• 55.4 Après le déluge (partie 1, Toulouse – Gruissan).


    Le bogoss me toise. Illuminé par ce sourire coquin, son regard est une pure promesse de baise torride. Il sait à quel point j’ai envie de lui ; et moi aussi je sais qu’il a envie de moi. Je le sais. Je le vois. C’est grisant.
    La gifle olfactive de son déo de mec embrume un peu plus mon cerveau.
    « Tu veux boire quelque chose ? » je lui demande, alors que je n’ai qu’une envie, ou plutôt deux, celle de le voir à poil et de l’avoir dans ma bouche.
    « Non… c’est toi qui va boire un truc… » fait-il en se retournant vers moi et en me lançant un regard chaud comme la lave qui sort du volcan. C’est un petit sourire canaille, amusé, c’est quelque chose qui ressemble à de la complicité. Dans ma tête, ça ressemble au Paradis.
    « Ah, tu crois ? » je m’amuse à mon tour.
    « J’en suis même certain… » fait il en appuyant le dos contre le mur, tout en ouvrant lentement sa braguette et en dévoilant un joli boxer rouge feu avec élastique blanc ; très bien rempli, qui plus est.
    Petit con, va… à gifler, mais bandant à souhait.
    Je ne vois que son boxer, je vois rouge, rouge feu : je me précipite sur lui, non, je me jette sur lui ; j’ai envie de le voir torse nu, j’ai envie de lui arracher le t-shirt ; fou de désir, j’attrape ce bout de coton scandaleusement sexy, je le retourne sur son torse ; le bogoss lève les bras, le mouvement est parfaitement coordonné et tout aussi pressé et précipité que le mien ; je le fais glisser, je libère l’odeur de sa peau, je libère ce torse que j’ai envie de lécher jusqu’à en perdre la raison.
    Emporté par la tempête des sens, je me penche, je lèche ses pecs : c’est un désir brûlant, une envie irrépressible, un besoin presque vital. Je lèche, je mordille doucement ses tétons, l’un après l’autre ; mes mains se précipitent vers sa braguette, rencontrent les siennes, les dégagent d’un geste déterminé, presque brusque.
    Je crève d’envie de me mettre à genoux et de le prendre en bouche ; pourtant, ce corps à corps est d’une sensualité et d’un érotisme qui dépasse l’entendement ; mes lèvres son insatiables, mes mains infatigables ; sous le déluge de mes caresses, l’excitation du bogoss s’emballe, devient délirante.
    Ma langue descend à ses abdos, se délecte de son nombril ; et lorsque j’arrive à la ligne verticale de petits poils, je ne peux résister à la tentation d’y plonger mon nez ;je pars en quête des odeurs masculines de sa peau, dans cette région si proche de son sexe ; bonheur olfactif, tactile, sensuel : petites odeurs de jeune mâle, peau tiède, petits poils tout doux, délicieux avant-goût de sa puissance de mec.
    Je suis à genoux entre ses cuisses. Je le prends en bouche et je me sens bien.
    Le sucer est juste le bonheur suprême. Lui faire plaisir, le plus exquis des plaisirs. Et sentir, en plus, ses doigts sur mes tétons, c’est juste inouï ; ses doigts qui caressent, pincent légèrement, tout en variant sans cesse les mouvements, la pression, tout en m’offrant d’infinies nuances d’excitation, d’innombrables frissons.
    Jusqu’à ce qu’un feu d’artifice dément explose dans ma tête : lorsque, à force de tâter et de tâtonner, le bogoss finit par trouver LE toucher et la cadence qui m’apportent LE frisson absolu : position des doigts, pression, toucher, coordination, cadence, tout est parfait…

    Oui, tout est parfait… à part le fait qu’un réveil en sursaut vient interrompre cette magnifique séquence à la saveur de déjà-vu. Enroulé dans mes draps, je suis en nage.
    Pendant quelques instants, je suis perdu : mon rêve était si réel, que j’ai du mal à croire que ça en était un.
    Pourtant, je suis seul dans le lit ; un lit qui n’est pas le mien, dans une chambre qui n’est pas la mienne. Il est quelle heure ? On est quel jour ? Où est-ce que je suis ?
    Il me faut un petit moment pour réaliser que je suis à Gruissan, et que j’y suis depuis une semaine. Putain, une semaine !!! Une semaine déjà.
    Une poigné de secondes et tout me revient. La semaine sans ses nouvelles ; mon escapade à la brasserie pour lui dire de venir chercher sa chaînette ; sa chemisette couleur pétrole, le lendemain, lorsqu’il se pointe chez moi ; les cinq dernières notes du Casse-Noisette ; le sexe froid, sans âme ; sa détermination à partir vite ; ma demande d’explications au sujet de son brusque changement d’attitude ; son agacement ; le bruit de la capote qui tombe par terre ; ses mots durs, méchants, blessants comme des lames ; mon coup, son coup, le bruit de la chair qui morfle, le sang ; des mots et des bruits qui me hantent ; maman qui débarque ; le regard de maman ; son dernier regard plein de tristesse et de tourment, juste avant son départ.
    Oui, son départ. La porte qui claque derrière lui : la dernière note, dure, sèche et dissonante de notre histoire. La sensation d’un gâchis sans nom qui m’arrache le cœur.
    Alors, oui, le mien est un réveil en nage ; mais, aussi, un réveil en larmes.

    Samedi 11 août 2001, une semaine plus tôt, dans ma chambre à Toulouse.

    Ce matin, je me réveille de très bonne heure. Il n’est que 5h15. La maison dort encore.
    Cette nuit, je n’ai pas beaucoup dormi. Je m’y attendais. Mais pas à ce point. J’ai sommeillé plutôt que dormir. J’ai survolé les heures en faisant de l’équilibrisme sur mes nerfs épuisés. J’ai pensé, pleuré, regretté ; j’ai essayé d’imaginer une, cent, mille façons de rattraper les choses, je me suis posé un million de questions sans pouvoir me donner une seule réponse qui enlèverait ne serait-ce qu’un ton de noirceur au tableau.
    Mais comment essayer de m’extirper du désespoir le plus total, alors que tout converge à un seul, unique et triste constat : la fin de cette histoire, la fin de mon amour.
    Quand tout est perdu, la douleur est immense, le deuil impossible.
    Je suis KO. La nuit est passée sur moi comme un rouleau compresseur. J’ai les yeux enflés de larmes, le visage douloureux à cause du coup reçu, la tête alourdie par une grande fatigue, assommé par une migraine terrible. C’est comme un rhume carabiné, sauf qu’il n’y a pas de remède contre le mal qui m’assomme.
    Je n’ai presque pas dormi de la nuit, mais je sais que je ne vais pas retrouver le sommeil pour autant. Je comate. Je sais déjà que la migraine va m’assiéger tout au long de la journée.
    Je ne dors plus, mais je n’ai pas du tout envie de me lever. Il faut avoir une raison pour se lever. Un but, une obligation, une envie, un rêve, l’espoir d’un bonheur : quelque chose qui fait courir. Je n’ai rien de tout ça dans mon horizon.
    Je me sens tellement fatigué que j’ai l’impression que mes yeux, mon cerveau, mon corps sont comme paralysés. En fait, je ne ressens rien, comme si je n’avais plus de corps, ni de cerveau : rien, à part cette intense sensation d’étouffement, de mort intérieure.
    J’ai l’impression d’être tombé du dixième étage d’un immeuble et de m’être écrasé sur le bitume ; la sensation d’être fracassé de partout, jusqu’au dernier os, et de demeurer pourtant conscient.
    Mon cerveau est tellement envahi et paralysé par la souffrance qu’il n’a même pas la ressource pour remonter à la cause de cette souffrance ; je n’arrive à penser à rien, à me focaliser sur rien ; chaque pensée, chaque souvenir, chaque image me semble au-dessus de mes forces : ressource de système insuffisante, le bug est important. Ne penser à rien, juste ne penser à rien ; et tenter de supporter cette migraine atroce.
    Le vent d’Autan, toujours aussi fort, toujours aussi insistant, tape contre les volets, les fait vibrer, résonner ; petit à petit, le soleil vient lui aussi tenter de donner l’assaut à ma chambre ; déterminé, insistant, il profite du moindre interstice pour venir me parler de cet été qui s’est définitivement envolé pour moi ; dans mon cœur, cet été s’est désormais muté en hiver de Sibérie.
    J’ai l’impression que le déluge s’est abattu sur ma vie ; que tout est chamboulé, que rien ne sera plus comme avant. Ma vie, c’est le vide. J’ai tout perdu, mon plus grand bonheur.
    Alors, je veux juste tout oublier, ne plus rien ressentir. Je sais que je ne tomberai plus jamais amoureux. Je ne veux plus jamais tomber amoureux. Ça fait trop mal quand ça s’arrête.
    J’ai juste envie de couper les ponts avec ma vie d’avant. Si la rentrée était demain, ce serait un véritable soulagement pour moi. Il faut que je voie avec maman si je ne peux pas m’installer à Bordeaux avant la rentrée. Mais je ne connais personne à Bordeaux ; et l’idée de me retrouver seul dans un petit studio m’angoisse.
    Je n’ai même pas envie de voir Elodie ; je n’ai pas envie de parler de ce qui s’est passé, même pas avec elle. Juste oublier, le plus vite possible.
    La seule chose dans laquelle j’arrive à trouver un semblant de soulagement, c’est la réaction de maman. Bien évidemment, j’avais imaginé mon coming out d’une façon complètement différente : j’aurais voulu attendre, pour le faire, de pouvoir la rassurer quant à mon bonheur ; loin de là, elle a assisté à mon malheur. Mais elle a été formidable, vraiment formidable : ses mots et ses caresses, m’ont fait un bien fou. Son amour m’a fait un bien fou.
    Quand je pense qu’il y a des jeunes qui se font mettre à la porte par des parents qui n’acceptent pas leur homosexualité, je me dis que j’ai quand-même une chance inouïe.
    Je n’ai pas pour autant envie de reparler de tout ça, avec elle, dans l’immédiat ; mais rien que le fait de savoir qu’elle sait et qu’elle me soutient, c’est en soi une aide morale précieuse.
    La radio a tourné toute la nuit dans le noir, et elle tourne toujours ce matin, à volume tout bas ; j’avais besoin d’une présence, besoin de me donner l’illusion de ne pas être seul sur Terre ; j’avais besoin de me donner l’impression d’une vie qui continue, celle de la radio, une vie à laquelle pouvoir en quelque sorte raccrocher la mienne, cette vie qui s’est arrêtée la veille, comme une horloge cassée.
    Je me sens comme vidé de toute énergie ; j’ai envie de rester là, dans ce lit, pour le restant de ma vie. Je m’accroche aux infos, aux chansons, aux pubs, comme un moyen d’empêcher mon cerveau de s’éteindre, à mon cœur de cesser de battre.
    Je comate toujours, alors qu’une barre de fatigue et de douleur transperce mon crâne de tempe à tempe ; j’ai la tête aussi lourde qu’une pastèque ; j’ai les membres, les muscles, les articulations, les os rendus douloureux par la fatigue extrême ; j’en ai mal au ventre, tellement je ne suis pas bien.
    Peu à peu, j’entends la maison se réveiller ; papa se lève, il prend sa douche, son petit déjeuner ; papa part travailler. J’écoute la ville se réveiller à son tour, la circulation reprendre, les voix des passants dans la rue revenir doucement.
    Il est 9 h, lorsque maman vient taper à la porte de ma chambre.
    « Tu es réveillé, mon loulou ? ».
    « Oui maman, bonjour… ».
    « Ça va, Nico ? ».
    « Oui… » je lâche, tout en me laissant submerger par un bâillement silencieux mais si profond que j’ai l’impression qu’il va ouvrir mon thorax en deux.
    « Tu te lèves, Nico ? ».
    « Pas tout de suite, s’il te plait… ».
    « Ne tarde pas trop, tu vas être en retard… ».
    « En retard… pour… ? »
    « T’as oublié, Nico ? Tu as ton dernier cours de conduite ce matin… ».
    « Ah… merde ! ».
    « Tu veux reporter ? ».
    Oui, j’ai envie de reporter ; du moins, mon corps a envie de reporter ; l’idée de m’arracher du lit, de sortir de la maison, d’affronter le monde, cette journée d’été, le soleil, le Vent d’Autan, de marcher jusqu’à l’autoécole et de devoir me concentrer sur la conduite me semble bien au-dessus de mes forces.
    Pourtant, et c’est là que je me rends compte que je suis finalement peut-être toujours vivant, je vois pointer au fond de moi une raison de me lever ; même si je n’ai aucune envie de parler de ce qui s’est passé hier, je me dis que de passer un moment avec Julien le clown sexy ça me fera du bien, ça me changera les idées.
    « Non, ne reporte pas… je me lève, j’arrive… ».
    Je ramasse mes membres en vrac, je prends mon visage entre mes mains, comme pour aider mon buste à soulever ce fardeau qu’est mon crâne ; je me fais violence, j’ouvre les volets, je me laisse percuter par la lumière vive du jour, par la caresse musclée du vent d’Autan, par les bruits dissonants de la ville.
    Je passe dans la salle de bain et je me retrouve face au miroir, nez à nez avec l’image de ma gueule en vrac ; ah, putain, je suis vraiment bien amoché ; j’avais eu l’impression d’avoir reçu le coup en plein sur le nez, mais c’est plutôt sur le côté que j’ai chargé ; le bleu commence sous l’œil droit et descend le long du nez.
    Je l’ai tapé, il m’a tapé, quel immense, horrible gâchis ! Et maintenant, tout est fini pour de bon. J’ai envie de pleurer, car ma vie n’a plus de sens.
    Dégoûté, je m’arrache à cette image de malheur et j’ouvre le robinet de la douche ; l’eau tombe de la pomme, comme les larmes sur mon visage.
    L’eau qui glisse sur mon corps est comme une caresse apaisante ; voilà une douche que je fais durer longtemps, tout en me demandant comment je vais pouvoir justifier ma gueule en vrac auprès de Julien, pour éviter qu’il pose trop de questions.
    Primo, je vais mettre des lunettes de soleil ; deuxio, je vais lui servir la même explication que maman à papa : la porte de la salle de bain sur le nez. Il ne va jamais gober ça, mais il va devoir s’en contenter.
    Lorsque je descends, un bol de café au lait fumant est posé sur la table à coté de quelques tranches de pain grillé ; ma confiture préférée, celle d’abricots, ainsi qu’un verre de jus de fruit à la poire complètent ce délicieux tableau matinal. L’odeur du pain grillé, ainsi que la présence de maman remplissent la pièce d’un bonheur simple qui m’émeut aux larmes ; caresse pour mes narines, l’une ; caresse pour mon cœur, l’autre.
    « Merci maman… pour le petit dej… ».
    Elle sourit. Elle est belle.
    « Ça va mon Nico ? T’as réussi à dormir un peu ? ».
    « Pas trop… ».
    « C’est le chagrin… ».
    « T’as pas un truc pour la migraine, maman ? J’ai la tête qui va exploser… ».
    « Si tiens, mon loulou… » réagit elle du tac au tac en m’envoyant une boite d’aspirine.
    « Merci maman… ».
    Je bois une gorgée de café au lait, la boisson chaude descend en moi comme un doux câlin ; et soudainement, je me sens prêt à lâcher ce que j’ai sur le cœur depuis la veille :
    « Je suis désolé que t’aies appris ça comme ça, hier… ».
    « Je n’ai rien appris, hier… rien que je ne savais déjà… à part mettre un visage sur un garçon dont je soupçonnais bien l’existence… ».
    « Mais comment tu savais ? »
    « Ce sont des choses qu’une maman ressent… ».
    « Ça se voit autant ? ».
    « Mais pas du tout, mon Nico… quand on te regarde, on ne voit qu’un beau garçon… et on ne peut pas deviner ce qui fait battre ton cœur, pas du tout, je t’assure… ».
    « Tu me rassures… n’empêche que tu savais… ».
    « Bon d’accord » elle rigole « il n’y a pas que de l’intuition féminine dans l’histoire… il y a eu aussi un peu de chance… si on peut dire ça comme ça… il faut que je te dise, Nico… il y a quelques temps, j’ai croisé la maman de Dimitri au centre commercial et elle m’a demandé de tes nouvelles… elle a précisé que ça faisait depuis l’été dernier qu’elle ne t’avait pas vu… je n’ai pas eu besoin de lui poser la question, mais il m’a semblé évident que tu n’as jamais dormi chez Dimitri ces derniers mois... ».
    « Et t’as pensé direct à un mec… tu t’es pas dit que j’aurais pu être chez une fille… »
    « C’est ce que j’ai pensé la première fois que tu as découché… après, je me suis dit que tu n’aurais pas fait tant de cachotteries si ça avait été le cas… et aussi, depuis la semaine dernière… il y avait cette odeur de cigarette qui trainait dans la maison… et aussi un parfum de garçon… ».
    « Désolé d’avoir menti… ».
    « Je ne t’en veux pas, Nico… tu as menti parce que tu avais peur… mais tu n’as pas à avoir peur de moi… et je suis sûr que même papa va bien le prendre… quand tu seras prêt, tu lui expliqueras calmement, et ça va passer comme une lettre à la poste… ».
    « Elodie est au courant… ».
    « Je m’en doutais… »
    Ça faisait combien de temps que tu étais avec ce garçon… au fait, il s’appelle comment ? ».
    « Je n’ai jamais été avec lui… ».
    « Comment ça… ».
    Maman, s’il te plait, je peux pas… » je la coupe, au bord des larmes.
    « D’accord mon Nico, d’accord… » fait elle en me caressant doucement les cheveux.

    Comme je l’avais imaginé, le contact avec la ville bruyante, avec sa lumière aveuglante, avec les passants pressés, avec le vent violent et insistant, m’agresse sans pitié. Lorsqu’on est au fond du trou, il faut une énergie mentale insoupçonnée rien que pour exister ; car, dans ces moments-là, exister c’est être en opposition à un monde qui apparaît étranger et hostile.
    Je tente de me cacher derrière mes lunettes de soleil, mais j’ai l’impression que tout le monde me regarde quand même, que mon cocard clignote sur mon visage comme un gyrophare violet.
    Me voilà lancé sur les rails de cette nouvelle journée que je vais devoir affronter lesté de cette fatigue insupportable ; me voilà parti pour puiser dans mes dernières ressources pour accomplir chaque mouvement, chaque pas, la moindre pensée (je me sens comme un portable dont l’icône de charge clignote en permanence, annonçant un arrêt imminent).
    Cette belle et chaude journée d’été n’a pas de sens pour moi, car ce sera une journée sans lui ; la première, d’une longue série, une série infinie ; je sais que je ne le reverrai plus jamais ; à part, peut-être, à la télé ou sur un journal sportif ; je n’aurai même pas le droit à l’oublier pour me reconstruire : son absence me hantera à travers le rugby.
    Il faut que je parte de cette ville au plus vite : quand je serai à Bordeaux, je pourrai peut-être échapper au rugby. Et aux souvenirs.
    Ma souffrance plane au-dessus de moi comme une immense chape de plomb ; tous mes sens sont enlisés dans une sorte d’état comateux, mon cerveau marche au ralenti, tout me parvient comme avec un léger différé ; je réagis un coup sur deux, en vrac, mes mouvements sont empâtés : je me prends les pieds dans la marche d’un trottoir, je trébuche, je manque de m’étaler à plat ventre.
    Je me sens incapable d’accomplir quoi que ce soit de bon aujourd’hui. Je me demande si ça a vraiment été une bonne idée de ne pas annuler le cours : finalement, je n’ai pas du tout envie de conduire, j’ai peur de faire des conneries ; et puis, je redoute le regard de Julien, je redoute les questions qu’il ne va pas se gêner de poser.
    Je suis peut-être à cinquante pas de l’autoécole, lorsque la voiture se gare sur le petit parking.
    Deux filles en sortent ; et avec elles, le petit coq blond, toujours aussi taquin, toujours aussi charmeur, toujours aussi sexy.
    Sa tenue du jour comporte un t-shirt gris chiné, les bords des manchettes et du col mis en évidence par une fine lisière sombre : un petit bout de coton tendu sur sa plastique, qui met bien en valeur ses épaules bâties et ses biceps ; un jeans marron et des baskets blanches, un brushing à cheveux longs plaqués vers l’arrière ; et, pour compléter sa tenue de bogoss, il arbore un immense sourire, un sourire tellement lumineux qu’il déborde et irradie même à travers de ses grandes lunettes noires.
    Définitivement, ce mec est à hurler. En plus, il respire la jeunesse insolente, la joie de vivre, la vie brûlée par les deux bouts. Rien qu’en le regardant, j’ai l’impression de mieux respirer, d’aller carrément mieux. Définitivement, la beauté est à la fois un puissant analgésique et un antidépresseur plutôt efficace.
    J’approche et le bogoss me serre la main, puissante prise de mec.
    « Salut ! ».
    « Salut… je lui rétorque, alors que je sens qu’il a capté direct mon cocard. Non, les lunettes de soleil ça ne cache pas tout.
    Les filles s’attardent à taper la discute au bogoss : elles me gonflent. C’est lui qui met fin à leurs piaillements, en leur coupant l’herbe sous les pieds :
    « C’est bien sympa, les filles… mais je ne suis pas sûr que ma copine apprécierait que je sorte en boite avec vous ce soir… il faut y aller maintenant, j’ai un autre cours… ».
    Les filles se tirent enfin.
    « Hey, Nico ! » il m’accueille alors très chaleureusement ; et là, je le vois plisser les yeux, amorcer le mouvement si sexy de mettre ses sourcils en chapeau, et me balancer direct, en singeant avec sa voix le ton avec lequel on s’adresserait à un enfant : « qu’est-ce que t’as fait ? Tu t’es battu ?!?! ».
    Nico touché.
    « Non, je me suis pris la porte de la salle de bain sur le nez… ».
    « A d’autres… ».
    Nico touché 2 fois.
    « C’est vrai… je te jure… ».
    « Tu me la fais pas… je sais à quoi ressemble un cocard… j’en ai fait quelques-uns, j’en ai reçus aussi… ».
    Nico touché 3 fois.
    « Je suis maladroit… ».
    « Tu vais pas apprendre à un singe à faire la grimace… ».
    Je vois la fille de la dernière fois se pointer au loin, je la regarde approcher.
    « Ne pose pas de questions, Julien… s’il te plaît, fais comme si de rien n’était… ».
    « C’est lui qui t’a fait ça ? ».
    « Julien, s’il te plaît… ».
    « Il a osé te frapper, ce con ? » fait-il en levant mes lunettes.
    Nico coulé.
    « J’ai frappé en premier… ».
    « Toi, tu as frappé ? » fait-il l’air perplexe et surpris, presque impressionné.
    « Ecoute, Julien, ne te mêle pas de ça… ».
    « Ça me fait mal au cœur de te voir dans cet état… je voudrais pouvoir t’aider… ».
    Le jeune loup blond a l’air vraiment touché par ma détresse.
    « Tu peux pas m’aider… enfin, si… fais ton pitre avec la fille comme d’hab… fais-moi rire, Julien, j’ai besoin de rire… ».
    « Ça, c’est dans mes cordes… ».
    La fille arrive, Julien l’installe devant le volant. Pendant tout le cours, le beau moniteur s’illustre dans son rôle de charmeur impénitent, taquin, moqueur, drôle et beau parleur. Comme d’habitude, plus que d’habitude.
    « Qu’est-ce qui t’arrive aujourd’hui ? T’as bouffé un clown ? » finit par remarquer la fille.
    Mais rien n’arrête le jeune loup blond, il s’applique à mettre l’ambiance et il arrive même à m’arracher quelques sourires.
    Aujourd’hui, je ne cherche pas forcement son regard dans le rétro, je n’en ai pas la force ; en revanche, c’est son regard qui cherche le mien, et qui l’accroche, il lit dedans, même à travers nos deux lunettes de soleil.
    Je redoute un peu le moment d’être seul avec lui, car je sais qu’il va tenter de me cuisiner.
    « Ca va, Nico ? » il me demande, dès que nous sommes que tous les deux.
    « Oui, ça va, allons-y ! » je tente de me dérober. Peine perdue.
    « Ça n’a vraiment pas l’air… » fait-il sans même écouter ma réponse « raconte… qu’est-ce qui s’est passé ? ».
    « Laisse tomber, s’il te plait… j’ai pas envie d’en parler… ».
    « Ça te ferait pourtant du bien… ».
    Je sais qu’il a raison ; je sais que la seule façon d’aller mieux, ça passe par les mots : mais je sais aussi que si je commence à lui raconter ce qui s’est passé la veille, je vais pleurer direct.
    Et même si j’ai le sentiment que la sienne n’est pas une curiosité mal placée, mais une véritable inquiétude, je n’ai pas la force de prononcer des mots, de revivre et de livrer des choses qui vont rendre ma défaite encore un peu plus réelle, ma douleur encore plus vive.
    Je n’ai plus envie de pleurer, j’ai les yeux qui me font mal et chialer ravive à chaque fois ma migraine.
    « S’il te plait, Julien… vraiment… ».
    « Tu vas pouvoir conduire ? ».
    « Je vais essayer… ».
    Je m’engage dans la circulation. Très vite, je me rends compte que j’ai un mal fou à me concentrer. Je suis tellement naze que j’ai du mal à capter et à retenir ses mots, pourtant limités aux stricts besoins de la conduite ; je suis obligé de le faire répéter, souvent ; pour, au final, ne retenir que la moitié de ses instructions, n’en exécuter qu’un quart, en réussir encore moins.
    J’ai du mal avec les vitesses, je me mélange les pinceaux, je roule en deuxième jusqu'à faire bramer le moteur ; en redémarrant d’un feu rouge, je démarre en quatrième, je cale, je me fais klaxonner, je stresse, je transpire ; mon mal de tête devient un supplice ; Julien me dit « cligno à gauche », je mets cligno à droite ; je manque de frôler une voiture dans une file parallèle ; Julien freine à ma place, il est même obligé de toucher le volant pour éviter l’accrochage.
    « Nico, fais attention ! » je l’entends me lancer. Le ton de sa voix est raccord avec le regard que je sens sur moi depuis le début du cours : bienveillant et inquiet. Son attitude me rappelle soudainement celle de mon pote Thibault.
    Assez vite, ses instructions me font sortir du centre-ville : nous longeons la Garonne, en direction du périphérique. Je suis stressé, fatigué, en nage, le mal de crâne me tenaille ; je sais que j’ai foiré mon cours et que j’ai déçu Julien ; peut-être même qu’il va annuler mon inscription pour l’examen de septembre, car finalement je vais avoir besoin d’autres cours avant. Tant pis, je m’en fous. Rien n’a d’importance. Je n’ai qu’une envie, c’est d’être seul, et de pleurer, pleurer, pleurer.
    « Arrête toi, là, Nico » fait Julien, en m’indiquant l’embranchement conduisant au terrain vague au bord de la Garonne ; ce terrain où nous avons parfois fait des exercices de manœuvre et parfois discuté de choses qui n’ont rien à voir avec la conduite.
    Je n’ai pas envie de lui donner l’occasion de me tirer les vers du nez, mais je n’ai pas la force de m’opposer à sa demande ; je crois que s’il m’avait dit de me jeter dans la Garonne, je l’aurais fait aussi : je me laisse faire, en panne totale de volonté.
    « Coupe le moteur, Nico… ».
    Et je coupe le moteur.
    « Parle-moi, Nico… qu’est ce qui se passé ? »
    Et là, la tension qui j’ai laissé s’accumuler en moi en voulant retenir ma souffrance et mes larmes, explose d’un coup ; et je pleure, je pleure, je pleure.
    Julien décroche sa ceinture, puis la mienne et il me prend dans ses bras. Il me laisse pleurer, le visage enfoui dans le creux de son épaule, il me laisse pleurer sans poser des questions.
    « Je suis désolé… ».
    « Tu n’as pas à l’être… » fait-il, en posant sa main sur mes cheveux.
    Le contact avec son corps chaud, les caresses de sa main, l’odeur de sa peau au parfum léger du déo ; sa présence et sa bienveillance ont le pouvoir de me réconforter et de me faire sentir bien. Vraiment, j’ai l’impression d’être avec Thibault. Je me sens en confiance.
    « C’est fini… fini… je ne le reverrai plus… ».
    « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? ».
    « On s’est disputés, hier… ».
    « Pourquoi vous vous êtes disputés ? ».
    « Parce qu’il n’assume toujours pas ce qui se passe entre nous… ».
    « Au lit ? ».
    « Au lit et en dehors du lit… il préfère tout foutre en l’air que d’assumer… il n’a jamais rien assumé… et encore moins maintenant… ».
    « Pourquoi maintenant ? ».
    « Bientôt il va partir à Paris… ».
    « A Paris ? ».
    « Oui, il a été repéré par une équipe de rugby pro… ».
    « Naaaaan… il va jouer au Stade ? Dans mon équipe… à moi ? ».
    « Non, au Racing… ».
    « Ah oui ? Et alors il a voulu te larguer avant de se tirer… il a voulu arracher votre relation comme on arrache un sparadrap… ».
    « Je lui ai dit que je l’aimais… et lui il m’a dit que je ne suis rien pour lui… juste un mec pour s’amuser… je me suis énervé et je lui ai balancé tout ce que j’avais sur le cœur… je voulais lui faire mal mais il m’a fait encore plus mal… il m’a dit de dégager de sa vie… ».
    « S’il n’assume pas ce qu’il fait avec toi, c’est qu’il n’a pas de couilles pour être un bonhomme… ».
    « Il a été horrible… ».
    « Et vous en êtes venus aux mains… montre ça… » fait-il, tout en enlevant à nouveau mes lunettes « eh beh… il ne t’a pas raté… comme quoi, vous les pd, vous pouvez être tout aussi con que les hétéros quand vous vous appliquez… ».
    « Si tu savais comment je m’en veux de l’avoir frappé… ».
    « Il l’a bien cherché, non ? ».
    « Oui, mais… ».
    « Tu l’aimes vraiment ce mec… ».
    « Comme un fou… ».
    « S’il ne sait pas apprécier ça, il n’en vaut pas la peine ! ».
    « Peut-être qu’il a raison de faire ça… de toute façon, je n’ai rien à lui offrir… à la rentrée, je vais partir à Bordeaux pour mes études ; et lui, il va partir à Paris… pendant des années, je vais être étudiant, je n’aurai pas de salaire ; lui, il va être connu, il va avoir du fric… il va évoluer dans un monde où il n’y a pas de place pour un pd qui aime un joueur vedette… c’est un autre monde, et puis c’est loin… il va avoir son appart, il va avoir des nanas à plus en finir… et s’il veut des mecs, il pourra toujours en trouver sur place, des vrais bomecs… qu’est-ce que tu veux qu’il s’emmerde avec un type comme moi qui, en plus, lui met la pression ? ».
    « Mais tu rigoles, Nico ? Tu as tant de choses à offrir à un mec ! Tu es un petit gars adorable, gentil, amoureux… ».
    « Je n’aurais pas dû lui dire que je l’aimais… ».
    « Tu n’as pas à regretter de lui avoir dit, car c’est ce que tu ressens, et ça devait sortir, tu avais besoin de lui dire… il serait sorti de toute façon, tôt ou tard… tu l’as dit et tu as bien fait… et lui, il l’a au moins entendu… même s’il l’a piétiné… ».
    La sonnerie de son portable retentit soudainement. Le boblond décroche aussitôt. Une voix féminine grésille dans l’appareil :
    « Tu reviens bientôt ? Tes prochains cours t’attendent… »
    « Oh, putain » fait Julien en regardant la montre à son poignet « je n’avais pas vu l’heure… ».
    « T’es pas encore en train de t’envoyer en l’air, j’espère ? »
    « Non, pas du tout… tu me prends pour qui… » il rigole.
    « Pour un mec à qui, s’il était le mien, j’aurais déjà coupé tout ce qui dépasse… ».
    « Moi aussi je t’aime, Carine… ».
    « Grouille, abruti ! ».
    Le bogoss raccroche en rigolant. Son sourire canaille est beau à pleurer.
    « T’as vu… je me fais engueuler… elle est jalouse… » fait-il, en dégainant son plus bel air de clown coquin.
    Je tente de lui sourire à mon tour.
    « Il faut qu’on y aille… » il me lance.
    Le fait est que je ne me sens pas prêt à reprendre le volant ; ces dernières larmes m’ont vidé de toute énergie ; j’ai chaud et du mal à respirer, la barre qui transperce mon crane de tempe à tempe me fait de plus en plus souffrir ; je suis HS dans le siège de la voiture.
    « Tu veux que je conduise ? » fait le beau moniteur, en anticipant ma demande.
    « Je veux bien… ».
    Je regarde le beau Julien au volant de sa voiture ; il conduit avec assurance, et le trouve beau et viril dans le rôle de chauffeur ; sa conduite est à la fois sportive et apaisante, ça me fait un bien fou de me sentir pris en charge. Il me regarde, me sourit, me parle de ses galipettes avec Sandrine entre deux cours.
    Je le regarde et l’image d’un autre chauffeur, brun, la peau mate, à bord d’une 205 rouge, roulant vers l’appartement de la rue de la Colombette, promesse d’une nuit d’amour, surgit dans mon esprit comme un éclair aveuglant. J’ai encore envie de pleurer…
    Je profite d’un blanc dans la conversation pour me secouer de ce souvenir avant de me laisser emporter par l’émotion ; j’en profite pour m’excuser :
    « Désole pour mes conneries de tout à l’heure… peut-être que finalement je ne suis pas prêt pour l’examen de septembre… ».
    « Mais tu plaisantes, Nico ? Je sais que tu sais conduire… et je sais aussi que tu n’es pas bien aujourd’hui… alors, je ne vais pas tenir compte de ce dernier cours… tu passeras ton examen à la première session de septembre, comme prévu… d’ici là, essaie de te reposer et de ne pas trop penser à tout ça… dis-toi que ce mec n’est pas un mec pour toi… pense à Bordeaux, à tes études, à ta nouvelle vie… tu dois aller de l’avant… je suis sûr que tu vas trouver un bon gars qui va se rendre compte à quel point tu es un mec génial… c’est avec ce gars-là que tu seras bien… ».
    « C’est gentil de tenter de me remonter le moral… ».
    « C’est normal, t’es mon pote… ».
    « Je n’aurais jamais cru qu’on deviendrait potes… ».
    « Moi non plus, mais n’empêche que je te trouve sympa… ».
    Le jeune loup blond me sourit. Et, ce coup-ci son sourire est à la fois charmant et touchant.
    Nous arrivons au parking de l’autoécole. Julien coupe le moteur, se tourne vers moi ; il me regarde droit dans les yeux et il me lance :
    « Tu devrais partir quelques temps pour te changer les idées… ».
    « C’est plus ou moins prévu avec ma cousine, mais je ne sais pas encore quand… ».
    « Le plus tôt sera le mieux… pars et amuse-toi, Nico… profite de tes 18 ans… ne passe pas le reste de l’été à broyer du noir… c’est l’été, putain ! File à la mer, nage, balade-toi sur la plage, sors, rencontre des mecs… baise avec… mais si tu baises avec, n’oublie pas de te protéger… n’oublie jamais ! Pas de bêtises sous prétexte que tu ne vas pas bien… un jour tu iras mieux et il ne faut pas qu’à ce moment-là t’ailles à regretter les conneries que t’as faites dans un moment de faiblesse… ».
    « Promis… Julien… merci… pour tout… » j’arrive à lui répondre, en lui tendant la main et en retenant de justesse de nouvelles larmes.
    Et là, devant tout le monde qui attend devant l’autoécole, le boblond me prend une dernière fois dans ses bras et me serre très fort contre lui.
    « Merci à toi Nico, surtout n’oublie jamais que tu es un gars génial ! ».
    « Toi aussi tu es un gars génial… à bientôt, Julien… ».
    Je sors de la voiture et je m’éloigne sans tarder : les larmes se pressent à mes yeux, je veux être tout seul pour chialer à nouveau.
    Je n’ai pas fait dix pas que j’entends la voix du beau moniteur m’appeler :
    « Nico, attend ! ».
    Je me retourne ; Julien me fait signe de revenir, son portable à la main. Je reviens sur mes pas.
    « C’est quoi ton numéro ? ».
    Je lui donne machinalement sans vraiment savoir pourquoi il le demande et pourquoi je le lui donne, vu que les cours de conduite c’est fini.
    Je le vois enregistrer le contact, puis tapoter un message ; le signal sonore du message envoyé retentit ; le jeune loup blond relevé alors la tête et plante une dernière fois son regard transperçant et charmeur dans le mien.
    « Je t’ai envoyé un sms, comme ça tu vas avoir le mien… ».
    « Merci… » je lâche machinalement.
    « De rien… si je te donne mon tel, c’est pour que tu t’en serves… si ça ne va pas, tu m’appelles, ok ? ».
    « Ok… promis… ».
    « Allez, vas-y maintenant, bonnes vacances, petit veinard ! ».
    Je m’éloigne, le cœur envahi et saturé par un mélange de sensations inédit, un trop plein d’émotions plus que jamais prêt à déborder de mes yeux rougis.
    Les mots, l’attitude chargée de bienveillance de Julien, me touchent profondément ; l’amitié qu’il me témoigne a l’air vraiment sincère. Oui, qui aurait cru qu’on en arriverait là : notre complicité est partie d’un petit jeu du chat et de la souris, sur fond de mon attirance pour lui, cette attirance qui flattait son ego ; une complicité faite de regards complices et d’allusions sans conséquences.
    Au départ, j’ai été gêné qu’il capte mes regards, mon attirance ; j’ai été aussi gêné qu’il découvre l’existence du « bobrun qui fait la gueule » ; mais tout ça nous a rapprochés, et ça m’a fait gagner un confident. Et aujourd’hui, je suis ému par ses témoignages d’empathie, d’estime, d’amitié.
    Je ne me serais jamais attendu tout ça de lui. C’est un bon gars ce Julien ; un coquin, un charmeur et un coureur impénitent, mais un bon gars quand-même.

    Le chemin pour rentrer à la maison se révèle bientôt être une épreuve. La fatigue me gagne, la chaleur m’assomme, la barre qui transperce de tempe à tempe m’achève : j’ai du mal à mettre un pied devant l’autre.
    J’ai besoin d’un lit, j’ai besoin de dormir, dormir pendant des jours et des semaines, dormir pour ne plus souffrir, dormir assez longtemps pour en oublier même les raisons de ma souffrance. Dormir jusqu’à l’oublier. Jusqu’à oublier même son nom.
    Soudainement, la perspective de m’éloigner de Toulouse avec ma cousine semble dégager un peu l’horizon devant moi. Accalmie précaire, illusion d’un instant, fragile, chancelante.
    Le retour de la tempête me guette au prochain carrefour : lorsque sa présence transperce ma rétine, vrille mon cerveau, déchire mon cœur, mes tripes.
    Je le vois débouler à la toute dernière minute et je manque de le percuter. Je l’évite de justesse et je me rattrape à une voiture garée contre le trottoir pour ne pas tomber.
    « Désolé ! » il me lance, en plantant son regard de b(r)aise dans le mien, tout en attrapant ma main pour m’aider à me relever.
    « Ce n’est rien, ce n’est rien… » je répète, complètement désorienté, happé par la fragrance, par le bouquet frais et boisé qui se dégage de lui.
    C’est un bobrun, un très bobrun, du genre bad boy, petite frappe, charmant au possible, sexy à se taper la tête contre le mur ; il est habillé d’un simple t-shirt blanc col rond, pas spécialement ajusté, avec un jeans déchiré ; la cigarette au bout des lèvres, il plisse les yeux en tirant dessus.
    « Ça va aller ? » il se renseigne en attrapant sa cigarette du bout des doigts, entre le pouce et l’index, la grimace typique du fumeur sur le visage lorsque la nicotine brûle ses bronches.
    « Oui ça va aller » je réponds mécaniquement, alors que je suis happé par son regard, désorienté par un trop plein d’émotions nouvelles.
    « Salut ! Et encore désolé… » fait-il, avant de repartir.
    « Salut ! » je lâche tout bas, en le regardant s’éloigner.
    Oui, salut, bel inconnu. Salut et adieu. Dans une seconde, tu m’auras oublié. Pas moi. Je te regarde marcher devant moi, le pas rapide, assuré, très mec ; je te regarde marcher vers ta vie, laissant derrière toi une intense trainée de parfum de mec : c’est une fragrance qui m’est bien familière, car elle a souvent hanté mon nez et mon cerveau pendant de nombreux moments sensuels.
    Si tu savais, bobrun inconnu, comment tu me rappelles des tas de souvenirs, à quel point tu me fais penser à lui…
    Tu as le même regard brun, intense, ténébreux, chaud comme la braise ; tu t’habilles comme lui, simplement mec, t-shirt blanc et jeans ; et même si je devine que, sous ton t-shirt, tu es certainement moins bâti que lui, tu portes le même parfum ; tu as les mêmes attitudes de mec, très mec, lorsque tu fumes ta cigarette. Te voir, c’est comme une claque dans la figure : car, te voir, c’est comme le voir, lui.
    Une claque qui, en une fraction de seconde, fait tout remonter en moi… tout ce que je veux oublier…
    C’est pas possible, je n’arriverai jamais à l’oublier…
    La migraine ne me lâche pas d’une semelle, elle transforme ma tête en grosse caisse.
    J’ai le sentiment qu’on m’a arraché le cœur, que plus jamais je ne tomberai amoureux ; et que je ne serai plus jamais heureux.
    Je viens de rentrer à la maison, lorsque mon tel émet enfin un petit son. Le message de Julien vient d’arriver.
    « N’abandonne jamais.. tu es un vrai bonhomme. Crois en toi. Jul ».
    J’ai perdu mon amour, mais j’ai trouvé un pote.

    Après mangé, après le départ de maman, je vais à la sieste.
    Je me réveille au bout d’une heure, pas plus : non pas que je n’aurais pas voulu dormir davantage, mais il fait tellement chaud que je me réveille en nage.
    Je n’ai pas envie de lire, ni de regarder la télé. Je vais courir sur le canal. Je vais courir pour me défouler, pour tenter d’évacuer cette rage souffrance qui m’étouffe ; je vais courir pour m’épuiser.
    Je cours, longtemps, je cours comme un fou, je cours loin de la ville ; je cours en pleurant, je cours jusqu’à ce que la douleur de mes muscles soit si intense qu’elle me fasse oublier la douleur qui me ravage de l’intérieur.
    Je cours en écoutant la BO de Moulin Rouge que j’ai acheté quelques jours plus tôt. Je pleure devant la douceur de la version orchestrale de « Your song » ; je m’effondre sur la beauté mélancolique de « One day I’ll fly away » et de « Come what may » ; je me calme un peu en écoutant la version loufoque et décalée de « Like a Virgin » ; mais je me suis à nouveau submergé par ma souffrance au contact de la vibrante version de « The show must go on »… comment mon propre show va bien pouvoir continuer, maintenant ?
    La mélancolie profonde de « Nature boy » vient appuyer un peu plus sur ma tristesse ; c’est une version instrumentale, mais les mots de Bowie résonnent dans ma tête :
    There was a boy/Il y avait un garçon
    A very strange/Un garçon très étrange
    Enchanted boy/Et enchanté
    They say he wandered/On dit qu'il errait
    Very far, very far/Très loin, très loin
    Over land and sea/Au-delà de la terre et de la mer
    A little shy and sad of eye/Un peu timide et à l'oeil triste (…)
    And then one day/Et puis un jour
    One magic day/Un jour magique
    He passed my way/Il a croisé mon chemin (…)
    This he said to me/Voici ce qu'il me dit
    The greatest thing/La plus grande chose
    You'll ever learn/Que tu apprendras jamais
    Is just to love and/Est seulement d'aimer et
    Be loved in return/D'être aimé en retour

    Si seulement, si seulement c’était possible. Si seulement aimer suffisait à être aimé en retour.
    Puis, vient le « Boléro ».
    Ça démarre avec des notes de piano, elles perlent des écouteurs légères et lentes comme des larmes ; des notes qui viennent parler direct à ma tristesse, l’interpeller, la mettre à nu.
    Mais ça ne dure qu’un temps : les percussions déboulent avec la puissance et la violence d’une rivière en crue, avec la violence de la vie qui continue impitoyable malgré ma détresse ; le premier violon surgit avec un son lancinant et déchirant, comme le cri désespéré de ma souffrance qui veut juste qu’on la laisse tranquille, qui veut échapper au bruit, à la lumière, à la violence de l’existence ; alors que les percussions, implacables, de plus en plus rapides, semblent marteler que l’univers se fiche royalement de cette souffrance, et qu’il n’y aura aucun répit, qu’il faudra juste vivre avec, ou mourir.
    Le « Boléro », scandé par ses percussions au rythme presque obsessionnel, mené par ses violons et ses claviers rutilants, instille dans mon esprit une sorte de fatalité du temps qui passe et qui emporte le bonheur à tout jamais, une impression qui fait écho au sentiment de désolation qui m’habite depuis bientôt 24 heures.
    Mais il y a, à mon sens, autre chose qui se dégage du « Boléro », au-delà de cette impression de fatalité : c’est une énergie positive qui semble suggérer la nécessité de l’effort, pourtant inhumain, d’aller de l’avant.
    Le rythme s’accélère encore, s’envole, va de l’avant, prend de la hauteur ; il semble vouloir me dire que non, le monde ne va pas s’arrêter de tourner parce que je suis au plus mal ; que je n’ai pas le choix, qu’il va falloir me remettre debout, aller de l’avant avec mes propres forces, même si je n’en ai pas du tout envie ; qu’il va falloir que j’accepte le fait que c’est fini et qu’il ne reviendra pas ; qu’il faut que je recommence à vivre, sans lui.
    Mais comment ?
    Comment supporter ce message, celui d’aller de l’avant ; où trouver assez d’énergie pour aller de l’avant, alors que toutes les fibres de mon cœur voudraient remonter le temps au dernier moment heureux avec lui ?
    Pourtant, si je veux cesser de souffrir, il faut que j’arrive à mettre ce coup de collier pour m’arracher de ce passé douloureux et aller vers l’avenir qui m’attend.
    Je serre les dents pour écouter le « Boléro » jusqu’au bout, je le passe une deuxième fois, une troisième, comme un mantra ; je monte le son à fond la caisse, je me défonce les tympans sur le rythme percutant ; j’essaie de m’imprégner du message d’espoir que j’ai envie d’y voir, en essayant de le faire mien.
    Le « Boléro » devient ainsi la BO de ma rupture.
    Hélas, c’est encore bien trop tôt pour pouvoir espérer surmonter la blessure récente, vive et brûlante : je ne peux me débarrasser si facilement du sentiment d’injustice, de gâchis, de désolation qui me déchire ; le sentiment de m’être trompé à ce point sur ce mec, le sentiment de m’être fait avoir comme un idiot, de m’être donné à lui avec trop d’imprudence, de m’être fait baiser au sens propre comme au sens figuré ; le sentiment de m’être mis à nu devant lui avec une naïveté ridicule, pour voir mon amour piétiné.
    J’ai envie de crier à men déchirer les poumons tellement j’ai mal.
    Je rentre à la maison en fin d’après-midi ; je suis tellement épuisé que j’ai envie de gerber ; je suis malade et je n’ai même pas envie de diner.
    « T’es sûr mon Nico ? Tu ne veux vraiment rien manger ? ».
    « T’en fais pas, maman, je vais dormir, demain ça ira mieux… ».
    « Tu es pâle comme un linge… ».
    « Je suis fatigué… ».
    Seul dans ma chambre, je m’effondre.
    24 heures déjà : les « anniversaires » comptent parmi ce qu’il y a de plus dur à encaisser dans une rupture.
    Avec les exhortations à ne pas s’apitoyer sur soi-même, à aller de l’avant, à ne pas se faire pourrir la vie par « celui qui n’en vaut pas la peine ».
    Les mots de Julien, le « Boléro », un seul message bombardé dans ma tête : accepter l’inéluctable et passer à autre chose.
    Je ne peux pas accepter, je ne veux pas accepter. Comment accepter qu'on vous arrache le cœur ?
    Seul dans ma chambre, dans mon lit, dans le noir, je revois son visage, le nez en sang ; je revois son regard juste avant de quitter la maison, ce regard perdu dans lequel je suis sûr d’avoir vu du regret, un déchirement, une profonde tristesse : comme s’il se faisait violence pour être aussi mauvais ; et ce, dans le seul but de laisser cette histoire impossible derrière lui, avant de s’envoler pour Paris ; dans le but de me dégouter de lui, de me priver de tout faux espoirs.
    Mais si ça lui coûte autant de piétiner notre belle histoire, pourquoi il s’inflige ça, pourquoi ?
    Je me dis qu’il ne peut pas aller au bout de sa bêtise, non ; qu’à un moment ou à un autre, il va bien se rendre compte qu’il est en train de détruire quelque chose de beau et d’unique, quelque chose qui apporte du bonheur dans sa vie ; cet amour, cette complicité, cette tendresse qu’il y a entre nous.
    Je me dis que je dois tenir bon, qu’il va avoir un sursaut de lucidité et réaliser à quel point il a été horrible et injuste… ce n’est pas possible autrement ; je me dis qu’avant de partir pour Paris, il va m’envoyer un sms, des excuses ; je me dis qu’il va revenir vers moi, me demander de nous revoir une dernière fois, me serrer dans ses bras, me dire qu’il regrette, qu’il s’est rendu compte que je lui manque ; me demander de tout lui pardonner. Et je lui pardonnerais ; cent fois, je lui pardonnerais.
    Stupide et vaine attente. Espoir éphémère, dont la déception d’heure en heure, n’a de résultat que d’exacerber encore un peu plus ma souffrance.
    Soudainement, je ressens le besoin de me séparer de ses affaires ; c’est un besoin violent, auquel je tente de m’accrocher en espérant au plus vite me débarrasser de cette souffrance.
    En repensant au dédain avec lequel il a refusé le maillot que je lui ai offert, je me sens insulté et offensé ; je me suis fait une telle joie de lui acheter, j’ai mille fois imaginé le moment de lui offrir, le bonheur de lui faire plaisir ; jamais je ne me serai imaginé que ça se passerait de cette façon.
    Quoi faire désormais de ce maillot ? Je ne peux pas le garder. Le jeter ? C’est dommage. Je vais le filer à Emmaüs. Il reste sa chemise, son t-shirt, son boxer, les trois photos dont Thibault m’a fait cadeau : je les mets dans une poche que je ferme ; demain, je vais les jeter. Il faut juste que je trouve le cran de le faire. Je vais le trouver. Je ne veux rien garder de lui. Rien qui me rappelle nos moments ensemble. Il y a assez de souvenirs dans cette maison, dans ma tête, pour que je laisse des objets m’en rappeler davantage.
    La migraine m’assiège, me persécute, implacable tortionnaire ; mes nerfs sont en boule : j’ai l’impression d’être tellement fatigué, que mon épuisement m’empêche paradoxalement de trouver le sommeil ; j’ai l’impression que mon cerveau, mes hormones, sont complètement détraqués, que plus rien ne marche dans mon corps.
    Vivement la rentrée, que je me tire à Bordeaux ; loin de cette chambre, loin de cette maison, de cette ville, des souvenirs, de cette souffrance insupportable.

    Samedi 12 août 2001.

    La nuit a été longue : la nuit est interminable lorsque les sommeils sont courts. Je me réveille encore plus fatigué et mal en point que la veille. J’ai tout juste le courage de me trainer jusqu’à la salle de bain pour faire pipi, jusqu’au frigo pour boire un verre de jus de fruits et de m’éclipser avant que la maison ne se réveille. Je monte les marches de l’escalier avec une allure de zombie, ces mêmes marches que j’ai tant de fois grimpées quatre à quatre pour aller à sa rencontre.
    Je me recouche. Je ne sais pas si je vais pouvoir retrouver le sommeil. Pourtant, c’est décidé, ce matin je ne vais pas me lever. Je n’ai aucune raison de me lever. Je me recroqueville dans ma tanière, la radio toujours en bruit de fond.
    Contre toute attente, je me rendors. Et pendant très très très très très longtemps.

    Mon réveil, en milieu de l’après-midi, sera un brin brutal : c’est la voix d’Elodie qui me tire de ma léthargie, Elodie en mode surjeu à fond, telle un guest déboulant au beau milieu d’un épisode de série comique.
    « Allez, cousin, t’as assez dormi… secoue toi, prends une douche, on se tire… ».
    « De quoi ??? » je m’insurge, émergeant en sursaut.
    « Ah putain… ça sent le phoque ici ! » fait elle, se précipitant à la fenêtre pour ouvrir les volets.
    La lumière vive et la caresse musclée du vent d’Autan ajoutent de la violence à ce réveil sauvage.
    « Laisse-moi dormir ! » je fais, mauvais, en enfouissant ma tête sous la couette.
    « Allez, cousin, ne fais pas l’autruche… file te doucher… on part à Gruissan ! ».
    « Quand ? ».
    « Tout de suite ! Ce soir je veux manger un plateau de fruits de mer ! ».
    L’idée de bouger de mon lit me parait inconcevable.
    « Je dors… ».
    « Bouge ton cul ! » fait elle en m’arrachant la couette.
    Je fais un rapide check-up de mon état physique. Verdict : je me sens toujours très fatigué, mais la migraine semble me donner un répit.
    « Allez, on y va ! » fait elle en attrapant l’une de mes chevilles et en tirant vers le fond du lit.
    « Tu me casses les… ».
    « Je sais, mais t’as encore rien vu… je te laisse une demi-heure… le temps de prendre un café avec tata… après je remonte avec un seau d’eau et de glaçons ! ».
    Je l’écoute redescendre les escaliers. Je l’entends discuter avec maman. Je n’arrive pas à capter leur conversation, mais quelque chose me dit que maman n’est pas étrangère à la venue d’Elodie.
    En tout cas, passé le premier moment de ce réveil un peu brutal, la présence de ma cousine commence vite à me faire du bien. L’idée de partir loin de Toulouse, de me retrouver seul avec elle, de déconner comme des fous, commence à me plaire.
    Je me levé, je passe à la douche ; l’eau tiède aussi me fait du bien. Je m’habille, je jette quelques affaires dans ma valise et je descends.
    « T’es prêt, cousin ? ».
    « Pas tout à fait… j’ai un truc à faire, avant de partir… je te demande une petite demi-heure de plus… ».
    « C’est quoi que tu dois faire ? » me demande Elodie, sans détour.
    « Juste me débarrasser d’un truc… ».
    « Et ça ne peut pas attendre ? ».
    « Non, je dois le faire maintenant, c’est important… ».
    « Ok, à toute mon cousin ! ».
    Pendant ma douche, j’ai repensé au maillot. Je ne peux pas le garder, mais je ne vais pas le jeter, ni le donner à Emmaüs. Ce maillot est un cadeau et il appartient désormais à son destinataire ; s’il n’en veut pas, il le jettera à la poubelle par lui-même. Je ne sais pas combien de temps nous allons rester à Gruissan ; et il y a de fortes chances que quand je reviendrai sur Toulouse, il sera déjà parti à Paris. Alors, c’est maintenant ou jamais.
    Certes, je pourrais le filer à Thibault : mais, d’une part, le temps me manque ; et d’autre part, je n’ai pas envie de le voir : voir Thibault, c’est comme voir le garçon qui est à l’origine de mon malheur ; sa présence ne ferait que me rappeler le bonheur que j’ai perdu, et je n’ai pas vraiment besoin de ça.
    De plus, à l’heure qu’il est, il doit être au courant de ce qui s’est passé entre son pote et moi, et je n’ai pas du tout envie d’en parler.
    Bientôt 48 heures… 48 heures déjà… qu’est-ce que c’est dur ces putain d’« anniversaires ».
    Oui, Thibault doit être au courant de ce qui s’est passé entre son pote et moi. Ça me parait difficile qu’il ne le soit pas. Un petit message de sa part m’aurait fait du bien, malgré tout. A moins qu’il se dise que j’ai besoin de rester seul et que je sais où le trouver en cas de besoin.
    De toute façon, je n’ai pas envie de le voir ; je vais partir avec Elodie, et j’ai besoin de faire le vide, de me couper de Toulouse et ses habitants, tous ses habitants.
    J’ai mis le maillot dans un sac en papier, j’ai marqué son nom dessus. Le milieu de l’après-midi c’est l’heure idéale pour aller à la brasserie sans craindre de le croiser ; à cette heure-ci, il va être en pause : je vais laisser le maillot à son patron ou à un collègue. Au pire, si je le croise, je le laisserai sur une table et je partirai. Mais j’espère vraiment ne pas le croiser.
    Oui, ce maillot a un seul destinataire possible ; m’en débarrasser, c’est un geste qui a une grande signification pour moi, un geste que je voudrais purement cathartique.
    Pourtant, à regarder de plus près, sous l’envie de me délester de ce symbole d’un passé si lourd à porter, dans mon geste il y a quand même l’envie sous-jacente de le retenir, ce passé ; ce geste, c’est comme une bouteille jetée à la mer ; dans mon geste, je nourris quand même l’infime espoir d’arriver à toucher son cœur. Je repense à ce regard de gosse qu’il a eu lorsqu’il l’a déplié et je me dis que ce maillot est vraiment ma toute dernière carte à jouer.
    Je suis parti de la maison très déterminé, mais je sens ma volonté flancher un peu plus à chaque pas ; je redoute de le croiser, car même le voir de loin me parait un effort insoutenable.
    Le cœur tape si fort dans la poitrine qu’il semble devoir l’exploser à chaque battement.
    Je me fais violence pour avancer ; les percussions implacables du « Boléro » résonnent dans ma tête et je presse le pas, droit devant moi, j’y vais comme un train lancé à toute allure vers le terminus, ignorant tout sur son passage.
    Lorsque j’arrive à Esquirol je suis hors d’haleine, j’ai les jambes en coton et une crampe à la main à force de serrer le sachet.
    Une silhouette noire et blanche déboule en terrasse avec un plateau à la main et je suis au bord du back out.
    Fausse alerte, ce n’est pas lui. C’est son patron.
    Comme je m’y attendais, il n’y a pas grand monde en terrasse à cette heure.
    J’attends que le type soit revenu dans la salle pour rentrer à mon tour. Une fois à l’intérieur, mon regard est immédiatement happé par la porte qui mène aux toilettes, et bien au-delà des toilettes ; mon cœur est aspiré par le souvenir désormais nostalgique et douloureux de cette pipe dans la remise, même pas une semaine plus tôt.
    Comment ma vie a changé depuis : il y a six jours, j’étais le mec le plus heureux de la terre ; six jours plus tard, je suis aussi malheureux que les pierres. Ces putains d’« anniversaires », putain !
    « Bonjour… » je me lance.
    « Bonjour, c’est pour une commande ? ».
    « Euh… non, je voudrais laisser ça… ».
    « Il n’est pas là ! » fait le patron en lisant le nom du destinataire.
    « Je peux vous le laisser quand même ? ».
    « C’est quoi ? ».
    « Un maillot de rugby… ».
    « C’est de la part de qui ? ».
    « Un pote… euh… Nico… ».
    « T’es son pote ? » »
    « Ouaiss… ».
    « Mais dis-moi, ce ne serait pas avec toi qu’il s’est battu ? » fait il en regardant fixement le bleu sous mon œil. Je viens de me rendre compte que j’ai oublié de passer les lunettes de soleil.
    « On a eu un petit différend… ».
    « C’est encore à cause d’une nana, c’est ça ? ».
    « On va dire ça comme ça… » je coupe court « vous lui donnerez ? ».
    « Oui, je lui donnerai tout à l’heure… ».
    En repartant après avoir déposé le maillot, je ressens un mélange de détachement, de soulagement et de tristesse. A vrai dire, je ne sais pas lequel des trois sentiments était le plus fort. Peut-être le détachement.

    La cité de Carcassonne fait son apparition sur notre gauche, embrasée par la couleur orange du soleil couchant. Je regarde ma cousine en train de conduire et je repense à Julien en train de conduire ; je repense à mon état la veille et à celui de cet instant ; tant d’heures de sommeil m’ont un peu remis sur pattes. La bonne humeur de ma cousine a un effet positif sur mon moral : depuis que nous avons quitté St Michel, nous n’avons pas cessé de rigoler, de chanter ; elle m’a raconté plein d’histoires drôles sur ses collègues de travail ; elle m’a parlé de Philippe et de ses soucis de voiture.
    Nous avons abordé tout un tas de sujets, mais elle ne m’a pas posé une seule question sur ma gueule en vrac ; elle doit pourtant être au courant de ce qui s’est passé, ou du moins se poser des questions.
    Je connais ma cousine ; elle va attendre un peu que je fasse le premier pas. Mais très vite, elle va me lancer des perches tellement immenses, que je vais être obligé de mordre.
    Je sais que tout viendra en son temps, quand je serai prêt.
    Ou bien quand elle en aura marre d’attendre.
    « Ah, bah, dis-donc, tu t’es fait bien refaire le portrait… » elle finit par me lancer de but en blanc dès que nous nous retrouvons dans l’appart.
    « Conasse ! » je rigole.
    « Oui, c’est moi… et maintenant, tu vas tout me raconter depuis le début… ».

    « Et alors, tu l’as frappé en premier… » fait semblant de s’étonner Elodie à la fin de mon récit… jamais je ne t’aurai cru capable de frapper qui que ce soit… ».
    « Parce que je suis pd ? » je m’insurge face à celui qui me semble être un cliché insupportable.
    « Non, parce que tu es un mec bien, espèce d’idiot ! ».
    « Oui, je n’arrive pas à le croire moi-même… ».
    « En réalité, ton geste ne m’étonne qu’à moitié… ».
    « C'est-à-dire ? ».
    « Le coup que tu lui as porté, ce n’est pas de la violence gratuite… ce coup, c’est juste l’expression de la souffrance que tu as ressenti à ce moment-là… il a été trop loin ce petit con… je veux bien que toute cette histoire soit difficile à vivre pour lui aussi, mais il n’a pas à te charger de cette façon… ».
    « J’avais tellement mal à ce moment-là… ».
    « J’imagine bien, mon cousin… à vrai dire, je pense que dans cette beigne il y avait toute la souffrance et la frustration qui se sont accumulées en toi au fil de cette relation… et elles sont ressorties d’un seul coup… ».
    « Mais je n’aurais pas dû le frapper pour autant… en le frappant, c’est moi qui ai mis le mot fin à notre relation… ».
    « Mais qui sait, Nico ? Peut-être que dans sa tête de petit con, ce coup dans la gueule lui a fait découvrir une nouvelle facette de Nico… un Nico qui en a marre de tout accepter sans broncher… va savoir, peut-être que ton coup de poing dans la gueule, ça l’a impressionné… ».
    « Je ne pense pas pouvoir impressionner un gars comme lui… je n’ai pas assez de caractère… ».
    « Tu as un caractère bien plus trempé que tu ne l'imagines ! Bien sûr, tu es moins virulent que lui… t’as peut-être moins de tchatche, et surtout tu te laisses dominer par ton attirance… mais au moins, tu sais qui tu es et tu l’assumes… alors que lui, c’est tout le contraire : il fort à l'extérieur, physiquement, verbalement ; il est fort en apparence, mais fragile à l'intérieur… et sa virulence, ses changements d’humeur, d’attitude, ce sont des aveux de faiblesse… son comportement, c’est un comportement puéril…
    C’est pas étonnant qu’il se comporte de cette façon pile au moment où s’offre à lui la possibilité de partir à Paris… je crois que cette nouvelle lui a fait soudainement réaliser qu’il tenait véritablement à toi et qu’il risquait de souffrir en partant… alors, il choisit la solution radicale, chercher à t’oublier en se persuadant qu’il te méprise, chercher à se montrer impitoyable et froid avec toi pour que tu l’oublies aussi…
    A mon avis, il doit être cruellement partagé entre deux sentiments : la joie de voir son rêve se réaliser, et la frustration, la tristesse de se rendre compte que ce rêve est a priori incompatible avec ce qu’il était sur le point d’accepter… ».
    « Accepter quoi ? ».
    « Mais d’être amoureux, banane ! C’est un peu comme s’il s’en voulait et s’il t’en voulait de cet amour qui vient compliquer ce moment qui aurait dû être un beau moment pour lui… ».

    Aller à la plage, me baigner, rester des heures sous le parasol à mater les bogoss avec Elodie, faire des classements, délivrer des notations, disserter à l’infini sur la beauté masculine ; et passer d’autres heures en silence, côté à côté, à lire de bons bouquins ; puis, vers le soir, marcher longuement sur la plage, rigoler et refaire le monde ; s’acheter une pizza et rester tard face à la mer, regarder le coucher de soleil jusqu’à la dernière image, comme le générique de fin d’un film qui nous a émus et qui nous scotche à notre fauteuil ; puis, la nuit tombée, écouter la mer calme, la peau caressée par la brise du soir, les pieds dans le sable ; parler, rigoler, parler, pleurer.
    Sortir le soir, chaque soir ; pour boire un verre, pour mater encore du bogoss. Pour rigoler. Pour tenter de réapprendre à vivre.


  • Commentaires

    1
    Yann
    Vendredi 13 Avril 2018 à 12:41

    Cet épisode est si émouvant mais comment aurait-il pu en être autrement. Peut être pour des raisons qui me sont personnelles, la tendresse de la mère de Nico me touche beaucoup. Cette relation à la fois simple et pleine de compréhension, l'ambiance de cette chaude  journée d'été me rappelle des souvenirs et quelqu'un qui me manque énormément.

    Yann

    2
    badreddine
    Samedi 14 Avril 2018 à 00:38
    Tu as bien reciter cette episode, mais j espere que jerem regrette ces mots et ces gested, j espere qu il aura une autre rencontre entre jerem et nico, car je me projette dans la personnage de nico, j espere bien qu il y aura un fin calme entre jerem et nico
    3
    Virginie-aux-accents
    Samedi 14 Avril 2018 à 06:48

    Un Julien gentil, compréhensif et cool... il fallait ça à notre Nico. Et une super maman... Et une cousine fantasque et fantastique...

    Tu n'es pas seul Nico!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :