lui glisse, tout en me retenant d’ajouter que ce n’est pas l’envie qui m’avait manqué, mais juste le courage. Et je peux te certifier que ce n’est même pas contagieux ! je continue.
    —    Vous auriez pu nous en parler avant !
    —    On t’en a parlé quand on a été prêts ! » fait Maman.

    Une fois de plus, Elodie et Lucie sont là pour faire repartir la conversation après ce petit « feu d’artifice ». Le bêtisier à la télé fait le reste. Minuit approche, et ma tristesse avec. Plusieurs fois je sens vibrer mon portable dans ma poche. Plusieurs fois je le sors, espérant un signe de la part de celui dont le manque se fait de plus en plus insupportable au fur et à mesure que la soirée avance. Mais à chaque fois, c’est « Ruben » qui s’affiche sur l’écran au-dessus de l’icone en forme de lettre. Il est évident que je lui manque davantage qu’il me manque.
    « C’est ton rugbyman qui t’envoie tous ces messages ?,  finit par me questionner discrètement Elodie.
    —    Hélas, non.
    —    Vous vous êtes encore brouillés ?
    —    Hélas, oui…
    —    Alors c’est un autre mec…
    —    Hélas, oui…
    —    Et l’accro du SMS s’appelle comment ?
    —    Ruben.
    —    Il sort d’où celui-là ?
    —    Je l’ai connu à une fête étudiante.
    —    Et ça se passe comment avec lui ?
    —    Bien…
    —    Bien… mais ?
    —    Quel, mais ?
    —    Je sens bien qu’après ton "bien"  il y a un "mais"  que tu ne veux pas laisser sortir !
    —    Devine…
    —    Mais… tu n’arrives toujours pas à arrêter de penser au beau brun !
    —    En plein dans le mille.
    —    Il fait encore une crise mystique ?
    —    Oui, on va dire. Mais cette fois-ci, il en pince pour un autre gars…
    —    Ça ne fait rien, ça. Envoie-lui un message, ce soir, maintenant ! Dis-lui à quel point il te manque ! »

    Le champagne est servi, le compte à rebours commence. Je viens de recevoir un énième message de la part de Ruben. Mais, après une soirée passée à espérer en vain qu’un miracle se produise comme ce fut le cas un an plus tôt, c’est bien évidemment à un autre garçon qui vont toutes mes pensées et mes vœux à ce moment précis.
    « Joyeux Noël, p’tit Loup, où que tu sois. »
    Un message, comme une bouteille à la mer, qui introduit une nouvelle attente, encore plus insupportable que la précédente. Son silence d’avant était difficile à endurer. Mais l’absence de réponse à mon message est carrément une torture. Les minutes filent, deviennent un quart d’heure, une demi-heure, et plus encore. Et aucune réponse ne vient de sa part.
    Où es-tu, Jérém, avec qui es-tu ? A quoi penses-tu, à qui penses-tu ? Te souviens-tu de ta surprise du Noël dernier, de cette nuit fabuleuse que nous avons passée à l’hôtel ?
    A minuit 45 nos invités tirent leur révérence. Je suis fatigué, mais la tension nerveuse me rend hyperactif. J’aide Maman à ranger, à nettoyer. A 1 h 30, elle part se coucher. Je pars aussi dans ma chambre. Je m’allonge sur le lit, mort de fatigue, triste, épuisé. Mon portable se tait désespérément.
    Je finis par m’endormir, habillé, sur les draps.

    Quelques heures plus tard, je suis réveillé par le froid. Le radio-réveil indique 5h45. Mon premier réflexe est de consulter mon portable. Mon cœur manque d’exploser dans ma poitrine lorsque je remarque la petite lumière clignotante indiquant un message non consulté.
    « joyeux Noël »
    Voilà le message laconique envoyé par Jérém. Rien de plus. Rien qui me laisse espérer qu’il envisage de revenir vers moi. J’ai envie de pleurer. Et de lui envoyer un nouveau message.
    « Tu vas bien, ptit Loup ? Tu me manques beaucoup beaucoup beaucoup. »

    Je dépose tous mes derniers espoirs dans ces derniers mots. Mais les uns et les autres resteront sans réponse. Aucun message ne viendra de Jérém dans la nuit, ni le lendemain, ni les jours suivants.


    3 commentaires

  • Mercredi 13 novembre 2002.

    Avant que Jérém ne quitte l’appart, je le prends dans mes bras, et je le serre très fort contre moi. Je l’embrasse. Il m’embrasse à son tour, doucement, en passant sa main dans mes cheveux, en insistant dans cette région à la base de ma nuque qui me donne des frissons inouïs.
    Je le regarde passer sa veste molletonnée sur son t-shirt blanc, attraper son sac de sport. Jérém est encore là, devant moi, et il me manque déjà. D’autant plus que certains questionnements deviennent de plus en plus insistants dans ma tête et que je sais qu’ils ne vont pas cesser de me hanter pendant les jours à venir. J’aimerais tellement savoir ce qu’il ressent vraiment vis-à-vis de ce qui s’est passé hier soir. Sa façon d’éluder le sujet m’interroge.
    « On s’appelle ce soir » il me glisse, juste avant de passer la porte. Comme une main tendue, une main qu’il voudrait que je saisisse, comme s’il avait besoin d’être rassuré. Une main tendue qui me rassure, un peu.
    « A ce soir, p’tit Loup ».

    [En partant de l’appart, en quittant Nico, tu ressens un oppressant mélange de tristesse, de remords, de malaise. Putain, Jérémie Tommasi, tu as vraiment le chic pour tout gâcher. Une fois encore, tu te sens en porte à faux vis-à-vis de Nico. Une fois encore, tu t’inquiètes sur l’avenir de votre relation.
    Car, certes, cette relation est compliquée. Il y a la distance, mais aussi ta peur panique que ça se sache que tu es pédé. Mais tu sais que cette relation est importante pour toi. Parce qu’avec Nico, tu peux tomber la carapace. L’espace de quelques jours, de quelques heures, de quelques instants, tu peux être toi-même. Tu es comme ces cétacés qui peuvent passer de longues minutes sous l’eau mais qui ont besoin d’émerger de temps à autre pour reprendre leur souffle. Tu le sais parce qu’à chaque fois que tu t’en prives trop longtemps, tu étouffes. Nico est ta bulle d’oxygène. Et ça te fait un bien fou.
    Tu sais que pour Nico aussi cette relation est compliquée. Tu sais qu’il a besoin d’être rassuré. Et pour le rassurer, il faudrait déjà éviter de lui donner des raisons de s’inquiéter. C’était pas très malin de te laisser aller à ce que Nico a appelé « ce petit jeu ». Tu avais trop bu, mais ça n’excuse rien. Tu aurais dû te maîtriser, tu n’aurais pas dû laisser transparaître ce désir.
    Le fait est, que ce désir est là. Il est là à chaque fois que tu vois Ulysse. Et tu le vois chaque jour, pendant une grande partie de la journée. Sa belle barbe, son regard lumineux et viril, son sourire attirent ton regard comme un aimant. Sa voix plutôt grave te fait vibrer].

    De retour à Bordeaux après ma virée parisienne, je ne peux m’empêcher de repenser à cette soirée avec Jérém et Ulysse. Au regard admiratif et conquis que Jérém posait sur son coéquipier, à leur complicité, à leur façon de s’appeler « mec » l’un l’autre.
    Tout comme je ne peux m’empêcher de repenser à ce qui s’est passé avec Jérém juste après. A sa façon de se donner à moi. A sa façon de m’appeler « mec » pendant l’amour. « Mec », c’est le diminutif amical avec lequel il s’adresse à Ulysse, et avec lequel ce dernier s’adresse à lui aussi. J’ai eu l’impression qu’il m’appelait « mec », comme si j’avais été Ulysse. Je sais qu’il avait envie de son coéquipier. Pendant un instant, j’ai même cru qu’il m’appellerait par son nom.
    Je repense à son malaise le matin suivant avant de nous quitter. A sa façon d’esquiver mes allusions à ce qui s’était passé. Et ce qui ne m’était apparu que comme un petit jeu qui ne manquait pas de piment sur le moment, désormais, à froid, ce quelque chose m’inspire pas mal de questionnements.
    J’essaie de me rassurer en me disant que Jérém a bien le droit de fantasmer sur Ulysse, tout comme il m’arrive de fantasmer sur des bogoss que je croise sur le campus. Et que le fait de fantasmer n’entraîne pas forcément le passage à l’acte. Je me dis que ça doit en être de même pour Jérém.
    D’autant plus après ce qui s’est passé avec Thibault, et les dégâts que cela a fait à leur amitié. Non, Jérém ne risquerait pas de revivre la même chose avec Ulysse. Il ne risquerait pas de mettre en jeu sa carrière professionnelle pour une attirance. De toute façon, Ulysse est hétéro. Et il a l’air d’être un gars réfléchi et avec des principes.
    Mais il ne suffit pas de me dire qu’Ulysse est hétéro pour m’apaiser. D’autant plus que dans les jours suivant mon retour à Bordeaux, les coups de fil avec Jérém s’espacent à nouveau.
    Un soir, Albert me propose de passer prendre un café.
    « Oh, toi ça n’a pas l’air d’aller très fort en ce moment ! » il me lance.
    Lorsque je lui explique que Jérém me manque terriblement et que je voudrais le voir plus souvent, le vieil homme me glisse :
    « On a tous envie de passer le plus de temps possible avec la personne qu’on aime. Et pourtant, la distance a du bon aussi. Car elle entretient le désir. L’un des ingrédients les plus importants du désir est justement le sentiment de manque.
    Quand on se voit chaque jour, on supprime cet ingrédient fondamental. Mais il faut bien garder à l’esprit que le fait de réaliser ses désirs et ses rêves est la meilleure façon de les faire disparaître.
    Aujourd’hui vous ne donnez rien pour acquis dans votre relation, parce que l’absence entretient l’envie de séduire l’autre en lui donnant le meilleur de soi-même. Le danger de se voir chaque jour, de vivre ensemble, c’est de ne plus ressentir l’envie de donner à l’autre le meilleur de soi-même. La vie à deux demande beaucoup de vigilance. »
    Albert a certainement raison. Mais en attendant, cette distance m’est de plus en plus insupportable.

    La fin de la semaine arrive et porte avec elle une merveilleuse nouvelle. Le vendredi soir mon portable sonne. A l’autre bout des ondes c’est Philippe, le mari de ma cousine.
    « Elodie vient d’accoucher, il m’annonce, la voix tremblante. C’est une petite fille de 3 kilos 200. Elle s’appelle Lucie. »
    L’émotion du jeune papa est contagieuse. Je suis à deux doigts de pleurer.
    Le lendemain matin, je prends le premier train pour Toulouse. A neuf heures trente, je débarque à la gare Matabiau. Une demi-heure plus tard, je suis à Purpan. A dix heures trente, je tiens la petite Lucie dans mes bras. Comme pour Lucas, le petit garçon de Thibault, je ne suis pas à l’aise. Je ne sais pas comment tenir ce petit être qui me paraît si fragile, j’ai trop peur de lui faire mal. Lorsqu’elle s’endort dans mes bras, je suis un peu rassuré. Ma cousine est fatiguée mais heureuse. Je suis si content pour elle. Quant à Philippe, il est dans un état second, ivre de bonheur et assommé par le manque de sommeil.

    Je rentre à la maison pour le déjeuner. Le sujet « accouchement » d’Elodie a mis l’ambiance à la fête. Maman est à la fois très excitée et émue. Ma visite à la maternité nous donne un sujet de conversation à table. Un sujet auquel tout le monde adhère. Y compris Papa.
    Pour la première fois depuis mon coming out, et peut-être même depuis bien plus longtemps que ça, il ne semble ne pas agacé par ma présence. Il a l’air plus détendu, et c’est particulièrement flagrant vis-à-vis de Maman. Les tensions entre eux semblent apaisées, et ils semblent même avoir retrouvé un peu de complicité. Ils évoquent ensemble ma naissance, les derniers jours de grossesse de Maman, l’alitement forcé, le long accouchement. Et je lis dans leur émotion, je capte dans leurs mots, le souvenir de leur bonheur de me voir venir au monde. Oui, mes parents semblent avoir retrouvé leur complicité d’antan. Et c’est beau à voir.
    Confronté à cette joie ressurgie du passé, je me surprends à me dire que c’est triste qu’un petit être qui fait la joie de ses parents à sa naissance puisse quelques années plus tard les décevoir comme je l’ai fait avec Papa. Quand je vois dans son regard, quand je ressens dans sa voix l’émotion vive à l’évocation du jour de ma naissance, je sais qu’il m’a aimé, immensément. J’ai presque envie de m’excuser de ne pas être celui qu’il avait imaginé que je deviendrais. J’ai presque envie de me lever et de le prendre dans mes bras.
    Mais je ne le fais pas, car ce ne sont pas de choses qui se font dans ma famille. En attendant, quelque chose se produit. Là aussi, pour la première fois depuis mon coming out, Papa me questionne sur mes études. Il s’en suit une conversation apaisée, au cours de laquelle il semble vraiment intéressé de savoir comment se déroule mon cursus, et si l’enseignement correspond à mes attentes et à mes envies. Je peux le rassurer de ce côté-là, je suis toujours aussi passionné par mes études.
    Nous discutons pendant une bonne partie du déjeuner, sous le regard bienveillant de Maman. J’ai l’impression que le malaise glacial qui s’était installé entre nous semble s’être évaporé. Est-ce que c’est la nouvelle de l’accouchement d’Elodie qui a provoqué ce changement ? Est-ce que la lettre que je lui ai écrite quelques semaines plus tôt a enfin produit l’effet que j’avais espéré ?
    J’aimerais tant reparler avec lui des sujets qui nous ont éloignés, notamment celui qui nous a mis en froid depuis plus d’un an. Mais en même temps, je le redoute. Je ne sais pas à quel point son opinion sur le sujet a évolué, et je ne me sens pas le courage de me lancer dans une discussion qui pourrait vite tourner à la bagarre verbale et nous fâcher à nouveau. Je suis tellement heureux que Papa ait arrêté de me faire la tête que je ne veux surtout pas prendre le risque de tout gâcher à nouveau. Alors, en attendant, je profite de cette sérénité retrouvée.

    Après le café, Papa propose à Maman de l’aider à débarrasser (là, je me dis que cette année il va neiger en juillet). Ayant reçu un non-lieu de la part de cette dernière, il quitte la table pour s’installer sur le canapé. Il allume la télé et le brouhaha typique d’un stade rempli attendant le début d’un match important remplit notre foyer.
    Je sais pertinemment de quel match il s’agit. Je tiens de la bouche de son ailier que ce samedi le Stade Français joue contre Clermont Ferrand. Un match de taille. Il me tarde de voir mon bobrun débouler sur la pelouse. En attendant, les caméras s’attardent dans les vestiaires. Je capte direct mon bobrun torse nu. Putain, qu’est-ce qu’il est beau ! Putain, qu’est-ce que j’ai envie de lui !
    « Nicolas ! j’entends Papa m’appeler.
    —    Oui Papa…
    —    Tu viens regarder le match avec moi ?
    —    Ohhhhh… oui… je fais, surpris.
    —    Va ! fait Maman en m’arrachant des mains les assiettes que je suis en train d’amener vers le lave-vaisselle.
    —    C’est le Stade français qui joue ! me glisse Papa, lorsque je le rejoins sur le canapé.
    —    Eh, oui !
    —    Eh, mais je suis bête, tu dois être au courant !
    —    Je ne dis pas le contraire » je confirme.
    Le trombinoscope présente les joueurs. Jérém apparaît à l’écran et ça me donne des frissons. Papa ne cille pas. Les deux équipes investissent la pelouse et le jeu démarre. Très vite, mon bobrun récupère le ballon ovale et file comme une fusée vers la ligne de but. Il est stoppé net à quelques mètres des poteaux par le plaquage impitoyable d’une armoire à glace clermontoise.
    « Putain, il le tenait presque ! Quel dommage ! » s’exclame Papa.
    Jérém se relève, le regard noir. Il a l’air déçu et en colère. Quelques minutes plus tard, Ulysse lui envoie une nouvelle passe. Et cette fois-ci, personne ne peut l’arrêter. Il évite toutes les armoires à glace qui tentent de le dégommer, il tape un sprint spectaculaire, et il franchit la ligne de but lancé comme une fusée. L’essai est marqué.
    « Oui, oui, oui !!! fait Papa, très excité. Ton pote est un vrai champion ! il ajoute, alors que la caméra s’attarde sur le bel ailier.
    —    Je suis content que tu l’apprécies.
    —    J’aime bien sa façon de jouer, il est puissant mais malin, il a une belle technique. Et il progresse extrêmement vite. En quelques matches seulement, ce n’est plus du tout le même joueur. Il a gagné en finesse et son jeu est beau.
    —    Tu peux pas savoir comment ça me fait plaisir d’entendre ça !
    —    C’est la vérité. L’air de Paris lui est profitable.
    —    Il y était déjà l’année dernière, à Paris…
    —    Je sais, mais il n’a pas fait une saison terrible dans l’autre équipe. Ce n’était pas l’équipe qu’il lui fallait. Alors que cette année, c’est une réussite totale. Il doit être content de son début de saison, non ? »
    J’ai rêvé de cet instant, de cette conversation. J’ai encore du mal à croire qu’elle est en train de se produire. Et je suis le mouvement avec bonheur.
    « Il l’est, oui, il est heureux comme jamais.
    —    Et sinon… vous êtes toujours… ensemble ? il me questionne, un brin gêné.
    —    Oui, Papa.
    —    Et alors, dis-moi : ce Tommasi est-il vraiment un garçon aussi gentil qu’il m’a paru quand il est venu à la maison ?
    —    C’est un gars adorable. Il a ses défauts, mais c’est un bon gars.
    —    C’est bien ce qu’il m’avait semblé. Alors, si un jour il revient à Toulouse et qu’il ne sait pas où crécher… »
    Je suis ému, je retiens mes larmes de justesse.
    « Merci Papa !
    —    Merci à toi, Nico. Et merci pour ce que tu as écrit. Tu m’as ouvert les yeux. Je n’avais pas à te parler comme je l’ai fait quand tu m’as dit que tu aimais ce garçon. Et je n’avais pas à te faire sentir que tu n’étais pas le fils dont j’avais rêvé. »
    Les yeux de Papa sont humides, et mes larmes menacent également de glisser sur mes joues à tout moment. Mais nous ne laissons aucune effusion se produire entre nous.
    « Tu ne m’as jamais déçu, Nico, il ajoute. Enfin, je l’ai cru. Mais je me suis rendu compte que c’était moi qui avais des mauvaises attentes vis-à-vis de toi. Un père ne doit pas désirer autre chose que le bonheur de son fils, quel que soit ce bonheur, et pas exiger qu’il lui ressemble ou qu’il coche des cases socialement valorisées.
    —    Tu n’as plus honte de moi ?
    —    Non, non, non ! Au contraire, je suis fier de toi. Tu assumes qui tu es et cela force l’admiration. Et je suis même fier que tu m’aies tenu tête ! »
    Là, je ne peux plus me retenir. Je prends Papa dans mes bras et il me prend dans les siens. Cette étreinte ne s’était pas produite depuis tant d’années ! Et elle nous fait un bien fou.
    « T’as une cousine vraiment chiante, il me glisse, comme pour désamorcer le trop plein d’émotions.
    —    Je ne te le fais pas dire ! Mais heureusement qu’elle sait mettre les pieds dans le plat quand il le faut !
    —    Ah, qu’est-ce que ça me fait plaisir de voir mes deux hommes reconciliés ! fait Maman en apportant de la glace.
    —    C’est pas trop compliqué cette relation à distance ? me questionne Papa.
    —    Si, bien sûr que c’est compliqué !
    —    En plus, les nanas doivent lui tourner autour à Paris. Il est beau garçon.
    —    Certainement. Mais ça fait un moment qu’il a arrêté les nanas. »
    Ulysse apparaît à l’écran et je me fais la réflexion que ce sont plutôt les garçons qui m’inquiètent, et ce garçon en particulier. Je sais que Jérém le kiffe et ça ne me rassure pas.
    « Enfin, il essaie d’arrêter les nanas, je poursuis sans m’épancher sur mes véritables inquiétudes. Parfois il a des aventures pour faire croire aux autres qu’il est comme eux.
    —    Et c’est pas trop dur de vivre ça ?
    —    Je n’ai pas le choix. C’est le prix de sa tranquillité et, par ricochet, de la tranquillité entre nous deux.
    —    Ça ne doit pas être simple pour lui de s’assumer dans le milieu sportif.
    —    C’est très compliqué, en effet. Mais on fait attention, on reste discrets.
    —    Faites attention à vous, enchaîne Papa. Tu n’es pas sans savoir qu’il y a des cons qui cherchent à faire du mal aux gars comme vous.
    —    Je sais. Je te promets, on fera gaffe. »

    Cette conversation avec Papa me met du baume au cœur. Ça me soulage d’un grand poids.
    Une heure vingt plus tard, le coup de sifflet de l’arbitre notifie la victoire par 27 à19 du Stade Français. La caméra montre une dernière fois Jérém, le front ruisselant de transpiration, le maillot collé sur les pecs ondulant au rythme de la respiration rapide après l’effort. Ulysse s’approche de lui et doit lui balancer une vanne parce que mon beau brun sourit. Ah putain, quel beau sourire ! Et quel beau vainqueur !
    Ulysse prend Jérém dans ses bras pour le féliciter. Toujours génératrices de frissons et de fantasmes cette proximité entre potes sportifs. Mais aussi d’inquiétudes, en ce qui me concerne. Qu’est-ce que ressent Jérém à cet instant, alors que les bras de son pote l’enserrent, alors que son corps chaud se presse contre le sien, alors que la main du beau blond se pose sur son cou ?

    La naissance de Lucie, le traité de Paix avec Papa, Jérém à la télé, remportant une magnifique victoire avec son équipe. Ce week-end est l’un des plus heureux de ma vie. Pour que ma joie soit encore plus grande, il faudrait que je puisse prendre mon bobrun dans mes bras. Cela ferait taire les inquiétudes qui ne me lâchent pas et qui gâchent en partie ce bonheur.
    Faute de pouvoir le serrer contre moi, je lui envoie un message pour le féliciter pour son match. J’essaie de l’appeler plus tard dans la soirée, mais je tombe sur son répondeur.

    Les jours suivants, Jérém me manque d’une façon indicible. Chaque matin je me lève en pensant à lui, chaque soir je m’endors en pensant à lui. Nos coups de fil, bien que plus rares qu’en tout début de saison, me font du bien, mais n’effacent pas la frustration de ne pas pouvoir être avec lui. Au contraire, j’ai l’impression qu’après chaque coup de fil, ma frustration n’est que plus grande.
    Albert a raison, la distance entretien le manque, et le manque entretient le désir de revoir l’autre. Mais ce désir a un trop grand prix, car le manque est insupportable. Et quand le manque devient souffrance, l’amour devient bourreau.
    Je lance l’idée de monter à Paris, mais Jérém ne semble pas très réceptif. D’autant plus qu’après la magnifique victoire contre Clermont Ferrand, le Stade Français connait un passage à vide marqué par deux défaites consécutives. Je sens que Jérém redevient soucieux, et distant. Je sens que ses doutes reprennent le dessus et qu’il se referme sur lui-même. Je sens que ma place dans sa vie rétrécit à nouveau.
    Il faut attendre le premier week-end de décembre pour que le Stade Français renoue enfin avec la victoire. Une victoire qui n’a pas été facile pour autant. Deux joueurs ont subi des blessures. Jérém a raté deux occasions de marquer, et jusqu’à la fin de la deuxième mi-temps le Stade apparaissait dominé par l’adversaire. Une victoire qui ne s’est décidée que sur un tout petit point à quelques secondes du coup de sifflet final, un point dont Jérém n’est pas le faiseur non plus.

    Jeudi 12 décembre 2002

    Dans la capitale, les décorations et autres illuminations de Noël habillent les rues et les magasins. L’ambiance est à la fête, mais il fait un froid de canard. Et ça me donne tellement envie de me blottir dans les bras de mon bobrun !
    Et c’est ce que je fais dès mon arrivée à l’appart. Je le prends dans mes bras, et lui dans les siens, et nous passons un long moment à nous embrasser, à nous câliner.
    « Tu m’as trop manqué ! » il me glisse entre deux bisous.
    Ça fait plaisir d’entendre ces mots dans sa bouche. Il a fallu que j’insiste lourdement pour arriver à le convaincre de me recevoir, mais mes efforts sont payants.
    Jérém ôte son pull et son t-shirt. Sa demi-nudité me donne le tournis comme à chaque fois. Le bobrun enlève ma veste, déboutonne me chemise. Il me suce, avec douceur, avec adresse, avec amour. Puis nos corps s’emboitent, se reconnaissent, se retrouvent, vibrent à l’unisson. C’est bon de retrouver cette complicité des plaisirs, cette intense envie d’être bien avec l’autre.

    Hélas, après la complicité de l’amour, je retrouve un Jérém silencieux, soucieux, inquiet. Je sais ce qui le tracasse, et j’essaie de lui en parler.
    « Alors, comment ça se passe dans l’équipe ?
    —    Pas terrible en ce moment…
    —    Mais vous avez gagné samedi dernier…
    —    Tu parles, on a eu un coup de bol ! Ce match était complètement raté. On a failli se faire baiser encore. En plus, deux joueurs se sont blessés !
    —    J’ai vu qu’Ulysse n’était pas sur le terrain.
    —    Il a un problème à la cheville. Il s’est blessé aux entraînements. Rien de grave, mais il est immobilisé au mieux jusqu’à Noël.
    —    Ah, zut !
    —    Et avec les remplaçants ce n’est pas du tout le même trip.
    —    L’important c’est que vous ayez gagné.
    —    Je crains pour les matches à venir, surtout celui du week-end prochain contre Castres. Sans Ulysse, je ne suis pas à l’aise.
    —    Tu es un bon joueur et tu vas tout donner !
    —    C’est lui qui me file la plupart des passes qui me font marquer. T’as vu comment ça s’est passé samedi, Ulysse n’était pas là et j’ai complètement foiré le match !
    —    Je crois savoir que dans le sport il y a des hauts et des bas.
    —    En ce moment, c’est plutôt des bas, plus bas que terre, même !
    —    Je suis sûr que tu vas refaire des matches formidables comme celui contre Clermont.
    —    Si seulement c’était vrai !
    —    J’ai vu de quoi tu es capable, Tommasi ! Le premier essai que tu as marqué était magnifique !
    —    Tu l’as regardé ?
    —    Oui, avec mon père, en plus.
    —    Avec ton père ?
    —    Oui, Monsieur. Et il était en admiration devant toi. Il a dit que tu avais tout pour devenir un grand champion.
    —    C’est vrai, ça ?
    —    Eh oui, c’est vrai. Nous avons même réussi à faire la paix.
    —    Content pour toi…
    —    Allez, Jérém, arrête de te prendre le chou. Ce qui est fait est fait, et tu ne le changeras pas. Maintenant il faut regarder droit devant ! Je sais que tu as le potentiel, tu l’as montré à plusieurs reprises.
    —    Allez, je pars à la douche, coupe court le bobrun. Ce soir on est de sortie.
    —    Comment, ça, de sortie ?
    —    Ulysse a proposé de sortir dîner avec sa copine Nathalie.
    —    Ah, tu m’avais pas dit…
    —    Ça s’est décidé cet aprèm. »

    Même si je ne suis pas sûr de me sentir à l’aise avec Ulysse et sa copine, ça me fait plaisir de voir du monde avec Jérém. Déjà parce que ça nous sort de notre tête à tête permanent. Non pas que ce soit désagréable, mais le fait de voir du monde est une idée qui me plaît assez. Je me dis que cette soirée permettra peut-être à Jérém de se changer les idées, et je crois qu’il a en a bien besoin. Ulysse saura le faire rire et le détendre, j’en suis certain.

    Nous retrouvons Ulysse et sa copine directement au resto. Le regard du boblond est toujours aussi clair et lumineux, son sourire toujours aussi charmant. Un brushing un brin moins soigné qu’à l’ordinaire, associé à un blouson en cuir posé sur un t-shirt noir qui met bien en valeur ses jolis pecs, lui donne une allure un brin baroudeur qui lui va super bien. Sa belle barbe est toujours aussi tentante. Sa poignée de main est toujours aussi puissante.
    Quant au regard direct, les yeux dans les yeux, avec lequel il l’accompagne, c’est carrément troublant. J’ai l’impression que ses yeux envoient un rayon laser capable de pénétrer au plus profond de mon esprit et de lire tout ce qui s’y passe.
    Avant de s’assoir à table, Ulysse tombe son blouson. Son t-shirt noir s’avère tout aussi ajusté à ses épaules, et à ses biceps épais. Le noir du coton produit un délicieux contraste avec sa peau claire.
    Tout le contraire de ce qui se passe pour Jérém qui lui, a choisi une chemise blanche ajustée à sa plastique de fou pour mettre en valeur la couleur mate de sa peau de Toulousain aux origines napolitaines. Les deux boutons du haut laissés négligemment ouverts, ce n’est pas trop, ni trop peu, c’est juste assez pour laisser entrevoir quelques petits poils de la naissance de ses pecs, pour donner envie de plonger dedans tête la première.
    Nathalie, la copine d’Ulysse, est une jolie nana rousse, souriante et rigolote. La complicité du petit couple est pétillante. Ils sont jolis à voir tous les deux, et je trouve qu’ils vont très bien ensemble. Je me fais la réflexion que la copine d’Ulysse s’appelle Nathalie, comme la Maman du petit Lucas, le petit garçon de Thibault. Ulysse a l’air vraiment amoureux, et cela me rassure.

    Au fil du repas, la complicité entre Jérém et Ulysse prend peu à peu le pas sur celle entre le boblond et sa copine. Les deux potes parlent de rugby, bien évidemment. Mais aussi d’histoires improbables arrivées à leurs coéquipiers. Comme celle concernant l’un de leurs coéquipiers qui a été surpris en train de se faire pomper dans un local du centre d’entraînement, et qui est depuis surnommé « Pipe ». Les histoires de Pipe sont rocambolesques, car le gars n’en est pas à son coup d’essai en matière de sexualité débridée.
    Ulysse est très drôle et il sait mettre l’ambiance. Sa copine n’est pas en reste, elle arrive toujours à rebondir sur la conversation et à en remettre une couche. Jérém semble bien s’amuser. Je n’ai pas tous les repères pour participer à cette discussion, mais je passe une bonne soirée. Je suis surtout heureux de voir Jérém heureux. Son visage s’illumine quand Ulysse est là, comme c’était le cas avec Thibault. Ulysse possède vraiment ce pouvoir extraordinaire de mettre Jérém à l’aise, de le faire rire, de le détendre. C’est le pouvoir d’un pote en qui il a confiance, et avec lequel il se sent bien.
    Leur complicité est si forte que Nathalie ne manque pas de le souligner.
    « On dirait qu’ils ont un numéro de cirque : il y en a un qui épluche les oignons, et l’autre qui pleure ! Ils sont toujours fourrés ensemble ces deux-là. Parfois j’ai l’impression que tu es maqué avec ton pote et non pas avec moi, elle plaisante.
    —    Ne sois pas jalouse, ma puce, plaisante Ulysse à son tour. Jérém est un gars sympa, et on s’entend bien tous les deux.
    —    C’est vrai, confirme Jérém, on s’entend bien ! »

    [C’est vrai, vous vous entendez vraiment bien Ulysse et toi. Tu te sens bien avec lui. Il sait voir le positif partout, et son optimisme est contagieux. Il croit en toi, et il te le fait sentir. Il croit en toi, même quand tu te plantes, même quand tu arrêtes de croire en toi. Ça fait du bien d’avoir un pote qui t’empêche de baisser les bras. Sa droiture, sa bienveillance, sa bravoure t’inspirent le respect, forcent ton admiration, suscitent la fascination.
    Mais tu sais bien qu’il n’y a pas que ça.
    Quand tu regardes Ulysse, tu vois le beau garçon qui te fait terriblement envie.
    Mais il n’y a pas que ça non plus.
    Ulysse sait toucher en toi des cordes sensibles qu’un seul autre garçon avait su faire vibrer auparavant.
    Mais auparavant, ce n’était pas aussi clair dans ta tête. Auparavant, tu n’osais pas admettre que ces cordes avaient le droit d’exister et de vibrer en toi.
    Quand Thibault a fait vibrer ces cordes, tu as fait des pieds et des mains pour faire semblant de n’avoir rien ressenti. Pour essayer de détourner ton attention, tu as couché avec toutes les nanas que tu pouvais mettre dans ton lit.
    Les sentiments que tu ressentais pour Thib étaient ambigus, mélangés, impossibles à démêler. Thib était ton meilleur pote et tu t’es empêché de laisser ces sentiments te gagner. Il était comme un frère pour toi et tu ne pouvais pas laisser ton attirance et tes sentiments prendre la place de cette amitié dont tu avais profondément besoin.
    Et même si tu savais qu’il était attiré par toi, même si vous aviez parfois fricoté tous les deux, tu as toujours pensé à lui comme à un gars hétéro, qui aurait une vie d’hétéro.
    Tu sais qu’Ulysse aussi est hétéro. Et pourtant, tu ne peux t’empêcher de craquer pour lui].

    La soirée se passe dans la bonne humeur. Le dîner se termine vers 23 heures. Les deux joyeux lurons ne sont pas pressés de rentrer car leur entraînement du lendemain commence tard dans la matinée. Nathalie, qui se lève de bonne heure, annonce qu’elle va nous laisser entre garçons et qu’elle rentre toute seule.
    « T’es sûre que ça t’embête pas ? » la questionne le boblond, un brin éméché, encore plus craquant qu’à l’ordinaire. C’est fou comme quelques verres d’alcool, à condition que l’ivresse se manifeste avec un état joyeux et un certain degré de désinhibition, peuvent rendre un garçon encore plus attachant et sexy.
    « Bah non. De toute façon, dans l’état où tu es, à part ronfler dès que t’auras touché le matelas, je ne vois pas ce que tu pourrais faire » elle le cherche.
    Dans ma tête, je me dis que la cloison ne tanguera pas ce soir.
    « Je me rattraperai demain soir, promis !
    —    T’as intérêt !
    —    Je rentre pas tard ma puce !
    —    Nico, surveille mon petit poussin pour qu’il ne fasse pas de bêtises. Je ne demande pas à Jérém, il est pire que lui ! »
    Je me fais la réflexion que le petit poussin est plutôt un très beau poulet, voire un magnifique coq.
    « C’est pas vrai ! fait Jérém, la voix cassé par l’ivresse.
    —    Tu parles ! Il t’a raconté que la semaine dernière, lui et son pote ici-présent, plus deux autres mecs de l’équipe, se sont retrouvés au poste pour tapage nocturne à la sortie d’une boîte de nuit ? me questionne Nath.
    —    Ah non, je n’avais pas eu l’info !
    —    Ça c’est parce que la fliquette nous kiffait, fait Ulysse.
    —    Elle voulait abuser de nous, se marre Jérém, mais nous on a résisté.
    —    En même temps, c’était un thon ! fait Ulysse.
    —    C’est clair…
    —    Je suis sûr que s’il avait été là, Pipe se la serait tapée quand même !
    —    Plutôt deux fois qu’une ! »
    Les deux coéquipiers éclatent de rire.
    « C’est ça, avec 3 grammes dans le sang, vous deviez être beaux à voir ! Et surtout bons à rien faire !
    —    Bonne nuit ma chérie. Tu sais que tu es la seule qui compte pour moi » fait Ulysse en s’approchant d’elle. Il prend son visage délicatement entre ses mains et l’embrasse doucement.
    « Je sais, je sais. Rentre pas trop tard. Je dors moins bien quand tu n’es pas là. »
    Ils sont vraiment mignons ces deux-là.

    Pour notre fin de soirée entre mecs, nous nous retrouvons à l’appart de Jérém, en train de siffler des bières. Ulysse propose une partie de jeu vidéo. Jérém, visiblement un brin éméché, me laisse commencer.

    [Installé dans le canapé, et alors que l’ivresse te fait planer (tu crèves d’envie d’un joint, mais tu sais que si tu te fais choper au contrôle, tu ne vas pas pouvoir jouer les prochains matches et tu ne veux pas prendre le risque), tu regardes Ulysse et Nico en train de jouer.
    Tu te dis que tu es bien avec Nico, car ce garçon t’apporte énormément de bonheur. Avant Nico, tu ne voulais pas être gay. Après Nico, tu as compris que tu l’étais et que si tu voulais avoir un espoir de vivre heureux, il fallait l’accepter. Nico a réveillé ta conscience. Nico t’a permis de faire la paix avec toi-même. Maintenant, tu sais qui tu es. Tu ne veux toujours pas que les autres le sachent. Mais toi, tu le sais, tu le sais très bien.
    Nico te fait du bien, mais c’est quelqu’un qui a besoin d’une épaule sur laquelle se reposer. Tu essaies parfois de lui offrir cette épaule, mais elle n’est pas assez présente et pas assez solide pour l’apaiser durablement.
    Le fait est que tu cherches toi aussi une épaule solide contre laquelle te reposer. Car tu as toi aussi toujours besoin d’être rassuré. De ta peur d’être abandonné, de ta difficulté à assumer qui tu es dans un milieu que tu ressens hostile à ta véritable nature, de ton manque de confiance en toi, de ta difficulté à t’aimer toi-même. Malgré tes bons résultats, tu as du mal à te dire que tu seras un jour un grand joueur. Et tu as le plus grand mal du monde à imaginer qu’un jour tu puisses devenir un joueur, et encore moins un gars comme Ulysse. Parce que tu ne te sens pas à la hauteur. Parce qu’au fond de toi, tu ressens toujours cette petite voix qui te dit que tu n’es qu’un minable pédé, et qu’on ne peut pas devenir un grand joueur en étant un petit pédé. Et il n’y a même pas besoin que le monde soit au courant. Tu le sais, et ça te pompe une énergie folle. Tu as du mal à te dire que tu es quelqu’un de bien, tu as du mal à admettre que tu mérites d’être aimé.
    Oui, tu as besoin d’être rassuré, Jérémie Tommasi. Et Nico est trop loin pour remplir ce rôle. Il est trop fragile. En fait, ce n’est même pas ça. En fait, Nico n’est pas suffisamment mûr pour remplir ce rôle. Tu as toujours rêvé de bras protecteurs. Et dans tes rêves plus ou moins conscients, ces bras ont été un temps ceux de Thibault. Tu rêves toujours de bras protecteurs. Et dans tes rêves d’aujourd’hui, bien conscients, ces bras ce sont désormais ceux d’Ulysse.
    Tu te demandes parfois où tu serais aujourd’hui si tu avais écouté la vibration de ces cordes quand c’était Thibault qui les faisait frémir. Et maintenant, Ulysse fait à nouveau vibrer ces cordes. Et il les fait vibrer encore plus fort, beaucoup plus fort. Parce que tu es davantage réceptif. Parce qu’Ulysse a une maturité que Thibault n’avait pas, pas encore, lui non plus.
    Et quand tu es seul dans ton lit, tu te demandes ce que tu ressentirais s’il était là, s’il te prenait dans ses gros bras, s’il te collait contre son torse chaud. Tu as l’impression que dans ses bras, tu te sentirais heureux].

    Ulysse me met une sacrée raclée à ce jeu de courses de voitures. C’était couru d’avance. C’est la première fois que je joue à ce jeu, et ma dextérité avec une manette est toujours la même, c’est-à-dire inexistante. Tout comme mon intérêt pour le jeu vidéo en général. Ajoutons à cela la proximité du boblond, son attitude exubérante sous l’effet d’une délicieuse petite ivresse, la fragrance qui se dégage de lui et dans laquelle je reconnais celle du parfum que j’ai offert à Jérém pour son anniversaire, on tient là toutes les raisons qui m’ont amené à ma défaite cuisante.
    Ulysse remporte donc la première course haut la main, et il met Jérém au défi de le battre. Le bobrun accepte enfin de s’extirper de son canapé et prend ma place.
    « Je vais te mettre une branlée, mec, il glisse à son pote.
    —    Tu es tellement rond que je ne devrais même pas te laisser prendre la manette, mec, plaisante Ulysse.
    —    Je vais te défoncer !
    —    Hâte de voir ça, mec ! Depuis le temps que je te mets des raclées, tu devrais savoir que tu n’as pas de chances ! »
    La course entre la McLaren d’Ulysse et la Ferrari de Jérém est très serrée. Les deux pilotes se tirent la bourre du début à la fin de la course. C’est finalement l’écurie de Maranello qui l’emporte sur le fil du rasoir. L’écurie anglaise demande la revanche. Le pilote de l’Italienne accepte. Au bout d’une nouvelle course à fond la caisse, Ulysse tient sa revanche.
    La dextérité des deux pilotes semble tenir d’un talent d’inné, un talent pourtant affûté par de longs entraînements. Je me dis qu’ils ont dû passer pas mal de temps à jouer ensemble. En fait, comme l’a bien dit Nathalie, ces deux-là passent beaucoup de temps ensemble. D’où leur belle complicité.
    Une complicité qui me rend même un peu jaloux. Car c’est une complicité de vécu commun, de destin commun. Ulysse a la chance de côtoyer Jérém au quotidien, d’être son meilleur pote et son confident. Il le connait surement mieux que moi. Et il a peut-être capté qu’il le kiffe. Est-ce que pendant tout ce temps passé ensemble ils n’ont vraiment fait que jouer ? Leur complicité tactile me questionne.
    Après deux victoires pour l’écurie italienne et deux pour l’écurie anglaise, les courses sont suspendues pour cause d’épuisement des pilotes. Autour d’un dernier verre, Jérém et Ulysse en viennent à parler des difficultés que connait l’équipe depuis plusieurs journées et de la pression que le staff met sur les joueurs.
    « Je ne vois pas comment on va pouvoir redresser la barre. Tu ne rejoueras pas avant la nouvelle année et on a plusieurs autres joueurs titulaires à l’arrêt pendant des mois.
    —    On a perdu la tête du championnat, mais on peut encore rattraper le coup. J’ai déjà connu ça, des moments compliqués. Il ne faut pas se décourager, il faut continuer à travailler, et les bons matches vont revenir. Tu es un très bon joueur Jérém, et tu n’as besoin de personne pour marquer des points.
    —    Si, j’ai besoin de tes passes.
    —    Non, tu as besoin de te faire confiance, et rien de plus. »
    Le boblond enchaîne en nous racontant ses débuts quelque peu chaotiques dans le rugby. Il nous parle de ses difficultés à s’intégrer dans le centre de formation, du fait que les joueurs plus âgés ne lui avaient pas simplifié la tâche. Il nous raconte d’avoir souffert du fait que pendant un temps l’entraîneur ne croyait pas en lui.
    « J’ai dû m’accrocher, et j’ai fini par y arriver. Vous les gars du Sud, il continue, vous êtes biberonnés à la sauce rugby depuis votre naissance. Alors que nous, les gars du Nord, on ne baigne pas dans la même ambiance, et on doit galérer davantage pour progresser. »
    Jérém écoute attentivement le récit de son pote. Et comme la dernière fois, j’ai l’impression qu’il boit ses mots. Et même plus que la dernière fois. En fait, j’ai l’impression que l’admiration pour son pote est en train de se muer en quelque chose de plus fort. L’effet de l’alcool est là, certes, et cela peut expliquer en partie son regard pétillant et caressant. Et pourtant, je n’arrête pas de me dire que lorsqu’il regarde Ulysse, Jérém a comme des étoiles dans les yeux.
    « Si j’y suis arrivé, toi aussi tu peux le faire. Tu es bien meilleur joueur que je ne l’étais à ton âge. Tu es un gars du Sud ! Allez, secoue-toi, et tu vas tout défoncer !
    —    Allez, une autre bière ! lance Jérém.
    —    Non, pas pour moi, fait Ulysse. Je vais vous laisser les gars.
    —    Déjà ? fait Jérém, visiblement déçu.
    —    Il est déjà presque une heure, mec. Nath m’attend, et vous avez besoin d’être un peu seuls tous les deux.
    —    Et si tu… »se lance Jérém.
    Mais sa phrase reste tronquée, comme étouffée dans sa gorge. Il s’en suit un instant de silence qui me paraît durer une petite éternité.
    Et si tu… quoi ? Où est-ce qu’il veut en venir, au juste ?
    « Et si tu restais dormir ? il finit par se reprendre.
    —    C’est gentil mais je vais y aller, sinon Nath va me pourrir.
    —    T’es sûr que t’as envie de faire la route ?
    —    Non, j’ai pas envie, mais je vais rentrer quand même. En plus, j’ai pas d’affaires pour me changer demain matin.
    —    Je t’en prêterai.
    —    Et je ne te les rendrai pas, comme les autres fois ! » plaisante le boblond.
    Comme les autres fois. Alors c’est déjà arrivé qu’Ulysse reste dormir chez Jérém.
    « Allez, bonne nuit les gars ! Et toi arrête de boire, tu dois être en forme demain ! » il lance à Jérém avant de nous quitter.

    La porte d’entrée vient tout juste de se refermer derrière le boblond et Jérém s’allume une clope sans même prendre la peine de s’approcher de la fenêtre. Il fume en silence. Il a l’air épuisé. Mais surtout, contrarié. J’ai l’impression que c’est le refus d’Ulysse de rester passer la nuit à l’appart qui l’a mis dans cet état. Est-ce qu’il avait envie que son coéquipier partage notre nuit, notre lit, notre plaisir, comme d’autres gars l’ont fait par le passé ? Est-ce qu’il est déçu de ne pas avoir été plus clair, de ne pas avoir osé ?

    « Ça va, P’tit Loup ?  j’essaie d’établir un contact.
    —    Je suis naze.
    —    Il est vraiment sympa Ulysse.
    —    Ouais…
    —    T’es contrarié parce qu’il n’est pas resté dormir ? j’y vais franco.
    —    Non, pas du tout.
    —    Ou parce qu’il n’a pas compris que tu avais envie qu’il passe la nuit avec nous ?
    —    Quoi ? il semble s’étonner.
    —    T’avais pas envie qu’il passe la nuit avec nous ?
    —    Et toi ? »
    Voilà, une question en réponse à ma question. C’est tout Jérém, ça. Et pourtant, derrière sa question, se cache bel et bien une réponse. La confirmation du fait que je ne m’étais pas trompé.
    « Moi, je n’en sais rien. Tu crois qu’il aurait été partant ?
    —    Je n’en sais rien…
    —    Je pense que ça aurait été dangereux de lui proposer, je considère. Si jamais il avait dit non, ça aurait été gênant. Et si jamais il était partant, ça risquait d’être compliqué à gérer après… vous vous voyez tous les jours, et en plus il a une copine, et… »
    Ça, ce sont les raisons « politiquement correctes ». Mais les véritables raisons sont autres. La véritable raison, c’est ma peur.
    « Et tu es jaloux… » il me coupe net.
    Evidemment que je suis jaloux ! Je suis jaloux parce que j’ai peur. J’ai peur qu’il goûte à la virilité d’Ulysse et qu’il ne puisse plus s’en passer. Et que ce dernier ne puisse plus s’en passer non plus. Je suis loin, et Ulysse est près, très près, trop près de lui. J’ai peur que le bonheur des corps éveille des sentiments. J’ai peur qu’il m’oublie. Oui, je suis jaloux. Mais ça, je ne peux pas l’admettre devant lui.
    « Pourquoi tu dis ça ? je fais semblant de m’étonner à mon tour.
    —    Parce que je le sens, parce que ça se voit.
    —    Pourquoi veux-tu que je sois jaloux ?
    —    Parce que tu es comme ça !
    —    Dis-moi, alors, est-ce que j’ai des raisons pour être jaloux ? j’insiste.
    —    Mais qu’est-ce que tu vas chercher ?
    —    J’apprends qu’Ulysse a passé pas mal de temps dans cet appart avec toi pour s’entraîner aux courses, et aussi que ça lui est déjà arrivé de passer la nuit ici. Tu ne m’as jamais parlé de tout ça, alors je me pose des questions…
    —    Il n’y a pas de questions à se poser. Uly est un pote, et c’est comme ça qu’on fait avec les potes.
    —    "Uly" est un pote, mais tu ne le regarde pas vraiment comme un pote.
    —    Et je le regarde comment ?
    —    Ça se voit que tu le kiffes ! Surtout quand tu as un peu bu !
    —    Mais ta gueule ! il se braque soudainement.
    —     "Uly" est un pote, mais t’as peut-être envie de coucher avec lui…
    —    Tu me saoules !
    —    La dernière fois que j’étais là, quand tu as voulu que je te prenne…
    —    Quoi ?
    —    C’est pas à lui que tu pensais quand tu m’appelais "mec" pendant que je te…
    —    Ferme-la, va ! il me balance, en se jetant sur moi et en m’embrassant avec une fougue animale.
    —    Il t’excite ce mec, hein ? »
    Pour toute réponse, Jérém soulève mon t-shirt et s’attaque à agacer mes tétons. Sa bouche et sa langue sont animées par une ardeur très excitante.
    « Et ce soir tu t’es dit qu’avec moi entre vous deux ça pourrait marcher… » je m’entends glisser, l’excitation m’apportant un niveau de désinhibition qui échappe à mon contrôle.
    Mais le bobrun est déjà à genoux devant moi, il défait ma braguette et commence à me pomper avec un plaisir non dissimulé, tout en se branlant.
    « Avoue que t’avais envie de me baiser pendant que je le suçais… »
    Jérém ne répond toujours pas. Il continue de me sucer, en redoublant même de vigueur.
    Mon excitation grimpe encore, encore, encore. Sous l’effet du plaisir montant, je sens tous mes freins lâcher, mes limites se pulvériser. Et j’ose tout.
    « Ou peut-être tu avais envie d’autre chose… avec ton pote "Uly"… »
    Jérém me pompe de plus en plus frénétiquement. Je sens que mes mots l’excitent au plus haut point. Il me pompe avec un entrain animal, comme s’il laissait s’exprimer une envie, un désir longtemps refoulé. Comme la dernière fois, mais plus encore que la dernière fois, j’ai l’impression qu’il me pompe comme s’il pompait Ulysse. Sa langue et ses lèvres s’emploient à produire des miracles de bonheur sensuel autour de mon gland. Mes inquiétudes sont anesthésiées par le plaisir qui fait vibrer mon corps tout entier.
    « Montre-moi ce que t’avais envie de lui faire, à ton pote… »
    Des mots, je le sais pertinemment, que je vais regretter plus tard, mais que sur l’instant je ne peux pas retenir.
    « Ça fait dix minutes que je te le montre… je l’entends me glisser, la voix chargée d’excitation.
    —    Je suis sûr que tu ne m’as pas tout montré… » je le chauffe encore.
    Un instant plus tard, Jérém éteint la lumière. L’appart est alors plongé dans une pénombre tout juste modérée par quelques rayons de lumière venant de l’illumination publique filtrant à travers les stores. Une ambiance qui me rappelle celle de certaines nuits dans l’appart de la rue de la Colombette.
    Le bobrun revient sur le lit. Il s’allonge sur le ventre, ses cuisses de rugbyman bien écartées. Je m’allonge sur lui, doucement, je laisse ma queue effleurer sa raie. Je suis dans un état d’excitation tel que j’ai l’impression de pouvoir jouir rien qu’en effleurant sa rondelle.
    Je me glisse lentement en lui, tout en essayant de me retenir. Le bonheur de sentir ma queue enserrée dans le cul musclé de mon beau mâle brun est toujours une sensation des plus incroyables.
    Je regarde ses cheveux bruns, ses épaules solides, ses biceps, ses tatouages, cette chaînette, tout ce qui fait sa virilité, cette virilité qui m’a longtemps été inaccessible, puis accessible uniquement pour satisfaire son plaisir de jeune mâle. Et l’idée qu’il ait évolué au point d’apprécier de laisser ma virilité lui offrir du plaisir me donne le tournis.
    Soudain, je pense à ces milliers, ces millions de gens qui ont vu Jérém à la télé, à tous les passionnés de rugby qui ont apprécié le grand ailier Tommasi. Je pense à toutes ces nanas (et à tous ces mecs, d’ailleurs) qui ont eu envie de lui, qui ont rêvé de se faire sauter par lui. Et je me dis que la plupart d’entre eux et d’entre elles n'imagineraient jamais que le bel ailier qui les a fait fantasmer puisse se donner à un garçon, comme Jérém est en train de le faire avec moi à cet instant précis. Et cette pensée me donne le vertige.
    Jérém frémit, je sens qu’il a vraiment envie de ça, ce soir. De se faire posséder, de se faire pilonner. Je veux lui faire plaisir, alors je commence à le tringler sans plus attendre.
    Sa langue m’a mis dans un tel état, sa rondelle me serre tellement, que l’envie de jouir fait vibrer chacune des fibres de mon corps. Je ne suis pas certain de pouvoir tenir bien longtemps. Je vais essayer de me retenir, mais je sens que ça ne va pas être une mince affaire.
    Sous l’entrain de mes assauts, Jérém souffle d’excitation. Mais très vite, il manifeste l’envie de quelque chose de plus musclé.
    « Vas-y, défonce-moi, mec ! »
    Et bien, voilà, « mec » est de retour. Ulysse est bien là avec nous, dans ma tête, dans la sienne.

    [Pendant que Nico coulisse en toi, tu ne te prives pas de penser à ton coéquipier. Tu le revois à la fin des entraînements, quand il se fout à poil pour partir aux douches, tu revois son corps superbement musclé, et cette queue au repos que tu imagines bien fringante dans le feu de l’action.
    Tu repenses à quand tu squattais chez lui, à quand tu sentais tanguer la cloison qui séparait le séjour où tu dormais et sa chambre, le clic clac où tu te caressais seul et le lit où il faisait l’amour avec sa copine. Tu le revois traverser le séjour après l’amour pour venir se chercher quelque chose à boire dans le frigo, tout juste habillé d’un boxer. Putain, qu’est-ce que tu avais envie de lui ! Combien de fois tu t’es branlé en l’écoutant faire l’amour avec sa copine, combien de fois tu as joui en entendant ses râles étouffés, en l’écoutant jouir, lui.
    Depuis pas mal de temps déjà, à chaque fois que tu te branles, l’image d’Ulysse partant aux douches te hante. Tu as envie de voir sa queue tendue, tu as envie de lui faire plaisir.
    Pendant un temps, tu as eu du mal à l’admettre. Mais désormais c’est clair dans ta tête : tu as envie de lui comme Nico a envie de toi quand tu le baises. Tu as envie de sentir ce que ça fait d’être possédé par un gars aussi viril].

    « Allez, putain, montre-moi qui est le mec ! il revient à la charge.
    —    Je vais bien te niquer, mec ! » je le suis dans son délire.
    Je tente de satisfaire son envie, tout en essayant de me retenir. Je prends appui sur ses fesses musclées, je trouve une position et un angle de pénétration qui m’est très agréable, tout en me permettant de garder mon excitation sous contrôle. Une position et un mouvement que mon bobrun semble également bien apprécier.
    « Oh, putain, ça c’est bon, mec ! Vas-y plus fort, défonce-moi ! »
    J’augmente la cadence de mes va-et-vient, mais pas trop non plus, car je sens que mon orgasme me guette.
    « C’est tout ce que tu sais faire, mec ? » il insiste.
    Je redouble alors la cadence de mes coups de reins et très vite je sens mon orgasme embraser mon bas ventre.
    « Je vais jouir, mec ! »
    La puissance de mon orgasme est décuplée par la succession de contractions de sa rondelle autour de ma queue. Jérém jouit en même temps que moi en se branlant.
    Je suis HS, et je m’abandonne sur le corps de mon bobrun. J’ai envie de le prendre dans mes bras, de le câliner. J’ai envie de lui montrer toute la tendresse que j’ai à lui donner après cette baise torride et animale.
    Mais je n’en ai pas vraiment l’occasion. Le bobrun commence à gigoter pour se dégager et je suis obligé de suivre le mouvement. Un instant plus tard, Jérém passe un t-shirt blanc et approche de la fenêtre pour fumer une clope.
    J’ai envie de lui poser mille questions. J’ai envie de savoir s’il a apprécié ce petit jeu, j’ai envie de savoir ce qui se passe dans sa tête par rapport à Ulysse. Mais son silence intercalé par le bruit étouffé des taffes de cigarette me dissuade de le faire.

    Au lit, nous échangeons un bisou si léger et si rapide que j’ai l’impression qu’il évite mes lèvres. Pas de câlin venant de sa part. Je le prends dans mes bras, mais il dit qu’il a chaud et je me décolle de lui la mort dans le cœur.
    Jérém s’endort vite, mais pas moi. Plein d’idées me tracassent. J’aimerais me dire qu’avec ce petit jeu, en lui offrant une « nuit avec Ulysse » par procuration, je suis parvenu à désamorcer ce désir frustré. Un désir qui, malgré ses négations, le hante, je le sens. Mais une voix au fond de moi me dit que j’ai peut-être ouvert une boîte de Pandore. Et un profond malaise m’envahit.

    Je finis par m’assoupir. Mais pas longtemps. Je suis réveillé par ce qui se passe à côté de moi. Au beau milieu de la nuit, Jérém est en train de se branler. Il pense à quoi, il pense à qui ?
    « J’ai envie de toi, Jérém » je lui glisse.
    Le bobrun semble hésiter, puis il bondit entre mes cuisses. Il saisit mes fesses offertes avec ses mains puissantes, il crache dans ma rondelle et envoie son gland gonflé à bloc étaler sa salive. Un instant plus tard, il vient en moi.
    Nous faisons l’amour. Ou plutôt, nous baisons. Jérém me pilonne en silence. C’est animal. Non, c’est simplement mécanique. Ses attitudes ne sont pas celles que je lui connais. Même ses ahanements ne s’expriment pas comme d’habitude. Non, il ne me fait pas l’amour. Il me baise comme il le faisait à l’appart de la rue de la Colombette.
    Certes, nous sommes en pleine nuit, et peut-être qu’il n’est qu’à moitié réveillé. De plus, il doit être encore bien imbibé d’alcool. Mais pendant cette baise je ne reconnais pas le Jérém que j’ai connu depuis le premier séjour à Campan. Et ce Jérém-là me manque, il me manque à en pleurer.
    Pendant qu’il me pilonne, j’ai comme l’impression qu’il n’est pas vraiment avec moi. Est-ce qu’il pense toujours à Ulysse ? Est-ce qu’il s’imagine en train de baiser son coéquipier ?
    Jérém jouit vite et me fait jouir en me branlant. Puis, très vite, il se déboîte de moi. Il s’allonge et se tourne sur le côté. Je ressens une distance de plus en plus grande entre nous et ça me fait peur, ça me fait mal, ça me donne le vertige.
    « Bonne nuit, p’tit Loup… je tente de retrouver un peu de complicité.
    —    Bonne nuit » il lâche sèchement.

    Jérém se rendort. Mais moi, je n’y arrive pas. Je tourne, je retourne dans les draps, j’essaie toutes les positions. Mais il n’y a rien à faire, le sommeil ne veut pas revenir. Les yeux grands ouverts dans le noir, je passe en revue le film de cette soirée. Je revois la complicité entre les deux potes. Et j’essaie de m’imaginer les nombreuses soirées qu’ils ont dû passer ensemble à jouer à ce jeu de Formule 1. J’essaie aussi de m’imaginer les nuits où Ulysse a dormi chez Jérém, et les matins où il lui a emprunté des affaires qu’il ne lui a jamais rendues. Jérém et Ulysse passent vraiment beaucoup de temps ensemble, même la copine du boblond l’a relevé. Que font-ils de tout ce temps ? Le fait que Jérém ait pu envisager un plan à trois avec Ulysse me laisse imaginer qu’il ne s’est jamais rien passé entre eux. Mais comment savoir ?
    Ce qui est certain, c’est que Jérém est très attiré par Ulysse. Je l’ai vu à ses regards, je l’ai vu à son l’attitude.
    Mais est-ce que dans le regard de Jérém il n’y a que de l’attirance ? Est-ce que la profonde admiration qu’il ressent pour son coéquipier ne cacherait-elle des sentiments plus ambigus ?

    Au final, je passe pratiquement une nuit blanche. Ce qui fait qu’au réveil, je suis mort de fatigue. Ce qui fait que je n’ai même pas l’énergie pour essayer de cacher mon malaise et mon inquiétude.
    Vu de l’extérieur, je dois sacrement faire la gueule. Jérém aussi semble faire la gueule. Il ne dit pas un mot et le silence devient vite insupportable pour moi.
    « Tu as bien dormi ? j’essaie de le questionner pendant qu’il fume sa première cigarette de la journée.
    —    Ouais… il lâche froidement.
    —    Moi j’ai pas trop bien dormi.
    —    Le lit n’est pas très confortable.
    —    Parle-moi, Jérém ! je me surprends à lui lancer, comme un appel désespéré, comme un appel à l’aide, alors qu’il vient d’écraser son mégot et qu’il passe déjà son blouson, alors qu’il s’apprête à quitter l’appart.
    —    Tu veux que je te parle de quoi ?
    —    De ce qui s’est passé hier soir, et l’autre fois aussi.
    —    Et qu’est-ce qui s’est passé ?
    —    Tu étais ailleurs…
    —    Mais qu’est-ce que tu vas chercher ?
    —    Tu as envie de lui ?
    —    Arrête, j’avais trop bu !
    —    Il a bon dos l’alcool !
    —    Ne me casse pas les couilles de bon matin !
    —    Tu le kiffes ce gars, hein ?
    —    Mais ta gueule !
    —    Tu le kiffes, oui ou non ? j’insiste, en montant le ton.
    —    Oui, je le kiffe ! T’es content maintenant ? Il me fait de l’effet et je ne peux rien y faire. Je le vois chaque jour dans le vestiaire à poil, c’est dur de ne pas y penser.
    —    Tu as envie de coucher avec lui ? »
    Jérém se rallume une cigarette et il se cache derrière les volutes de fumées pour éviter de répondre.
    « Allez, dis-moi, putain ! j’insiste.
    —    Il n’y a rien à dire !
    —    Mais si, au contraire ! Ça t’a bien plu d’imaginer que c’était ton pote qui te baisait hier soir !
    —    C’est toi qui as voulu jouer à ce jeu, parce que ça t’excitait !
    —    Et toi, non, ça t’excitait pas, non ! C’est pas toi qui a commencé à m’appeler "mec" la dernière fois…
    —    Et donc ?
    —    Tu m’as appelé "mec" , de la même façon que tu l’appelles "mec" .
    —    Tu veux que je te dise quoi, au juste ?
    —    La vérité !!!
    —    Tu veux savoir la vérité ? Alors je vais te la dire, la vérité. La vérité c’est que j’ai envie de me faire baiser par ce mec, ok ? J’ai grave envie de me faire baiser par lui, parce qu’il est bandant. Ça te va comme vérité ? »
    Je l’ai bien cherché, mais ses mots crus me blessent comme un coup de poignard.
    « Tu aurais préféré que ce soit lui qui te baise, cette nuit ?
    —    Et comment ! »
    Et là, je sens une colère noire m’envahir.
    « T’es qu’un connard !
    —    Et toi t’es qu’un casse-couilles !
    —    Tandis qu’Ulysse, lui, c’est un Dieu !
    —    Non, Ulysse n’est pas un Dieu. Ulysse c’est un Homme, lui ! »

    Bam ! En pleine figure. Le pire, c’est que par cette simple expression, « un Homme », Jérém a précisément mis le doigt sur quelque chose que j’ai moi aussi ressenti en côtoyant Ulysse.
    Jérém a raison. Ulysse fait « Homme », avec tout ce que ce mot implique en termes de fascination. Dans ma tête, et j’imagine dans la sienne aussi, un Homme est un insaisissable mélange de d’assurance et d’humilité, de droiture et de générosité. Son regard sait te grandir, sa présence sait te rassurer et te faire te sentir bien. Un Homme est viril, mais pas dans le sens d’être sanguin ou bagarreur. La virilité dont je parle ici n’a rien de sexuel non plus. Elle réside plutôt dans une attitude faite de calme, de réflexion, de grandeur d’esprit et de bienveillance.
    Du haut de ses 27 ans, Ulysse, coche toutes les cases. Depuis le temps qu’il côtoie le beau nordiste au regard félin, Jérém a eu l’occasion de saisir toutes les nuances de cette « virilité », et d’en tomber sous le charme.
    Un Homme. Un simple mot, et pourtant si chargé de significations. Et si chargé de préoccupations pour moi.

    « C’est donc un homme qu’il te faut à toi…
    —    Arrête, Nico !
    —    C’est vrai, Ulysse en est un. Et pas moi… j’insiste.
    —    Ce n’est pas ce que je voulais dire…
    —    Et pourtant, tu l’as dit ! Et tu as raison. Je ne suis pas un homme, je suis trop jeune pour ça. Ou peut-être bien que je n’ai pas la carrure pour être un homme comme Ulysse. Non, en fait, je ne serais jamais un homme comme Ulysse. Mais ce que je ressens pour toi est réel, je suis prêt à tout pour toi. Je t’aime comme un fou. Mais à l’évidence, je ne te suffis pas…
    —    Il y a des choses que je n’arrive pas à contrôler…
    —    Comme l’attirance pour Ulysse ?
    —    Je sais qu’il ne se passera jamais rien avec lui. Il aime trop les nanas, et puis ce serait trop dangereux pour l’équipe. Hier soir j’ai failli faire une belle connerie, heureusement que je me suis retenu…
    —    Qu’est-ce que tu ressens pour ce gars, au juste ?
    —    Et toi, tu ressentais quoi pour le type de Bordeaux ? »
    Ah, le sujet Ruben revient sur le tapis.
    « Je n’ai jamais été amoureux de lui…
    —    Et pourtant vous faisiez plus que baiser…
    —    Je n’ai jamais eu de vrais sentiments pour lui, même si on faisait du vélo ensemble !
    —    Mais tu avais quand même certains sentiments…
    —    Il me faisait du bien parce que je croyais que tu m’avais laissé tomber ! Mais je l’ai quitté ! Et je ne le regrette pas du tout. Mais tu n’as pas répondu à ma question. Tu ressens quoi pour Ulysse ?
    —    Ce gars me fait du bien.
    —    Du bien comment ? j’insiste.
    —    Uly ne me pose pas de questions, avec lui tout est si simple…
    —    Et avec moi c’est compliqué ?
    —    Toi, tu as tout le temps besoin d’être rassuré. Et je ne peux pas te rassurer tout le temps, parce que moi aussi j’ai parfois besoin d’être rassuré.
    —    Mais je suis là pour toi !
    —    C’est pas avec tes angoisses, tes soupçons et tes questions que tu vas me rassurer ! Tu me fiches la pression pour qu’on se voie, pour passer du temps ensemble, et je n’ai surtout pas besoin de plus de pression ! »
    Jérém écrase son mégot, referme la fenêtre.
    « En fait, ce n’est même pas toi qui me mets la pression, il se ravise. C’est cette situation, cette distance. La pression, c’est l’équipe qui me la met. Il faut gagner, tout le temps. Et quand c’est pas le cas, on nous fait sentir minables. Enfin, c’est moi qui le vis comme ça. Je vois qu’il y en a qui tiennent très bien le coup. Mais moi j’ai du mal, beaucoup de mal. Je déteste décevoir, je déteste qu’on me regarde de travers.
    La pression elle est là, elle est partout. Et Ulysse fait en sorte qu’elle soit moins pénible à supporter. Ulysse est un véritable pote, et je lui dois tout. Je n’aurais jamais signé au Stade sans lui. Je suis beaucoup attaché à lui, c’est vrai. Et je le vois à poil tous les jours dans les vestiaires, ça non plus je ne peux rien y faire. Si je te disais qu’il ne m’attire pas, je te mentirais. Il m’attire à tous les niveaux, physiquement, mentalement. Je ne peux rien y faire, à part prendre sur moi. Mais c’est dur, de plus en plus dur. »
    D’une certaine façon, ce que Jérém vient de me dire me touche beaucoup. Même si ça me fait du mal de savoir qu’il kiffe son coéquipier, je comprends tout à fait qu’il puisse être sous le charme d’un gars comme Ulysse. Je comprends également la difficulté de sa situation, le fait d’être exposé en permanence à la tentation. Et je comprends sa frustration.
    Je le regarde attraper son sac de sport, et se diriger vers la porte. Je réalise qu’il s’apprête à la passer sans même me donner un bisou, sans même me souhaiter la bonne journée.
    « Jérém ! » je l’appelle pour le retenir.
    Le bobrun s’arrête net. Pendant une seconde, je pense qu’il a compris qu’il a oublié quelque chose, qu’il va venir me faire un bisou, qu’il va venir me rassurer (il a raison, j’ai tout le temps besoin d’être rassuré, c’est plus fort que moi), me dire que je n’ai pas à me faire du souci car, malgré ce qu’il peut ressentir pour Ulysse, il tient à moi et que nous nous reverrons bientôt.
    Mais je me mets le doigt dans l’œil.
    « Au fait, tu pars quand ? il lâche froidement, sans presque se retourner vers moi.
    —    J’ai prévu de rester jusqu’à demain.
    —    Ce serait bien que tu rentres aujourd’hui.
    —    Tu es encore en train de me jeter ?
    —    Rentre chez toi, Nico.
    —    Et on se revoit quand ?
    —    Je ne sais pas, quand on pourra.
    —    J’ai envie de rester.
    —    Et moi je n’ai pas envie qu’on se prenne encore la tête, j’ai besoin de me concentrer sur mon match de dimanche prochain.
    —    Tu fais chier Jérém ! Il n’y a que tes matches qui comptent ! Et moi, je fais quoi en attendant ?
    —    T’as qu’à aller retrouver ton Ruben.
    —    Mais t’es sérieux, toi ?
    —    Peut-être qu’il t’attend toujours, il me balance, le regard ailleurs.
    —    Mais c’est toi que je veux, c’est de toi dont j’ai besoin ! Je l’ai quitté pour toi !
    —    Moi je ne peux pas le quitter, et je le vois chaque jour.
    —    Pourquoi tu veux qu’on arrête de se voir ?
    —    Je t’aime beaucoup, Nico, mais tu vois bien qu’on n’y arrive pas. Notre histoire est trop compliquée. Pour moi, et pour toi aussi. Tu mérites mieux que moi.
    —    Tu es en train de me quitter, là ?
    —    J’ai besoin d’être seul. Tu es jaloux, et je le comprends. Mais moi je n’ai pas l’énergie de gérer ça.
    —    Mais Jérém… » je tente d’objecter une fois de plus.
    Mais le bobrun coupe net mon élan désespéré en venant me prendre dans ses bras, et me serrant très fort contre lui.
    « Prends soin de toi, Nico, il me glisse doucement.
    —    Je t’aime, p’tit Loup ! »
    Un long soupir, et un baiser léger sur mon front. Ce sont les derniers gestes de Jérém avant de passer la porte d’entrée et de la refermer derrière lui.









     


    3 commentaires

  • Le jour de l’anniversaire de Jérém, en rentrant de mes cours, je me sens très frustré de ne pas pouvoir fêter cette journée spéciale avec lui. Et encore plus frustré qu’il m’ait annoncé qu’à cause de ses engagements sportifs il ne pourrait pas me recevoir à Paris le week-end qui arrive.

    Jeudi 17 octobre 2002.

    Le lendemain, cette frustration s’est mélangée à un regret lancinant. Je me dis que j’aurais dû tout laisser tomber, monter à Paris et lui faire la surprise. Je me dis que je dois impérativement aller le voir ce week-end, ou lundi. C’est décidé, je vais l’appeler dans la soirée pour lui dire que j’ai trop envie de passer quelques jours avec lui. Ou alors, il est toujours temps de lui faire une surprise. D’autant plus que j’ai sa nouvelle adresse. Oui, j’ai envie de lui faire une surprise.
    Je suis en plein dans mes cogitations, lorsque j’entends taper à la porte. Ça y est, le fameux gâteau annoncé par Albert est prêt. Ça tombe bien, je commence à avoir un petit creux. Je baisse le son de la télé, je saisis la poignée, j’ouvre la porte. Et là, je manque de tomber à la renverse. Mon cœur s’emballe, ma respiration se fige. Je suis instantanément en nage, en apnée.
    Jérém se tient là devant moi, beau comme un Dieu, habillé d’une chemise à petits carreaux noirs et blancs complètement ouverte sur un t-shirt blanc ajusté à son torse sculpté, mettant bien en valeur ses pecs. C’est quasiment pile la même tenue que sur cette photo de lui prise sur la prairie des Filtres et qui me rend dingue. A un détail près. Ses pecs et sa virilité ont pris une ampleur qu’ils n’avaient pas au moment de cette photo d’adolescent. Sur son visage, un beau sourire à la fois charmant et doux.
    « Salut, il me lance.
    —    S… salut » je tente de faire bonne figure, alors que je suis en train de me liquéfier sur place.
    Le bobrun s’avance vers moi, il me serre très fort dans ses bras et m’embrasse comme un fou. La surprise, c’est lui qui me l’a faite.

    Un instant après, le bel ailier parisien me pousse vers l’intérieur de mon studio avec une fougue animale. Ses yeux noirs se plantent dans les miens, et ne les lâchent plus. Son regard charnel me déshabille, comme s’il arrachait mes fringues. Il me fait me sentir nu, et complétement à lui. Le bobrun ne prononce pas un mot. Et pourtant, tout son corps et tous ses gestes parlent de désir, d’ardeurs, d’envies de mâle. Je sens qu’il est chaud bouillant. Je sais de quoi a envie mon beau mâle brun. Je sens que je vais très vite être débordé par sa virilité. En une fraction de seconde, mon excitation grimpe vers des sommets où ma raison flanche.
    Je ne me trompe pas. Après avoir claqué la porte derrière lui, Jérém me colle contre le mur juste à côté. Tout en continuant à m’embrasser avec cet enivrement impétueux, volcanique, il empoigne mes fesses par-dessus le jeans, il les palpe avec ses mains puissantes, les malaxe, les écarte. Je sens les parois de mon trou se tendre. Et cette sensation me rend dingue. J’ai envie de lui, putain, qu’est-ce que j’ai envie de lui, et de me sentir à lui !
    Mais j’ai aussi et avant tout envie de le prendre dans mes bras, de sentir son corps contre le mien, de le couvrir de bisous, d’enfoncer mes doigts dans ses beaux cheveux noirs. Je tente de le serrer contre moi, mais le bobrun se dégage aussitôt. Il a d’autres projets en tête, d’autres priorités. Il défait ma ceinture, ma braguette, il baisse mon froc et mon boxer. Le bout de ses doigts effleure mon pubis et j’ai l’impression que ma queue va exploser. Ses gestes précipités expriment pleinement l’urgence du désir qui l’anime. C’est si bon, c’est divin que de se sentir à ce point convoité par le gars qu’on désire plus que tout, de ressentir cette rencontre parfaite, cette sublime complémentarité des envies.
    Jérém défait sa propre ceinture, baisse son froc et son boxer. Sa queue apparaît, belle, tendue, délicieuse, conquérante. J’ai envie de l’avoir en bouche, j’ai envie de l’avoir dans mon cul, j’ai envie de me faire tringler pendant des heures, et j’ai envie de le faire jouir là, tout de suite.
    En attendant, animé par une pulsion irrépressible, je tente de la toucher, mais le bogoss m’en empêche. Et il me retourne aussitôt, il me plaque face au mur. Je sens sa queue bouillante se caler entre mes fesses. Je n’oublierai pas la première fois où Jérém m’a plaqué contre le mur de cette façon. C’était juste après le bac philo, après que je l’avais chauffé pendant l’épreuve. Et putain, comme il avait été chaud et bien macho dès notre arrivée à l’appart de la rue de la Colombette ! Comment il m’avait montré qui était le mâle dans la pièce. Ce soir, je ne demande pas mieux que de me sentir à lui comme dans cette journée qui, je le réalise, date de presque un an et demi déjà. Comment le temps passe ! Et pourtant, il ne semble pas avoir de prise sur notre envie l’un de l’autre.
    « Tu la veux, hein ? je l’entends me souffler à l’oreille.
    —    Oh, que oui !
    —    Tu la veux dans le cul, c’est ça ?
    —    Putain, oui !
    —    Tu veux que je te baise là, tout de suite ?
    —    Et comment !
    —    Tu as envie que je te jute dedans, hein ?
    —    Autant que tu veux. Mais prends ton temps, baise-moi bien avant !
    —    T’as vraiment envie que je te défonce, toi !
    —    Tu as vu l’effet que tu me fais ?
    —    Tu me kiffes, hein ?
    —    Grave !
    —    Tu kiffes ma queue !
    —    Oh, putain, ouiiiiiiiiiiiiii. Allez vas-y, prends-moi !
    —    Je vais t’enculer, mec…
    —    Vas-y !
    —    Dis-le !
    —    Encule-moi, beau mec !
    Son torse chaud collé contre mon dos, sa façon de me plaquer contre le mur avec toute la puissance de son corps musclé de rugbyman, sa queue qui envahit ma raie, son gland qui titille malicieusement ma rondelle, ses lèvres qui effleurent mon oreille, son souffle qui chatouille ma peau. Ses mots bien choisis pour chauffer à bloc mon imaginaire et mes fantasmes. Ce petit jeu m’excite grave. Sa parfaite attitude de petit con sûr de son pouvoir de mâle dominant embrase mes sens.
    Sa queue tient désormais ma rondelle en joue. Je frémis, je tremble de désir. Qu’est-ce que j’ai envie de l’avoir en moi ! Il fait durer, et l’attente me semble une torture. Aucun autre gars ne sait me chauffer, me faire languir, me rendre dingue à ce point.
    Et puis, ça vient enfin. Jérém crache dans sa main, il enduit sa queue, puis ma rondelle. Il empoigne mes fesses, les écarte. Il laisse glisser son gland en moi et il me pénètre lentement, très lentement. A chaque millimètre d’avancement, un frisson secoue mon corps. J’adore cette sensation de me sentir envahi, rempli, entravé par sa puissance sexuelle. Et ses ahanements, son souffle saccadé traduisant son plaisir à lui ne font que décupler le mien.
    « Oh, putain, qu’est-ce que c’est bon, Jérém, je ne peux m’empêcher de lâcher, sonné par le bonheur de le sentir glisser en moi, alors qu’il n’a même pas encore commencé à me pilonner.
    Le bogoss glisse en moi lentement mais fermement, il s’enfonce en moi jusqu’à la garde. Lorsque son voyage s’arrête, ses couilles se calent lourdement contre les miennes. J’ai le sentiment qu’elles sont bien pleines, et que ce soir je vais recevoir une bonne dose de jus du bobrun. J’ai vraiment envie d’être rempli par son jus.
    Le bogoss passe une main à plat sur mon ventre, et l’autre en travers sur mes pecs. Il me plaque fermement contre lui et commence à me pilonner. C’est à la fois lent, sensuel, puissant. L’intense bouquet olfactif qui se dégage de sa peau vrille mes neurones en profondeur. Le fait est qu’au-delà de son parfum, j’ai l’impression de capter tout un tas de petites odeurs qui parlent de son désir, de sa virilité. J’ai l’impression de sentir un début de transpiration. Mais aussi l’odeur de sa queue qui a envie de jouir. Je ne sais pas si ce sont de véritables sensations olfactives ou si c’est mon excitation qui me joue des tours, mais ça me rend dingue. Son attitude, sa façon de me plaquer contre son corps, de me secouer, d’exciter mes tétons finissent de m’achever.
    Ses couilles caressent les miennes, les percutent doucement, puis plus lourdement. L’ampleur et la cadence de ses coups de reins changent, augmentent peu à peu d’intensité. Son souffle animal se fait de plus en plus brûlant. J’aime quand il est dans cet état, quand son animalité prend le dessus et le pousse à des gestes rares et qui me font un effet terrible. Le beau mâle mordille tour à tour mon oreille, la peau dans mon cou, celle en bas de ma nuque. Le frottement de sa barbe, la fraîcheur humide laissée par sa salive me poussent un peu plus vers une douce folie des sens.
    De l’extérieur, ça pourrait sembler une bonne tranche de baise. Mais au plus profond de moi, je sais que nous sommes quand même en train de faire l’amour. Je sens que Jérém a tout autant envie de jouir que de me faire jouir. Dans son attitude, il y a une sacrée dose de mâlitude, pourtant doublée d’un profond respect. Si ce n’était pas le cas, ça ne pourrait pas être aussi bon.
    « Putain, qu’est-ce que c’est bon, Jérém ! », je finis par lâcher, dans un état second.
    —    Tu as un cul d’enfer ! il me glisse à son tour.
    —    Tu as une queue d’enfer ! »
    Et là, mon bobrun lâche les trois mots les plus excitantes qui existent pour mes oreilles :
    —    Je vais jouir…
    —    Fais toi plaisir !
    —    Je vais te remplir… »
    Je sens son corps se raidir, se plaquer encore plus fort contre le mien. Ses coups de reins cessent d’un coup, sa queue s’enfonce au plus profond de moi. A chaque râle étouffé, son bassin augmente sa pression contre le mien, comme s’il voulait s’enfoncer en moi un peu plus loin encore. Ses couilles écrasent les miennes, sa virilité la mienne. Le bobrun me remplit, giclée après giclée. Et c’est bon à un point inimaginable.
    Ainsi, lorsque sa main atterrit sur ma queue, elle n’a même pas besoin de me branler. Dès que ses doigts enserrent mon gland, je jouis.

    Le bobrun demeure enfoncé en moi, le souffle profond. Il me serre désormais dans ses bras musclés, et je me sens fabuleusement bien. Une douce et intense chaleur monte dans mon ventre et se propage dans tout mon corps jusqu’à mon trou rempli de sa queue et de son jus. Comment il doit être chaud et épais son petit jus de mec !
    Lorsqu’il se retire de moi, mon trou s’en trouve aussitôt délaissé. L’absence de sa queue est tout aussi vibrante que sa présence. Toutes mes chairs pétillent encore autour du souvenir de ses va-et-vient.
    Je me retourne aussitôt, j’ai besoin de le regarder. Sur son front, dans le creux de son cou, sa peau est moite de transpiration. Son beau t-shirt blanc porte désormais de nombreux plis, témoins de l’animalité de notre étreinte. Le coton suit le mouvement de ses pecs ondulant au gré de sa respiration, une respiration profonde, témoignant de l’effort sexuel tout juste accompli. Au-dessous de ses paupières lourdes, je croise son regard assommé de plaisir. Il est tellement beau et touchant !
    Je le prends dans mes bras et je l’embrasse avec la fougue que nous inspire le garçon qu’on aime et qui vient de nous offrir une expérience sensuelle hors normes.
    Quelques instants plus tard, visiblement chauffé par l’effort, Jérém tombe sa chemisette, laissant ce beau t-shirt blanc, magnifique artifice pour sublimer un torse spectaculaire, aveugler mon regard. Ah, putain, comment les manchettes moulent bien ses beaux biceps !
    Sans un mot, il m’entraîne vers le lit. Il s’allonge, et je me blottis dans ses bras.
    « Qu’est-ce que j’aime faire l’amour avec toi… je l’entends me glisser après un soupir de bien-être.
    —    Je croyais que tu voulais me baiser… je le cherche, pour le fun.
    —    Oh que oui ! Je t’ai bien niqué, hein ? il me cherche à son tour, un sourire malicieux et craquant au bord des lèvres.
    —    Très bien niqué… et bien plus que ça !
    —    Bien plus que ça, oui…
    —    Pour moi ça a été plus que ça dès la première fois à ton appart à Toulouse.
    —    Je sais…
    —    J’avais envie de tout avec toi. J’avais envie de te sentir contre moi, j’avais envie de coucher avec toi, j’avais envie de te donner du plaisir. Mais, plus que tout, j’avais envie d’exister pour toi.
    —    Tu existais depuis un bon moment…
    —    Je ne le savais pas, j’avais l’impression que tu ne me calculais pas du tout. Je te croyais hétéro !
    —    C’est vrai que je n’ai rien fait pour t’aider à comprendre.
    —    Si j’avais su, je t’aurais invité à réviser chez moi bien plus tôt !
    —    Je ne sais pas si j’aurais accepté. Avant, je n’aurais pas été prêt et je t’aurais jeté. Tu l’as fait au bon moment.
    —    T’étais vraiment un sacré petit con !
    —    Ça, tu peux le dire !
    —    Tu t’es quand même bien amélioré depuis !
    Le bogoss me sourit et je fonds. Je regarde sa nudité, son torse musclé et délicieusement poilu, ses épaules, ses pecs, ses abdos, ses cuisses, ses mollets, sa belle queue. Je regarde le garçon que j’aime, qui vient tout juste de me faire l’amour, je le contemple dans le doux abandon après l’orgasme. Et je me dis que parfois, même après bientôt deux ans de complicité sensuelle et de jouissance, j’ai encore du mal à croire que c’est moi que ce petit Dieu mâle a choisi pour découvrir le plaisir entre garçons. Et j’ai encore plus de mal à me dire que ce petit Dieu, je crois bien qu’il m’aime lui aussi.
    « Si je me suis amélioré, c’est parce que tu es mon Ourson, finit par lâcher le beau rugbyman en me serrant très fort dans ses bras puissants.
    —    Et puis, toi aussi, t’as grandi, il continue.
    —    Si j’ai grandi, c’est parce que tu es mon p’tit Loup ! je lui glisse, en plongeant mon visage dans le creux de son épaule, les yeux rendus humides.
    —    Ah, j’oubliais, je me souviens d’un coup, j’ai quelque chose pour toi.
    —    Tu as quoi ?
    —    Un petit cadeau pour ton anniversaire.
    —    Mais moi je n’ai rien prévu pour le tien !
    —    Tu rigoles ? Tu as prévu Campan, et tu es revenu ce soir ! Ta présence est le plus beau cadeau du monde ! ».
    Un nouveau sourire s’esquisse sur sa belle petite gueule de mec et c’est le plus beau des remerciements. Je tends le petit paquet à Jérém qui le déchire aussitôt.
    —    Ah, cool, j’aime bien celui-ci. L’un des gars de l’équipe le porte et il sent super bon !
    —    Dois-je comprendre que tu t’approches suffisamment, je dirais même excessivement, ou plutôt dangereusement, même, de la peau de ce gars pour sentir son parfum ? je le cherche.
    —    Possible… il se marre.
    —    Petit con, va !
    —    N’importe quoi ! Quand il revient de la douche il en met tellement qu’il en fait profiter à toute l’équipe !
    —    Mouais… je feins de m’offusquer.
    —    Ta gueule, Ourson !
    —    Ah, « ta gueule » c’est ta façon de me remercier du cadeau ? je plaisante.
    —    Ta gueule et merci pour ce cadeau !
    —    De rien, de rien. L’année prochaine l’Ourson t’offrira une boîte remplie d’oursins.
    —    Tu seras mon Oursin, alors…
    —    T’es qu’un sale type ! je l’apostrophe, tout en claquant un chapelet de bisous sur son cou.
    —    Tu sais de quoi j’ai envie ? il me glisse.
    —    Dis-moi ?
    —    D’aller nous faire un resto et de te refaire l’amour après…
    —    Ça me paraît être un programme tout à fait raisonnable… à un détail près…
    —    Quel détail ?
    Et là, on entend toquer à la porte.
    « Tu attends quelqu’un ? fait Jérém, soudainement crispé.
    —    Non… je lui réponds, pas du tout sûr de moi, alerté par sa crispation soudaine.
    Dans ma tête, un doute irrationnel mais effrayant s’impose. Il ne faudrait pas que Ruben ait décidé de rappliquer ce soir par surprise. Non, ce n’est pas possible. Il ne ferait pas ça. Je ne lui ai donné aucun signe de vie, il ne m’en a pas donné non plus. Il faudrait une sacrée dose de malchance pour que cela change pile ce soir.
    Je remonte mon froc à toute vitesse. Le laps de temps entre l’instant où je saisis la poignée de la porte et celui où le battant s’ouvre sur le visage souriant de Denis me paraît interminable.
    « Chose promise, chose due, me lance le vieil homme, tout en me tendant une assiette avec une part généreuse de gâteau.
    —    Le chef pâtissier a terminé son ouvrage, il précise, et il m’envoie en livreur.
    —    Merci, merci beaucoup, il a mis une grosse part en plus !
    —    Il a cru voir que tu avais de la visite…
    —    On ne peut rien lui cacher !
    —    Il passe sa vie devant la fenêtre, il a des dossiers sur chaque locataire, il plaisante.
    —    Sacré Albert ! En tout cas, j’ai bien de la visite, une visite par surprise.
    —    Bonjour, fait mon bobrun dans mon dos.
    —    Ah, il avait vu juste. Bonjour Jérémie, content de te revoir.
    —    Content de vous revoir aussi !
    —    C’est son anniversaire, il est venu me faire une surprise.
    —    Ah, bon anniversaire, alors ! Au fait, joli match l’autre fois ! Bel essai, et très belle transformation !
    —    Merci, merci beaucoup, fait Jérém.
    —    Passez nous voir si vous avez une minute ! ».

    « Ils sont vraiment adorables, je commente, après avoir refermé la porte.
    —    C’était quoi le détail ? me balance le bobrun.
    —    Quel détail ?
    —    Juste avant que ton proprio se pointe tu m’as dit que mon programme resto-sexe était tout à fait raisonnable, mais à un détail près…
    —    Ah oui… j’aimerais ajouter quelque chose en haut de ce programme pour le rendre encore plus fabuleux…
    —    A savoir ? »

    Un instant plus tard, le bogoss s’installe sur le lit accoudé sur ses avant-bras, le t-shirt blanc bien tendu sur ses pecs et ses biceps. Les jambes légèrement écartées, le regard fripon, la braguette saillante. Je me glisse sur lui, je l’embrasse longuement. La force qui m’attire vers ce garçon est puissante, déraisonnable, irrépressible. C’est une force tout aussi sensuelle qu’affective. Il y a tant de désir dans mon élan. Mais il y a tout autant de tendresse et d’affection. Ce garçon m’attire et me touche infiniment.
    Je le pompe doucement, je distille lentement son plaisir viril. J’ai adoré sa façon de me prendre sans préliminaires. J’ai adoré le sentir en moi, me sentir à lui. Lorsqu’il me prend, c’est lui qui contrôle son propre plaisir. Mais lorsque je le suce, c’est moi le maître de son bonheur sensuel. Et l’ivresse de l’avoir en bouche m’a terriblement manqué.
    Je le suce, mon regard happé par le blanc immaculé de son t-shirt, mais je le soulève un peu pour découvrir ses abdos à la peau mate, délicieux contraste. Sentir ses ahanements à chaque va-et-vient, à chaque coup de langue, ça c’est un délice indescriptible. Et lorsque ses doigts atterrissent sur mes tétons, j’ai l’impression de perdre la raison.
    « Oh putain, Nico, qu’est-ce que c’est bon ! » je l’entends soupirer. Du coin de l’œil, je vois sa tête partir vers l’arrière, ce qui a pour effet de bomber encore un peu plus ses pecs et de tendre ses abdos d’une façon tout à fait spectaculaire. Je sais qu’à cet instant précis son cerveau est le théâtre d’une tempête de frissons géants. Je sais qu’à cet instant précis, tout ce dont il a besoin est de jouir. Alors, je continue de le pomper sans relâche. Car il me tarde de le voir, le sentir jouir, je veux goûter à son petit jus de mec, je ne peux plus attendre.
    « Oh, Nico, je vais jouir ».
    Sa queue vibre entre mes lèvres, son gland frémit sous ma langue. Et une salve de bonnes giclées chaudes explose dans ma bouche. Son goût prégnant de petit mâle se répand en moi. Et ses râles de plaisir me donnent le vertige.

    « J’ai bien aimé ton détail, fait le bobrun, fripon.
    —    Moi aussi, beaucoup !
    —    Tu veux jouir ?
    —    Pas maintenant, je vais attendre le dernier acte de ton programme pour ça ! »
    Son sourire est à la fois amusé et sexy à mort. Il s’allume une cigarette qu’il ne fume qu’à moitié, puis il passe à la douche.
    Lorsqu’il revient de la salle de bain, son torse de statue grecque est violemment mis en valeur par un t-shirt noir super bien ajusté. Dès qu’il passe l’encadrement de la porte, je sais qu’il porte le parfum que je lui ai offert. Jérém s’approche de moi, et l’intense fragrance qui se dégage de sa peau vrille mes neurones.
    « Putain, qu’est-ce que tu sens bon !
    —    Je t’avais dit que ce parfum est une tuerie.
    —    J’ai envie de te sauter dessus !
    —    Tu vois ?
    —    Pourquoi, tu as envie de sauter sur ce mec de ton équipe ?
    —    Mais ta gueule ! Allez, on va au resto ! »

    Avant de sortir, nous passons faire un petit coucou à Albert et Denis. J’aime bien ce petit « rituel » lorsque Jérém vient à Bordeaux. Chez mes voisins, c’est l’un des rares endroits où nous pouvons vraiment être Jérém&Nico, en dehors de l’amour. Les deux vieux hommes nous reçoivent les bras ouverts, toujours aussi accueillants.
    « Alors, il paraît que c’est ton anniversaire aujourd’hui ? fait Albert.
    —    C’était hier, en fait.
    —    Et tu as quel âge ?
    —    Vingt et un ans.
    —    Vingt et un ans, putain, vingt et un ans ! T’imagine Denis ! Je ne me souvenais même pas qu’on pouvait avoir vingt et un ans !
    —    Pourtant, on les a eus nous aussi. La télé était encore en noir et blanc et on parlait des francs par millions… et être pédé était un délit, énumère Denis.
    —    Mais surtout, on ne voyait pas autant de beaux garçons qu’aujourd’hui ! s’exclame Albert.
    —    En tout cas, bon anniversaire Jérémie, il enchaîne. Profite bien de tes vingt et un ans. Profitez tous les deux de vos vingt ans, car ils partent si vite !
    —    Sur ça, il a bien raison, abonde Denis.
    —    Au fait, on t’a vu à la télé, Jérémie, fait Albert.
    —    Tu étais très beau, le plus beau de tous ! lance Denis. D’ailleurs, la caméra ne te lâchait pas !
    —    Ah, je ne l’ai pas rêvé ! je m’exclame. Il était tout le temps à l’écran !
    —    C’était son premier match, ils voulaient montrer le nouveau poulain de l’écurie Stade Français !
    —    J’imaginais que tu étais un bon ailier, fait Denis, plus sérieusement. Mais là, tu m’as scotché. Tu as la technique, et tu as l’aisance. Tu es rapide, mais précis, et ton jeu est beau. Tout n’est pas encore parfait, bien sûr, parce que tu es jeune. Ton jeu manque un peu de fluidité parce que tu viens tout juste d’arriver dans une équipe déjà formée. Mais ça va vite venir. Aussi, si je peux me permettre de te donner un conseil de vieux con, tu dois apprendre à anticiper davantage, et surtout à garder la tête froide. Apprend à garder la tête froide et tu seras une véritable machine de guerre. Tu as un sacré potentiel. Apprend à te faire confiance, et je te garantis que ton niveau va très vite exploser.
    —    Merci, merci beaucoup, fait Jérém, l’air visiblement touché par ces mots.
    —    Tu es le genre de pierre brute que tout entraîneur rêve d’avoir à façonner, ajoute ce dernier. Je suis certain que dans quelques années, on va te retrouver en équipe de France.
    —    Il y a du travail !
    —    Bien sûr qu’il y a du travail, et tu n’imagines même pas à quel point. Mais dans la vie, il faut toujours viser la Lune. Car, même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles.
    —    Je vise la Lune, et même au-delà !
    —    C’est bien. Il n’y a que quand on croit en son rêve qu’on est sûr d’arriver quelque part. Il n’y a que quand on croit en soi qu’on est certains de miser sur le bon cheval. Moi, je crois en toi, monsieur Jérémie !
    —    Merci, merci encore, fait mon bobrun, visiblement ému par cette conversation.
    —    Allez, bonne soirée les garçons ! »
    Nous traversons la petite cour au sol rouge et nous marchons dans la rue. Jérém ne lâche pas un mot. Je me tourne vers lui, je croise son regard. Il est brillant, et humide.
    « Ça va, petit Loup ? je le questionne.
    —    Ça va.
    —    Tu es sûr ?
    —    Oui !
    —    Ce sont les mots de Denis qui… je tente de le questionner.
    —    Laisse tomber…
    —    Si, dis-moi…
    —    Je voudrais tellement entendre ces mots de la bouche de mon père, il me lance, alors qu’un voile de tristesse embue son regard.
    —    Ton père ne t’a pas appelé après ton match à la télé ?
    —    Non.
    —    C’est vrai ?
    —    Pas le moindre coup de fil, pas le moindre message.
    —    Mais il doit être fier de toi, non ?
    —    Je n’en sais rien.
    —    Tu as demandé à Maxime ?
    —    Il n’habite plus à la maison, et il le voit très peu aussi.
    —    En tout cas, moi je suis fier de toi, de ton travail, de tes efforts. Tu as l’air heureux sur le terrain, et je suis heureux pour toi ».

    « C'était la première fois que je regardais un match de rugby en entier à la télé, je lui glisse une fois installés au restaurant.
    —    Ça ne m’étonne pas de toi, il se marre, la tristesse s’évaporant peu à peu de son regard.
    —    Oui il faut une première fois à tout. Et je suis d'accord avec Denis tu as un sacré potentiel et tu n'as besoin de personne pour réussir.
    —    J’aimerais en être si sûr que vous !
    —    Et alors, dis-moi, comment tu as vécu ces premiers matches ?
    —    La toute première fois que j'ai entendu mon nom annoncé dans ce grand stade, j'avais du mal à en croire à mes oreilles. J’avais l’impression de vivre la scène de l’extérieur. Quand j’ai entendu annoncer « Tommasi », pendant une seconde je me suis dit « tiens, il y a un autre joueur qui s’appelle comme moi ». Si tu savais comment j’avais peur de ne pas être à la hauteur !
    —    Mais tu l’as été, et ça s’est bien passé !
    —    Je crois…
    —    Et le premier match à la télé ?
    —    Laisse tomber ! Jamais j’ai stressé autant à cause d’un match. Depuis des jours le coach n’arrêtait pas de nous rappeler que le match était transmis en direct et qu’on n’avait pas le droit à l’erreur. Quand j’ai vu les caméras, j’étais tellement stressé que j’en avais mal au ventre. J’ai dû me faire violence pour sortir des vestiaires.
    —    Quand tu es sorti des vestiaires, tu étais magnifique !
    —    Je n’étais pas trop ridicule ?
    —    Pas du tout ! Tu avais l’air un peu perdu, mais je pense que c’est normal. Mais dès que le jeu a commencé, tu étais complètement dedans, et tu te donnais à fond. Au bout d’une minute, j’avais déjà oublié que c’était ton premier match à la télé. Parce que tu faisais partie de l’équipe.
    —    C’est vrai que j’ai vite oublié les cameras…
    —    Mais les cameras ne t’ont pas oublié ! On t’a beaucoup vu à l’écran, et dans de beaux premiers plans ! J’étais presque jaloux que tant de gens te voient de si près ! »
    Le bobrun sourit malicieusement.
    « En revanche, quand le journaliste t’a chopé après la fin du match, t’étais pas à l’aise.
    —    Ah putain, ce con de journaliste ! Je ne m’attendais pas du tout à ça ! Et surtout pas au premier match. Je n’avais pas imaginé une seule seconde qu’ils viendraient me faire chier. Mais quand j’ai vu cette caméra sur le bord du terrain, je me suis dit : « ça c’est pour moi », et ça n’a pas loupé ! Ce con de journaliste m’a barré le chemin avec son gros micro et le type de la caméra s’est presque jeté sur moi. Je ne sais même pas ce que j’ai raconté. Tout ce que je me souviens c’est cette lumière dans les yeux, le journaliste qui me hurle dans les oreilles, et aucune idée de ce que je vais raconter. J’ai raconté de la merde, non ?
    —    Tu te trompes. Là aussi, tu t’en es plutôt bien sorti.
    —    Si tu le dis…
    —    Je te promets ! Au fait, tu sais que j’ai regardé le match chez mes parents à Toulouse ?
    —    Avec ton père ?
    —    Oui… enfin, disons, d’une certaine façon. C’était l’anniversaire de Maman, et on a fait un repas. Il y avait ma cousine et son mec. On a regardé le match tous ensemble.
    —    J’imagine qu’il n’a pas vraiment apprécié de voir ma gueule à la télé !
    —    Il y a eu un accrochage à ce sujet… avec ma cousine !
    —    Un accrochage avec ta cousine ?
    —    Entre mon père et ma cousine, oui. Elodie l’a poussé à bout.
    —    C'est-à-dire ?
    —    Dès qu’elle t’a vu à l’écran, elle a commencé à faire des allusions sur nous. Mon père n’a pas aimé. Mais elle a insisté, et mon père a fini par lui dire de la fermer. Maman est intervenue et il lui a demandé pourquoi il était si chiant vis-à-vis de ça. Et il a fini par balancer qu’il avait peur que je ne sois jamais heureux en étant gay. Je pensais qu’il avait honte de moi, mais en fait, il s’inquiète pour moi.
    —    Vous en avez reparlé après ? il me questionne, entre deux bouchées de paëlla.
    —    Non, pas du tout. Mais après ton « interview », Elodie est revenue à la charge et lui a demandé comment il avait trouvé le nouveau joueur du Stade. Tu sais, le Stade, c’est son équipe de cœur…
    —    Je sais bien, oui…
    —    Ça a dû lui arracher la gueule, mais il a fini par admettre qu’il t’avait trouvé « pas mal ».
    —    Ah, juste « pas mal » ? il feint de s’offusquer.
    —    Il faut savoir que dans son système de notation, « pas mal » c’est un 19.5/20.
    —    Ah d’accord, ça me va alors !
    —    J’ai eu l’impression que ce « pas mal » était une sorte de pas qu’il faisait enfin vers moi. Je ne partais que le lendemain et j’ai pensé que nous aurions l’occasion de reparler de tout ça et de faire la paix. Mais il est resté tout aussi distant. Avant de partir, je lui ai écrit une lettre.
    —    Une lettre ? Et tu lui as raconté quoi ?
    —    Je lui ai écrit ce que je ne saurais jamais lui dire de vive voix. Que je ne serais peut-être jamais le fils dont il a rêvé, mais que je fais de mon mieux pour être heureux. Et que pour être heureux, j’ai aussi besoin de son soutien, parce que je l’aime.
    —    Et il t’a répondu ?
    —    Non. Mais en tout cas, je suis content d’avoir regardé ce match avec lui. Parce que j’ai pu voir que ça a changé sa vision sur toi.
    —    Tu crois ça… il plaisante.
    —    Je le crois, oui. Parce que je l’ai vu de mes propres yeux. Il a été impressionné par ton niveau. Quand tu as marqué, je sais que ça a fait un déclic dans sa tête. Il a vu qu’on peut aimer les garçons et être un super bon joueur, et s’en sortir comme un chef. Parce que tu t’en es sorti comme un chef, mon petit Loup. Si tu savais comment je suis fier de toi ! »
    Son regard ému et son sourire doux me touchent au plus haut point.

    De retour au petit appart, nos bouches et nos corps se cherchent instantanément. Sur le lit, Jérém se glisse sur moi et m’embrasse doucement, avec une sensualité décuplée par une infinie tendresse. Si on m’avait dit que le même gars qui un an et demi plus tôt m’avait déclaré « je n’embrasse pas, je baise » allait se transformer en cet amant amoureux, à la fois fougueux et tendre, je ne l’aurais pas cru. Et pourtant, c’est arrivé, et le bonheur qu’il m’apporte m’émeut jusqu’aux larmes.
    Jérém me déshabille lentement, puis se déshabille à son tour. Le blouson tombe en premier, puis c’est au tour du t-shirt noir. Sa plastique de fou apparaît devant mes yeux, ses pecs saillants habillés d’une belle toison mâle brune me font littéralement chavirer. Le beau brun se glisse sur moi, nos queues tendues se caressent mutuellement. La chaleur et la douceur de sa peau me donnent des frissons.
    Mes narines sont saisies par l’enivrante fragrance de ce nouveau parfum qui se dégage de sa peau mate. Dans le flacon, ça sentait bon. Mais alors, sur lui, chauffé par la chaleur de son corps, enrichi par l’odeur naturelle de sa peau, putain, c’est comme une drogue. Il m’en faut plus, j’ai besoin de perdre pied. Je plonge mon visage mon nez entre ses pecs, dans ses beaux poils, je me shoote à son empreinte olfactive de jeune mâle.
    Tous mes sens sont en ébullition. Happé par le bonheur sensuel de cet instant, un bonheur doublé d’un autre tout aussi intense, celui de voir un Jérém doux et câlin comme jamais, je suis comme dans un état second. Mais le jeune mâle bien chaud n’est jamais bien loin. Le mouvement « dolce e amabile » finit par laisser la place à un délicieux « andante con brio ». Sa langue cherche la mienne avec une fougue animale, les mouvements de son bassin s’organisent pour permettre à son gland de se frotter contre le mien, ses doigts se glissent furtivement sur mes tétons pour entreprendre de les agacer. J’ai l’impression que s’il continue encore quelques secondes, je vais jouir direct.
    J’ai envie de lui comme jamais.
    « Fais-moi l’amour… je ne peux me retenir de lui glisser, les yeux dans les yeux, fou de lui. Fais-moi l’amour, s’il te plaît ! ».
    Le bobrun glisse sa queue entre mes fesses tout en recommençant à m’embrasser. Un instant plus tard, il vient en moi lentement. Son regard brun ne quitte pas le mien, je ne quitte pas le sien. Nous guettons l’un dans les yeux et sur le visage de l’autre les étincelles provoquées par l’emboîtement de nos corps. Je savoure l’extase de sentir mes chairs possédées par sa virilité, tout en imaginant son bonheur de sentir la douce chaleur de mon corps enserrer sa queue.
    Ses va-et-vient sont lents, leur amplitude réduite. Ses couilles caressent mes couilles et c’est terriblement bon. Le bobrun m’embrasse et me fait l’amour avec une douceur inouïe. Sa chaînette ondule lentement, caresse ma peau, effleure mes tétons, parfois. Dans son regard, dans ses mouvements, dans sa façon de me toucher il y a une douceur infinie. Une douceur virile. Je passe mes bras autour de son torse, je caresse fébrilement ses cheveux, ses biceps, ses tatouages. Je savoure chaque instant, chaque coup de rein, chaque câlin. Car ses coups de reins ce sont aussi des câlins. J’aime bien quand ils ont une puissance animale. Mais là, c’est sans commune mesure. Nous sommes fous l’un de l’autre. Et sa mâlitude n’a jamais été aussi brûlante qu’à cet instant précis.
    Quand le sexe devient un moyen de montrer à l’autre l’intensité de notre amour, avant même d’être un moyen de prendre du plaisir, c’est là qu’il recouvre son plus noble rôle. Et je crois que c’est la plus belle et intense expérience sensuelle qu’on puisse vivre avec l’être aimé.

    Chaque instant, chaque va-et-vient est une note plus incroyable que la précédente dans un crescendo vertigineux. Je suis hypnotisé par son regard, par ses ahanements, par les frémissements qui parcourent son corps. J’ai envie que cela dure longtemps, longtemps. Et pourtant, je ne peux m’empêcher de guetter sur son visage les signes annonciateurs de son orgasme. Car je veux lui offrir un bel orgasme. Car un garçon qui vous fait l’amour de cette façon mérite le plus bel orgasme qu’on puisse lui offrir.
    Lorsque ses lèvres quittent les miennes, lorsqu’il se relève et que la puissance de son torse se montre dans toute sa splendeur, lorsque ses mains saisissent fermement mes hanches et que ses coups de reins prennent de l’intensité, je sais qu’il s’apprête à jouir. J’envoie mes doigts agacer ses tétons. Ce simple contact a le pouvoir de lui offrir le frisson ultime qui appelle sa jouissance.
    Ses paupières tombent lourdement, sa tête part lentement vers l’arrière. Ses pecs se bombent, ses abdos se tendent, ses épaules s’ouvrent. Et un profond soupir s’échappe de ses poumons, la double expression libératoire de sa jouissance.
    Je sens son gland se caler bien au fond de moi, ses couilles se poser lourdement sur les miennes. Et je sais que mon bobrun est en train de lâcher de nouvelles bonnes giclées de jus chaud en moi.
    Puis, il s’allonge sur moi, le visage dans le creux de mon épaule, le front moite, la respiration rapide et bruyante. Il amorce de petits coups de reins. Et le simple frottement de ses abdos sur mon gland suffit à embraser mes sens. Je jouis à mon tour. Je jouis avec une intensité que j’ai rarement ressentie. Peut-être même jamais atteinte. J’ai fait le bon choix en quittant Ruben. Car je n’ai jamais ressenti cela avec lui, jamais.

    Pendant de longs instants, Jérém demeure allongé sur moi, enfoncé en moi. Il récupère de l’effort de l’amour. Je ne me lasse pas de sentir son corps sur le mien, de humer chaque note de cette nouvelle fragrance qui se dégage de sa peau chaude. Et je me délecte de la sentir se mélanger avec les petites odeurs dégagées par son corps après l’amour.

    Après s’être retiré de moi, à ma grande surprise, il ne cherche même pas à se lever pour aller fumer sa cigarette. J’aime bien quand il reste près de moi après l’amour. Il demeure allongé sur le dos, la queue au repos, les couilles doucement abandonnées entre ses cuisses négligemment écartées. La jambe gauche pliée, la plante du pied posée contre le genou opposé, le bras droit le long de son torse, l’autre plié, la main entre l’oreiller et sa nuque. Les poils de l’aisselle bien en vue, dégageant une subtile mais persistante odeur de mâle. Son torse velu ondule au rythme de sa respiration profonde. La transpiration est visible sur son front, à la base de son cou, autour de son petit et délicieux grain de beauté. Mon bobrun a l’air vraiment terrassé par le plaisir.
    J’ai l’impression qu’il s’est assoupi. Une fois de plus, le simple fait de regarder ce beau garçon que j’aime dans cet instant d’abandon après l’amour provoque en moi un bonheur incommensurable.

    Mais Jérém ne dort pas. A un moment, comme s’il avait senti mon regard sur lui, il tourne la tête vers moi et plante son regard dans le mien. Je me penche sur lui et je l’embrasse. Puis, il déglutit bruyamment, il prend une profonde inspiration et me glisse, la voix cassée comme après une bonne cuite ou un long joint :
    « Putain, comment tu me fais de l’effet…
    —    Et toi alors !
    —    C’était fou…
    —    A qui le dis-tu !!
    —    Il n’y a pas de mots pour dire à quel point c’était bon.
    —    C’est pareil pour moi.
    —    Je crois que je n’ai jamais pris autant mon pied…
    —    Moi je suis sûr que je n’ai jamais pris autant mon pied ! j’abonde dans son sens.
    —    Viens là ! »
    Je m’approche de lui. Il me prend dans ses bras, et il me serre très fort contre son torse chaud.
    —    Même pas avec Thib ? il finit par lâcher tout bas dans mon oreille.
    —    Non, je n’ai jamais pris autant mon pied qu’avec toi, même pas avec lui. Parce qu’avec toi, c’est spécial.
    —    Mais tu as kiffé avec lui, non ? Il était doux, il te respectait…
    —    Bien sûr, j’ai kiffé. Mais toi, c’est toi. Personne ne sait me faire l’amour comme tu sais me le faire aujourd’hui.
    —    Même pas le gars qui t’appelait à Campan ?
    —    Personne, je te dis, personne.
    —    Tu l’as revu ?
    —    Une seule fois, mais juste pour lui dire que je voulais arrêter. Je ne me sentais pas de lui annoncer ça par téléphone.
    —    Et il l’a pris comment ?
    —    Pas très bien, c’est normal. Mais je ne lui ai pas laissé le choix. Je lui ai parlé de toi, et il a compris à quel point tu comptais pour moi.
    —    Il habite ici à Bordeaux ?
    —    Oui.
    —    Tu risques de le recroiser alors.
    —    Nous ne sommes pas à la même fac, ça ne risque pas vraiment, non.
    —    Et tu l’as trouvé où, celui-là ?
    —    Je l’avais croisé l’an dernier à une soirée, et je ne l’ai pas revu jusqu’au mois d’août de cette année.
    —    Dans un bar ?
    —    Non, je l’ai recroisé à la bibliothèque.
    —    Visiblement, il t’a fait du bien…
    —    Je te mentirais si je te disais que ce n’est pas vrai. Sa présence m’a fait du bien à un moment où je croyais que tu ne reviendrais pas vers moi. Je sais, j’aurais dû attendre, j’aurais dû te faire confiance. Mais je me sentais si mal. Et il est arrivé dans ma vie. Et les choses se sont enchaînées.
    —    Et c’était quoi entre vous ?
    —    Il y avait avant tout une belle amitié entre lui et moi. On a partagé des balades à vélo, des repas, on a parlé de plein de choses. Mais je n’étais pas amoureux.
    —    Mais lui était amoureux de toi…
    —    Je pense. C’est pour ça que je devais être sincère avec lui. Parce que c’est toi l’amour de ma vie. Et personne ne peut te remplacer dans mon cœur. Je n’ai jamais cessé de penser à toi, même quand j’étais avec lui.
    —    Même quand tu couchais avec lui ?
    —    Même quand je couchais avec lui.

    Son silence prolongé ne me rassure pas. Visiblement, l’idée que j’aie pu avoir une relation avec un gars qui est tombé amoureux de moi le tracasse. Ce soir, j’ai joué franc-jeu avec lui, j’ai répondu à toutes ses questions. J’ai cru que c’était la meilleure chose à faire. Est-ce que j’ai réussi à le rassurer ?

    —    Jérém, je ne veux pas que tu te fasses des idées, je reviens à la charge. Je ne veux pas que cette histoire nous éloigne. Je te promets que je lui ai dit que c’était fini. Et c’est fini. Tout ce que je veux, c’est qu’on soit bien tous les deux. Tu me fais confiance ?
    —    Oui, oui… il finit par lâcher, le regard fuyant.
    —    C’est toi que j’aime, Jérémie Tommasi, ne l’oublie jamais ! »

    Le bobrun se lève enfin et part à la fenêtre fumer une clope.

    —    Et toi à Paris ? Tu as rencontré des gars ? je le questionne.
    —    Quelques coups vite fait. Mais je n’ai fait du vélo avec personne.
    Je sais que je suis mal placé pour lui reprocher quoi que ce soit. Mais ça me fait toujours mal d’imaginer Jérém en train de coucher avec un autre gars. Même si ce n’est que pour du cul. Et en même temps, ça me touche qu’il me dise qu’il n’a « jamais fait du vélo avec personne ».
    « Je ne sais pas pourquoi je suis comme ça, il enchaîne sans transition. Quand je ne suis pas bien, j’envoie tout valser. Ma vie partait en sucette et je t’ai encore mis à l’écart. Je suis désolé. Je te promets que je vais faire des efforts.
    —    Je te crois, Jérém. Et moi je te promets de te faire confiance, je te promets que je t’attendrai. Je te promets que je ne referai du vélo avec personne »

    Sa nudité offerte à mon regard dégage une sensualité violente. Je me glisse entre ses jambes et je plonge mon nez entre ses couilles. Une petite mais intense odeur s’en dégage. Je m’enivre de cette odeur de jeune mâle. J’embrasse ses couilles, je les lèche longuement. Ce qui a pour effet de redonner un peu de vigueur à sa queue. Lorsque je la prends entre mes doigts, elle est encore mi-molle.
    « Je ne vais pas pouvoir recommencer, Nico !
    —    T’en fais pas, j’ai juste envie de lui faire un petit câlin. A moins que tu n’aies même pas envie d’un câlin…
    —    Non, c’est bon…
    Je replonge alors dans ce délicieux univers d’odeurs masculines. Ma langue remonte lentement depuis la base, s’attarde pour capter la moindre trace de son jus. Je m’attarde à humer le frein, je me shoote à l’odeur prégnante de sperme qui s’en dégage. Puis, je gobe son gland et laisse ma langue se délecter de son goût de jeune mâle.

    Les jours suivants, les coups de fil avec Jérém s’enchaînent avec une régularité qui me fait chaud au cœur. Nous nous appelons un jour sur deux. Une fois c’est moi, la fois d’après c’est lui. C’est souvent autour de 20 heures. Jour après jour, j’attends ce moment avec impatience. Entre deux coups de fil, les messages prennent le relais pour entretenir notre complicité. « Tu me manques, p’tit Loup », est celui que je lui envoie le plus souvent.
    La distance est toujours là, l’impossibilité pour Jérém de s’assumer dans un milieu sportif pas vraiment tendre avec les gars comme nous, aussi. Mais ce qui a changé, c’est son attitude. Nous sommes a des centaines de bornes, mais je le sens si proche de mon cœur.
    Je me sens bien, je me sens en confiance. J’ai l’impression que Jérém s’est apaisé, et je m’autorise à croire que l’« accident Ruben » est derrière nous. Enfin, du moins derrière Jérém. Pour moi, c’est plus compliqué. Je pense souvent au petit Poitevin, à sa douceur, à ses regards amoureux, et au mal que je lui ai fait. Je m’en veux terriblement. Je n’arrive pas à me défaire d’un sentiment de culpabilité insistant. J’ai promis à Jérém que je ne chercherai plus à le contacter, mais parfois j’ai envie de l’appeler pour prendre de ses nouvelles. Et puis, à chaque fois, je me dis que ce n’est pas une bonne idée. Je pense qu’il a besoin de tourner la page. Si je reviens vers lui, je vais l’empêcher de faire le deuil de notre rupture.

    Dimanche 27 octobre 2002.

    En allumant la radio, je découvre le nouveau titre de Madonna annoncé sur Internet depuis quelques jours. Le titre est très rythmé, la voix trafiquée comme jamais. Die another day est une chanson qui donne la pêche.

    https://www.youtube.com/watch?v=VlbaJA7aO9M


    Lundi 11 novembre 2002

    C’est Jérém qui m’a proposé de monter le voir à Paris. Soi-disant, il veut me montrer son nouvel appart. Mais je sais au fond de moi que je lui manque tout autant qu’il me manque. Il ne me l’a jamais dit, mais je le sens.
    Le nouvel appart a l’air nettement plus grand et lumineux que celui des Buttes Chaumont. C’est la seule chose que je peux noter à l’ouverture de la porte. Parce que Jérém m’attrape illico par les épaules et me colle direct contre le mur. Il referme la porte aussitôt, se jette sur moi et me couvre de bisous. Je savais bien que je lui avais manqué. Ah, putain, qu’est-ce que ça fait du bien d’aimer et de se sentir aimé en retour !
    Jérém m’entraîne vers la chambre, sur son grand lit, et me pompe. Je caresse ses pecs, ses tétons. Nous frémissons en parfaite harmonie. Puis, c’est moi qui le suce. Chauffé par les caresses de sa langue et la fougue de ses lèvres, je suis dans un état d’excitation extrême. Je le pompe animé par l’impatience de le faire jouir au plus vite. Mais le jeune mâle a d’autres projets en tête.
    « Lèche-moi les couilles ! ».
    Je m’exécute, tandis qu’il se branle. Avec sa main libre, il fait pression sur ma tête pour que je descende. Je sais ce dont il a envie. Je parcours très lentement les quelques centimètres qui séparent ses boules de sa rondelle, je le fais languir, je le fais frémir.
    Lorsque ma langue atteint son but, le bobrun sursaute. Les caresses de ma langue sont d’abord légères. Mais sa main de plus en plus lourdement posée sur ma nuque m’indique que le bogoss a envie que j’y aille franco. Alors, j’y vais à fond, j’envoie le bout de ma langue s’insinuer le plus profondément possible dans son intimité. Jérém se branle de plus en plus vite. Quelques secondes plus tard, je l’entends pousser un dernier, long, profond ahanement. Sa rondelle se contracte, et j’entends le bruit sourd de ses giclées qui fendent l’air et atterrissent sur son torse musclé. Un instant plus tard, ma langue se lance à la chasse de la moindre traînée brillante dessinée sur sa peau chaude. Mon odorat et mon goût saturés par la semence de mon beau mâle brun, je jouis avec une intensité inouïe.

    L’appartement comporte deux chambres, dont une très grande dans laquelle nous venons de faire l’amour, un séjour avec une belle cuisine équipée et un grand canapé sur lequel j’envisage de faire l’amour, une grande salle de bain avec une grande douche dans laquelle ce ne serait pas mal non plus de faire l’amour. D’ailleurs nous le faisons. Je rejoins mon bobrun (un magnifique bobrun à poil mouillé) sous l’eau et j’ai droit à des bons coups de reins et à être rempli de bonnes giclées de rugbyman.
    L’appartement est décoré avec un certain standing, et il a vraiment de la gueule. Je m’y sens bien, et je m’y verrais bien y habiter avec mon amoureux. Rentrer de mes cours le soir, être là quand il rentre de ses entraînements, lui faire une pipe ou m’offrir à lui pour le détendre. Ou bien l’attendre avec le dîner préparé, l’entendre raconter sa journée, le féliciter quand tout va bien, le rassurer quand ça va moins bien.

    Nous passons la nuit à discuter, à nous câliner. Nous refaisons l’amour. Au réveil, je suis dans ses bras. Nous prenons le petit déjeuner ensemble. Oui, je me verrais bien me réveiller chaque matin à ses côtés, dans ses bras. Prendre le petit déjeuner avec lui, le regarder finir de s’habiller, préparer son sac d’entraînement, le regarder partir, lui souhaiter une bonne journée. Et pouvoir penser que notre séparation ne sera que de quelques heures, que je vais le retrouver le soir, pouvoir à nouveau le prendre dans mes bras.

    Après son départ, ses affaires de la veille tout droit sorties de son sac d’entraînement et jetées négligemment sur le sol de la salle de bain attirent mon regard, mon odorat. J’attrape son boxer et je le porte contre mon nez. L’odeur de la lessive se mélange à celui de la transpiration, à celui de sa queue. Je me branle et je jouis très fort.

    A chaque fois que je viens à Paris depuis désormais plus d’un an, je me dis que je devrais aller visiter le Louvre. Et puis je ne le fais pas. Car le temps me manque à chaque fois. Je me dis qu’il faut une bonne journée pour bien visiter cet immense musée. Et je ne dispose jamais d’autant de temps devant moi. Parce qu’il y a tant de choses à visiter à Paris. Et, surtout, parce que j’ai besoin de passer du temps avec Jérém.
    Et cette fois-ci, ça ne fait pas exception. J’ai décidé que ce soir je préparerai un bon petit repas pour mon beau rugbyman. Il m’a annoncé qu’il sera à l’appart vers 18h30, je veux lui préparer un petit dîner en amoureux. Alors, entre les courses et la préparation, le timing est un peu serré pour pouvoir caser une visite complète du Louvre. D’autant plus que je ne quitte l’appart que vers 10 heures.
    Je passe la journée à me balader, à marcher dans Paris, de boulevard en boulevard, de quai de Seine en bâtiment historique, comme pour m’imprégner de la grandeur de la capitale. J’évite le métro, je me balade en surface, je profite du soleil de cette belle journée pleine de promesses. Tout au long de ma longue itinérance, je croise des bogoss. Mon regard se délecte, mais mon désir est ailleurs. L’idée de retrouver Jérém dans quelques heures et de refaire l’amour comme la nuit dernière suffit à polariser toutes mes envies. Jérém est le seul garçon dont j’ai besoin.
    D’ailleurs, je n’arrête pas de penser à lui. Je me demande sans cesse ce qu’il est en train de faire, quel exercice de musculation, quel échauffement, quel entraînement. Je donnerais cher pour avoir une cape d’invisibilité et de pouvoir mater le quotidien de mon bobrun, dans les vestiaires, à la salle de muscu, sur le terrain, sous les douches, pour le voir évoluer au milieu de ses coéquipiers, de son staff. J’aimerais bien voir comment il est avec ses potes, voir comment ils sont entre eux, s’ils s’encouragent, s’ils se charrient.
    Oui, je passe ma journée à me balader. Mais aussi et surtout à attendre que ce soit l’heure de retrouver Jérém. A trois heures, je fais des courses. A quatre heures, je suis de retour à l’appart. Top départ pour mes lasagnes aux épinards. Préparer à manger pour Jérém me fait me sentir plus proche de lui. Je repense à ma première fois à Campan, où il a cuisiné pour moi. Je repense à tous les moments heureux avec Jérém. Et j’ai envie de pleurer de bonheur.

    Il est 18h45 lorsque la porte de l’appart s’ouvre enfin, lorsque je retrouve mon Jérém.
    « Tu as passé une bonne journée ? je lui demande, lorsque nos lèvres arrivent à se décoller.
    —    Oui, pas mal. Et toi ?
    —    Je me suis baladé, c’était bien.
    —    Ah zut, t’as préparé à manger… il considère, après avoir humé l’air, visiblement surpris et presque contrarié.
    —    Il fallait pas ?
    —    J’avais prévu de commander des pizzas…
    —    Je voulais te faire plaisir !
    —    Mais tu as eu une très bonne idée, Ourson, il se rattrape, en me reprenant une nouvelle fois dans ses bras. En plus, tu t’es donné beaucoup de mal. En fait, je voulais commander des pizzas parce que ce soir nous avons un invité.
    —    Ah bon ? Et qui donc ?
    —    Ulysse ne va pas tarder à arriver.
    —    Ah, cool !
    —    Quand je lui ai dit que tu étais là, il m’a dit qu’il avait envie de passer pour te dire bonjour. Alors je l’ai invité pour une pizza.
    —    Ah, je comprends mieux. Il est toujours aussi sympa ce gars !
    —    Il est adorable !

    Jérém commande quand même deux pizzas, au cas où mes lasagnes ne suffisent pas pour trois.
    En effet, Ulysse ne tarde pas à débarquer. Oui, le beau blond est toujours aussi sympa, toujours aussi adorable. Et toujours aussi dangereusement sexy. Son regard clair comme le cristal, ses cheveux blonds et sa barbe bien fournie, son gabarit « à la Thibault », un peu moins grand que Jérém, mais sacrément costaud, avec des épaules et des biceps de fou, font de lui un gars à la présence éminemment virile.
    Pour couronner le tout, le beau blond porte un parfum à la fraîcheur détonante, une senteur masculine qui fait vibrer mes narines et vriller mes neurones. Une fragrance que je reconnais instantanément. Parce que c’est celle que j’ai offerte à Jérém pour son anniversaire, celle qui a décuplé mon excitation pendant que nous faisions l’amour hier soir, celle qui est carrément devenue pour moi le parfum de l’amour avec mon bobrun !
    D’ailleurs, je remarque à cet instant que Jérém ne le porte plus. Je ne l’ai pas senti sur lui à son retour à l’appart, car sa peau sentait son parfum habituel. C’était donc Ulysse le coéquipier sur lequel Jérém avait déjà senti et apprécié ce parfum ! Pourquoi ne m’a-t-il pas dit qu’il s’agissait de lui ?
    Soudain, une idée me traverse l’esprit. Même si je n’ai pas le souvenir précis d’avoir senti ce parfum sur Ulysse les quelques rares fois où je l’ai croisé, il est possible que mon subconscient s’en soit souvenu, lui, au moment où je l’ai choisi pour Jérém. D’ailleurs, j’ai le souvenir de m’être dit, lorsque j’ai senti ce parfum en magasin : « Tiens, celui-ci je l’ai déjà senti quelque part, et il sent terriblement bon », sans pour autant arriver à lier le souvenir olfactif avec son contexte.

    Mon plat de lasagnes n’est pas trop mal réussi, et les deux rugbymen ont l’air de se régaler. L’un et l’autre me félicitent et en redemandent. C’est un franc succès.
    A table, puis au salon, la conversation se poursuit dans la bonne humeur. Il y a un truc qui me frappe dans leurs échanges. L’un comme l’autre ne s’appellent pas par leur prénom, mais par un générique appellatif de « mec ». « Tu veux une autre bière, mec ? ». « T’as entendu ce qu’a dit l’entraîneur aujourd’hui, mec ? », « T’es con, mec ! ».
    Mec, mec, mec, mec, mec. C’est vrai que là j’ai en face de moi deux mecs. Deux nuances, deux archétypes du masculin. Un bobrun, un boblond. Un jeune loup à la virilité encore acerbe, impulsive, l’autre à la virilité plus mûre, plus posée. Chacune des deux, un chef d’œuvre dans leur genre.

    Entre les deux coéquipiers, la complicité saute aux yeux. Entre le bobrun et le boblond, y a une très belle amitié. Mais il y a aussi une admiration réciproque. Je sais que Jérém admire en Ulysse le joueur de haut niveau. Mais aussi qu’il a une estime infinie pour le pote qui l’a aidé dans les moments les plus difficiles l’année dernière, qui l’a toujours soutenu, qui lui a ouvert la porte de son appartement lorsqu’il n’en avait plus, et qui lui a trouvé une place dans cette nouvelle équipe où il est en train de faire des étincelles.
    Je vois que Jérém apprécie chez Ulysse le gars qui le fait rire. Mais je sens qu’il aime également le regard que ce dernier pose sur lui. C’est un regard bienveillant, un regard à la fois exigeant et encourageant, un regard qui le tire vers le haut, et qui le fait grandir.
    C’est le même regard que Thibault posait sur lui à Toulouse. Ce regard, Thibault le pose toujours sur Jérém, je l’ai senti à Campan, et Jérém l’a senti aussi. Mais la distance fait que la relation a changé entre les deux potes toulousains. Je pense que le regard d’Ulysse doit le porter au quotidien. Jérém a besoin de ce regard pour se sentir bien. Ce regard, remplace d’une certaine façon celui que son père refuse de porter sur lui.

    Les deux rugbymen parlent rugby, bien évidemment. Je regarde Jérém boire les mots de son coéquipier. On dirait un petit garçon face à un prof, et je le trouve touchant. En fait, Ulysse est un peu ce grand frère qui a manqué à Jérém, comme l’était Thibault auparavant. Un grand frère avec beaucoup d’humour, et qui le fait beaucoup rire. Le beau blond possède une belle éloquence qu’il met au service de son humour. Ce qui rend ses récits passionnants et ses vannes hilarantes. Le gars sait vraiment mettre l’ambiance.

    En plus d’avoir un corps et une gueule qui attire le regard, Ulysse a une présence qui retient l’attention. Il m’arrive de croiser son regard. Et à chaque fois, la beauté de ce regard de cristal me donne le tournis. Pendant une fraction de seconde, je me perds dans ses yeux, je suis submergé par ce regard lumineux qui est le reflet d’un être pur, d’un esprit noble. Un regard qui résume à lui tout seul l’esprit de ce garçon, un rassurant équilibre entre droiture, intelligence, ouverture d’esprit et bienveillance. Dans son regard, je me sens meilleur, en harmonie avec le monde et avec moi-même.
    Son regard est celui d’un gars qui ne laisserait jamais tomber un pote. Et je sais qu’Ulysse est ce genre de gars. Il l’avait déjà montré en soutenant Jérém au Racing, en devenant son ami, en acceptant le fait qu’il soit gay, en le couvrant. Puis, en prenant les choses en main après de l’accident de voiture.
    Dans son regard, tout comme dans celui de Thibault, il y a de la bienveillance, et de l’indulgence. Mais en même temps, il te pousse à être meilleur. Tu sais que ce regard saurait pardonner tes erreurs, mais tu n’as pas envie de le décevoir.
    Le regard d’Ulysse est un aimant pour l’âme. Et j’ai l’impression que Jérém est lui aussi happé par le regard de son pote. On ne peut pas ne pas tomber sous le charme d’un gars comme Ulysse.
    Car il a l’air d’être vraiment un gars en or, un sacré bonhomme. Je dirais même qu’il correspond d’assez près à l’image que je me fais d’un homme. Un Homme.

    La soirée se termine avec le visionnage de quelques passages du DVD du dernier match.
    « Le coach nous donne des devoirs pour la maison » m’explique Ulysse en glissant le disque dans le lecteur.
    Le visionnage se fait avec l’assistance d’une bouteille de vodka. Au fil des verres, de l’allégresse et de la désinhibition que la boisson sait apporter, la complicité entre les deux coéquipiers semble de plus en plus forte, et la tactilité s’invite dans les interactions. La main d’Ulysse se pose parfois sur l’avant-bras de Jérém, parfois sur son épaule. Jérém en fait de même. Ce sont des gestes amicaux. Jérém a l’air heureux. Quand il sourit et que je le vois heureux, je suis heureux pour lui et je le trouve encore plus beau.
    L’effet de la boisson pousse de plus en plus loin la tactilité entre les deux potes. Une main qui enserre un biceps, une accolade après une action réussie, et même un bisou sur la joue de la part d’Ulysse à mon bobrun après un passage de balle particulièrement malin.
    « Ton mec joue tellement bien que parfois j’ai envie de l’embrasser, il se marre.

    —    Allez, les gars, il se fait tard, je vais rentrer, fait Ulysse dès la fin du match.
    —    Mais il n’est même pas minuit ! proteste Jérém.
    —    Je dois aller voir Nathalie, sinon je vais me faire allumer.
    —    Elle a envie de faire tanguer la cloison ?
    —    Je pense…
    —    Allez à demain, mon poto, fait Jérém en prenant Ulysse dans ses bras.
    —    Bonne soirée, et pas trop de folies ! J’ai besoin que tu sois en forme pour les entraînements, nous glisse ce dernier.
    —    T’inquiète, je suis jeune, moi, le cherche Jérém.
    —    T’es surtout un petit con prétentieux !!!
    —    Certes, mais aussi le meilleur joueur espoir de l’équipe !
    —    Ça, y a pas photo. Mais arrête de boire ! Sinon, demain tu vas être une serpillère !
    —    Oui, Maman !
    —    Sale gosse, va !
    —    J’ai plus droit à la beu, je compense comme je peux !
    —    La prochaine fois que tu reviens sur Paris, enchaîne le boblond en s’adressant à moi, on se fera un resto avec ma copine ! »

    Ulysse vient tout juste de refermer la porte derrière lui, lorsque le bobrun me lance, la voix définitivement éraillée par son alcoolémie avancée :
    « Je t’ai vu !
    —    Quoi, tu m’as vu ?
    —    J’ai vu comment tu l’as maté ! Tu le kiffes, hein ?
    Hummmm… je sens la question-piège, c'est-à-dire la question pour laquelle la bonne réponse n’existe pas.
    —    Tu veux que je te dise quoi ?
    —    La vérité ! fait Jérém, amusé.
    —    D’accord, ce mec est une putain de bombasse ! Ça te va comme ça ?
    —    Ça me va, oui !
    —    Et après ?
    —    Après rien ! il se dérobe.
    —    Au fait, j’ai remarqué qu’il porte le même parfum que je t’ai offert pour ton anniversaire.
    —    Ah oui, c’est vrai.
    —    C’était lui le gars dont tu m’as parlé sur qui tu avais déjà senti ce parfum…
    —    Euhhhh… oui, je crois… je ne sais plus, c’est pas important.
    —    D’ailleurs, tu ne le portes pas.
    —    Pas ce soir, non. Je change suivant les jours.
    —    En tout cas, Ulysse est super sympa.
    —    Ouais, c’est ça oui ! J’ai vu comme tu l’as bouffé du regard, toute la soirée !
    —    Et toi, non ! Vous n’arrêtiez pas de vous tripoter en plus !
    —    T’es jaloux ?
    —    Non, je sais que vous êtes potes. Et surtout qu’il est hétéro, Dieu merci ! Sinon, c’est clair que j’aurais du souci à me faire ! je plaisante.
    —    Mais ta gueule !
    —    Quoi, c’est pas vrai ?
    —    Viens me sucer ! » il me balance après avoir fini son verre de vodka, tout en défaisant sa ceinture et en ouvrant sa braguette, l’alcoolémie avancée lui dictant ses exigences de mâle.
    Déjà, sa queue tendue déforme généreusement le coton élastique de son boxer.
    Un instant plus tard, je suis à genoux devant mon beau mâle brun, le visage contre son boxer, en train de me shooter des petites odeurs de sa mâlitude, de titiller son gland à travers le coton fin, de provoquer dangereusement la belle bête encore cachée. Mais mon mâle brun n’est pas en veine de préliminaires. Il a envie de se faire pomper sans plus attendre. Très vite, il baisse son boxer, il me fourre son manche tendu dans la bouche et il commence à la baiser avec une bonne intensité, ses mains posées sur ma nuque.

    Je commence à me dire que son orgasme va vite arriver. Mais le bobrun me surprend une nouvelle fois. Après avoir éteint la lumière, il me fait m’allonger sur le dos et il défait ma braguette. Il se saisit de ma queue et me pompe avec une fougue animale. J’envoie mes doigts caresser ses tétons, mais il m’en empêche. Il veut juste me pomper. L’intensité de ses va-et-vient me fait filer tout droit vers mon orgasme. Mais alors que je m’attendais à jouir dans sa bouche, il arrête net ses va-et-vient.
    « Baise-moi ! » je l’entends me souffler avec une voix basse, chargée d’excitation.

    Ça fait pas mal de temps que je n’ai pas connu l’enivrante sensation de me sentir glisser entre les fesses de mon bobrun. Retrouver cette sensation est tout simplement une expérience incroyable. J’ai envie de prendre mon temps, de savourer chaque frisson, de doubler le plaisir de tendresse. Mais ce soir Jérém a beaucoup bu, et il n’est pas en mode câlin, il est plutôt en mode baise animale.
    « Vas-y, mec… » il me souffle, en amplifiant mes va-et-vient avec les mouvements de son bassin.
    Je le seconde en augmentant la cadence, l’ampleur et la puissance de mes coups de reins.
    « Ah oui, comme ça, c’est bon, mec !
    —    Oh oui, Jérém, c’est bon !
    Il est vraiment chaud, et c’est très excitant. Dans le noir, je cherche à voir son corps avec mes mains, je cherche ses biceps, ses épaules, ses pecs, ses tétons. J’écoute ses ahanements, je m’enivre de son parfum et de son excitation. L’esprit vrillé par la montée du plaisir, je n’ai pas de mal à seconder son délire. J’y vais de plus en plus sauvagement car il semble vraiment kiffer ça.
    —    Vas-y, putain, défonce-moi, mec ! »
    Mec, mec, mec. C’est rare que Jérém m’appelle de cette façon. En fait « mec » est plutôt la façon dont il appelle son pote, la façon dont son pote l’appelle…
    Mon excitation à cet instant est telle que je ne peux m’empêcher d’aller dans son sens, de jouer le jeu jusqu’au bout.
    « Tu l’aimes ma queue… mec ? je lui balance.
    —    Ouais… vas-y, baise-moi !
    —    T’as un putain de bon cul, toi !
    —    T’as une bonne queue, mec !
    —    Je vais jouir…
    —    Vas-y, lâche ton jus…
    —    … mec ! » il lâche une dernière fois, après une courte hésitation, presque imperceptible, mais bien présente.
    Une hésitation, une fraction de seconde pendant laquelle j’ai cru qu’il dirait « Ulysse ». Finalement, c’est encore « mec » qui est sorti de sa bouche. Et alors que je perds pied, je me dis que ce n’est qu’un jeu sexuel, bien excitant par ailleurs.
    Et je jouis. J’ai l’impression de perdre connaissance, terrassé par un orgasme si intense que ça en serait presque douloureux. Un plaisir encore décuplé par le fait d’entendre un râle étouffé s’échapper de la cage thoracique de mon bobrun, et de sentir sa rondelle se contracte autour de ma queue. Jérém vient de jouir à son tour, en se faisant tringler et en se branlant.

    Un instant plus tard, le beau rugbyman se déboîte de moi. Toujours dans le noir, il quitte le lit, s’approche de la fenêtre et s’allume une clope. Le point lumineux du bout de sa clope génère un peu de lumière grâce à laquelle je peux tenter de deviner son visage. Son regard est ailleurs. Pendant de longs instants, le bobrun demeure silencieux. Dans ma tête s’agitent pas mal de questions. Et pourtant, je sais que ce n’est pas le moment de les poser.
    « Ça va, Jérém ? je me contente de lui demander.
    —    Ça va », il me répond sans aller plus loin.

    La cigarette écourtée, il passe à la salle de bain. Il revient au lit et s’allonge à côté de moi. J’ai l’impression qu’il s’endort presque instantanément.
    « Bonne nuit, je lui glisse, tout en l’embrassant.
    —    Bonne nuit, il fait, la voix déjà pâteuse.
    Jérém se tourne sur le côté et je le prends dans mes bras. Un instant plus tard, j’écoute la respiration d’un garçon qui dort.

    Mais moi, j’ai du mal à trouver le sommeil. Je n’arrête pas de repenser à ce petit jeu sexuel dans lequel j’ai eu l’impression qu’il ait voulu me faire jouer un rôle, qu’il ait voulu que je sois quelqu’un d’autre.

    Lorsque le réveil de Jérém sonne, je suis HS. Je n’ai pas beaucoup dormi pendant la nuit. Je regarde le bobrun partir à la douche, revenir de la douche, t-shirt blanc impeccable, enveloppant avec une précision redoutable son torse en V, ses pecs, ses biceps, sentant bon le parfum que je lui ai offert pour son anniversaire.
    « Ah, ce matin tu as mis le parfum que je t’ai offert !
    —    Je t’ai dit que je le mettais.
    —    Dis-donc, t’étais chaud hier soir ! je ne peux m’empêcher de lui lancer.
    —    J’avais beaucoup trop bu, il se dérobe.
    —    C’était pas mal ce petit jeu… je tente de le sonder.
    —    Je te dis que j’avais trop bu ! » il fait plus sèchement.
    Je sais que je ne gagnerais rien à insister. Je pars en fin de matinée, je ne le reverrai pas pendant des semaines. Je ne veux pas qu’on se sépare sur un accrochage ou une dispute. Alors je me dis que oui, il avait trop bu, et que oui, ce n’était qu’un petit jeu plutôt excitant sur le coup.
    Alors, je choisis de lui dire au revoir en me mettant une dernière fois à genoux devant lui. Une sorte de pipe de la paix. La vision de ce t-shirt blanc tendu sur sa plastique de fou, ainsi que l’intensité du parfum qui se dégage de lui me donnent terriblement envie de lui faire plaisir. Alors, j’y vais très fort. Les giclées du matin ne se font pas attendre longtemps. Elles sont bien chaudes, copieuses, délicieuses.

    Avant qu’il ne quitte l’appart, je le prends dans mes bras, et je le serre très fort contre moi. Je l’embrasse. Il m’embrasse à son tour, doucement, en passant sa main dans mes cheveux, en insistant dans cette région à la base de ma nuque qui me donne des frissons inouïs.
    Je le regarde passer sa veste molletonnée, attraper son sac de sport. Jérém est encore là, devant moi, et il me manque déjà. D’autant plus que certains questionnements deviennent de plus en plus insistants dans ma tête et que je sais qu’ils ne vont pas cesser de me hanter pendant les jours à venir. J’aimerais tellement savoir ce qu’il ressent vraiment vis-à-vis de ce qui s’est passé hier soir. Sa façon d’éluder le sujet m’interroge.
    « On s’appelle ce soir » il me glisse, juste avant de passer la porte. Comme une main tendue, une main qu’il voudrait que je saisisse, comme s’il avait besoin d’être rassuré. Une main tendue qui me rassure, un peu.
    « A ce soir, p’tit Loup ».




    5 commentaires

  • Le lendemain de mon week-end à Campan, le voyage vers Bordeaux est particulièrement pénible. La solitude est propice aux cogitations, à la culpabilité. L’idée d’avoir trompé Ruben me prend la tête. Le pire, c’est que je ne regrette pas. Si c’était à refaire, je ne changerais rien.
    Qu’est-ce que j’ai aimé retrouver Jérém, alors que j’avais commencé à croire que c’était fini entre nous pour de bon !
    J’ai aussi apprécié retrouver Thibault. Et avec Thibault et Jérém, découvrir cette intimité, cette sensualité, ce bonheur inattendu mais intense découlant d’un équilibre parfait entre amitié, désir, plaisir, tendresse et bienveillance que j’ai ressenti pendant cette nuit magique.
    J’aime Jérém, plus que tout. C’est lui l’amour de ma vie. Mais j’aime aussi Thibault, car ce garçon est un ange. Et j’aime Ruben, parce que sa présence égaye mon quotidien, parce que son amour me fait du bien. J’aime chacun de ces garçons d’une façon différente, mais chacun d’une façon bien réelle.
    En fait, ce qui me prend la tête, ce n’est pas tant ce qui s’est passé ce week-end. Ce sont plutôt les conséquences que cela peut entraîner. J’ai peur de faire souffrir Ruben.
    Je me demande comment je vais le retrouver après l’avoir laissé deux jours sans nouvelles. Et surtout, après que mon cœur a recommencé à battre très fort pour l’amour, pour l’homme de ma vie.
    Mais en amont de tout cela, il y a une tout autre question qui me taraude l’esprit. Comment va être la suite de ma relation avec Jérém ?

    J’arrive à Bordeaux le mardi vers midi. Ruben doit être en cours. Je lui envoie un message pour lui dire que je suis rentré et que j’ai envie de le voir. Oui, j’ai envie de le voir. Tout en redoutant ces retrouvailles. Je ne sais pas encore comment je vais m’y prendre, mais il faut que je lui dise la vérité. Je ne peux pas continuer à lui mentir, alors que Jérém est revenu dans ma vie.
    Pendant mes cours de l’après-midi, je guette mon téléphone dans l’attente d’une réponse du petit poitevin. Mais rien ne vient.
    Après la fin des cours, j’amène mon rouleau de négatifs à développer. Je suis très impatient de découvrir le résultat.
    En rentrant chez moi, je ressors les photos que Thibault m’avait données un jour. Je retrouve Jérém assis sur la pelouse de la prairie des Filtres à Toulouse, le buste soutenu par ses bras tendus derrière son dos et ses mains posées à plat sur le sol. Il est habillé d’un simple jeans et d’une chemise à carreaux noirs et blancs, les manches retroussées, ouverte sur un t-shirt blanc sur lequel sa chaînette de mec est négligemment abandonnée, le regard ténébreux.
    Je retrouve également Jérém en maillot de rugby, beau comme un Dieu.
    Et je retrouve ma préférée, mon bobrun sur la plage, torse nu, le bronzage ajoutant des couleurs à sa peau mate, la lumière du soleil mettant en valeur et en relief la musculature parfaite de son corps.
    Sur ces trois photos Jérém est plus jeune mais déjà tellement sexy.
    Je feuillette également les photos que j’avais prises lors de notre premier séjour à Campan. Je retrouve Jérém en train de brosser Unico. Jérém à cheval. Jérém en mode nature, en mode montagne, le bogoss sans artifices. Simplement et naturellement beau, comme une évidence.
    Dans un cliché pris pendant la première soirée au relais de l’asso de cavaliers. Jérém est à côté de Charlène. Son sourire est magnifique.
    Encore Jérém à cheval, sexy à mourir, qui regarde l’appareil, et celui qui a pris la photo (moi, en l’occurrence) d’un regard doux et touchant.
    Et puis, il y LA photo qui me tire les larmes à chaque fois que je feuillette cette série. Jérém et moi, à cheval, l’un à côté de l’autre. En bas de la photo, les oreilles d’Unico et de Tequila. Notre toute première photo ensemble. Et en plus, elle est très belle. La lumière est époustouflante, les couleurs splendides, la mise au point parfaite. C’est la plus belle de toutes. Jérém est souriant, il a l’air vraiment bien. Et moi, je suis fou de bonheur. C’était le plus beau moment de ma vie. Ça transpire de la photo, ça crève les yeux. En plus, Charlène n’en a pas fait qu’une, elle en a fait trois, comme pour bien immortaliser ce moment spécial. Trois photos, identiques à quelques détails près, comme des variations sur un même thème de bonheur absolu.
    J’ai envie de pleurer. Et je pleure. Ma nostalgie, mon inquiétude, ma peur de le perdre.
    Je l’appelle, je tombe sur son répondeur. Et mon inquiétude ne fait que grandir.

    Le soir vient sans que j’aie reçu le moindre signe de la part de Ruben. Dans mon esprit lesté de culpabilité, une certitude s’installe au fil des heures : clairement, il me fait la tête. Assurément, il se doute de quelque chose. Plus les heures passent, plus mon malaise devient insistant. Je l’appelle, il ne décroche pas.

    Le même soir, Denis et Albert m’invitent à manger chez eux.
    « Alors, ce week-end à Toulouse ? me questionne ce dernier pendant l’apéro.
    —    Ton père te fait toujours la gueule ? enchaîne Denis.
    —    Oui, toujours.
    —    Tu as bien dû te faire chier pendant le week-end, alors !
    —    Non, ça va.
    —    Il devait te tarder de rentrer à Bordeaux pour retrouver ton camarade Ruben…
    —    Un peu…
    —    Tu me pardonneras mon indiscrétion, jeune homme, fait Albert, le regard toujours fripon malgré le grand âge, mais ce Ruben, c’est plus qu’un pote, ou je me trompe ?
    —    Non, vous vous ne trompez pas.
    —    Si tu m’avais dit le contraire, je ne t’aurais pas cru, de toute façon ! Il te regarde comme un Dieu, il est fou de toi !
    —    Et que devient-il le beau rugbyman Jérémie ? enchaîne Denis.
    —    Il va bien. Il a été recruté par le Stade Français.
    —    Eh bien, ça c’est une grande nouvelle ! Et tu le vois toujours ?
    —    Plus ou moins.
    —    Comment ça ?
    —    Bon, je vais vous dire la vérité.
    —    Je sens que ça va devenir croustillant ! » fait Albert, un petit sourire malicieux au coin des lèvres.

    Un sourire qui, pour peu, lui ôterait bien une cinquantaine d’années.

    « Ce week-end, je suis allé le retrouver dans les Pyrénées.
    —    Ah, voilà autre chose !
    —    Ça faisait des mois qu’on ne s’était pas vus, je croyais que c’était fini entre nous…
    —    C’est pour cela que tu as laissé rentrer le petit Ruben dans ta vie…
    —    Le destin l’a mis sur mon chemin, et grâce à lui j’ai pu remonter la pente. Je ne m’attendais plus à un coup de fil de la part de Jérém.
    —    Mais il est arrivé…
    —    Oui, la semaine dernière. Il m’a proposé d’aller fêter son recrutement dans l’équipe avec ses potes de Campan. Et je n’ai pas pu lui dire non.
    —    J’imagine que vous avez bien dû vous éclater !
    —    On peut dire ça, oui…
    —    Ce Jérémie, tu l’as vraiment dans la peau, hein ?
    —    Oui, depuis le premier jour du lycée.
    —    Mais votre relation n’est pas au beau fixe.
    —    Parfois, il a besoin d’espace. Je sais qu’il a de vrais sentiments pour moi, même s’il n’est pas prêt à les assumer au grand jour. Mais je ne sais jamais à quoi m’attendre de sa part. A chaque fois que je commence à me projeter, il y a un couac.
    —    Mais avoue-le, Nico, c’est précisément cette incertitude sentimentale qui a arrimé si profondément ton cœur à ce garçon.
    —    Ce n’est peut-être pas faux…
    —    Alors que Ruben, lui, il assume complètement, fait Denis.
    —    Oui…
    —    Mais tu n’es pas amoureux de lui…
    —    Je suis bien avec lui. Sa présence m’a vraiment fait du bien lorsque je pensais que Jérém ne reviendrait pas vers moi.
    —    Mais il n’y a pas eu l’étincelle…
    —    Non.
    —    Il te faudrait le côté passionnel que tu as avec Jérémie, en même temps que le côté assumé et fusionnel que tu as avec Ruben…
    —    Oui, mais on ne peut pas tout avoir dans la vie, j’imagine…
    —    Non, je te le confirme. Du moins, c’est très rare.
    —    Et j’imagine que le petit Ruben ne sait rien de ton week-end… à la montagne, fait Albert.
    —    Ah, non ! Non ! Je ne suis pas fier de tout ça. Mais je ne peux pas lui dire la vérité, ça lui ferait trop de mal.
    —    Avec Jérémie, c’est reparti pour un tour ?
    —    J’ai l’impression, oui…
    —    Vous allez vous revoir ?
    —    Je ne sais pas. Si ça se trouve, il va à nouveau disparaître pendant six moins, et ensuite il va me rappeler comme si de rien n’était.
    —    Et Ruben dans tout ça ?
    —    Je ne veux pas lui faire de mal…
    —    Ce qu’il y a entre vous ce n’est pas une simple aventure, en tout cas ça ne l’est pas pour lui.
    —    Je sais. En rentrant à Bordeaux, je me suis dit que je devrais le quitter, parce qu’il ne mérite pas ça. Mais je sais que je vais lui faire de la peine et rien que d’y penser j’en ai mal au bide.
    —    Nico ! Nico ! Nico ! Tu t’es mis dans des beaux draps !
    —    Je fais n’importe quoi, je sais.
    —    Le problème est que Ruben est très amoureux de toi. Et Jérémie a l’air de l’être lui aussi, à sa façon. Si tu continues à jongler entre les deux, tu risques de t’épuiser.
    —    Et surtout de te faire griller ! ajoute Albert. Si tu n’es pas clair, tu risques de faire souffrir tout le monde, et toi en premier. Car tu risques de perdre l’un et l’autre !
    —    Je sais bien…
    —    Tu vois, Nico, à mon âge, je n’ai plus ce genre de problème, il continue. Ce fut le cas, et ça ne le sera plus jamais. Avoir des prétendants, des amants, se sentir désiré, c’est bien amusant, je ne t’apprends rien. Mais il faut faire attention à ne pas faire trop de dégâts autour de soi.
    —    Je sais…
    —    Et t’en es où avec Ruben, là ?
    —    Je n’ai pas pu l’appeler pendant le week-end, et maintenant il ne répond plus à mes messages.
    —    Il te fait la tête parce que tu lui as manqué ! Sois honnête avec lui, il mérite bien ça. »

    Je décide d’écouter les conseils de Denis et Albert. Avant de me coucher, j’envoie un nouveau message à Ruben. Je lui propose de nous voir le lendemain. Je me sens déterminé à prendre mes responsabilités, à tout lui raconter. Je sais que ça va être douloureux, mais c’est un mal nécessaire. A défaut d’un véritable amour, je lui dois au moins la sincérité.

    Le petit poitevin ne me rappelle pas le jour suivant, et il ne répond pas non plus à mes messages. Jérém est lui aussi aux abonnés absents. Le mercredi, je passe une journée vraiment pas top et une nuit horrible. Je culpabilise à mort, et j’ai le sentiment que je suis en train de perdre tout le monde.
    Le jeudi, entre midi et deux, je rappelle Ruben une fois de plus. Et il finit par décrocher.
    « Salut… il me lance, sur un ton distant.
    —    Salut ! Tu vas bien ? j’enchaîne sur un ton neutre.
    —    Oui, bien. Et toi ?
    —    Mieux, maintenant que tu me réponds !
    —    Ah, bah, tu peux bien parler de ne pas répondre !
    —    Encore désolé, Ruben, j’ai eu plein de galères avec mon portable ce week-end. Je suis content que tu me rappelles. J’avais peur que tu sois vexé.
    —    Mais c’était le cas !
    —    Je comprends…
    —    Tu vois ce que ça fait de ne pas avoir des nouvelles ?
    —    C’est pour ça que tu ne m’as pas répondu depuis mardi ?
    —    Bah, oui ! Je voulais te montrer comment on se sent quand on est ignorés par son petit copain. »
    L’expression « petit copain » lâchée à mon sujet me fait un drôle d’effet.
    « Ok, ok, leçon retenue !
    —    J’espère bien !
    —    On dîne ensemble ce soir ? je lance.
    —    Je ne sais pas…
    —    J’ai envie de te voir…
    —    Moi aussi.
    —    Je passe chez toi à 19h00 ?
    —    Oui !
    —    Cool ! A tout à l’heure !
    —    Nico…
    —    Oui, Ruben ?
    —    J’ai très envie de toi… »

    « J’ai très envie de toi » est le genre de déclaration qui n’appelle qu’une réponse identique. Toute autre réponse serait mauvaise. Même un silence ce serait une mauvaise réponse. C’est dans l’humour que je trouve mon salut provisoire.

    « T’es un bon coquin, toi ! »

    Je n’ai pas le courage de lui dire que moi aussi j’ai envie de lui. Le pire c’est que c’est vrai, j’ai moi aussi envie de lui. Après un week-end passé à goûter au plaisir inouï de faire exulter les virilités bouillonnantes de Jérém et de Thibault, j’ai envie de retrouver celui tout aussi intense et délicieux de me sentir désiré en tant que « mâle ». J’ai envie de sentir sur moi le regard empli de désir de Ruben. J’ai envie de ressentir son besoin irrépressible de me faire jouir. J’ai envie de le regarder en train de me sucer et de prendre son pied. J’ai envie de sentir ses lèvres et sa langue s’affairer pour me faire plaisir. J’ai envie de sentir mon jus gicler de ma bite et atterrir dans sa bouche. J’ai envie de le voir tout avaler. Mais non, non. Il faut que je trouve le moyen de résister à la tentation, d’être honnête avec lui.

    Je retrouve Ruben chez lui à l’heure prévue. Nous nous embrassons, nous nous serrons dans les bras l’un de l’autre. Mais il me paraît distant. Le petit poitevin est courtois, mais une certaine méfiance, ainsi qu’une distance certaine, semblent s’être glissées dans ses attitudes vis-à-vis de moi.
    Je ne sais pas comment aborder le sujet, je ne sais pas comment lui dire qu’on devrait arrêter de nous voir.
    Autour d’un apéro improvisé, Ruben me pose plein de questions sur mon week-end. Je me surprends en train d’échafauder une quantité de mensonges au pied levé dans le but d’inventer une réalité de substitution. Un jeu périlleux dans lequel je ne me débrouille plutôt pas mal. Je pense à mon pote Julien, je crois que s’il me voyait, ça le ferait marrer. Mais moi, ça ne me fait pas marrer. Je m’éloigne de ma résolution d’être honnête avec lui. Je m’enfonce dans le mensonge un peu plus à chaque minute qui passe, et chaque arrangement avec la réalité est plus éprouvant que le précèdent. Jusqu’au moment où je craque.

    « Ruben ! » je m’entends lancer à un moment, en lui coupant la parole, alors qu’il me demandait si j’avais eu le temps de revoir ma cousine ce week-end à Toulouse.
    J’ai l’impression d’être sorti de mon corps et de voir la scène se dérouler de l’extérieur. Le ton sur lequel j’ai prononcé son prénom, avec la soudaineté de ma sortie a dû surprendre le petit poitevin. Il s’est arrêté net de parler, et il me regarde fixement. Je crois qu’il a compris que cet appel annonce quelque chose de grave.
    « Je n’étais pas à Toulouse ce week-end, je t’ai menti.
    —    Tu étais avec ton ex, hein ?
    —    Oui…
    —    Je m’en doutais.
    —    Je suis désolé…
    —    Tu es toujours amoureux de lui ?
    —    Je ne l’ai jamais oublié.
    —    Et nous c’est quoi ? Enfin, c’était quoi ? »
    Ça me fait de la peine de l’entendre parler de notre histoire au passé. Et pourtant, je sais que c’est par là que je dois en passer pour pouvoir à nouveau me regarder dans un miroir.
    « Tu es un garçon exceptionnel, Ruben.
    —    Ce n’était que du sexe entre nous ? il insiste.
    —    Non, j’ai passé de super bons moments avec toi.
    —    Mais je n’ai pas su te faire oublier ton ex.
    —    Je voudrais savoir te rendre heureux Ruben, parce que tu es l’une des plus belles personnes que j’ai connues dans ma vie. Si j’ai choisi d’être honnête avec toi, c’est parce que tu mérites de trouver un gars qui te rende heureux.
    —    Honnête… honnête… tu m’as quand même menti depuis vendredi dernier…
    —    Je suis désolé. J’espère que tu pourras me pardonner un jour.
    —    Je ne sais pas quoi te dire » il lâche, les yeux déjà humides.
    Ruben me fait de la peine, je m’approche de lui pour le prendre dans mes bras. Et là, je le vois esquiver mon geste et je l’entends me lancer :
    « Tu devrais partir, Nico. »
    Je suis interloqué. Je ne m’attendais pas à que ce soit si soudain. Mais il a certainement raison, je ne suis certainement pas la personne la mieux placée pour le consoler du chagrin que je viens de lui infliger.
    « Je suis vraiment désolé, Ruben. Prends soin de toi, je lui glisse en passant la porte.
    —    Oui, c’est ça, bonne soirée ! » il me lance, la voix cassée par la tristesse, alors qu’il referme énergiquement le battant derrière moi.

    Je viens de quitter Ruben et je ressens une immense tristesse. En marchant vers chez moi, je me sens salaud. Je sais que j’ai blessé un garçon on ne peut plus gentil qui ne méritait vraiment pas ça. Je viens de quitter ce petit gars adorable qui est sincèrement amoureux de moi. Je viens de quitter un compagnon qui avait envie de me faire rentrer dans sa vie, qui assumait parfaitement notre relation. Je viens de quitter un ami avec qui j’avais de belles conversations et avec qui je faisais de belles balades à vélo. Je viens de quitter un amant qui m’a fait découvrir une facette assez inattendue de ma sexualité, celle d’éprouver du plaisir à être « actif » et « dominant ».
    Mais je viens surtout de quitter le gars qui égayait ma vie au quotidien et qui ne demandait pas mieux que d’être à mes côtés. Je l’ai fait car je sais pertinemment que maintenant que le gars que j’aime est revenu dans ma vie et dans mon cœur, il n’y aura plus vraiment de place pour quelqu’un d’autre.

    Encore faut-il que j’essaie de rattraper le coup avec Jérém. Pourvu que ce ne soit pas trop tard !
    En rentrant à la maison, je retrouve mon portable. Et mon cœur fait un énorme bond dans ma poitrine lorsque je vois la petite led verte clignoter en haut à gauche de l’appareil. Lorsque j’allume le petit écran, je découvre la mention : « Appel en absence Jérém ».
    Le bobrun n’a pas laissé de message. Il s’est peut-être posé des questions sur la raison qui a fait que je ne lui ai pas répondu. Il a dû se demander si je ne suis pas avec ce mec qui n’arrêtait pas de m’appeler pendant notre week-end.

    Il est un peu plus de 21 heures, et je rappelle Jérém aussitôt, bien décidé à lui parler franchement de ce qui s’est passé avec Ruben. Autant que ce beau gâchis serve à quelque chose. Mais ça sonne dans le vide et je tombe sur sa messagerie.
    « Salut Jérém, j’ai vu que tu as essayé de me joindre. Rappelle-moi, il faut que je te parle de quelque chose. Bisous mon amour. »
    J’attends son coup de fil jusqu’à minuit passé. Mais rien ne vient. Pourvu que ce ne soit pas trop tard.

    Après la fin des cours, je récupère enfin les photos que j’attendais si impatiemment. En sortant de chez le photographe, je m’installe sur un banc pour les regarder. Les mains frémissantes, j’ouvre la boîte cartonnée qui contient ce petit trésor inestimable à mes yeux.
    Je retrouve mon Jérém débordé par les papouilles de ses chevaux, je retrouve son beau sourire.
    Je retrouve mon beau brun au Pont d’Espagne, devant la cascade, beau comme un Dieu alors que le soleil se pose sur lui et que la lumière intense fait pétiller toute sa beauté. Je nous retrouve tous les deux, grâce au cliché pris par cette nana sympathique. Je me souviens de sa main qui s’était glissée sous mon t-shirt, à hauteur de mes reins, de ce contact furtif qui m’avait donné un si grand frisson. Nous avons l’air heureux. Nous sommes si beaux.
    Puis au lac de Gaube, près de l’eau, assis sur une grande pierre, une jambe allongée, pied au sol, l’autre repliée contre son torse, enserrée dans ses bras, le menton posé sur le genou, la tête tournée vers la vallée, le regard au loin, contemplatif. Il est beau et touchant à en pleurer.
    Sur la suivante, Jérém me regarde et me sourit. Je me rappelle l’avoir appelé, pour qu’il se tourne vers moi. Sur les quatre clichés que j’ai pris, deux sont ratés. Mais les deux autres ont réussi l’exploit d’immortaliser cet instant de bonheur, son sourire à tomber, à la fois sexy et doux, craquant. Je savais que mon Jérém dans ce cadre majestueux donnerait des clichés magnifiques, et je ne me suis pas trompé.
    Les autres photos sont plus ou moins réussies. Dans la série prise pendant la soirée au relais, celle avec Thibaut, Jérém et Maxime est floue. Un peu mieux celle prise par Martine avec Jérém et moi.
    J’aime particulièrement les quelques photos que j’ai faites avec Jérém et les cavaliers. Mon beau brun change d’expression à chaque cliché, et il est toujours beau à tomber. Je ressens une intense nostalgie face à ces photos, la nostalgie du bonheur que je ne peux retrouver qu’à Campan.
    Mais je ressens également de la culpabilité. Car, en regardant les photos de Jérém à la soirée au relais, je remarque quelque chose que je n’avais pas décelé sur le moment. J’ai l’impression qu’en dépit de ses sourires, un voile de tristesse semble ne jamais quitter ses yeux. Comme si quelque chose le tracassait.
    Je repense à notre retour au pont d’Espagne, lorsque mon portable avait sonné. J’avais menti en lui disant que c’était Maman, mais je n’avais pas réussi à le rassurer. Une sensation que j’avais ressentie encore plus intensément peu après, le même soir, au relais, en attendant l’arrivée des cavaliers. Je le revois en train de fumer une cigarette devant la cheminée, le regard fixé sur la flamme, en silence, l’air pensif.
    « Je pense que je t’ai tenu à distance trop longtemps » il m’avait répondu, lorsque je lui avais demandé à quoi il pensait.
    J’avais tenté de lui faire comprendre que l’important c’était de s’être retrouvés, je lui avais promis qu’on ne se quitterait plus jamais. Parce qu’il était toujours et il resterait toujours mon p’tit Loup. Mais Jérém était demeuré pensif. Son malaise avait persisté pendant toute la soirée, pendant le retour jusqu’à Toulouse, le lendemain, jusqu’au moment de nous quitter. Et malgré le fait que notre complicité refasse surface par moments, il semble toujours être là coup de fil après coup de fil.

    Je rappelle Jérém le soir même, sans attendre qu’il le fasse. J’ai besoin de lui parler pour le rassurer, pour être rassuré. Mais j’ai peur aussi. J’ai peur de son état d’esprit, de son attitude vis-à-vis de moi. Mais il faut que je trouve le moyen de lui parler de Ruben et de la fin de notre histoire. Les sonneries s’enchaînent et je commence à croire que je vais à nouveau tomber sur son répondeur.
    Mais le bobrun finit par décrocher juste avant.
    « Salut petit Loup ! je lui lance, comme en apnée.
    —    Salut… »
    Ah, ça commence mal, on a perdu l’Ourson.
    « Comment ça va ?
    —    Bien.
    —    Ta journée d’entraînement ?
    —    Bien aussi. »
    Lui aussi, je le sens froid, distant. J’ai l’impression qu’il me fait la tête parce que je n’ai pas répondu à son appel d’hier soir.
    Le fait est que, dans cette inversion des rôles inattendue, chacun de nous deux doit s’imaginer ce qui passe chez l’autre en se basant sur sa propre expérience. Jérém doit se souvenir pourquoi il ne répondait pas à mes coups de fil. Je me doute bien qu’il a dû arriver qu’il ne me réponde pas parce qu’il était en train de coucher ailleurs. Il doit se dire que si je ne lui ai pas répondu hier soir, c’est que j’étais en train de faire la même chose. Il doit se dire que j’étais en train de coucher avec ce gars « qui s’est attaché à moi ». Il doit se demander quelle part de mon cœur il occupe en vrai.
    « Désolé pour hier soir, j’étais sorti…
    —    Tu étais encore avec ce gars ? »
    Bam ! La claque est assenée avec une précision redoutable, en pleine figure.
    « Oui…
    —    C’est bien, éclatez-vous !
    —    Je suis allé le voir hier soir pour lui dire que j’avais passé le week-end avec toi. Et je l’ai quitté.
    —    C’était donc lui qui t’appelait quand on était à Campan !
    —    Oui, c’était lui.
    —    Et juste pour info, vous baisez depuis combien de temps ?
    —    Jérém…
    —    Depuis combien de temps ? il insiste sur un ton agressif.
    —    Depuis deux mois…
    —    Tu t’es bien foutu de ma gueule !
    —    Mais non, pas du tout ! Tu m’avais dit que tu avais besoin d’air, et tu m’as laissé des mois sans nouvelles !
    —    Mais je t’avais dit que je reviendrais !
    —    C’est vrai. Mais les semaines passaient et je me disais que tu m’avais oublié. Je te promets que je n’ai pas cherché à te remplacer. Je suis tombé sur lui par hasard à un moment où j’étais vraiment mal. Nous avons fait du vélo, nous avons beaucoup parlé. Il m’a aidé à aller mieux.
    —    Tu es amoureux de ce type ?
    —    Non, c’est toi que j’aime, plus que tout. Tu me manques, Jérémie Tommasi ! Il me tarde de te revoir !
    —    Au fait, j’ai quelque chose à t’annoncer, il enchaîne, sans apparemment prêter attention à mes derniers mots.
    —    Quoi donc ?
    —    Je vais jouer, demain !
    —    C’est vrai ?
    —    Le coach m’a annoncé ça hier soir. »
    Je suis super heureux pour lui, pour cette titularisation qu’il attendait avec tant d’impatience. C’est donc pour cela qu’il m’a appelé hier soir. Pour partager cette bonne nouvelle avec moi. Et moi je n’étais pas là pour le féliciter, pour partager sa joie. Je m’en veux terriblement.
    « Je suis fier de toi ! Tu es content ?
    —    Je suis fou… et très stressé. Si je me plante, je vais avoir l’air d’un con devant de milliers de gens !
    —    Tu ne te planteras pas. Félicitations, petit Loup ! Je penserai à toi pendant tout le match. Et surtout, tiens-moi au courant de comment ça s’est passé. »

    Le lendemain, samedi, je me sens fébrile dès le réveil. Je sais que pour Jérém c’est l’un des plus beaux jours de sa vie. Et je sais à quel point il appréhende ce premier match dans cette grande équipe. J’ai l’impression de ressentir son stress dans ma chair, dans mon cœur. Je voudrais être à Paris, pouvoir le soutenir, je voudrais être là pour m’assurer que tout se passe bien. Je sais bien que ma présence ne changerait rien, mais ça me rassurerait de pouvoir poser mes yeux sur lui et ne pas le quitter pendant 80 minutes. Si au moins le match pouvait passer à la télé !
    Je compte les heures et les minutes avant 14 heures, moment du début du jeu.
    Je lui envoie un message en début de matinée : Bonne journée, champion !
    Puis, un vers midi : Je pense à toi p’tit Loup ! Je suis tellement fier de toi !
    Mais aucune réponse ne vient de sa part. Il doit être occupé et stressé, il ne doit même pas penser à regarder son téléphone qu’il a dû laisser au vestiaire.
    Lorsque l’heure fatidique arrive, j’envoie un dernier message : Tu vas gagner !
    Je vis les deux heures du match comme en apnée, comptant chaque minute, m’imaginant son état d’esprit. J’espère vraiment que ça va bien se passer. Après le demi-échec de la saison au Racing, mon Jérém a besoin d’être rassuré.
    Vers 16h30, une heure à laquelle je me dis que le match doit être vraisemblablement terminé, je lui envoie un nouveau SMS : Alors, comment ça s’est passé ? Appelle-moi !

    Je guette les émissions sportives du soir, et je finis par tomber sur des images du match du Stade Français. Et je finis par tomber sur les premières images de mon Jérém à la télé. Le passage montre une action que mon bobrun va parachever en toute beauté, car il marque un essai.
    « Un bel essai de Jérémie Tommasi dont c’est le tout premier match en Top 15 » commente la voix off.
    Dans le plan suivant, il est face aux poteaux, et il s’apprête à tenter de transformer l’essai. Son regard rivé sur le ballon est concentré comme un laser. Tout autour, le stade vibre comme un tremblement de terre. Pendant une fraction de seconde, la caméra fait un magnifique premier plan sur son beau visage de mec, un visage portant des traces de terre et de transpiration. Mon Jérém a bien mouillé le maillot. Le bel ailier fonce sur le ballon, le tape avec une belle puissance. Mais le ballon ovale rate son rendez-vous avec les poteaux.
    « Petite déception pour cette transformation ratée, mais nous parions que nous allons souvent entendre parler de ce poulain à l’avenir !»
    Sa joie après avoir marqué faisait plaisir à voir, tout comme sa déception de ne pas avoir réussi à transformer l’essai est touchante.
    Je lui envoie un SMS dans la foulée : Bel essai, champion !

    Pendant toute la soirée, j’attends un signe de sa part. A minuit, je me couche sans que ce signe ne soit venu. La troisième mi-temps, sans doute, peut-être la quatrième…

    Ce n’est que le lendemain matin au réveil que je retrouve un SMS de mon bobrun : Merciiiiiiiii !!!
    Puis, vers 10h30, mon portable se met à sonner.
    « Hey, p’tit Loup ! je fais, en décrochant.
    —    Salut Ourson ! »
    Ce petit mot me fait toujours autant d’effet.
    « Alors, bien le match ?
    —    Plus que ça ! Génial !
    —    Comment t’as su pour mon essai ?
    —    Je n’ai pas su… je l’ai vu !
    —    A la téloche ?
    —    Oui, dans une émission…
    —    J’ai marqué un essai, mais je n’ai pas pu le transformer…
    —    Mais c’est déjà pas mal, non, pour ton premier match !
    —    Peut faire mieux !
    —    Je suis sûr que tu as très bien joué !
    —    C’est le coach qui m’a dit ça, "peut faire mieux"
    —    Je suis sûr qu’il dit ça pour te pousser, mais il doit être content de toi…
    —    En fait, il a dit exactement "pas mal du tout, mais peut encore mieux faire"…
    —    Tu vois ? J’étais sûr que tu avais fait sensation !
    —    C’est la chance du débutant !
    —    Non, c’est de la graine de grand joueur ! »

    Je rappelle Jérém dès le lundi soir. J’ai besoin de sentir sa voix. J’ai besoin de savoir si la complicité que nous avons retrouvée grâce à la liesse provoquée par la réussite de son premier match en championnat est toujours là ou bien si la distance que je ressens entre nous depuis le retour du week-end à Campan demeure. J’ai besoin d’être rassuré. Jérém me manque terriblement, et j’ai toujours peur de le perdre.
    « Je vais enfin avoir mon nouvel appart, il m’annonce. J’emménage ce week-end !
    —    C’est super !
    —    Tu as besoin d’aide ? je lui propose, sans penser une seule seconde que le week-end j’ai un impératif familial auquel je ne pourrais pas me soustraire.
    —    Non, c’est gentil, mais je vais me débrouiller.
    —    Il me tarde de te revoir et de découvrir ton nouvel appart !
    —    Doucement, laisse-moi m’installer d’abord ! »

    J’ai terriblement envie d’aller le rejoindre, de le revoir. Car il me manque beaucoup. J’ai envie de le féliciter pour ses exploits, de le prendre dans mes bras, de faire l’amour avec lui, de dormir avec lui, de me réveiller avec lui.

    La semaine avance et il ne se passe pas un jour sans que je pense à Ruben, et à la peine que je lui ai faite. Je sais que lui dire la vérité était la meilleure chose à faire, mais je me sens toujours mal. Parfois, j’ai envie de lui envoyer un message ou de l’appeler pour prendre des nouvelles. Mais je ne sais pas si c’est une bonne idée, et j’y renonce. J’appelle un ami commun pour savoir comment va le petit poitevin. Il m’apprend que depuis quelques jours il sèche les cours et qu’il ne veut voir personne. Je lui ai vraiment fait mal et je m’en veux horriblement. Je voudrais l’appeler, mais j’hésite, j’imagine que je suis la dernière personne à qui il voudrait parler de sa peine. Je lui envoie un message pour prendre de ses nouvelles. Mais aucune réponse ne vient.

    Samedi 5 octobre 2002.

    Ce week-end, je suis attendu à Toulouse. Non pas que j’aie particulièrement envie de rentrer à la maison. Croiser Papa est de plus en plus éprouvant. Je ne supporte pas l’hostilité, la pression silencieuse qu’il fait régner autour de moi. Mais, bien évidemment, je ne peux rater l’anniversaire de Maman.
    Heureusement, elle a retenu ma suggestion d’inviter Elodie pour mettre l’ambiance. Ce que je n’imaginais pas en suggérant cela, c’est à quel point ma cousine allait mettre l’ambiance. J’attendais d’elle quelques pétards de bonne humeur, j’allais avoir droit à des tirs d’artillerie lourde.

    Lorsque je débarque à Saint-Michel samedi en fin de matinée, Elodie est déjà là, avec son charmant Philippe et son impressionnant ventre de sept mois.
    « Bientôt je ne vais plus pouvoir dire bonjour, elle se marre en se penchant avec difficulté pour me faire la bise, j’ai l’impression d’avoir gobé une pastèque tout entière ! »
    Tout se passe à peu près bien pendant le repas, Elodie assurant son rôle de « détendeur » d’ambiance à la perfection.
    C’est en début d’après-midi, au moment du dessert, que tout se complique.
    « Le match va commencer » annonce Papa.
    J’avais espéré qu’il renonce à regarder le match du samedi le jour de l’anniversaire de Maman. Mais en même temps, j’avais très envie qu’il n’y renonce pas. Parce que Jérém m’avait annoncé que ce serait son premier match télévisé.
    « Tu ne peux pas laisser tomber le rugby au moins aujourd’hui ? lui demande Maman.
    —    Désolé, c’est l’un des matches les plus attendus de la saison !
    —    En plus c’est le Stade Français qui joue » fait Philippe, lui aussi passionné de rugby, tout en emboîtant le pas de Papa vers le canapé du séjour.
    Oui, en plus c’est le Stade Français qui joue. A cet instant précis, j’ai l’impression que mon cœur va s’arrêter. Une multitude de sentiments s’entrechoquent dans mon cœur. L’espoir, le bonheur de voir mon Jérém à la télé, et la fierté que Papa le voie aussi. Mais aussi la peur de sa réaction. Est-ce qu’il va seulement remarquer dans les rangs de son équipe de cœur le garçon qui a dormi une nuit à la maison un an plus tôt, le jeune joueur de rugby qu’il a apprécié, du moins jusqu’à ce que je lui dise qu’il était le gars que j’aime ?

    Les joueurs des deux équipes sont présentés les uns après les autres. Je ne connais personne, je découvre un à un ces montagnes de muscles, ces corps fringants cachés sous les maillots, ces belles gueules de mâles. Jusqu’à l’apparition d’Ulysse, toujours très sexy, toujours aussi viril avec sa belle barbe blonde et son regard excessivement sensuel.
    « Lui, c’est un bon joueur, commente Papa. Il ira loin. »
    Et là, après une enfilade de noms de joueurs, un certain « Tommasi » est annoncé et montré à l’écran.

    Le speaker scande un à un les noms des joueurs. Les tribunes rugissent. Quatorze mecs hyperconnus, côté Paris. Et ton nom de famille à la fin, le quinzième de la liste, sorti de nulle part.
    Le match va commencer et tu as une boule au ventre. Une boule qui semble absorber tout ton esprit et lester ton corps, alors que tu as besoin de toute ta concentration et ton énergie.
    Tu as vraiment la pression cette fois-ci. Là, avec les caméras, le mec avec le micro et tutti quanti, tu abordes ton premier match télévisé avec une tension excessive. Tu sais que samedi dernier tu risquais de décevoir un demi-stade, et tu sais que là tu risques de décevoir des millions de personnes.
    Certes, samedi dernier ça s’est bien passé. Mais rien n’est jamais acquis.

    L’annonce de son nom me fait frissonner. Et l’image qui se présente à moi – Jérém en maillot dans le couloir d’accès à la pelouse, le regard un peu perdu, inquiet, dépassé par la situation, par la pression que doit faire peser sur ses épaules le stade rugissant – cette image m’émeut aux larmes.
    Autant cette « apparition » m’a mis tout sens dessus-dessous, autant elle semble être passée complètement inaperçue aux oreilles et aux yeux de Papa.

    Les joueurs déboulent sur le terrain. Mon Jérém arrive en trottinant, l’air dépaysé, un brin impressionné, mais pas ridicule du tout !
    Dans son maillot, il est beau comme un dieu. En le regardant, j’ai l’impression de voir, toutes proportions gardées, un gladiateur qui rentre dans l’arène. Je suis tellement content pour lui, tellement fier de lui !
    Ulysse n’est pas loin de lui, un tantinet plus assuré, le regard concentré et terriblement viril.
    La caméra fait un plan serré sur mon bobrun et l’animateur se charge de faire les présentations :
    « Et voilà Jérémie Tommasi, natif de Toulouse, 21 ans dans quelques jours, la jeune recrue du rugby parisien, élément très prometteur à ce que l’on dit. Après un passage l’an dernier par le Racing, il a été recruté par le Stade Français qui tient peut-être là sa future star du ballon ovale. »
    On voudrait mettre les pieds dans le plat, on ne s’y prendrait pas autrement. Les mots de l’animateur sont passés sur moi comme un rouleau compresseur. J’attends la réaction de Papa. Elle ne vient pas, il est comme figé devant l’écran. Je donnerais cher pour savoir ce qu’il pense à cet instant précis.
    Mais il n’y a pas que l’animateur qui va mettre les pieds dans le plat.
    « C'est lui ? C’est ton Jérémie ? fait Elodie.
    —    Elodie… s’il te plaît ! je tente de désamorcer la source du confit que je sens se profiler.
    —    Quoi, c’est lui ou c’est pas lui ? C’est pas ton petit copain ? C’est pas le garçon qui te rend heureux ? »
    BOOOM !!! La bombe est lâchée. C’est une déclaration de guerre.
    « Elodie, stop, pas là, pas maintenant ! fait Papa, visiblement irrité.
    —    Quoi ? Il faut bien appeler un chat un chat, non ? »
    Papa ne réagit pas, mais il fait sévèrement la gueule.
    « Tonton, ne fais pas la tête ! elle lâche sur un ton amusé, tu devrais être fier qu’un joueur toulousain ait été recruté dans une grande équipe. Et le fait qu’il soit le copain de Nico ne change rien.
    —    Je n’ai pas envie de parler de ça !
    —    Tu peux ruminer de ton côté, mais tu n’y changeras rien. Tu vas juste faire du mal à Nico, et à toi aussi.
    —    Tu verras si ton gosse est comme ça…
    —    Je m’en fous qu’il soit gay, la seule chose qui m’intéresse c’est qu’il soit heureux et qu’il soit bon.
    —    Si ton enfant était pédé tu t’inquièterais aussi !
    —    M’inquiéter de quoi ?
    —    Ecoute, je n’ai pas envie de me fâcher et je voudrais regarder le match tranquillement !
    —    Moi je voudrais savoir de quoi tu t’inquiètes, je le questionne.
    —    Moi aussi, s’en mêle Maman.
    —    On ne peut pas être heureux en étant pédé ! rugit Papa.
    —    Et pourquoi, ça ?
    —    Parce que ce monde n’est pas fait pour les gens comme lui ! Il sera toujours pointé du doigt et rejeté !
    —    Ce n’est pas à lui de changer, mais au gens et au monde de le faire ! fait Elodie.
    —    C’est ça ! ajoute Maman.
    —    Oui, essayez toujours de changer le monde, fait Papa, amer. Pour l’instant il est jeune, il continue, il peut baiser avec qui il veut. Mais que se passera-t-il quand il sera plus âgé ? Quand il se retrouvera seul et malheureux, sans une famille ?
    —    Pourquoi, toutes les familles hétéros sont heureuses ? demande Maman sur un ton las.
    —    Je ne sais pas, et je m’en fous. Maintenant je voudrais regarder le match en paix, si vous permettez ! »
    Sous son agressivité, je comprends qu’en fait, Papa s’inquiète pour moi. Ça me touche et ça m’attriste tout à la fois. Soudain, je repense au couple qui était venu nous parler, Jérém et moi, au lac de Gaube. J’ai tellement envie d’essayer de tenter de rassurer Papa comme j’ai essayé de rassurer ce couple. Mais le fait est que c’est bien plus difficile de parler, d’ouvrir son cœur aux proches qu’à des inconnus.
    Aussi, la dernière réplique de Maman m’inquiète. Car j’ai l’impression qu’elle parle de son couple. C’est la première fois que je l’entends évoquer son malaise vis-à-vis de Papa. Je ne veux pas qu’ils se déchirent à cause de moi, je ne veux surtout pas. Pourquoi Papa est-il si arc-bouté ? Pourquoi ne veut-il pas faire l’effort de comprendre ? Pourquoi ne sait-il pas lâcher prise ?

    Le match démarre. Le jeu s’emballe vite. Les corps musclés, puissants, rapides, agiles et souples se percutent, tombent, roulent, glissent, se bousculent, se superposent, rebondissent, s’élèvent en chandelle.
    Je ne comprendrai jamais l’intérêt des sports d’équipe, et encore moins celui du rugby, à mes yeux le plus inélégant et brutal d’entre eux. Là où les amateurs et les connaisseurs voient tactique et esprit d’équipe, moi je ne vois que jeu violent, agressif et puéril. Un jeu dangereux qui plus est, capable de provoquer des blessures graves. J’ai toujours eu peur que Jérém se blesse pendant un match.
    Il me semble qu’il se dépense autour du ballon ovale une débauche de puissance, de jeunesse, de testostérone qui serait bien mieux utilisées dans d’autres activités physiques bien plus agréables.
    A mes yeux, le seul et unique intérêt de ce jeu c’est celui de fabriquer des corps et des attitudes de Dieux Mâles.
    Mais cela ne m’empêche pas de ressentir le bonheur que ce jeu apporte à Jérém, et d’en être profondément ému. Ainsi, au-delà du jeu, j’entrevois un rêve de réussite, de reconnaissance, l’envie de connaître ses limites, de les dépasser, et d’aller toujours plus loin. Et aussi de la camaraderie, et de l’amitié.
    Voir le gars qu’on aime réussir un exploit qui représente quelque chose d’important à ses yeux, le voir heureux et accompli, c’est l’une des sensations les plus belles qui existent.

    Pendant le match, tu te donnes à fond. À chaque action le public réagit et ça te donne des décharges d’adrénaline. Tu fonces sans vraiment réfléchir. Tu fais quelques erreurs, il y a des ratés, mais tu marques quand-même un essai. Merci Ulysse pour cette passe avisée. Tu arrives même à transformer.
    Et là, la moitié du stade s’embrase, exulte, et la vibration de ce bonheur fait trembler ton cœur. Tu te sens bien, tu te sens à ta place. Tes coéquipiers te félicitent avec une fougue qui te réchauffe le cœur. Toutes ces accolades viriles te font un bien fou.
    Mais il y en a une qui te donne plus de frissons que les autres. Lorsque Ulysse te prend dans ses bras, ton esprit frissonne d’une façon bien plus intense. Lorsque cette accolade prend fin, la chaleur rassurante de ses gros bras te manque. Le parfum de sa peau te manque. Pendant une seconde, Ulysse te regarde droit dans les yeux et il te sourit. Son regard clair est tellement beau, tellement bienveillant, c’est comme une caresse qui te donne envie de pleurer de bonheur. Personne ne te regarde de cette façon, personne d’autre n’est aussi heureux de te voir réussir. Tu as l’impression que personne d’autre ne te comprend aussi bien.
    A cet instant précis, tu crèves d’envie de l’embrasser. Tu as envie de lui. Jamais tu n’as ressenti cette envie sauvage d’être possédé par un mec. C’est tellement violent ce que tu ressens pour lui depuis un an, encore plus à cet instant où tes émotions sont exacerbées par le frisson de la gloire.

    Entre deux conversations avec Maman et Elodie, je suis le match à distance. Je ne me sens pas le courage de m’installer sur le canapé avec Papa et Philippe, mais je ne peux pas ne pas mater les exploits de mon champion. Et surveiller que tout se passe bien, qu’il ne lui arrive rien de grave. Mon Jérém est percuté, il tombe, je sursaute sur ma chaise. Mais il se relève aussitôt, comme ragaillardi. Je suis soulagé, je reprends mon souffle.
    A l’écran défilent des gars costauds, baraqués, tout en muscles. Les premiers plans sur de belles gueules viriles absorbées et habitées par l’effort du jeu sont saisissants. Mon Jérém est resplendissant et la passion qui habite son regard, ainsi que la puissance qui se dégage de son jeu, ajoutent un charme animal à sa beauté naturelle. Il est beau à craquer, et on dirait que le réalisateur s’attarde exprès sur lui. Est-ce le fait que ce soit son premier match télévisé ou bien il le trouve à son goût ?

    Au fil du jeu, à force de tomber et de rouler sur la pelouse, les maillots se salissent. Sur les visages, les signes de l’effort, de la fatigue, de la transpiration s’installent.
    La mêlée est un moment particulièrement propice aux fantasmes. Les muscles des cuisses se tendent, les biceps se gonflent, les maillots s’étirent, découvrent des portions de torses, les corps se touchent, s’entremêlent dans une promiscuité totale, alors qu’un paysage de culs fabuleusement rebondis s’affiche à l’écran.
    Ce genre d’image me ramène à ma nature première, celle de prendre du plaisir en rendant hommage à la mâlitude. J’ai envie de Jérém, j’ai envie de l’avoir en moi, de le voir prendre son pied, de le voir jouir, de sentir qu’il jouit en moi.
    Lorsque je couchais avec Ruben, je me conformais bien au rôle d’actif et je prenais vraiment mon pied. Son regard soumis à ma virilité était capable d’éveiller en moi ce genre d’envies. Ce qui ne m’empêchait pas parfois, notamment lorsqu’il s’attardait sur me mes tétons, d’avoir envie de changer de rôle. D’avoir envie d’éveiller en lui sa virilité latente, de le lui faire prendre conscience de son existante, de lui apprendre à la faire ressortir, à s’en servir. Oui, parfois, j’ai eu envie d’aller à la recherche du petit mâle qui sommeille quelque part en lui. Mais je n’ai jamais essayé.
    Car, au fond de moi je savais que ce n’était pas possible. De toute façon, je savais qu’il n’aurait pas voulu. Ruben est passif à fond, comme je l’étais au début avec Jérém. Il voulait voir en moi « le mâle ». Et je tenais moi aussi à conserver cette image à ses yeux, et ce rôle dans notre pieu.
    Et puis, même s’il avait accepté d’essayer, je crois bien que je n’aurais pas pris mon pied pour autant. Le plaisir du « passif » est autant une question physique qu’une question mentale. Même s’il avait accepté de me prendre, je crois bien que ça ne m’aurait pas emballé. Pour prendre mon plaisir de passif j’ai besoin d’un gars qui me fasse sentir qu’il est « le mâle ». Ruben n’est pas assez viril, et surtout pas assez assuré, pour me faire ressentir ce frisson.

    Je m’en veux vraiment beaucoup de l’avoir fait souffrir.

    A l’approche de la fin du match, tout s’accélère, tout s’exacerbe. Les visages sont empourprés par la fatigue, les pecs ondulent sous l’effet d’une respiration profonde accompagnant l’effort prolongé. Ça percute, ça tombe, ça roule encore plus, encore plus violemment. Pourvu que mon Jérém ne se blesse pas !
    Le Stade domine la deuxième mi-temps, et s’impose sur ses adversaires.

    « Alors, Tommasi, ça fait quoi de jouer son premier match devant les caméras ?
    —    Euh… c’était stressant… »
    Mon bobrun ne s’attendait clairement pas à se voir mettre un micro sous le nez à la fin du match. Il est en nage, il respire fort. Son regard est fuyant, intimidé. Il a l’air troublé par le rugissement du stade. Il a l’air d’un lapin pris dans les phares d’une voiture.
    « Mais vous avez quand-même pu marquer un essai. Sans cet essai le Stade n’aurait pas gagné !
    —    Euh…
    —    Le rugby est un travail d’équipe ! il assène après un silence embarrassé, tout en montant le ton de sa voix pour se faire entendre par-dessus le brouhaha ambiant.
    —    C’est bien vrai ! Bonne chance à vous pour les matches à venir !
    —    Merci… » fait le bobrun, l’air visiblement soulagé que le journaliste lui lâche les baskets.
    Jérém vient de sortir du champ de la caméra et il me manque déjà. Quelques minutes plus tard, Papa éteint l’écran.
    « Alors, c’est fini ? Qui a gagné ? demande Elodie, alertée par le silence soudain dans la maison.
    —    Le Stade a gagné, fait Philippe.
    —    Alors, ce nouveau joueur ?
    —    Il a transformé un essai, notifie le copain de ma cousine.
    —    Pas mal, ajoute Papa, à ma surprise.
    —    Pas mal pour un pédé ? le cherche Elodie.
    —    Pas mal, tout court. »

    Ce sont les premiers mots non hostiles que j’entends de la bouche de Papa depuis longtemps. Ils ne me sont pas adressés, mais j’ai envie de lire dans ce « pas mal, tout court », un geste d’apaisement. Je voudrais savoir lui parler, profiter de cet instant, de ce geste, mais je ne sais pas comment faire.
    Elodie et Philippe rentrent chez eux peu après. Pendant que j’aide Maman à ranger et nettoyer, Papa disparaît dans le garage, comme d’hab.
    « Je pense que ton père ne va pas tarder à se rendre compte qu’il est dans l’erreur vis-à-vis de toi… tu vas voir, il va revenir vers toi. Encore un peu de patience. »

    Je monte dans ma chambre et j’envoie un message à Jérém pour le féliciter pour son match et pour lui dire qu’il peut m’appeler jusqu’à tard s’il veut. Une fois de plus, j’attends jusqu’à minuit, mais rien ne vient. Satanée troisième mi-temps !

    Le lendemain, je déjeune avec mes parents. J’avais espéré que Papa se montre moins distant, mais ce n’est pas le cas. Toutes mes tentatives de lancer une conversation tombent à l’eau. Le soir même, avant de partir au lit, une idée me traverse l’esprit. Je prends un papier et un stylo et je commence à écrire comme ça vient, sans trop réfléchir.

    Papa, je sais que je n’ai jamais été le fils que tu rêvais d’avoir. Je ne me suis jamais intéressé aux trucs de mec, ceux que tu aimes, comme la mécanique, le foot, les films de bastons. Et, pire que tout, je ne me suis jamais intéressé au rugby, ton sport préféré. Sauf pour tomber amoureux d’un rugbyman, un comble, non ? J’imagine que tu puisses vivre ça comme une sorte de « trahison ».
    Papa, je ne l’ai pas cherché, ça m’est tombé dessus. Ça vaut pour le fait d’être gay, tout comme pour le fait de tomber amoureux d’un rugbyman. Je suis tombé amoureux le premier jour du lycée et je n’ai rien pu faire pour empêcher que cela arrive. A vrai dire, je n’ai rien fait pour empêcher que cela arrive. Parce que cet amour m’a réveillé, m’a fait me sentir vivant, heureux comme jamais auparavant.
    Je t’ai entendu dire que tu t’inquiètes pour mon bonheur. Ne sois pas inquiet pour cela. Je le poursuis comme tout un chacun, je fais comme je peux, je fais de mon mieux. Je suis heureux comme je suis, et je ne voudrais changer pour rien au monde.
    Sois rassuré, Maman et toi avez été de bons parents. Vous n’avez rien fait pour me rendre gay, tout simplement parce que je le suis depuis toujours. Aussi loin que mes souvenirs peuvent remonter, je me rappelle d’avoir été attiré par les garçons, jamais par les filles.
    Ça m’a fait plaisir de t’entendre dire que Jérémie a bien joué pendant son premier match à la télé. Tu vois, on peut être gay et bien jouer au rugby. Et je pense qu’on peut être gay et être heureux.
    Papa, tu peux m’aider à être heureux. Tu peux m’aider en me montrant que tu m’aimes tel que je suis.

    Ton fils Nico, qui t’aime, malgré toutes nos différences.

    Ps : on fait la paix, Papa ?

    Le lendemain matin, en partant, je laisse la feuille sur la table basse du séjour. Je ne veux pas être là quand Papa va la trouver, je ne sais pas quelle va être sa réaction. Je préfère ne pas y assister. Au fond de moi, j’espère qu’il m’appellera juste après avoir lu ma lettre.
    Pendant tout le voyage de retour vers Bordeaux, j’attends un coup de fil qui ne vient pas. C’est Maman qui m’appelle, le soir même.
    « Tu es bien rentré, mon Lapin ?
    —    Oui, impeccable.
    —    J’ai lu ta lettre…
    —    Ah…
    —    Tu m’as fait pleurer !
    —    Je ne voulais pas…
    —    Je sais, mais je n’ai pas pu m’en empêcher. Ça me touche tellement !
    —    Et Papa l’a lue ?
    —    Oui…
    —    Et il a dit quoi ?
    —    Tu connais ton père… il n’a rien dit. Il a fait semblant que ça ne lui faisait rien. Mais moi je sais qu’il a été beaucoup plus touché qu’il ne veut le faire croire.
    —    J’aimerais qu’il m’appelle.
    —    Je sais, je lui ai dit. Il va le faire. »

    Dans les jours qui suivent, chaque fois que mon téléphone sonne, j’ai envie que ce soit Papa. Mais ça n’est jamais le cas. Je suis triste et déçu. J’ai ouvert mon cœur, je lui ai dit que je l’aime. Et je n’ai que de l’indifférence.

    L’anniversaire de Jérém anniversaire approche. Au fond de moi, j’espère qu’il va me proposer d’aller le voir à Paris à cette occasion.
    En attendant, je pense à un cadeau. Je me rends dans une parfumerie et j’essaie plusieurs échantillons. Je finis par tomber sur une senteur à la fois bien racée, bien masculine, bien fraîche, intense et envoûtante. Un véritable électrochoc sensuel pour les narines. Il me tarde de sentir cette fragrance se dégager de la peau mate et tiède de mon bobrun.
    J’ai le cadeau, mais je ne sais pas encore comment je vais faire pour le lui offrir. En attendant, je cache le paquet dans mon placard derrière mes bouquins.

    Mercredi 16 octobre 2002.

    Aujourd’hui, Jérém a 21 ans. Je lui envoie un message dès le matin pour lui souhaiter un bon anniversaire. Le soir, je piétine d’impatience. Je sais que Jérém va m’appeler. Je suis impatient de recevoir ce coup de fil. J’espère vraiment qu’il va me proposer d’aller le rejoindre à Paris !

    Je ne me suis pas trompé, à 20 heures pétantes, le téléphone se met à sonner en affichant : « Appel Jérém ».
    « Bon anniversaire, p’tit Loup ! »
    Jérém me raconte sa journée, puis me parle du match qu’il va disputer avec son équipe le week-end suivant.
    « J’ai envie de monter te voir ce week-end, je ne peux m’empêcher de lui glisser.
    —    J’aurais aimé moi aussi, il me répond, mais ce week-end nous jouons à Clermont. Entre le match et les transferts, je vais pas avoir le temps de te voir.
    —    On le fêtera le week-end suivant, alors ! je tente de me rassurer, tout en essayant de ne pas laisser paraître ma déception.
    —    Oui, on le fêtera, t’inquiète » lâche Jérém, qui a dû quand-même capter cette déception.

    Le lendemain, je n’ai pas le moral. La tristesse m’envahit. J’ai tellement envie de voir Jérém, et a fortiori pour son anniversaire !
    « Bonjour jeune homme » me lance Denis lorsque je débarque dans la petite cour au sol rouge après mes cours, tout en continuant à nettoyer le passage au fond de la petite cour.
    —    Le chien d’Albert a encore fait dans la rigole. Je n’en peux plus de ce clebs ! il m’explique.
    —    Salut, Nico ! me lance ce dernier depuis la fenêtre de son appartement. Je suis en train de faire un gâteau, je vais t’en ramener une part quand il sera prêt.
    —    C’est gentil ! »

    Je prends ma douche, puis j’allume la télé. En zappant, je me dis qu’à l'heure qu'il est, je devrais être avec Jérém, le gars que j'aime plus que tout. Je dois impérativement y aller ce week-end, ou lundi. Je me dis que je vais appeler Jérém dans la soirée pour lui dire que j’ai trop envie de le revoir et que je vais faire un petit voyage à Paris. Ou alors, je pourrais lui faire une surprise. D’autant plus que j’ai sa nouvelle adresse. Oui, j’ai envie de lui faire une surprise.

    Je suis en plein dans mes cogitations, lorsque j’entends taper à la porte. Ça y est, le fameux gâteau est prêt. Ça tombe bien, je commence à avoir un petit creux. Je baisse le son de la télé, je saisis la poignée, j’ouvre la porte. Et là, je manque de tomber à la renverse. Mon cœur s’emballe, ma respiration se fige. Je suis instantanément en nage, en apnée.
    Jérém se tient là devant moi, beau comme un Dieu, habillé d’une chemise à petits carreaux noirs et blanc complètement ouverte sur un t-shirt blanc mettant bien en valeur ses pecs. C’est pile la même tenue que sur cette photo de lui prise sur la prairie des Filtres et qui me rend dingue. Sur son visage, un beau sourire à la fois charmant et doux.
    « Salut, il me lance.
    —    S… salut » je tente de faire bonne figure, alors que je suis en train de me liquéfier sur place.
    Le bobrun s’avance vers moi, il me serre très fort dans ses bras et m’embrasse comme un fou. La surprise, c’est lui qui me l’a faite.





    4 commentaires
  •  
    Ce récit, bien qu’il se veuille réaliste, n’en demeure pas moins une fiction. En aucun cas les agissements des personnages ne doivent constituer un exemple de conduite. Tout rapport sexuel entre garçons doit être protégé, à moins d’avoir pleine confiance en l’autre. En aucun cas, on ne peut se contenter de déclarations de l’autre pour coucher sans protection. Y compris lorsqu’il s’agit de quelqu’un qu’on connaît, qu’on apprécie, qu’on aime.

    Dans la petite maison au pied de la montagne, le crépitement du feu se mélange aux doux claquements de nos baisers incessants.
    Je suis conscient que sommes tous les trois en train de nous engager dans une voie dangereuse. Car cet instant où tout est en train de basculer entre nous, me rappelle une autre nuit où tout a basculé. Et je me souviens des conséquences de cette fameuse nuit, de la gueule de bois qui nous attendait le matin suivant. Je ne veux surtout pas commettre les mêmes erreurs, notamment vis-à-vis de Thibault.
    Et pourtant, je continue d’embrasser les deux potes, sans pouvoir m’arrêter. Je sens que nous allons très bientôt passer le point de non-retour. A moins que nous l’ayons déjà passé…

    Jérém est le premier à se retirer de ce jeu délicieux. Thibault arrête à son tour de dispenser des bisous. Est-ce qu’ils regrettent déjà d’être allé trop loin ? Est-ce qu’ils se sont arrêtés juste à temps, avant que ce ne soit trop tard ? Est-ce que nos retrouvailles sensuelles vont s’arrêter là ?
    Je me retrouve dans les bras de mon bobrun, et je me sens un peu con. Mais, très vite, il recommence à poser des bisous dans mon cou, et son souffle sur ma peau m’apporte de nouveaux frissons. Des frissons qui montent en puissance, et de façon exponentielle, lorsque je sens un autre souffle sur ma peau, d’autres lèvres, d’autres bisous, dans mon cou, sur ma joue, sur mon oreille.
    Mon cœur s’emballe, et mon excitation avec.
    Evidemment, je pense à Ruben, évidemment je culpabilise. Evidemment, je pense à Thibault, et je ne sais pas si c’est une bonne idée de remettre ça.
    Et pourtant, je me laisse transporter par l’appel du bonheur qui semble s’annoncer.

    Les bras de Jérém enlacent mon torse, ses mains défont lentement ma braguette. Je suis dans un état d’excitation extrême. Le bobrun sort ma queue raide de mon boxer et commence à la branler. La douce pluie de baisers dans mon cou vient de cesser. J’entends dans mon dos les clapotis de lèvres qui se rencontrent, qui se séparent, et qui se cherchent encore.
    Je suis emporté par le plaisir que m’offre sa main, mais aussi par l’excitation de savoir les deux potes en train de s’embrasser. Je me laisse dériver dans ce bonheur.
    Dans ma tête, mille envies – et mille et un scenarii pour les assouvir – se bousculent. Et lorsque je réalise que l’autre main de Jérém est en train de branler la queue de Thibault, je sens émerger en moi un fantasme fou qui fait grimper mon ivresse à des sommets vertigineux. Tout cela m’approche dangereusement de l’orgasme.
    « Doucement, Jérém, je lâche, la voix cassée par l’émotion, en essayant de me retenir.
    —    Allons sur le lit » fait le bobrun, la voix basse.
    Puis, il se lève lentement, il traverse la petite pièce et se débarrasse de son t-shirt blanc. Dans la foulée, Thibault se libère de son débardeur. Les deux bas-reliefs sculptés que sont leurs torses respectifs, l’un comme l’autre délicieusement poilus, ne sont que deux variantes d’un bonheur viril divin. Jérém ouvre sa braguette, il envoie son jeans et son boxer dans le décor. Sa belle érection est une tentation gourmande. Thibault dévoile à son tour sa virilité au garde à vous, nouveau et irrésistible délice viril. Les deux potes s’installent côte à côte, s’embrassent fougueusement, se branlent mutuellement. C’est beau, et c’est furieusement excitant.
    Je m’approche d’eux et je caresse, j’embrasse leurs plastiques incroyables – épaules, biceps, pecs – débordé de désirs, sans savoir où donner de la tête en premier. Je m’attarde sur leurs tétons saillants, je les fais frissonner. Jérém prend ma bouche et m’embrasse, tout en me branlant avec son autre main. La main de Thibault me caresse, m’attire vers lui. Le jeune pompier m’embrasse à son tour, alors que Jérém me branle toujours.
    Je lance mes mains à la rencontre de leurs queues, à l’aveugle. Je les trouve sans effort. Je branle, les deux potes tout en les embrassant à tour de rôle. C’est terriblement bon.
    Mes lèvres se dérobent aux baisers pour s’occuper de leurs queues. Ma bouche s’affaire, ma main joue les jokers, mes lèvres et ma langue ne pouvant hélas se prévaloir du bonheur de l’ubiquité.
    Très vite, le fantasme qui m’a traversé l’esprit lorsque nous nous câlinions à côté de la cheminée revient me hanter. Il est fort, il est beau, il est extrêmement excitant. Et il est terriblement dangereux. Alors, bien que toutes mes fibres tirent sur mon esprit pour le pousser à lâcher prise, un dernier verrou en moi m’empêche de me lancer. Je n’ose pas. J’ai peur de remuer d’anciens malaises entre les deux potes fraîchement retrouvés, j’ai peur de tout gâcher. Je ne veux surtout pas ça.
    Alors, je tente de le chasser, en me plongeant dans le plaisir présent. Dans la petite maison au pied de la montagne, je pompe longuement les deux potes à tour de rôle, je les fais frissonner à l’unisson, comme la première fois dans l’appart de la rue de la Colombette. Les deux rugbymen, quant à eux, s’évertuent à me caresser là où ma peau est la plus sensible, en particulier au niveau de ma nuque et de mes tétons.
    Mais la montée d’excitation que cela provoque ne fait que me ramener Le fantasme sans cesse. Et alors que les deux potes ahanent de plaisir, pendant que chacune de mes mains les branle en parfaite synchronisation, je finis par leur lancer, le regard fixé sur leurs queues frémissantes :

    « Montrez-moi ce qui s’est passé entre vous la dernière fois… »

    Voilà, c’est sorti, d’un coup. Comme le jet de vapeur sort de la valve d’une cocotte-minute qui laisse s’échapper un trop plein de pression pour éviter l’explosion. Mais à l’instant même où ces mots sont sortis de ma bouche, je les ai regrettés. Le silence qui suit est lourd comme le plomb. Je sens mon cœur taper dans ma poitrine, dans ma gorge, dans ma tête. Je n’ose même pas les regarder.

    « Enfin… si ça vous dit… » je tente de rattraper le coup.

    Le silence se poursuit et mon malaise grandit encore. De toute façon, je ne peux plus faire marche arrière. Les, mots, comme autant de dés jetés à leur destin, ont été jetés. Inutile de cacher la main qui les a lancés. Alors, autant découvrir les faces qui sont sorties et en avoir le cœur net. Je décide d’affronter les regards des deux jeunes rugbymen. Je lève la tête, et je rencontre d’abord celui de Jérém. Il est un tantinet alcoolisé, fumé au tarpé, rempli de volupté et de lubricité, illuminé par un petit sourire canaille. Sa langue qui se glisse furtivement entre ses lèvres est d’un érotisme insoutenable.
    Quant au regard de Thibault, il est moins fier, moins exubérant, moins assuré que celui de son pote. Malgré l’alcool et le joint, il a l’air un brin désorienté, déstabilisé par ma sortie. Il ne semble pas vraiment à l’aise. Visiblement, ce qui s’est passé entre Jérém et lui est toujours quelque chose de sensible dans son esprit. Je le savais, j’ai tout gâché. J’ai encore perdu une magnifique occasion de la fermer.
    Jérém semble se rendre compté lui aussi du malaise de son pote. Il lui passe un bras sur l’épaule, lui caresse le cou avec sa main, doucement. Avec l’autre, il le branle à nouveau. Il lui fait des bisous dans le cou, et Thibault frissonne. Je croise le regard du jeune pompier. C’est un regard rempli à la fois d’ivresse sensuelle et d’incrédulité. Un regard dans lequel une petite étincelle aux nuances voluptueuses vient de s’allumer. Et de commencer à pétiller intensément.

    Mais avant, en ce dernier instant où je peux encore réfléchir, je tiens à mettre une nouvelle fois les choses au point. C’est dur à faire, mais c’est nécessaire.
    « Cet été j’ai eu quelques aventures, mais n’ai pas pris de gros risques, je commence.
    —    Moi j’ai passé tout un tas d’analyses il y a un mois avant d’entrer au Stade et j’étais clean explique Jérém.
    —    Moi j’ai pas eu d’aventure, alors j’imagine que je suis clean ! »
    Voilà ce qu’inconsciemment je m’attends à entendre Thibault dire. Au lieu de quoi, je l’entends nous glisser :
    « Moi aussi je me suis toujours protégé. Et puis on nous fait faire des analyses tout le temps dans l’équipe.
    —    Avec des nanas ? le questionne Jérém sans détours, en ignorant sa dernière phrase.
    —    Non, pas de nanas… »

    Ah, ça c’est une nouvelle ! Thibault que j’avais laissé il y a six mois en plein doute, aurait finalement osé franchir le pas vers les garçons. Mais avec qui ? Dans quelles circonstances ? Je ne vois pas Thibault avoir des aventures. J’avoue que j’aimerais bien savoir…

    C’est idiot, mais le fait de découvrir que ton pote Thib a eu des aventures te laisse interloqué, Jérémie. Tu te dis que c’est bien qu’il ait réussi à tourner la page des sentiments qui l’attiraient vers toi. Et pourtant, tu ressens au fond de toi un étrange mélange de sentiments, entre le soulagement et une déception qui ressemble bien à une nuance de jalousie.

    Puis, tout s’emballe.
    Thibault se penche sur la queue de Jérém et entreprend de la sucer. Je ne perds pas une miette de ce délicieux spectacle, mon beau brun en train de se faire tailler une pipe par son meilleur pote. Je ne peux décoller mon regard de ce corps qui exprime son plaisir, de ce torse qui se bombe, qui vibre sous les frissons incessants, de sa tête qui se lève, le visage qui vise le plafond, les paupières qui tombent, la bouche qui s’entrouvre, la respiration qui s’accélère, l’excitation qui grimpe, le souffle qui devient bruyant et chargé de plaisir.
    Je ne perds pas une miette non plus du magnifique tableau offert par cet autre torse, cet autre cou, cet autre garçon, encore plus solide, encore plus bâti, qui s’affaire à prodiguer à son pote les caresses qui font du bien.
    Le jeune papa pompe son meilleur pote avec une fougue, un entrain dans lequel j’ai l’impression de voir se libérer, s’évaporer enfin des années de frustration, des années passées à refouler ses sentiments et ses désirs, ainsi que de longs mois de remords, après cette nuit qui a failli avoir raison de leur amitié.
    Je regarde l’adorable Thibault en train de se faire plaisir en donnant du plaisir à son Jéjé. C’est beau d’assister à ces retrouvailles sensuelles qui viennent sceller les retrouvailles amicales entre les deux potes. Thibault se sent en confiance, et se laisse aller pleinement à ce bonheur, sans craintes, sans peurs, l’esprit libre. C’est magnifique.
    Je m’installe à côté de Jérém et ce dernier m’embrasse illico, avec une animalité inédite. Et le fait de savoir d’où vient l’excitation qui provoque cette ardeur ne fait que décupler la mienne. J’ai envie de contribuer à leur plaisir. Alors, je lèche, je suce les tétons, je tâte, je caresse les épaules, les cous, les pecs, ceux de Jérém, ceux de Thibault. J’ai très envie de faire l’amour avec Jérém. Mais j’ai également très envie de toucher la nudité du jeune pompier, de goûter à sa virilité. Depuis le temps que nos désirs se frôlent sans oser se déclarer !

    Si c’est déjà fabuleusement beau de voir Thibault sucer Jérém, c’est encore plus incroyable de voir le beau demi de mêlée s’allonger sur le ventre et écarter ses cuisses musclées pour s’offrir au bel ailier brun.
    Jérém se glisse alors sur lui. Ses mouvements sont lents, doux. Il passe ses bras sous le torse de son pote et le serre très fort contre lui. Il pose des bisous dans son cou, intenses, fébriles. Son bassin produit de légères ondulations, sa queue raide caresse lentement la raie de son pote. Ce dernier frémit d’excitation.
    Jérém se relève, crache sur ses doigts, les envoie entre les fesses de Thibault préparer ce nouveau câlin que ce dernier lui réclame et qu’il est heureux de pouvoir lui offrir. Puis, il essaie de se laisser glisser entre les fesses de Thibault, mais ce dernier semble accuser une certaine souffrance. Il se retire, sans attendre.
    « Désolé, ça fait longtemps…
    —    T’inquiète…
    —    Je n’ai pas recommencé ça depuis… » finit par lâcher Thibault.

    Jérém crache une nouvelle fois sur ses doigts et revient caresser, détendre, plus longuement, plus doucement. Quelques instants plus tard, il réussit enfin à se glisser dans l’intimité du jeune pompier et le pilonne sous mon regard aimanté.

    J’ai maintenant la réponse aux questionnements demeurés sans réponse depuis plus d’un an, depuis que Thibault m’avait parlé de ce qui s’était passé entre Jérém et lui, dans la cafétéria de l’hôpital de Purpan, alors que mon bobrun était dans un état grave suite à une bagarre. Je me doutais que ça s’était passé de cette façon, entre eux, lors de cette fameuse nuit.
    Et si sur le coup la jalousie m’avait poignardé dans le dos sans pitié, voilà que très vite, l’idée que Jérém ait pu faire l’amour à Thibault m’avait parue non seulement très probable, mais aussi et surtout très excitante. Mais entre le fait d’imaginer la scène, et celui de savoir qu’elle s’est réellement produite, et encore plus la voir se répliquer sous mes propres yeux, le bonheur sensuel n’est pas du tout le même.
    Jérém coulisse entre les fesses du jeune papa prenant appui tour à tour sur ses épaules, sur ses hanches, sur ses cuisses. C’est beau à se damner.
    Je croise son regard, assommé de plaisir. Dans la fixité de ce regard, je vois qu’il kiffe que je le mate en train de prendre son pied avec un autre gars. Ça a toujours été le cas dans chacun de nos plans à trois, mais ça ne l’a jamais été aussi intensément qu’aujourd’hui. Parce que Thibault, c’est Thibault. Il l’est pour Jérém, et il l’est pour moi aussi. Thibault n’est pas un amant d’une nuit. Thibault est quelqu’un de spécial, pour lui, et pour moi. Je sais que Jérém ressent plus que de l’attirance pour Thibault et il sait qu’il en est de même pour moi. Ce n’est pas vraiment de l’amour, mais ce n’est pas que de l’amitié. C’est un sentiment complexe où se mêlent l’attirance, le désir, la bienveillance, la complicité, l’affection, l’intimité. Bromance.
    C’est tellement beau de voir deux si beaux garçons se faire du bien ! Et ce qui est sublime par-dessus tout, c’est cette harmonie des corps et des envies, ce plaisir partagé, sans domination, sans réticences, en parfaite bienveillance. Les deux potes sont en train de faire l’amour, il n’y a pas d’autre mot.
    Je pourrais être jaloux, mais je ne le suis pas. Je me sens à l’aise. Je sais que ce bon moment que nous sommes en train de nous offrir est une expérience qui fera du bien à chacun, sans qu’il y ait de conséquences fâcheuses comme ça a été le cas la première fois.
    Parce qu’il n’y a plus de non-dits entre nous, plus de faux semblants, plus d’inquiétudes. Parce que Thibault a pu exprimer ce qu’il ressent, et aller de l’avant. Parce que Jérém assume enfin sa sexualité. Parce que j’ai confiance en Jérém et Thibault. Et parce que je sais que si j’aime énormément Thibault, et qu’accessoirement il me fait sacrément envie, la place que Jérém occupe dans mon cœur, personne d’autre n’est près de la prendre. Même pas Ruben.
    D’ailleurs, c’est à lui que je pense, pendant un instant, alors que je caresse sans discontinuer les deux rugbymen emboîtés pour le plaisir, tout en regardant Jérém glisser inexorablement dans la pente qui va l’amener à celui qui promet d’être un très bel orgasme.

    Puis, tout s’arrête d’un coup. Mon bobrun s’immobilise, il gonfle ses pecs et prend une longue inspiration. Il se déboîte lentement de son pote. Ses mains saisissent ses hanches, l’invitent à changer de position. Thibault se retourne, et cherche son regard. Il le rencontre, et ne le quitte plus.
    Jérém saisit les cuisses de son pote, les soulève, et se laisse une nouvelle fois glisser en lui. Thibault accuse cette nouvelle pénétration avec un frémissement de bonheur. Jérém, le beau mâle à la plastique toute en muscles, à la toison brune et aux tatouages bien virils, à la peau mate et moite de transpiration, envoie à nouveau de bons coups de reins entre les superbes cuisses de son pote, tout en prenant appui tour à tour sur ses hanches aux plis fabuleusement saillants, sur ses biceps puissants, sur ses pecs sculptés et délicatement velus.
    Je suis aimanté par cette chaînette qui oscille lentement au gré de ses va-et-vient, miroir des foulées du dernier galop vers l’orgasme. Je suis assommé par la façon dont leurs regards sont verrouillés l’un sur l’autre, par les étincelles qui se dégagent de ce contact.
    J’ai envie d’apporter une dernière touche à ce tableau de maître. Je me glisse derrière Jérém, je passe mes bras de part et d’autre de son torse, je caresse ses tétons. Je le sens frissonner intensément.
    Mais cela ne dure pas longtemps. Jérém arrête à nouveau ses coups de reins, et me lance sèchement :
    « Arrête, Nico !...S’il te plaît… » il se corrige, sur un ton plus doux.
    Je retire mes mains et je le regarde. Je le vois fermer ses yeux, expirer lentement et bruyamment. Je sais ce que cela signifie, je sais ce que cela annonce.
    « Ça va ? le questionne Thibault à voix basse.
    —    Oh, oui ! fait le beau brun, en s’essuyant le front avec le revers de la main. Mais si je continue…Je vais jouir… » il lâche, après un court instant d’hésitation, tout en nous regardant, à tour de rôle, Thibault et moi.
    Jérém me regarde, et Thibaut aussi, comme si l’un et l’autre cherchaient la même chose dans mon regard, mon aval à l’accomplissement de ce bon câlin entre potes. Je suis touché par leur attitude. Mais bien évidemment, je ne pourrais jamais les priver de cela, je ne pourrais jamais empêcher ce fabuleux feu d’artifice de se produire. J’amorce un léger sourire et je leur fais un signe de la tête pour leur montrer que tout va bien pour moi. Et pour préciser encore ma pensée, je finis par lâcher :
    « Faites-vous plaisir, les gars !
    —    Fais toi plaisir, Jé… » j’entends l’ancien mécano glisser à son pote.

    Les mains à plat sur les pecs de Thibault pour donner plus d’amplitude à ses va-et-vient, mon beau brun augmente progressivement la cadence et la puissance de ses assauts virils. Très vite, son corps superbement musclé se tend vers le point de non-retour.
    Voir sa belle petite gueule traversée par le frisson ultime, voir tout son être secoué par l’onde de choc de l’orgasme, voilà qui est toujours un spectacle magnifique, même lorsque sa jouissance ne vient pas de moi, ni en moi. Et savoir qu’il est en train de jouir entre les fesses de son meilleur pote, ce pote qui en même temps caresse fébrilement ses tétons pour décupler son plaisir, c’est une expérience incroyable et magique.

    Jérém s’affale sur son pote, le visage enfoui dans le creux de son épaule. Thibault glisse ses bras puissants autour de son torse et le serre très fort contre lui. Il enfonce ses doigts dans ses cheveux bruns, l’embrasse dans le cou, fébrilement.
    Les deux potes demeurent ainsi, emboîtés et enlacés, pendant un petit moment. Lorsque Jérém se relève, il embrasse le jeune stadiste toulousain. Puis, sans se retirer de lui, il se met à le branler.
    Je trouve cela à la fois beau et frustrant. Terriblement frustrant. Intolérablement frustrant. Mille envies se bousculent dans ma tête, mille façons de prendre et de dispenser le plaisir dont cette main va se charger et, de ce fait, me priver. Même si ça part d’un bon sentiment de la part de Jérém, celui de renvoyer l’ascenseur à celui qui lui a tant offert de plaisir, je ne peux pas laisser faire ça.
    « Attends ! » je m’entends lui lancer.
    Jérém stoppe ses caresses, et me regarde.
    « Attends, je répète. Laisse-moi faire » je précise.

    Jérém se retire de son pote. Il m’embrasse, il passe une main sur mon épaule, et me sourit. Je sais qu’il a compris ce dont j’ai envie. Et je sais que l’idée lui plaît bien. Ah, putain, qu’est-ce que beau de sentir cette parfaite complicité entre nous trois, cette nuit !
    Un instant plus tard, je me glisse entre les cuisses musclées du beau demi de mêlée, et je retrouve avec bonheur le beau gabarit et la douceur de son bel engin. Je le pompe lentement, très lentement. Mais, assez vite, ma bouche dérive. Ma main prend le relais, l’enserre bien au chaud, la caresse très doucement. J’ai envie de faire retomber son envie pressante de jouir à son tour. Je descends lécher ses boules bien rebondies, bien pleines. Et je descends encore, encore, encore. L’excitation a raison de mes réticences les unes après les autres. Ma bouche est irrépressiblement attirée par sa rondelle, par ce trou dans lequel mon Jérém vient de jouir longuement. En glissant ma langue entre les fesses de Thibault, je rencontre le ravissement de faire vibrer le jeune stadiste toulousain d’une façon inattendue, de sentir toutes les fibres de son corps se tendre, et ses poumons lâcher de longs et sonores souffles de bonheur. Mais aussi celui de retrouver l’odeur prégnante et le goût intense du jus de Jérém. Je me plonge avec délectation dans ce bonheur olfactif et gustatif, comme assommé par une drogue puissante.
    Je bande comme un âne, j’ai envie de faire l’amour. Le premier garçon avec qui je vais faire l’amour cette nuit, ce sera Thibault. Oui, depuis le temps que nos désirs se frôlent sans oser se concrétiser, ça fait un bien fou de pouvoir se laisser aller enfin. C’est ce à quoi je pense en me mettant à cheval sur Thibault, en me laissant glisser sur son manche raide, lorsque je me laisse envahir par sa virilité.
    Je monte et je descends lentement, tout en prenant appui avec mes mains à l’arrière pour seconder mon effort. Thibault semble bien apprécier. Et, en même temps, il a toujours autant envie de me faire plaisir. Il ne cesse de caresser mes tétons, et son doigté est toujours si magistral. Je regarde Jérém en train de fumer à côté de la cheminée. Il nous mate fixement, tout en se caressant. Il n’a pas débandé d’un iota depuis qu’il s’est retiré de son pote.
    Puis, à un moment, mon bel amant veut changer de position. Je me laisse faire, et je me retrouve sur le dos, divinement tringlé par ce jeune mâle puissant. Sa beauté est aveuglante, sa virilité débordante. Thibault est un merveilleux amant, à la fois puissant, doux et inventif. Sa façon de chercher sans cesse le contact avec mon corps, que ce soit avec ses mains, ou bien en s’allongeant sur moi et en me couvrant de bisous, sa façon de me caresser tout en me faisant sentir bien à lui, ses attitudes à la fois bien viriles et extrêmement douces donnent une intensité particulière à ces instants de partage de plaisir.
    Ça me brûle de rendre hommage à cette beauté, à cette virilité. Ça me brûle de lui montrer à quel point le plaisir qu’il m’offre est intense. Je caresse, j’agace ses tétons, je seconde les va-et-vient de ses coups de reins, je veux le rendre fou. Mais ce sont ses biceps qui aimantent mes doigts. Ils sont tellement puissants, ces biceps. Je ne peux me résoudre à les quitter.

    Thibault prend son pied, j’en tiens pour preuve la montée en puissance de ses ahanements. Quant à Jérém, toujours assis à côté de la cheminée en train de fumer et de se branler, tous pecs, abdos, tatouages, peau mate dehors, sa chaînette de mec brillant au reflet des flammes, il est vraiment bandant.
    J’ai envie de faire l’amour avec Thibault, mais j’ai tout autant envie de faire jouir mon beau brun. Quand je le vois en train d’astiquer son manche, je me dis qu’il va peut-être se faire jouir tout seul. Il en serait capable, le coquin, comme cet après-midi en voiture au retour du Pont d’Espagne ! Et ce serait vraiment un beau gâchis !
    Je voudrais tellement lui offrir du plaisir en même temps que j’en offre à son pote ! J’ai envie de lui dire de nous rejoindre, mais je ne le fais pas. Au fond de moi je me dis que je suis déjà en train de lui offrir du plaisir, en réalisant son fantasme de me regarder en train de faire l’amour avec son pote. Et mon bonheur sensuel se trouve décuplé par son regard insistant et concupiscent.

    Mais le bobrun a une autre idée en tête. Après avoir jeté sa cigarette dans le feu, et alors que son pote continue de me pilonner, il vient présenter sa queue devant mon nez. C’est exactement à ça que je pensais. L’odeur intense de sa jouissance récente me rend dingue.
    Je laisse son manche raide se glisser entre mes lèvres et coulisser lentement entre celles-ci. Et je laisse les deux potes aller au bout de cette envie qu’ils avaient ressentie la première fois que nous avions couché ensemble, la première fois où je m’étais retrouvé dans cette position, dans cette configuration, envahi par leurs deux virilités bouillonnantes. Je les regarde se pencher l’un vers l’autre, je vois leurs visages s’approcher, leurs lèvres se rencontrer. Je les regarde s’embrasser. Je regarde Jérém agacer les tétons de Thibault. C’est terriblement excitant. D’autant plus que ce dernier s’étant pas mal penché vers son pote, ses abdos frôlent régulièrement et dangereusement mon frein.
    Puis, une nouvelle fois, cette mécanique du plaisir s’arrête d’un coup. Thibault, en nage, la respiration bruyante, finit par lâcher :
    « Je vais pas tarder à venir… il nous prévient, il nous regarde, Jérém et moi. Je peux encore sortir, si tu veux » il enchaîne.
    Pour toute réponse, Jérém recommence à caresser ses tétons. Thibault accuse ce nouveau contact par d’intenses frissons. J’interprète ce nouveau contact comme un aval, un encouragement tacite.
    « Fais-toi plaisir » je lui glisse alors.
    Le jeune pompier y va avec une nouvelle fougue, celle qui n’a plus d’entraves, lancé à toute vitesse vers une jouissance désormais très proche. Et, très vite, il perd pied.
    Je me délecte de sa façon d’appréhender l’onde de choc de l’orgasme, avec de longs soupirs, le corps traversé par des spasmes répétés. Ah, putain, qu’est-ce que c'est beau de voir le jeune papa vibrer de plaisir en jouissant en moi !

    Thibault me branle pour me finir. Je sais que je ne vais pas tarder à venir. Et pile au moment où je sens mon excitation s’envoler vers des sommets extrêmes, j’entends Jérém souffler, tout en posant sa main sur l’épaule moite de Thibault :
    « Attends ! »
    Je suis terriblement frustré, car j’étais vraiment à deux doigts de jouir. Mais en même temps, je crois savoir ce que Jérém a en tête, et rien ne pourrait me rendre plus heureux à cet instant que la manifestation de cette envie soudaine. Ainsi, je me réjouis d’être encore en pleine excitation pour pouvoir l’apprécier pleinement.

    Jérém vient en moi, il glisse en moi comme dans du beurre, il trempe sa queue dans le jus que son pote vient de lâcher en moi. Il me remue avec ses gros bras, et il me pilonne avec une ardeur intense. Ses va-et-vient ont quelque chose de sauvage, d’animal. Quant aux ondulations de son torse, ça me donne le tournis tellement c’est beau et sensuel. Je suis happé par les ondulations de sa chaînette, les mêmes que j’avais observées un peu plus tôt, alors qu’il était en train de limer son pote. Ça me rend dingue. Je caresse et j’agace ses tétons, je veux le rendre dingue, lui aussi. Mais, là aussi, ce sont ses biceps qui aimantent mes doigts, tout comme ceux de Thibault. Ils sont tellement puissants, ces biceps. Comme ceux de Thibault.
    Et c’est une magnifique perspective de biceps, de pecs, d’épaules solides, de proximité sensuelle entre potes qui se présente à mon regard lorsque Thibault vient se placer derrière mon beau brun, lorsqu’il glisse ses mains sous ses aisselles pour atteindre ses tétons. Jérém sursaute de plaisir. Quelques coups de reins encore, et il mélange son jus à celui de son pote, en moi.
    Ah, putain, qu’est-ce que ça m’a manqué, en dépit de ce que j’ai affirmé à Ruben pendant des semaines, de me sentit bien possédé par un mec viril ! Avec deux tels mâles je redeviens complètement passif et heureux.

    La tempête des sens passée, le bobrun s’allonge sur moi. Il m’embrasse, tout en continuant d’envoyer de petits coups de reins, qui ont pour effet de provoquer des petits frottements de ses abdos contre mon frein. Un contact bien suffisant, dans l’état d’excitation qui est le mien à cet instant précis, pour me faire lâcher de nombreuses giclées sur nos abdos.

    Le jus de deux magnifiques rugbymen en moi, l’écho de leurs assauts virils, de la vibration de leurs orgasmes – et du mien, particulièrement intense – retentissant toujours dans ma chair, je récupère pendant quelques instants.
    Les deux potes se rejoignent au pied de la cheminée. Jérém fume une clope, Thibault avale quelques gorgées de bière. Je les rejoins, je me glisse entre eux. Installé entre les deux superbes jeunes mâles, entouré par leurs muscles, par leurs virilités, je suis très vite enivré par les parfums de déo et de gel douche qui se dégagent de leurs corps. Mais également par d’autres petites odeurs plus naturelles, plus masculines, et tout aussi délicieuses. Celles de leurs transpirations, et celles de leur jouissance.
    Entouré par tant de mâlitude, je ne peux résister au besoin profond de chercher un contact encore plus étroit. Je passe mes bras autour de leurs épaules puissantes, je pose mes mains sur leurs biceps. Ils sont tellement rebondis que je ne peux les enserrer, je peux juste les tâter. Et ça me rend dingue. Vraiment, les biceps, c’est probablement le détail de l’anatomie masculine qui me fait le plus d’effet.
    Nous échangeons des bisous, des caresses, nous laissons nos mains et nos lèvres se promener au gré de leurs envies. Nous les laissons nous faire du bien. Nous nous autorisons à nous faire du bien, à volonté, sans nous prendre la tête.

    Tous les trois nus devant la cheminée, nous partageons des discussions diverses, des rires complices. Je suis tellement heureux que notre belle entente demeure intacte après ce qui vient de se passer. Je pense qu’elle le demeure justement parce que ce n’était pas que du sexe. C’était de l’amour, de l’amour que nous avons partagé à trois, sans peurs, sans craintes, en toute confiance.
    Bien évidemment, je ne peux m’empêcher de comparer cette nuit avec celle que nous avions passée ensemble l’an dernier dans l’appart de la rue de la Colombette. Cette nuit, plus de jalousie, plus d’égo mal placé de la part de Jérém, plus de brutalité. Plus de besoin de montrer à Thibault que je n’étais qu’un plan cul parmi d’autres. Cette nuit, Jérém ne cache plus ses sentiments pour moi.
    Cette nuit me fait aussi penser à celle que nous avons partagée avec Jonas il y a quelques mois. Elle lui ressemble, mais elle a quelque chose en plus. Et ce plus, c’est le fait que cet adorable Thib, nous l’aimons vraiment beaucoup, Jérém et moi. Jérém n’a pas caché son désir et ses sentiments à son égard, tout comme il ne m’a pas empêché de montrer les miens, sans pour autant se montrer jaloux.
    Nous vivons une nuit de plaisir et de tendresse, une nuit de désirs assumés et de confiance. Et c’est ça qui en a fait, jusqu’à cet instant, toute la beauté. Mais ce que j’ignore encore, c’est que cette nuit va être également une nuit de confidences.

    « Alors, t’a couché avec des gars ? » j’entends Jérém demander à Thibault.
    De toute évidence, cette « bombe » lâchée par Thibault juste avant notre câlin l’intrigue autant qu’elle m’intrigue. Mais à la différence de moi, Jérém ose demander, et sans y aller par quatre chemins.
    « Oui… deux gars, en fait.
    —    Et tu les as levés dans les bars ?
    —    La première fois c’était dans ta rue…
    —    A la Ciguë ?
    —    Oui, c’est ça.
    —    Un plan cul ?
    —    On va dire…
    —    Et l’autre ?
    —    Tu vas rire… c’est un gars que j’ai croisé en pédiatrie. C’est un médecin.
    —    Plan cul aussi ?
    —    Non, c’était autre chose. Ce gars est très sympa…
    —    Vous vous êtes revus ?
    —    Quelques fois…
    —    Il s’appelle comment ?
    —    Paul.
    —    Et il a quel âge ?
    —    29.
    —    C’est sérieux entre vous ?
    —    D’une certaine façon, oui.
    —    Vous allez vous revoir ?
    —    C’est pas simple, parce qu’il travaille beaucoup. Et moi, entre le rugby et Lucas, je n’ai pas vraiment le temps non plus. Mais on essaie. On ne s’est rien promis, on profite à fond du temps que nous passons ensemble.
    —    Fais gaffe quand même…
    —    Faire gaffe à quoi ?
    —    Si on vous voit ensemble, les rumeurs peuvent vite circuler…
    —    On n’a pas écrit "pédé" sur le front ! se marre le demi de mêlée.
    —    Oui, mais les gens bavent, et ça peut vite foutre le bordel. Je le dis pour toi, Thib, je ne veux pas que tu aies des emmerdes.
    —    Oui, Papa !
    —    Tu as su quand que tu aimais les mecs ? enchaîne Jérém, le regard dans le vide, après avoir posée sa bouteille de bière désormais vide sur le plan de la cheminée.
    —    Je pense que je l’ai su en même temps que toi. Je ne sais pas si tu t’en souviens de cette nuit. On avait 13 ans, on était dans une tente, en camping…
    —    Avec tes parents, à Gruissan, complète Jérém.
    —    Je croyais que tu avais oublié tout ça.
    —    Comment veux-tu que j’aie oublié ?
    —    Nous n’en avons jamais reparlé.
    —    Je sais…
    —    Cette nuit-là, j’ai su que j’avais envie de toi. Mais aussi que j’étais amoureux de toi.
    —    C’est pour ça que j’ai fait comme s’il ne s’était rien passé. Déjà, je n’assumais pas d’avoir pris mon pied avec un autre mec. Et en plus, c’était avec toi. Et en plus tu avais des sentiments. Ça m’a fait peur. Je ne voulais pas être "pédé". Je ne voulais pas gâcher notre amitié.
    —    Moi non plus je ne voulais pas mettre notre amitié en danger. Et comme tu n’en as jamais reparlé, j’ai fait comme toi, j’ai fait comme si ça ne s’était jamais passé. J’ai mis ça sur le compte des bières de cette nuit-là. Mais en vrai, je n’ai jamais arrêté d’y penser.
    —    Même quand nous avons commencé à coucher avec les nanas ?
    —    C’est surtout toi qui couchais avec des nanas. Et pendant un temps, je me suis dit que ce qui s’était passé entre nous ce n’était qu’une bêtise, et que tu étais vraiment hétéro. J’ai essayé de me convaincre que je l’étais aussi.
    —    Si j’ai couché avec autant de nanas, c’était pour essayer d’oublier que certains gars me faisaient de l’effet, et toi en premier. J’avais honte d’être comme ça.
    —    Cette nuit n’a jamais cessé de me hanter. Et encore plus, quand j’ai su pour toi…
    —    Et tu as su quand, au juste ?
    —    Tu te souviens, il y a deux ans, quand nous sommes partis à Gruissan pour fêter ton permis ?
    —    Oui, très bien…
    —    Une nuit, je t’ai vu avec ce gars dans le chalet…
    —    Ah ! Mais tu ne m’en as jamais parlé !
    —    Et ça aurait servi à quoi ? A part à te mettre en rogne et à foutre le bordel entre nous ? Nos potes n’auraient pas compris qu’on se fâche pendant les vacances.
    —    Alors t’as gardé ça pour toi, mon Thib…
    —    Oui…
    —    C’était ma première fois, admet Jérém.
    —    Je m’en doutais.
    —    Ça a dû être dur pour toi d’assister à ça, alors que tu étais à fond sur moi.
    —    Ça l’a été, oui.
    —    J’aurais dû être plus discret.
    —    Tu as fait ce que tu as pu, considère Thibault, tout en passant doucement les doigts dans les cheveux de son pote.
    —    Et puis Nico est arrivé, poursuit l’adorable pompier.
    —    Et puis Nico est arrivé, oui, confirme Jérém.
    —    Il a bien foutu le bordel, ce petit Nico, il enchaîne, tout en posant un bisou sur ma joue et passant sa main dans mon dos.
    —    Plains-toi ! je le cherche.
    —    J’étais vraiment content pour vous, fait Thibault. Mais pour moi, ça a été encore plus dur. Parce qu’avec Nico, c’était diffèrent, hein ?
    —    Oui, c’est vrai, finit par admettre mon bobrun. Très différent.
    —    Je l’ai su dès la première fois où je vous ai vus ensemble » conclut le jeune pompier.

    En réalité, je n’apprends par grand-chose au sujet de la vie sexuelle et sentimentale de Jérém avant que nous devenions « Jérém et Nico », car je suis au courant de la plupart de ces évènements par la bouche de Jérém lui-même. Il n’empêche que cette évocation pique un peu dans mes oreilles et dans ma tête. C’est idiot d’être jaloux du passé, mais je ne peux pas m’en empêcher. Mais dans ces souvenirs-confessions entre potes, je découvre également le vécu de Thibault, et c’est beau et émouvant. Et je redécouvre également la place particulière que j’ai dans le cœur et la vie de Jérém.
    « Parce qu’avec Nico, c’était diffèrent ». Thibault l’avait remarqué. Jérém l’a confirmé. Et ça me touche immensément. Et ma jalousie s’évapore au soleil rayonnant de ce moment de bonheur.

    « Pourtant, j’ai tout fait pour te faire penser le contraire, fait Jérém, jusqu’à t’entraîner à coucher avec nous pour te montrer que ce n’était qu’un plan cul !
    —    Je pense que c’est surtout à toi que tu voulais montrer ça.
    —    Certainement…
    —    Cette nuit-là j’ai vu avec mes propres yeux que Nico avait pris la place que je n’aurais jamais dans ta vie. Il me fallait cet électrochoc pour m’aider à tourner la page.
    —    Après mon expulsion, je n’aurais pas dû venir m’installer chez toi.
    —    Et pourquoi pas ?
    —    Si je n’étais pas venu, ça aurait été plus simple pour toi.
    —    T’étais en galère, je n’allais pas rester les bras croisés sans rien faire !
    —    T’es un véritable pote, Thib ! Je suis vraiment désolé pour ce qui s’est passé. Et je m’en veux surtout d’être parti comme un voleur, comme un con.
    —    Tu n’as pas à être désolé pour ce qui s’est passé, j’en avais autant envie que toi. Je savais que c’était probablement la seule fois que ça arriverait. Je savais que tu étais amoureux de Nico et que vous vous retrouveriez. Ce qui m’a fait le plus mal, c’est que tu te barres après, comme si tu étais dégouté par ce qui venait de se passer entre nous.
    —    Mais non, mais non, je n’étais pas dégouté. C’est juste que je n’ai pas assumé. Je savais que tu étais toujours à fond sur moi, et j’avais tellement peur que tu penses que j’avais profité de toi. J’avais peur de t’avoir fait du mal et que tu ne me le pardonnes jamais.
    —    Je crois que ce qui s’est passé était une façon de nous dire au revoir, considère Thibault. Après cette nuit, j’ai su que j’avais vraiment besoin de prendre de la distance pendant un certain temps.
    —    Mais après ton départ de mon appart, il continue, j’étais inquiet de te savoir seul avec ton mal-être, et de ne plus rien pouvoir faire pour t’aider. J’ai demandé à Nico de veiller sur toi. Quand j’ai su pour ton accident, j’ai cru que j’allais crever, tellement j’avais mal.
    —    Tu es vraiment incroyable, Thib.
    —    Et maintenant, je crois que je suis prêt à renouer avec notre amitié et à te voir aimer Nico, explique le jeune pompier. J’ai avancé dans ma vie, et la vie m’a même devancé. Je ne m’attendais pas à être papa, et surtout pas si tôt. Ça a changé pas mal de choses dans ma tête.
    —    Tu n’es plus amoureux de moi ? fait Jérém, avec un sourire béat.
    —    Je t’aimerais toujours, Mr Tommasi, toujours. Mais je sais que ce ne sera pas toi mon prince charmant. Tu seras toujours quelqu’un de très spécial pour moi. Parce que tu es mon meilleur pote. Et tu le resteras toujours, quoi qu’il arrive. Et aussi parce que tu as été le premier gars dont je suis tombé amoureux.
    —    Moi aussi, je t’aimerai toujours, Thib ! »

    Les deux potes se prennent dans les bras et se serrent très fort l’un contre l’autre.

    « Si on m’avait dit, il y a encore un an, que nous aurions ce genre de conversation, considère Jérém, et que nous finirions tous les deux pédés, je me serais énervé. Trèèèèèèèèèèès énervé, même !
    —    Il faut un temps pour tout. Un temps pour savoir qui on est. Un temps pour assumer qui on est. Un temps pour apprivoiser les obstacles et la pression. Un autre encore pour nous pardonner du fait de ne pas être ceux que nous voudrions être. Et un dernier, le plus important de tous, pour nous dire que nous sommes très bien tels que nous sommes.
    —    Ta sagesse m’a toujours sonné » fait Jérém, visiblement admiratif.

    Ce que vient de dire Thibault est vraiment beau. Mais une note dissonante vient aussitôt se glisser dans la parfaite symphonie de ces mots.

    « T’imagine ce qui se passerait si nos coéquipiers, nos staffs ou nos supporters nous entendaient discuter en ce moment ? lâche Jérém, le regard perdu quelque part dans le feu de la cheminée. Ou pire, s’ils savaient ce qu'on vient de faire ? Ce serait fini pour nous. On serait morts !
    —    Il ne faut pas penser à ça ! réagit Thibault.
    —    On se fait du bien et on ne fait de mal à personne, j’abonde dans son sens.
    —    Exactement ! s’exclame le jeune stadiste toulousain, et ça ne regarde que nous.
    —    Mais si ça se savait… insiste Jérém. Je n’arrête pas d’y penser et ça me mine.
    —    Je pense que tu te fais du mal pour rien, Jérém.
    —    Ne me dis pas que ça ne te fait rien quand tu entends "pédé" quand quelqu’un rate un passage, une réception, un essai, un point, ou je ne sais quoi d’autre ! Dans les vestiaires, les gars n’ont que ce mot à la bouche !
    —    Si, et ça me casse les couilles ! Parce que ce mot assimile les gars comme nous à une idée négative, à la faiblesse, à l’incapacité. Comme si être gay c’était être nul. Ça s’appelle de l’homophobie. Et cette homophobie banalisée est une violence infligée à tous les gars comme nous.
    —    Pour avoir la paix, il m’arrive de participer aux blagues de pédé et d’en rajouter…
    —    Moi je ne peux pas. Je n’ai pas encore le cran de recadrer ceux qui en font trop, parce que je suis encore trop nouveau dans l’équipe. Mais je ne peux pas seconder des insultes qui me visent, même indirectement.
    —    S’il n’y avait que les insultes ! lâche Jérém, sans vraiment prêter attention aux mots de son pote. J’ai entendu dire qu’il y a des mecs en ville qui montent des expéditions pour aller casser du pédé sur les lieux de drague ou à la sortie des boîtes gay ! »

    [En fait, tu as vu ça de tes propres yeux, un soir, où tu te promenais dans un bois parisien pour voir comment se passent les rencontres entre garçons dans ces endroits. Quatre gars avec des battes de baseball, des enculés de première, des minables, des lâches qui s’en sont pris à deux gars comme toi qui s’étaient rencontrés dans la pénombre. Et ça t’a bien refroidi d’y retourner].

    « C’est ahurissant qu’il y ait de tels cons. Ces gars ont été bercés trop près du mur, mais pas assez ! fait Thibault. C’est profondément injuste qu’on soit obligé de vivre cachés pour qu’on nous fiche la paix.
    —    C’est ce qui m’a détruit l’an dernier, explique Jérém. La peur et la honte. J’avais peur de me mettre tout le monde à dos. Je me suis senti seul. Je pensais tout le temps à ça. Ça me stressait. Ça me bouffait. C’est devenu une obsession. Je ne dormais plus. J’ai décroché, je jouais de plus en plus mal. Plus ça allait, plus je perdais confiance en moi. J’ai fini la saison fatigué, complètement démotivé. J’étais fracassé. J’ai failli me ramasser plus d’une fois. Dieu sait comment j’ai échappé à une blessure grave. »

    Ça me touche beaucoup que Jérém s’ouvre de cette façon, car cela me permet de mesurer toute l’ampleur de son malaise.

    « Quand l’esprit n’est pas en paix, le corps finit toujours par trinquer, lâche le sage Thibault.
    —    Avec les gars, fait Jérém, on est ensemble du matin au soir, aux entraînements et aux matches. On gagne ensemble, on perd ensemble. Bien sûr, il y a des jalousies, parce qu’on nous met tout le temps en compétition les uns avec les autres. Mais on se respecte, et on devient des potes. Et ce secret me donne l’impression de leur mentir en permanence.
    —    On ne peut avoir des rapports authentiques qu’en connaissant les autres et en les laissant nous connaître, considère Thibault.
    —    C’est exactement ça, fait Jérém. Le plus dur, c’est de mentir sur qui je suis. Parce que ça empêche de se faire de vrais potes. J’ai eu la chance de m’en faire un, qui m’a beaucoup soutenu. Mais ça n’a pas empêché de me sentir toujours comme une pièce rapportée.
    —    Nos préférences sexuelles ne concernent personne d’autre que nous. Le vrai problème ce n’est pas nous, le vrai problème c’est l’homophobie, j’avance.
    —    Dans le sport, personne ne parle de l’homophobie, fait Jérém, ni des gars comme nous, sauf pour s’en moquer. Alors on reste cachés.
    —    Et pourquoi en parler, il continue, si c’est pour risquer de tout perdre ? Les clubs n’aiment pas les gars qui foutent le bordel, et le fait d’avoir un pédé dans l’équipe passerait mal. Sortir du placard ce serait signer notre propre arrêt de mort. On nous pousserait direct vers la sortie.
    —    Ils renonceraient à des bons joueurs parce qu’ils sont gays ? je demande, naïf.
    —    Ils se gênerait, tiens ! Les entraîneurs ont des piles entières de CV de bons joueurs qui n’attendent qu’à être appelés.
    —    Tout ça est vrai, confirme Thibault. Mais moi je n’en peux plus de faire semblant. Ça demande trop d’énergie. Avoir des secrets est une source de peur constante. Je ne veux plus vivre ça.
    —    Pour toi c'est plus simple. Tu as une nana et un gosse, personne ne peut te traiter de pédé.
    —    Pour l’instant, oui. Mais qu’est-ce qui va se passer si j’ai envie de faire ma vie avec quelqu’un ?
    —    Avec ton médecin ?
    —    Avec lui, ou avec quelqu’un d’autre. Je ne veux pas avoir à me cacher toute ma vie. Personne n’a le droit de juger quelque chose qui ne le concerne pas. Les gars comme nous existent depuis toujours, et la haine n’y changera rien, elle ne fait que provoquer de grandes souffrances vraiment inutiles.
    —    Mais en pratique, nous ne pouvons pas changer les mentalités. Je viens de changer d’équipe, je suis en train de retrouver un bon niveau de jeu, et je gagne jour après jour la confiance de l’entraîneur et le respect de mes coéquipiers. Mais je sais pertinemment que s’ils savaient ce qui vient de se passer entre nous cette nuit, plus rien de tout cela ne compterait, je ne serais plus qu’un sale pédé et je serais mis à l’écart.
    —    Alors, non, je n’ai pas le choix, il continue, si je veux être respecté, je dois rester hétéro aux yeux de tout le monde. Il faut qu’ils me voient de temps en temps avec une nana canon. Peu importe que je la baise ou pas, l’important c’est qu’ils le croient.
    —    Moi j’ai décidé d’arrêter de me cacher, considère Thibault. Je me concentre sur le rugby, j’essaie d’être à la hauteur de la chance qui m’a été donnée. J’essaie d’être un bon joueur, un bon coéquipier, un bon pote. Je ne vais pas avoir des regards déplacés, ni des mots, et encore moins des gestes. Mais si un jour j’ai envie de me balader en ville avec un gars, je le ferai. Et si on me rejette à cause de ça, je m’en irai avant qu’ils ne me virent. De toute façon, je ne pourrai pas côtoyer des gars par qui je me sentirais trahi. Je reprendrai mon taf de mécano, j’aurai plus de temps pour le SDIS. Si ma place n’est pas dans le rugby, elle sera ailleurs.
    —    Tu es un gars solide, Thib, beaucoup plus que moi.
    —    Tu te trompes, Jé. Tu es bien plus solide là-dedans que tu ne le penses, fait-il, en pointant son index sur la tempe de son pote. C’est vrai que nous ne pouvons pas faire tout ce que nous voulons et comme nous le voulons. Mais je pense aussi que l’important c'est ce que nous faisons nous-même avec les contraintes qu'on nous impose. Et puis, tu sais, même si nous sommes loin, ça ne change rien pour moi. Je serai toujours là pour toi. Et je sais que tu seras toujours là pour moi. Si on a un coup de blues, on s’appelle et on essaie d’arranger ça ensemble, comme au bon vieux temps.
    —    Maintenant que nous nous sommes retrouvés, on ne se quitte plus, ok ? fait Jérém, en passant le bras autour du cou de son pote.
    —    Évidemment, fait Thibault, en se penchant vers le bobrun pour le prendre dans ses bras.
    —    Ne nous quittons plus, je ne peux me retenir de répéter.
    —    Plus jamais, font Jérém et Thibault, tout en ouvrant chacun un bras et en m’attirant dans leur étreinte entre garçons.
    —    Nous ne nous quittons plus jamais et soyons toujours là les uns pour les autres, lance Jérém.
    —    Ça me va, fait Thibault.
    —    Ça me va aussi » je fais à mon tour, ému.

    Nous scellons notre promesse dans une longue et tendre accolade à trois.

    Les deux jeunes rugbymen, drapés dans leurs nudités sculpturales, me font encore envie. Les voir s’enlacer, m’enlacer avec eux, sentir leurs corps musclés contre le mien, tout cela provoque en moi un émoustillement intense. J'ai envie de refaire l'amour avec chacun d’entre eux, et de les voir faire l’amour.
    Et pourtant, il y a un autre sentiment encore plus fort qui m’envahit à cet instant. Ce sentiment est une immense tendresse, si immense qu’elle prend même le pas sur le désir irrépressible que ces deux magnifiques apollons m’inspirent.
    Ce soir, ils ont ouvert leurs cœurs, ils ont parlé de leurs doutes, leurs blessures, leurs souffrances. Alors, plus que de recommencer à faire l’amour avec l’un et l’autre, je ressens une immense envie faire durer cette accolade le plus longtemps possible, de m’abandonner dans cette chaude douceur virile.

    Cette nuit, le sac de couchage de Thibault ne servira pas. Nous nous installons dans le petit lit, moi dans les bras de Jérém, Thibault dans les miens. Nos trois souffles se mélangent, tout comme nos chaleurs corporelles, et les petites odeurs de nos corps. Il est déjà tard. Les deux potes sont fatigués par leurs matches, et moi par la route. Nous nous endormons enlacés, repus, reconciliés, heureux. En paix l’un avec l’autre et avec nous-même.

    Lorsque je me réveille, les deux potes dorment toujours. J’entends leurs respirations légères, je trouve leur présence rassurante. Je ne sais pas quelle heure il est, mais il fait toujours nuit dehors. Je ne sais pas combien de temps j’ai dormi, certainement pas longtemps, mais je me sens reposé. Dans la cheminée, le feu est en train de s’éteindre. Je me glisse discrètement hors du lit, en faisant attention à ne pas réveiller les deux rugbymen qui roupillent à poing fermés. Je rajoute du bois dans le foyer, je remue un peu les braises, je fais repartir les flammes.
    Le crépitement du bois apaise mon esprit tout autant que le feu réchauffe ma peau nue. Je m’assois sur le bord de la cheminée et je regarde les deux fringants garçons en train de dormir. Dans cette petite maison, devant ce feu, je me sens rudement bien. Je voudrais que cette nuit ne se termine pas. Je voudrais rester ici, avec Jérém et Thibault, je voudrais que nous soyons tous les trois heureux comme cette nuit, et pour toujours. Car je sais que dès l’instant où nous quitterons cette maison, ce bonheur ne sera plus si parfait. Chacun reprendra sa route. De centaines de bornes nous sépareront physiquement, et nos quotidiens respectifs nous éloigneront.
    Nous nous sommes promis que nous ne quitterons plus jamais et que nous serons là l’un pour l’autre, quoi qu’il arrive. Ça me rassure, un peu. Mais au fond de moi, je sais que même avec la meilleure volonté de chacun, ce bonheur, cette plénitude amicale agrémentée de sensualité nous ne la ressentirons pas à travers de simples coups de fil.
    Je ne peux m’empêcher de penser à ce qui m’attend dans quelques heures. D’abord, quitter Thibault, le garçon le plus gentil et le plus profondément bon que je connaisse. Puis, une nouvelle séparation avec Jérém, sans savoir quand je le reverrai. Après ces nouvelles retrouvailles, de quoi va être fait notre avenir ? Est ce qu’il veut qu’on se revoie, est ce qu’il veut vraiment que je sois à nouveau son Ourson ?
    Nous n’avons pas vraiment eu le temps de parler de tout ça, mais il va bien falloir qu’on affronte le sujet avant de nous quitter. J’ai peur de savoir. Quelles que ce soient ses attentes et ses dispositions, d’ailleurs.
    S’il envisage une relation plus suivie, comment vais-je me comporter avec Ruben ?
    Ruben, que je viens de tromper non pas seulement avec Jérém, mais avec Thibault aussi. Je m’en veux de l’avoir trompé. Mais en même temps, je sais que si c’était à refaire, je n’hésiterais pas plus que je l’ai fait quelques heures plus tôt.
    Mais maintenant que c’est arrivé, est-ce que je devrais tout lui avouer, et le quitter, pour qu’il puisse rencontrer un gars qui tomberait vraiment amoureux de lui comme il le mérite ? Ce serait l’option la plus honnête. Et pourtant, ce n’est pas celle que mon cœur a envie de choisir à cet instant précis.
    Maintenant que Jérém est revenu dans ma vie, je sais que je vais tout faire pour qu’il n’en sorte plus. Est-ce que je vais réussir ?
    Et si jamais ça déconne à nouveau avec lui, si je quitte Ruben de façon précipitée, j’aurais tout perdu. C’est égoïste comme attitude, mais je sais que ce que je veux éviter à tout prix, plus encore que de prendre le risque de blesser les gens que j’aime, c’est de me retrouver seul à nouveau.
    Mais comment vais-je gérer cette éventuelle période de « mise à l’épreuve » de ma relation avec Jérém ? Comment vais-je faire cohabiter Jérém et Ruben dans ma vie ? Je sais que je vais devoir mentir, à Ruben autant qu’à Jérém, et vivre dans le risque permanent que ma « double vie » soit découverte par l’un ou par l’autre et que tout cela me pète à la figure. Ça me fait peur, mais je ne vois pas d’autre choix.

    Reste à savoir comment je vais retrouver Ruben. Ces retrouvailles me font peur. Je crains qu’il finisse par se douter de quelque chose, et j’ai peur de sa réaction. J’appréhende ses soupçons, j’appréhende de devoir me justifier, car je ne sais pas comment je vais pouvoir m’en sortir.

    Je décide d’arrêter de penser à demain et de profiter au maximum de ces derniers instants de bonheur parfait dans la petite maison. Je retourne au lit, je me faufile entre les deux potes et je m’installe allongé sur le dos. Je frôle au passage le bras de Thibault. Ce dernier se retourne, ouvre les yeux. Son regard est complètement dans les vapes.
    « Il est quelle heure ? il me demande, la voix pâteuse.
    —    Je ne sais pas, il fait encore nuit. »
    Ma réponse pourtant vague semble lui suffire, car il n’insiste pas et il se contente de se tourner sur le flanc, vers moi, et de poser l’un de ses bras musclés en travers de mon torse. Ce simple contact provoque en moi une intense montée d’ivresse sensuelle. Je bande au quart de tour. J’ai envie de me branler, j’ai envie de jouir à nouveau. J’ai envie de faire l’amour.
    Entravé par le bras de Thibault et par la crainte de réveiller les deux rugbymen, je n’ose pourtant bouger une oreille. C’est une situation particulièrement inconfortable que d’être entouré de beaux garçons qui nous font un effet de dingue et de devoir se retenir.

    Mais le « salut » arrive par la main de Thibault. Au gré de mouvements plus ou moins involontaires dans son sommeil, son revers effleure mon érection. Je l’entends prendre une profonde inspiration. Puis, sa main vient volontairement caresser mes tétons. Je frissonne. Mais je ne suis pas au bout de mes surprises. Thibault se laisse glisser vers le fond du lit et vient me sucer. Il me pompe avec une délicatesse extrême, avec une douceur exquise.
    Jérém dort toujours. J’aimerais bien qu’il se réveille et qu’il nous regarde faire. Je pense que je trouverais ça plutôt excitant de sentir son regard lubrique sur moi, sur nous. A contrario, le fait de faire ça pendant qu’il dort, ça me donne presque l’impression de faire ça « dans son dos ».
    Mais le plaisir finit par m’accaparer totalement, et à m’ancrer dans l’instant présent. Mais aussi par m’amener assez vite en vue du précipice de l’orgasme.
    Mais avant que cela n’arrive, j’invite Thibault à s’allonger sur le dos. Je me faufile entre ses cuisses musclées et je m’applique à pomper sa belle queue bien raide à la lumière mouvante des flammes. Le beau pompier apprécie mes caresses. Il prend de profondes inspirations, intercalées par des ahanements de plus en plus rapprochés.
    Du coin de l’œil, je vois Jérém remuer de son côté. Sans cesser de pomper le jeune papa, je glisse aussitôt ma main sur sa queue. Elle n’est pas au garde à vous, pas encore. Mais elle est prometteuse. Je sens son regard engourdi braqué sur moi. Mon bobrun est dans les vapes. Mais elles se dissipent rapidement, au fur et à mesure qu’il réalise ce qui est en train de se passer dans le lit, à quelques centimètres de lui. Très vite, l’émoustillement réveille ses sens. Ses doigts rencontrent les miens, sa main prend rapidement la place de la mienne sur sa queue et il commence à se branler.
    « Vas-y, pompe-le bien, comme ça, oui » j’entends Jérém me glisser, avec une voix basse, marquée par sa respiration saccadée, alors que sa main libre atterrit sur mes tétons et provoque en moi un séisme de frissons.
    Ses mots, ses caresses, son attitude me rendent fou. Alors, je mets encore plus d’entrain à faire vibrer le jeune pompier.
    « Vas-y, fais plaisir à Thibault… suce-le bien, regarde comment il kiffe ce que tu lui fais… »
    Jérém caresse désormais le torse, les pecs, les tétons de son pote. Ce dernier frissonne intensément.
    Quant à moi, je suis chauffé à bloc par ses mots, par ses encouragements coquins. Et mon seul but à cet instant, c’est de faire jouir le beau Thibault. Avant de faire jouir Jérém, bien évidemment.
    « Elle est bonne sa queue, hein ? » il me glisse, alors que je reprends mon souffle.
    Mon bobrun profite de cette pause pour saisir la queue de son pote, pour l’enserrer dans sa main. Il la branle doucement, sans la quitter du regard, comme s’il voulait la sucer. Pendant un instant, j’ai l’impression qu’il va le faire. Et puis, non.
    « Vas-y, pompe-le, ne le fais pas attendre, il a très envie de jouir » il me lance, tout en se branlant vigoureusement.
    Je ne me fais pas prier pour reprendre le beau pompier dans ma bouche et pour le pomper à nouveau, pour le finir. Ce qui ne tarde pas à arriver.
    « Je vais jouir… lâche Thibault, la voix coupée par l’approche de sa jouissance.
    —    Fais lui plaisir, j’entends Jérém me glisser, tout en caressant les tétons de son pote.
    —    Fais toi plaisir » je l’entends enchaîner, tout en caressant désormais les miens.
    Un ahanement plus long et plus profond est le signal que le jeune pompier vient de perdre pied.
    « Vas-y, avale bien » soupire Jérém, happé par l’excitation, tout en posant sa main chaude à la limite de mon cou et de ma nuque.
    Il n’y a pas de contrainte dans son geste, mais un dernier délicieux encouragement. C’est bouleversant, enivrant. La main de Thibault atterrit sur mon épaule, son contact est à la fois doux et viril. Chacun de ses muscles se tend comme un arc de violon jouant une sonate de plaisir intense.
    Et pendant que les doigts de Jérém se faufilent dans mes cheveux, comme une caresse douce et excitante, de bonnes giclées de son pote percutent mon palais, glissent lentement sur ma langue, puis au plus profond de moi.

    Je viens tout juste d’émerger du bonheur de retrouver le goût intense du beau rugbyman toulousain, lorsque je réalise que Jérém, visiblement très excité, est toujours en train de se branler de façon plutôt musclée. Comme s’il voulait se faire jouir seul. Non, je ne peux pas le laisser faire ça, non plus. Je le prends en bouche à son tour et je me mets à le pomper. J’y vais tout en douceur, je tente de ralentir l’arrivée de son orgasme. Mais c’est déjà trop tard.
    « Je vais jouir, j’entends le magnifique bobrun m’annoncer.
    —    Vas-y, avale ! » il ajoute, sur un ton monocorde et péremptoire, alors que l’orgasme l’envahit.
    D’autres giclées de jeune mâle envahissent ma bouche, un autre goût ravit mes papilles et fait pétiller mon palais de bonheur. Je savoure chaque giclée, avant de l’avaler lentement.
    Lorsque je me relève, le « spectacle » qui se présente à moi est renversant. Deux magnifiques garçons, tous pecs et abdos et queues toujours raides dehors, assommés par le plaisir que je viens de leur offrir. C’est un « spectacle » insoutenablement beau.
    Mais la vision de ce paysage masculin renversant ne dure pas longtemps. Jérém vient se coller à moi, et se laisse glisser en moi, sa queue me remplit. Il caresse mes tétons d’une main, alors que l’autre saisit ma queue et me branle. Puis, c’est Thibault qui vient me branler, alors que Jérém envoie ses deux mains mettre le feu à mes tétons. Je jouis très fort, et mes giclées atterrissent en partie sur les abdos du jeune stadiste toulousain.

    Lorsque j’émerge à nouveau, il fait jour et je suis seul dans le petit lit. Le bruit de l’eau qui coule dans la douche m’informe quant à la position de l’un des garçons. La porte qui s’ouvre et qui laisse rentrer une brouette pleine de bois, m’informe de la position de l’autre.
    « Eh, t’es réveillé ? me demande mon bobrun avec un sourire magnifique.
    —    Je ne vous ai pas entendus vous lever…
    —    Tu dormais comme un loir. »
    Jérém referme la porte sur la fraîcheur matinale et vient me faire un bisou.
    « Bonjour les gars » fait Thibault, en sortant de la douche, les cheveux encore humides, dégageant un délicieux bouquet de frais, de bon, de propre. Il est juste habillé de ce débardeur blanc que je trouve sexy à mourir et d’un boxer bleu dont la poche avant est bien remplie par son équipement viril au repos.
    « Salut Thib, fait Jérém, en s’avançant vers son pote pour lui claquer la bise.
    —    Tu sens vraiment bon ! » s’exclame le bobrun.
    Thibault sourit, et son sourire est magnifique.
    « Salut, Thibault » je fais, tout en claquant à mon tour la bise au beau pompier.
    C’est vrai que le parfum qui se dégage de sa peau, mélange de gel douche et d’un parfum capiteux est intense et délicieux.
    « Je passe vite à la douche, et après on va passer chez Charlène. Thib, tu peux faire le café ?
    —    D’accord !
    —    Si le sol est portant, j’aimerais faire faire un petit tour à cheval. Ça vous dit de monter, les gars ?
    —    Pourquoi pas, je me lance.
    —    Si j’ai un cheval, oui ! fait le beau pompier.
    —    Charlène t’en prêtera un.
    —    D’accord, alors. »

    Pendant que Jérém est sous la douche, je discute un peu avec Thibault. Le demi de mêlée me questionne sur ma vie à Bordeaux. Je lui parle de la fac, de ma nouvelle « passion » pour le vélo. Je lui réponds en cachant pas mal de choses. Puis, je le questionne sur la sienne à Toulouse. Il me parle de son nouveau quotidien de papa comblé, de ses matches à venir, de son engagement au SDIS. Mais pas de son médecin, de ce gars qui a quand même dix ans de plus que lui, ni de quel genre de relation est en train de naître entre eux. J’ai envie de lui poser plein de questions, mais je ne veux pas l’embêter. S’il veut m’en parler, il y aura d’autres occasions.
    En discutant avec Thibault, je me sens heureux. Je le suis, car ce matin, tout est comme la veille. Ce matin, il n’y a pas de gueule de bois. Thibault n’est pas parti au petit matin, comme après la nuit que nous avions passée ensemble dans l’appart de la rue de la Colombette. Certes, il n’aurait pas pu. Ou plus difficilement. Nous sommes loin de tout et il fait un froid de canard.
    Mais le fait est que ce matin je trouve un Thibault bien différent de celui que j’avais entrevu dans un bar ce matin-là, un Thibault pensif et hanté par des sentiments douloureux. Ce matin, Thibault a l’air heureux et apaisé. Tout comme Jérém. Même si nous n’en parlons pas directement, je sens que nous assumons tous les trois ce qui s’est passé cette nuit. Ça nous a fait du bien, et ce matin nous sommes bien.

    Jérém revient de la douche alors que le gargouillement de la cafetière nous avertit que nous allons bientôt pouvoir boire notre café. Il se pointe habillé d’un t-shirt noir et d’un boxer blanc, lui aussi bien rempli par son équipement viril au repos.
    Lorsque je regarde les deux potes, lorsque je mate ce débardeur bien tendu sur des épaules et sur un torse solides, ce t-shirt noir moulant des pecs et des biceps de fou, ces deux poches de boxer bien remplies, je ressens à nouveau l’excitation s’emparer de moi. Mais je sais que ce n’est pas de ça que nous avons besoin à cet instant précis. J’ai beaucoup aimé ce qui s’est passé cette nuit. Parce qu’à travers le plaisir, nous nous sommes montrés à quel point nous nous aimons.
    Ce que nous avons vécu cette nuit est fort et nous avons besoin d’atterrir en douceur, en partageant une activité de « potes ». Comme une petite balade à cheval, justement. Il y a un temps pour tout. Un temps pour le plaisir, un temps pour la tendresse, un temps pour l’amitié.

    Nous prenons notre café sans nous presser, comme si nous essayions de retarder au maximum le moment de refermer la petite maison sur le bonheur que nous avons partagé pendant quelques heures. Et c’est avec un bon petit pincement au cœur que je regarde Jérém tourner la clé dans la porte en bois et la glisser dans sa poche. Au revoir, petite maison, j’espère de tout mon cœur de te revoir bientôt.

    Au centre équestre, Thibault appelle son entraîneur pour l’avertir qu’il a eu un empêchement et qu’il ne pourra rentrer à Toulouse qu’en fin de journée.
    Comme prévu, Charlène lui propose de monter l’un de ses chevaux en pension. Jérém monte son Unico, et je retrouve Téquila. Charlène nous accompagne avec son Little Black.
    JP et Carine débarquent alors que nous sommes sur le point de partir et se joignent à nous.
    Nous faisons une petite boucle dans la forêt, et je retrouve la magie de mes premières balades un an plus tôt. Jérém et Thibault sont très sexy sur leurs montures respectives. Leur façon de se tenir en selle, le dos bien droit, le regard vers l’horizon, la position de leurs cuisses, écartées par la selle elle-même, les ondulations du bassin pour accompagner les mouvements des chevaux, ça leur donne une allure folle. Une allure bien virile.
    JP nous enchante avec le récit de son expérience sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Je me sens vraiment bien, je suis heureux comme je l’ai rarement été. En fait, je suis heureux comme je ne peux l’être qu’à Campan.

    Nous prenons un déjeuner rapide chez Charlène et nous partons en début d’après-midi.
    « Bonne chance à tous les trois, les garçons, nous lance JP en nous serrant à tour de rôle dans ses bras affectueux et rassurants.
    —    Thibault, toujours au top comme la dernière saison, direction le Brennus…
    —    Eh, c’est moi qui vais lever le Brennus au mois de juin ! s’insurge Jérém.
    —    Je suis certaine que l’un de vous deux va le soulever dès cette saison », s’avance Charlène.
    Elle ne pouvait bien évidemment pas deviner à ce moment-là que même si l’un des deux Stades allait effectivement gagner le championnat quelques mois plus tard, ni Jérém ni Thibault ne soulèverait le fameux bouclier à cette occasion.
    « Je vous le souhaite à tous les deux, même si vous ne pourrez pas le faire la même année ! plaisante JP.
    —    Mais je sais que vous allez tout donner, il continue. Alors, que le meilleur gagne !
    —    Et pour Nico, bien du courage pour les études ! » il conclut.

    Après ces au revoir pleins de bienveillance, nous prenons la route en direction de Toulouse. Jérém se propose de conduire. Je m’installe à côté de lui, Thibault sur la banquette arrière. Le trajet est ponctué par les conversations entre les deux potes portant principalement sur la saison qui s’ouvre et qui autorise tous les espoirs, toutes les attentes.
    Je ne participe pas vraiment à ces échanges, mais je bois leurs mots, leur enthousiasme, leur bonheur. Et leur complicité, leur amitié retrouvées m’enchantent.
    Mais mon bonheur et mon insouciance sont de courte durée. Dès que nous passons le péage de Saint Gaudens, mon téléphone, se met à vibrer dans ma poche. « Appel Ruben ». Je le glisse à nouveau dans ma poche, tout en espérant que Jérém, occupé à la conduite et à déconner avec Thibault, n’ait pas prêté attention à cela.
    Mais mon téléphone se remet à vibrer alors que nous venons de passer la sortie de Cazères. Puis, lorsque nous arrivons au péage de Muret. Je ne le ressors plus de ma poche, je sais que c’est toujours Ruben. Je ne veux pas inquiéter Jérém. Mais ce faisant, c’est moi qui suis de plus en plus inquiet.

    Aux Minimes, Thibault nous invite prendre un café chez lui. Nathalie nous accueille avec le petit Lucas dans les bras. C’est l’occasion pour moi de constater à quel point il a grandi depuis la dernière fois, et pour Jérém, de faire sa connaissance.
    « Il est costaud comme son papa », il plaisante, en le tenant dans ses bras.
    Au moment de se quitter, les deux potes se serrent fort dans les bras l’un de l’autre.
    « Plus jamais on se quitte, ok ? fait Jérém, la voix étranglée par l’émotion.
    —    Plus jamais, plus jamais, tente de le rassurer l’adorable Thibault.
    —    Je suis vraiment content qu’on se soit retrouvés, lâche Jérém, les yeux humides. Je suis content de voir que tu vas bien !
    —    Moi aussi je suis content de t’avoir retrouvé et de voir que les choses s’arrangent pour toi. Tu as tellement changé, Jé ! Je suis… oui, je suis fier de toi !
    —    Il reste du chemin à faire…
    —    Certainement… mais au moins maintenant tu sais qui tu es. Tu ne veux pas que ça se sache, et je le comprends. Mais tu sais qui tu es. Et c’est le principal. C’est par là qu’il faut commencer si on veut espérer d’être heureux dans la vie. Et puis, tu sais que Nico t’aime et tu l’aimes. N’oublie jamais la chance que tu as. »

    A la gare Matabiau, je me gare en double file en attendant que Jérém se renseigne pour les trains au départ pour Paris.
    « Il y en a un dans 15 minutes, il m’informe, lorsqu’il revient à la voiture. Mince, alors… ça nous ne laisse même pas le temps d’aller prendre un café.
    —    On se revoit quand, Jérém ? je ne peux m’empêcher de le questionner.
    —    Je ne sais pas…
    —    Dans six mois ! je plaisante.
    —    Nico, je voulais te demander un truc… il lâche, à brûle pourpoint.
    —    Quel truc ?
    —    Depuis hier j’ai l’impression que quelque chose te tracasse…
    —    Rien ne me tracasse, je suis heureux d’être avec toi !
    —    Par moments, tu as l’air ailleurs… tous ces mystères…
    —    Mais où tu as vu des mystères ?
    —    Tous ces coups de fil… Dis-moi, Nico… est-ce qu’il y a quelqu’un qui t’attend à Bordeaux ? »
    Touché, coulé.
    « Mais qu’est-ce que tu vas chercher ?
    —    Je t’ai laissé tomber pendant trop longtemps… »
    Je me souviens l’avoir déjà entendu prononcer ces mots, c’était hier, devant la cheminée du relais, avant que les cavaliers ne débarquent.
    « Alors, je me dis que tu aurais pu rencontrer quelqu’un… il conclut, comme un coup de massue.
    —    J’ai eu quelques aventures, je te l’ai dit, mais rien de sérieux… les coups de fil, c’était ma mère !
    —    Moi je pense que c’est un gars qui essaie de te joindre depuis deux jours… »
    Ça me déchire le cœur de lui mentir. Et pourtant, je ne me sens pas le courage de lui raconter la vérité. Je ne peux pas lui parler de Ruben et de ce que nous avons construit ensemble en quelques semaines. Je ne peux pas lui dire que je n’ai pas eu la force de lui faire confiance, de l’attendre.
    Je ne sais plus trop quoi lui répondre, et mon silence « m’accuse » de plus en plus lourdement à chaque instant qu’il dure.
    « C’est un gars, hein ? il revient à la charge, la voix voilée par une certaine tristesse.
    —    Oui, c’est un gars, je finis par admettre. Mais ce n’est rien de sérieux. Du moins, pour moi. On s’est vu deux ou trois fois, et il s’est entiché de moi. Et comme j’ai fait la bêtise de lui filer mon numéro de portable, il continue de m’appeler. Je lui ai dit d’arrêter, mais il continue. Il faut que je regarde dans mon téléphone si je peux le bloquer… »
    Jérém n’a pas l’air convaincu. La tristesse que je lis dans mon regard me fait un mal de chien.
    « Je te dis que ce n’est personne. S’il comptait un tant soit peu pour moi, je ne serais pas venu te rejoindre à Campan. Tu es le seul qui compte pour moi, le seul. Ne nous quittons plus, Jérém. Ne me laisse plus des mois sans de tes nouvelles. Je t’aime comme un fou, Jérémie Tommasi ! »
    Jérém semble enfin se décrisper. Je le prends dans mes bras et je l’embrasse.
    « On se reverra vite, je lui glisse.
    —    Oui, on se reverra vite » il répète, tout en enfonçant sa main dans mes cheveux. Puis, il m’embrasse avec une précipitation dans laquelle je ressens son amour, mais aussi son inquiétude.
    Je le regarde traverser la petite place devant la gare et disparaître dans le grand hall. Et j’ai envie de pleurer. Seul dans ma voiture, je suis triste, infiniment triste. Je m’en veux de mentir à Ruben, et plus encore de mentir à Jérém, si touchant, si adorable, si amoureux.

    Je suis heureux de passer voir Maman, comme un sas de décompression entre le bonheur de ce week-end et les moments délicats qui m’attendent dès mon retour à Bordeaux. Dans ma chambre, j’en profite pour écouter enfin le message de Ruben.
    Je trouve d’abord un sms, au ton laconique et inquiétant.
    « Tu ne donnes pas de nouvelles.»
    Puis le message vocal qu’il m’a laissé lors du dernier coup de fils au péage de Muret.
    « Salut. Je n’ai pas de nouvelles depuis l’autre soir et je ne sais pas quoi penser. Tu m’avais dit que tu m’appellerais quand tu serais à Toulouse, mais tu n’as donné aucun signe de vie. J’ai essayé de t’appeler plein de fois, mais tu ne réponds pas. Tu dois être occupé. Tu me manques, Chaton ».

    Le petit Poitevin semble inquiet, et à plus d’un titre. Pour moi, mais aussi pour « nous ». Je sens au ton de sa voix qu’il a besoin d’être rassuré, de savoir que je vais bien. Mais aussi qu’il peut me faire confiance. Et si je peux facilement le rassurer sur le premier point, je sais qu’il me sera bien plus difficile de le faire sur le second. Je sais que je ne peux plus me dérober à un coup de fil, mais j’ai peur de me lancer.
    Je prends une grande inspiration et je le rappelle. J’essaie de renouer en lui expliquant mes problèmes de communication, tout en lui répétant à quel point il m’a manqué. Je le sens suspicieux. J’essaie de sonder son état d’esprit en essayant de le faire rire. Je le sens distant, sur la réserve. Je tente de le rassurer, mais je sens que je n’y arrive pas.

    « On se voit demain soir ? je lui propose.
    —    Je ne sais pas, on verra. »

    Je sens que ce n’est pas gagné, pas du tout. Je me sens comme un homme politique qui a déçu ses électeurs et qui veut quand même briguer un nouveau mandat. Je sens que je vais devoir déployer des trésors de mensonges, de mauvaise foi et de promesses (sans savoir si je vais pouvoir les tenir) pour rattraper le coup. Je me sens déjà épuisé rien que d’y penser.
    Papa fait toujours mine de ne pas me voir, comme si j’étais transparent. Heureusement, Maman est là, et discuter avec elle me fait du bien, m’apaise, me fait oublier pendant un instant mes tracas.
    Un message de Jérém « Bonne nuit, Ourson », me rassure au moins sur ce « front sentimental ».

    Le lendemain matin, le voyage vers Bordeaux est particulièrement pénible. La solitude est propice aux cogitations, à la culpabilité. Je repense à ce qui s’est passé avec Jérém et Thibault, et l’idée d’avoir trompé Ruben me prend la tête. Le pire, c’est que je ne regrette pas. Si c’était à refaire, je ne changerais rien. En fait, ce qui me prend la tête, ce n’est pas tant le fait d’avoir trompé Ruben. Ce sont plutôt les conséquences que cela peut entraîner. J’ai peur qu’il imagine, qu’il se doute, qu’il comprenne que je l’ai trompé.
    Je pense pouvoir faire confiance à Jérém et Thibault quant au fait qu’ils étaient « clean ». Mais comment en être sûr à 100% ? La moindre MST déclarée sur moi ou, pire, transmise à Ruben, serait très délicate à justifier. Je ne veux pas exposer Ruben au moindre risque. Comment le convaincre de ne plus avaler mon jus jusqu’au test, alors qu’il adore ça, alors que j’adore ça ? Comment justifier le fait qu’il faudrait désormais décaler le dépistage qu’il attend avec impatience de novembre à fin décembre ?
    J’ai peur de le perdre, et de le faire souffrir. J’ai peur aussi de me retrouver seul à Bordeaux si jamais avec Jérém ça devait capoter à nouveau. Je suis confiant, ça n’arrivera pas. Mais, au cas où…
    Je me sens terriblement égoïste, je découvre une facette de ma personnalité dont je ne soupçonnais pas l’existence. Et elle ne me plait vraiment pas.
    Comment vais-je retrouver Ruben après ce week-end, après l’avoir laissé deux jours sans nouvelles, après l’avoir trompé ? Et surtout, après que mon cœur a recommencé à battre très fort pour l’amour, pour l’homme de ma vie ?
    Mais en amont de tout cela, la question qui me taraude l’esprit est une autre. Comment va être la suite de ma relation avec Jérém ?


    Notes de l’auteur :

    1/ Ce récit, bien qu’il se veuille réaliste, n’en demeure pas moins une fiction. En aucun cas les agissements des personnages ne doivent constituer un exemple de conduite. Tout rapport sexuel entre garçons doit être protégé, à moins d’avoir pleine confiance en l’autre. En aucun cas, on ne peut se contenter de déclarations de l’autre pour coucher sans protection. Y compris lorsqu’il s’agit de quelqu’un qu’on connaît, qu’on apprécie, qu’on aime.

    2/ Ce texte est une pure fiction. Les noms des équipes citées ont été choisis uniquement pour illustrer les prestigieuses carrières professionnelles des personnages. Ainsi, les échanges entre ces mêmes personnages, notamment au sujet de leur ressentis vis-à-vis de l’homophobie dans le milieu sportif, ne décrivent en aucun cas des faits avérés dans les équipes citées à l’époque du récit, mais plutôt une réalité diffuse dans les sports professionnels, telle qu’elle a pu être décrite par de nombreux sportifs de tous horizons.


    Je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année. Que la nouvelle année puisse apporter avec elle le meilleur pour vous tous et pour ceux qui comptent pour vous. Et la santé en premier. Puis l’amour. Tout le reste n’est que détail.

     

     Tu peux contribuer à l'aventure Jérém&Nico !

     

    via Tipeee : Présentation  ou Résultat de recherche d'images pour "logo paypal", sans engagement, montant au choix en cliquant sur le bouton suivant :



    Jérém et Nico revient en janvier 2022.

     

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires