• 47.1 Pecs contre pecs.

    Cliquez sur l'image pour découvrir le "générique de Jérém&Nico"... avec un spoiler à la fin...

     

    Bonjour à toutes et à tous ! Bienvenue sur le site Jérém&Nico

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les mains enlacent les torses, les corps se mélangent, les peaux rentrent en contact, se caressent, les bras attirent à soi, les bouches embrassent, se rencontrent...

    Deux bogoss en train de se peloter, torse nu, rien d’autre qu’un boxer sur la peau… deux bogoss toujours en train de lutter contre les barrière mentales qui les empêchent de donner libre cours à leurs envies, toutes leurs envies, de se faire du bien... des barrières qui semblent résister... des barrières qui commencent à vaciller... des barrières qui finissent par céder...

    Les boxers descendent petit à petit, les queues se découvrent, se touchent, se frôlent, se touchent encore... deux mecs... lèvres contre lèvres, pecs contre pecs, sexe contre sexe, tendus à l'extrême...

     

    Je vais vous faire le récit d'un drôle de samedi soir où rien ne n'est passé comme je l'aurais attendu.

     

    C'est à nouveau samedi. Et après une période sans nouvelles de Jérém, j'ai été surpris de recevoir ce matin un sms de mon beau brun, un de ses légendaires sms bourrés de fautes d'orthographe qui à mes yeux contiennent plus de poésie que du Baudelaire, m'invitant à le rejoindre ce soir à la Bodega. A LES rejoindre ce soir. Car d’après son sms, il y aura « des potes ». J’imagine que Thibault sera de la partie.

    Lorsque je rentre dans le pub, je l'aperçois immédiatement. Du premier regard. Une bière à la main, accoudé au comptoir à quelque pas du sas d’entrée, les épaules bien saillantes, t-shirt blanc moulant criant de sexytude, en pleine discussion animée, son sourire à tomber rayonnant autour de lui comme un lever de soleil, l’air très à l’aise… on ne voit que lui, je ne vois que lui… mon beau Jérém…

    Lui, ainsi que… je ne m’y suis pas trompé… lui, ainsi que son pote Thibault, t-shirt rouge, sexy à tomber, lui aussi une bière à la main, l’attitude davantage à l’écoute qu’à la parole, les yeux posés sur son meilleur pote, un regard doux et bienveillant, le genre de regard dans lequel on se sent bien, à l’aise, considéré, compris, valorisé, aimé…

    Lorsque je les rejoins, je remarque que l’avant bras de Thibault porte une trace de cambouis… je me dis que ça doit être le genre de tache tenace qui ne part qu’avec le temps et les lavages répétés… je ne me pose pas plus de questions, car mon attention est rapidement happée ailleurs… les deux coéquipiers sont en train de discuter et de rigoler avec deux autres mecs que je ne connais pas.

    Je m'approche d'eux et les présentations sont faites. C’est Thibault qui s’en charge. Je l’entends me présenter comme « un très très bon ami de Jéjé »…

    Ma première impression au sujet des deux inconnus, avait été : tiens, vu comment ils sont gaulés, ça ressemble à des rugbymen... et bingo, je ne m'y suis pas trompé, ils me sont présentés comme étant «  deux joueurs de l'équipe de Cugnaux »... à bah... c'est du propre, ça, tiens, les mecs... on pactise avec l'ennemi...

    Les présentations faites, leur conversation reprend de plus belle.

    Je mate mon Jérém, beau et sexy comme toujours, bon pour une gifle et une pipe, comme toujours… je mate Thibault, vraiment vraiment bogoss, craquant d’un charme découplé par la chaleur humaine et la force intérieure que son corps tout entier et son attitude laissent transpirer…

    Et je mate les deux inconnus, pas aussi beaux que mon beau brun et son meilleur pote, mais loin, très loin d'être moches... à croire que les bogoss c’est comme les couilles, ça marche par paire…

    Pourtant… au bout d'une poignée de secondes, j'en viens déjà à me demander ce que je fous là... le fait est que je ne sais pas trop comment m'intégrer dans cette bande de mecs, je me sens comme un poisson hors de l'eau... une poignée de minutes et j’en suis à me demander pourquoi Jérém m'a fait venir...

    Bien sur, j'apprécie le geste... m’inviter à passer une soirée avec lui et ses potes… mais putain... il faut reconnaître que je n'ai rien en commun avec ces gars et, par conséquent, rien à leur dire...

    Ce sera une fois encore à l'adorable Thibault de me tendre une main pour me tirer de mon malaise... une main... ou plutôt une bière... oui, sans que je lui demande quoi que ce soit, alors que Jérém n'a pas interrompu sa conversation avec les deux joueurs de Cugnaux, le beau mécano a commandé une bière pour moi, il l'a même réglée, et il me la tend avec un sourire qui me donne envie de lui sauter au cou et de l'embrasser... et à nouveau mon regard tombe sur cette trace de cambouis au dos de son avant bras… est ce qu’il s’agit d’un simple oubli, une trace qu’il n’aurait pas vue… mais mon esprit tout entier est captivé par son geste… vraiment, ce gars est adorable... c'est avec lui que je devrais coucher... c'est de lui que je devrais être amoureux... un gars en or, ce Thibault...

    Une bière à la main, il est de suite plus aisé de se donner un genre, même si on se sent aussi à l'aise qu'en débarquant sur Mars sans chauffage et sans oxygène... dans le vacarme fait de musique et de conversations mélangées, j'ai déjà du mal à capter leur conversation... et lorsque j'en capte des phrases, je me rends compte que ça tourne toujours autour du rugby... va relancer sur ce genre de sujet... jamais des bogoss ne parlent de la discographie récente de Madonna (Music) ou de Mylène Farmer (Innamoramento)... là je pourrais briller... mais en matière de rugby... je suis une bille… bien sur... si on parlait de ce putain de premier calendrier en noir et blanc qui a tant fait parler de lui...

    Bref, j'essaie de faire durer ma bière en l'avalant par toutes petites gorgées incessantes... car je sais qu’après, mon malaise sera à découvert…

    Je mate mon Jérém mais mon Jérém m'ignore complètement... pourquoi m'a-t-il fait venir, donc ? D'ailleurs... qu'est-ce qui m'oblige à rester ? La bière de Thibault… la gentillesse de Thibault… Mais quoi d’autre ?

    Heureusement, l'idée d'une partie au billard sera lancée... ce sera encore à l'initiative de Thibault... C'est ainsi que je me retrouve un samedi soir à la Bodega en train de mater quatre bogoss en train de jouer au billard.

    Les parties s'enchaînent, leur complicité, leur bonne humeur me détend... ils se tirent la bourre à tour de rôle... ils ont l'air de se connaître plutôt bien... leurs blagues me font rire, je trouve cette ambiance bon enfant plutôt sympathique...

    Les parties s'enchaînent... à un moment Thibault me propose de me laisser sa place… je refuse poliment… j’ai bien joué au billard quelque fois… mais pas envie de me ridiculiser devant ces mecs qui savent si bien manier leurs queues (ne cherchez pas le jeu de mots facile), pas envie de perdre mon peu de moyens à cause (et de me ridiculiser devant) mon Jérém…

    Oui, les parties s’enchaînent… mais quand minuit pointe son nez, les bogoss rangent leurs queues et le départ pour le KL est lancé. Programme classique. On me propose de me joindre à eux. Me voilà partagé entre le fait de continuer cette soirée, de continuer à côtoyer mon Jérém dans son milieu naturel, entouré de ses potes… et la crainte d’imaginer comment cette soirée va se terminer… vers quel état d’alcoolémie mon Jérém va évoluer, avec quelle attitude à mon égard… imaginer ce qu’il me réserve au bout de la nuit… la crainte qu’il puisse peut-être rien me réserver du tout…

    Je finis par accepter, et je me retrouve au KL à observer mon Jérém enchaîner les verres. Et les approches avec les nanas. Il lui suffit de lancer des regards, et ce sont elles qui viennent à lui… mais putain… à quoi il joue ce petit con ? Qu’est ce qu’il a encore besoin de se prouver ? Qu’il peut tomber des nanas ? Qu’il n’est pas pd malgré ce plan à trois avec le beau Romain ?

    Je le regarde faire son numéro de charme à une nana, puis à une autre. Je suis la scène de loin, me demandant de façon de plus en plus insistante ce que je fous là... on n’y est que depuis une heure et je m'ennuie ferme… déjà j'attends avec impatience la fin de la soirée... hélas… je suis en voiture avec les quatre rugbymen et tant qu'ils n'auront pas envie de partir... je suis coincé…

    Mais pourquoi me suis-je laissé entraîner dans ce pétrin ? J'aurais du rentrer quand j'ai vu qu'ils ne prenaient qu'une seule voiture... rien à espérer de cette soirée... Jérém sera trop bourré pour penser à moi… et s’il le faut il trouvera le moyen de se taper une pouffe… non, ce soir je ne rentrerai pas seul avec mon beau brun rue de la Colombette...

    Alors, je n'ai d'autre choix que de prendre mon mal en patience... un coca à la main (la bière c’est juste pour tenter d’impressionner), je me cale sur une chaise haute au comptoir du bar... pour détourner mon attention de Jérém, je mate du bogoss... et comme toujours en boite de nuit... en veux tu en voilà... bruns, châtains, grands, moins grands, bien foutus, un sourire charmant, un t-shirt super bien porté, une attitude, une chaînette… mille et une déclinaisons de la jeunesse masculine… mille et une œuvres d’art éphémères, mille et un bonheurs sans nom, mille et une gifles visuelles et olfactives, mille et une piqûres au cœur, mille et une frustrations, mille et un soupirs silencieux.

    Oui, je me perds dans la contemplation du bogoss toulousain… mais au même temps... je ne peux jamais détacher trop longtemps mes yeux du gars qui à mes yeux est le plus beau entre les beaux... je le regarde évoluer de loin et pour moi c'est un plaisir entier... quoi qu'il fasse... même le voir discuter et rigoler avec une pétasse... lui offrir son plus beau sourire… même en n’ayant que l'image, sans le son, mon Jérém est un sacré numéro...

    Et puis, à un moment, un gars s'approche de lui. Au départ, ils semblent discuter tranquillement. Tous semble normal. Pourtant, très vite leur discussion semble prendre un tour de plus en plus animé. Lorsque le gars inconnu attrape fermement le poignet de la nana pour l'éloigner de mon beau brun, tout en affichant une attitude de plus en plus menaçante, je comprends qu’il est carrément en train d'interpeller mon beau brun…

    Aurait-t-il commis un impair en branchant cette nana là ? Aurait-elle commis un impair en se laissant brancher par mon beau brun, elle qui se tient désormais un pas derrière le gars inconnu ?

    Le temps que je réalise ce qui est en trains de se passer, très vite, ça dégénère... le gars avance brusquement vers mon beau brun, rentre dans son espace vital, l’attitude très bagarreuse... le gars a l'air d'avoir bu, et pas qu'un peu... tout comme Jérém... de ma position, je n'ai toujours pas le son, mais je réalise que le ton est en train de monter méchamment... je sens que ça va mal se terminer...

    Instinctivement, je pose mon verre et je m'approche de la scène… j'ai le sentiment que Jérém est en danger... Jérém a bu plus que raisonnablement, j’ai peur qu’il riposte très vite et que ça parte en couille…

    Pourtant, contre toute attente, Jérém semble maîtriser ses nerfs… oui, Jérém a bu, Jérém est verbalement agressé, limite physiquement menacé, mais Jérém garde son calme... il semble vouloir calmer le jeu…

    Hélas, face à l'absence de réaction de la part de mon beau brun, le mec semble de plus en plus énervé... sans que je l'aie vu venir, ses bras se lèvent, ses mains percutent violemment les pecs saillants de mon beau brun qui est obligé de faire un bond en arrière pour ne pas perdre l'équilibre et tomber...

    Oui, mon beau brun a gardé son calme jusqu'à là... mais là, physiquement agressé, il perd vite les pédales... je comprends au changement de l’expression sur son visage qu’il est en train de monter en pression très vite... il est désormais énervé, bien énervé... comme un jeune taureau piqué dans l’arène, un instant plus tard, il revient à la charge vers le gars inconnu… il y va de toute sa puissance de rugbyman et il bouscule l’adversaire de la même façon qu’il a été bousculé, en percutant ses pecs avec la paume de ses mains... c’est toujours et encore une question de pecs… on dirait qu'ils aiment ça, les mecs, sentir la fermeté des pecs de l'adversaire lors de la baston... la puissance de frappe de Jérém est telle que le gars se ramasse de justesse en tombant sur deux mecs en arrière plan... je sens qu'on est à deux doigts que ça fasse des vagues et que d'autres gars s'en mêlent.... non, pas ça… il ne faut surtout pas  que ça dégénère en bagarre diffuse... ça peut devenir vraiment dangereux... j'ai peur pour mon beau brun...

    L'inconnu se ressaisit et il revient à la charge... je vois Jérém se préparer à le recevoir et à riposter...

    Et là, un troisième gars surgit de je ne sais pas où et s'interpose... le torse placé perpendiculairement aux deux adversaires, les bras tendus à l'horizontale… à nouveau mon regard tombe sur cette trace de cambouis… ses mais se posent sur les pecs de l'un et de l'autre...

    Un physique puissant, tout en muscles... Thibault est là...

    Je suis désormais assez près pour entendre le beau mécano lancer fermement :

    « Maintenant vous allez arrêter vos conneries ! ».

    Le simple son de la voix du beau mécano, ainsi que le contact de sa main puissante semblent calmer mon beau brun qui se ressaisit et s'éloigne un peu... l'inconnu se débat un peu plus... frustré de ne pouvoir en découdre, il lâche sa rage en traitant mon Jérém de conard… Jérém revient illico à la charge, mais une fois de plus la main de Thibault se dresse sur sa route pour l’empêcher de faire une connerie… Jérém tente de se dégager, mais la main de Thibault est ferme, la paume tape à trois reprises de façon légère mais ferme entre ses pecs, et le beau brun semble renoncer à la bagarre…

    Quant à l’autre excité… mais un simple regard de Thibault les yeux dans les yeux, ses deux mains appuyées sur ses épaules ainsi que ses mots « ils ne faisaient que discuter, il va pas te la piquer, ta nana, t'inquiète… », auront le pouvoir de finir de désamorcer la colère du gars...

    Un magicien, ce Thibault, un magicien, je vous dis…

    Un vigile arrive, il s’entretient avec Thibault et s’en va rassuré. Le gars inconnu a disparu, le danger de bagarre semble définitivement éloigné. Pourtant, je sens que mon Jérém n'est plus d'humeur, que l’alcool amplifie son malaise, que la soirée est terminée...

    Je ne m’y trompe pas. Après un tour aux chiottes où les deux potes ont du s’expliquer, Thibault vient m’annoncer :

    « On va rentrer... ».

    Je suis Thibault vers la sortie... Jérém nous devance, sans un mot... il a l'air bien secoué par ce qui vient de se passer...

    « Et vos deux potes ne rentrent pas avec nous ? » je demande en ne les voyant pas se joindre à nous

    « Non, ils vont rentrer avec d'autres gars... » m’explique Thibault.

    Vu l’état de Jérém, je suis content qu’ils aient décidé de prendre la voiture de Thibault et que ce soit le beau mécano qui conduise. Je suis surtout content que Thibault soit là. Car, sans sa profonde gentillesse trouvant toujours un sujet de conversation pour ne pas laisser le malaise s'installer, le retour se serait déroulé dans un silence lugubre... Jérém est à coté de ses pompes...

    D'ailleurs, je ne sais même pas pourquoi, en fin de compte, une fois la voiture garée rue de la Colombette, je suis monté avec eux à l'appart plutôt que de rentrer direct chez moi et de les laisser s’expliquer entre potes.

    Je rentre en dernier dans l’apart et je referme la porte derrière moi.

    Jérém avance droit vers le frigo, il l’ouvre, il en sort trois bières. Le regard fuyant, il en tend une à Thibault, ce dernier l’attrape en la troquant contre un sourire charmant…

    La troisième bière est pour moi… Jérém me la tend de la même façon… sans me regarder…

    D’un geste anormalement précipité, il dévisse la capsule de sa bière et la balance négligemment sur le meuble a coté du micro-ondes… il porte le goulot entre ses lèvres et, la tête basculée vers l’arrière, il en boit une bonne rasade… je vois sa pomme d’Adam bouger nerveusement sous l’effet d’une déglutition rapide… en quelque secondes, un tiers du contenu de la petite bouteille est partie dans cette première mise en bouche…

    Dis-donc… il a l’air de ne pas avoir perdu sa soif, le bogoss… est-ce qu’il serait en train de faire appel à l’alcool pour se détendre après ce qui s'est passé ?

    Jérém part en terrasse, suivi de son coéquipier. Il s’installe dans un angle de la petite terrasse, le bas du dos appuyé au parapet, le goulot de la bière collé aux lèvres… Thibault se place juste à coté de lui... en silence... et moi, j'embrasse les deux potes du regard, tout en me tenant proche de la porte vitrée...

    Dans mon champ de vision, t-shirt blanc moulant et t-shirt rouge cintré… j’ai l’impression que toute la beauté du monde est sous mes yeux cette nuit…

    Certes, je suis irrésistiblement attiré par tant de jeunesse et de charme mais en même temps, j’ai l’intuition qu’il me faut rester un peu à l’écart pour ne pas trop faire sentir ma présence à Jérém, toujours en pétard… ceci dit, mes précautions n’ont pas vraiment l’air nécessaire… j’ai l’impression d’être transparent… Jérém ne m’a pas calculé depuis qu'on est rentrés... seul Thibault me lance un regard de temps à autre...

    Pendant que Jérém fait preuve d’une très bonne descente, le jeune mécano a tout juste porté sa bière entre les lèvres… son regard se pose régulièrement sur son coéquipier, comme une caresse pleine d'affection… il boit par petites gorgées, toujours en silence.

    Chacun boit en silence dans son coin. Je voudrais lancer un sujet de conversation pour tenter de détendre l'ambiance... mais je ne sais pas trop de quoi parler… il me faudrait un sujet que je maîtrise un peu et qui pourrait intéresser les deux jeunes étalons... je voudrais avoir de l'humour... je voudrais avoir comment décrocher un sourire à mon beau brun... mais je ne sais pas faire...

    C'est Thibault, le gentil Thibault, qui lancera le sujet infaillible en s'adressant à son pote de toujours :

    « Tu le sens comment le match de demain ? »

    Et là, comme si on lui avait changé les piles, Jérém s'anime, il recommence à parler. Il s'en suit un échange de considérations au sujet de certains joueurs de leur équipe, au sujet d’autres joueurs de l'autre équipe… un ou deux noms de joueurs sont cités, leur « dangerosité » est évaluée...

    J'ai comme l'impression que les deux potes ont déjà parlé mille fois de ces sujets et que Thibault a ouvert cette discussion pour les mêmes raisons que j'aurais voulu en lancer une... pour détendre l'ambiance... pour calmer son pote...

    C'est beau de voir ce contraste saillant entre le malaise persistant d'un Jérém qui a perdu pied et l'attitude profondément rassurante et bienveillante de Thibault... c'est beau de voir comme la présence, la voix et les mots de Thibault ont le pouvoir d'apaiser mon beau brun... je suis jaloux de Thibault... je voudrais tant avoir ce pouvoir sur Jérém... mais, hélas, je ne m'appelle pas Thibault...

    La bière de Jérém arrive au bout… il pose la petite bouteille vide par terre et sort son paquet de clopes, il en tire deux, il en tend une à Thibault, il glisse l'autre entre ses lèvres et tente de l’allumer… il fait craquer son briquet de nombreuses fois, sans succès… il y a du vent, certes, mais c’est surtout le mouvement de sa main qui est mal contrôlé…

    Thibault regarde d'abord la scène avec amusement, en attendant de voir si son pote va y arriver. Voyant qu'il y a trop de vent et que les mains de Jérém ne suffisent pas à protéger la petite flamme, il ajoute ses propres mains autour de celles de mon Jérém… et quand les mains des deux potes rentrent en contact, les regards se rencontrent aussi... depuis que j’ai pris un verre en terrasse avec lui il y a quelques temps, je sais à quel point le contact avec les mains chaudes, douces et puissantes du beau mécano est agréable, réconfortant... et Jérém semble ressentir la même chose…

    Une longue taffe de fumée, aussitôt balayée par le vent, finit par s’échapper par le petit cylindre en papier au bout lumineux… Jérém tend ensuite sa cigarette enfin allumée à Thibaut qui, mettant les deux cigarettes bout contre bout, utilise celle de son pote pour allumer la sienne...

    Ah… c’est pas banal ça… ainsi... maintenant Thibault fume lui aussi... voilà autre chose... depuis quand ? Pourquoi donc ?

    Au fil des échanges, mon beau brun semble retrouver son état normal, son panache habituel. Décidemment, ce Thibault...

    Je réalise à cet instant à quel point c’est touchant que de voir un petit con d’habitude si sur de lui, en train de perdre le vernis de son assurance laissant entrevoir enfin le petit garçon, les faiblesses cachées derrière la façade de mâle affirmé… et il a suffi d'un début de bousculade pour le mettre dans cet état là... oui, la bousculade et un certain abus d'alcool...

    Voir mon brun dans cet état… je trouve cela touchant… j’ai une folle envie de le serrer très fort dans mes bras…

    Thibault sort une blague qui me fait rire... Jérém sourit à son tour, mais son sourire est crispé… il s’est bien calmé, mais son attitude conserve toujours quelque chose de troublé et de troublant à mes yeux…

    Jérém finit sa cigarette et il rentre… je m’écarte légèrement pour le laisser circuler, mais il passe tellement près de moi que je ne suis pas seulement frappé par la gifle olfactive de l’odeur de son deo, mais aussi bien par la chaleur de son corps irradiant contre le mien… il faut dire qu’il passe tellement près de moi qu’on manque de se frôler…

    Une fois à l’intérieur, je le vois se diriger vers le frigo, l’ouvrir à nouveau, attraper de nouvelles bières… Thibault a écrasé ce qui reste de sa clope et est également rentré en passant devant moi en me lançant un clin d'oeil tellement charmant à me faire fondre… deuxième proximité de beau brun, deuxième gifle de déo ou de parfum à me faire tomber dans les pommes… et à nouveau mon regard tombe sur cette trace de cambouis…

    Jérém lui tend une autre bière…

    Thibault refuse par un simple hochement de la tête. Jérém referme la porte du frigo, une bière à la main. Thibault s'approche de lui. D'un geste calme il attrape la petite bouteille de la main de mon Jérém, il la pose sur le plan de travail... il approche encore de son pote... il rentre dans son espace vital... et il le serre dans ses bras puissants...

    Il le serre très fort contre lui... coton contre coton, pecs contre pecs... Jérém répond à cette accolade en portant tout d'abord à son tour les bras derrière le dos du jeune mécano... et, un instant plus tard, en plongeant son visage dans le creux de l'épaule, en appuyant sa joue contre le cou massif de son pote...

    Et alors que Jérém se laisse aller à une effusion dont je le croyais incapable, Thibault porte une main sur sa nuque et entreprend de caresser ses beaux cheveux bruns, en ayant le bon réflexe de s'attarder à la base du cou, cette région que je sais si sensible chez lui... et il y va de manière tellement assurée que je finis par me demander si c'est vraiment la première fois qu'il offre ce genre de câlin à son meilleur pote...

    Les deux coéquipiers restent ainsi enlacés pendant un bon petit moment... jusqu'à... jusqu'à que Jérém relève sa tête… Thibault en fait de même... leurs visages ne sont qu'à quelques centimètres... les lèvres frémissent... dans leurs attitudes il y a du désir, un désir brûlant, mélangé à une certaine hésitation…

    Allez, embrassez vous les gars, depuis le temps que vous en avez envie... deux si bogoss... vous êtes fait pour faire l'amour ensemble...

    L’idée que mon Jérém puisse rouler une magistrale pelle, sauvage, virile, intense à Thibault… j’avoue que je trouverais ça… furieusement excitant… ou alors un très léger baiser qui effleure juste les lèvres… peut-être encore plus excitant…

    Les deux visages approchent encore… hésitent encore... et c'est mon beau brun qui se lâche en premier… trop dur de vaincre les derniers centimètres qui séparent encore leurs lèvres... alors, le voilà qui plie son cou et pose ses lèvres sur le cou du beau mécano… et là, en partant du creux de l'épaule juste à la lisière du col du t-shirt rouge, il commence à lâcher un chapelet de petits bisous sur sa peau, suivis par un long baiser sensuel… ses lèvres, accompagnées de sa langue, traînent sur la peau du beau mécano, en remontant vers son oreille gauche… je vois le beau mécano frémir… lui aussi il a l'air grave sensible à ce genre d’effusion…

    Jérém semble insatiable de bisous...

    Une nouvelle étreinte de beaux torses, très forte... et c'est maintenant au tour de Thibault de poser quelque bisous dans le cou de mon beau brun...

    Et quand mon Jérém relève la tête, c'est parti, il y va... il y va direct, comme porté par une envie longtemps refoulée... il lève la tête et il pose direct ses lèvres sur celles du beau mécano... qui s'animent à leur tour, des le contact établi... le baiser est fougueux, puissant, masculin, mais empreint de désir... les lèvres se mélangent, les mains infatigables, rapides, impatientes parcourent les torses, se faufilent sous les tissus légers... les bras attirent les corps contre les corps, les torse contre les torses, les pecs contre les pecs...

    Et quand cette étreinte prend fin... c'est juste une courte mi-temps pour recommencer dans de meilleures conditions...

    C'est Thibault qui se lance, en ôtant son t-shirt rouge… il s’y prend de cette façon moins usuelle, comme le font certains mecs, en l’attrapant par l’arrière du cou et en tirant vers le haut… une façon de se déshabiller qu’on voit faire moins souvent et que je trouve particulièrement sensuelle…

    Oui, Thibault ôte son t-shirt, en dévoilant sa carrure de dingue, plus massive que celle de mon beau brun, des épaules carrées sur un torse taillé en V à en donner le tournis…

    Et ne parlons pas de ce petit chemin de poils qui part de son nombril...

    La « chute du t-shirt rouge » entraîne illico la chute de son jumeau blanc… une seconde plus tard, c’est au tour du t-shirt de Jérém de voler…

    Torse nu, avec son joli jeans tenu par une jolie ceinture épaisse de mec… si c’est pas une tenue de fou, ça…  la taille basse du jeans laissant entrevoir la naissance de ce relief à l’angle outrageusement saillant, le départ de ces deux lignes anatomiques inclinées qui séparent l’oblique de l’abdomen du bassin et qui convergent tout droit vers le sexe, conduisant l’œil et l’esprit à s’interroger au sujet d’une virilité encore tout juste suggérée mais déjà capable d’enflammer le désir le plus brûlant…

    Et ne parlons pas de ce petit chemin de poils qui part de son nombril...

    Ce qui est particulièrement bandant, chez l’un comme chez l’autre, c’est la façon de dévoiler son corps avec un naturel déconcertant, chacun très à l’aise avec leur nudités respectives…

    Jérém vs Thibault… rencontre de Titans… Jérém vs Thibault, deux physiques tellement semblables… à quelques détails près…

    Jérém, cette perfection plastique à la peau mate que je connais mais qui me fait à chaque fois le même effet de dingue… avec ce torse sculpté, fraîchement rasé, ce tatouage au biceps… avec cette simple chaînette pendant de son cou et glissant le long de ses omoplates… avec sa nouvelle montre… oui, je paierais cher pour savoir comment il l’a eue, mais en attendant elle habille à merveille son poignet puissant, ajoutant un atout de plus sur le compte de sa sexytude légendaire…

    Quant à Thibault, cette nouvelle perfection plastique à la peau un brin plus claire que je découvre avec bonheur… Thibault au physique plus « mec », plus « mature », plus « viril » que Jérém...

    Bien sur, Jérém est aussi « mec » et « viril », mais le physique de Jérém a aussi ce cote « ptit con », ce cote ténébreux a la beauté fascinante, aveuglante, capable de brûler les rétines, raccord avec sa personnalité et son caractère impétueux de jeune male fougueux, de chien fou, sans encore beaucoup de repères dans la vie, ni d’attaches « réelles », si ce n’est Thibault, bien sur…

    A l’opposé, Thibault est un garçon posé, avec la tête sur les épaules, avec des valeurs solides, il dégage un côté plus « mature », plus responsable qui manque a Jérém… il est gentil, dévoue en amitié, il a le cœur sur  la main, même si on le sent capable de sortir de ses gonds pour défendre ceux a qui il tient. Tout ça se retrouve dans son physique, un physique solide et viril, rassurant, mais également empreint d’une douceur, une tendresse qui le rendent craquant au plus haut point...

    On regarde Jérém et on a illico envie de le faire jouir... on regarde Thibault et on a envie qu’il nous serre dans ses bras pour s’y sentir en sécurité... mais on a aussi envie de le câliner, car Thibault n’est pas seulement quelqu’un qui sait donner, mais également un gars qui a besoin de recevoir...

    Et quand les deux torses nus rentrent en contact, les caresses reprennent encore plus fébriles, les lèvres se mélangent avec encore plus de fougue... elles découvrent la douceur de la peau de l’autre, les nez hument les odeurs de l'autre...

    Il faut imaginer le spectacle de voir deux torses de beau brun sculptés par le rugby peau contre peau... les tétons se frôlent... il y a de quoi en perdre la raison, le discernement… et j’ai soudainement envie de les voir se sauter dessus, envie de les voir déchaînés, dans une étreinte puissante, envie de les voir se donner un plaisir intense… ces deux corps de dingue se frottant entre eux et faisant des étincelles, des feux d’artifice…

    Deux mecs torse nu, excités, la tension sexuelle est palpable… les deux mecs se cherchent... mais une barrière invisible les empêche encore de s'abandonner à leurs désirs, les cantonnant à des caresses sensuelles mais somme toute, innocentes...

    Lorsque les deux corps se séparent à nouveau, l'échange de regards qui s'en suit, à distance très rapprochée, fulmine d'envies puissantes, identiques, réciproques... ce sont les envies de deux mâles qui bandent l'un pour l'autre et qui ont très envie de se faire plaisir…

    Un instant plus tard, ce sont les pantalons, les baskets et les chaussettes qui volent... c'est beau de voir deux bogoss se dessaper avant de se sauter dessus... chacun ôtant son pantalon et dévoilant un boxer bien rempli...

    La tension sexuelle est à un niveau insoutenable...

    Les mains enlacent à nouveau les torses, les corps se mélangent, les peaux se touchent, se caressent,  les bras attirent à soi, les bouches embrassent, se rencontrent...

    Deux bogoss en train de se peloter, torse nu, rien d’autre qu’un boxer sur la peau… deux potes toujours en train de lutter contre les barrière mentales qui les empêchent de donner libre cours à leurs envies, toutes leurs envies, de se faire du bien... des barrières qui semblent résister... des barrières qui commencent à vaciller... des barrières qui finissent par céder...

    Dès lors, les mains se faufilent dans les boxers, découvrent le relief ferme d'une queue, la douceur et la chaleur des bourses, des couilles... les sexes tendus frémissent sous ce premier contact... les paupières tombent, les bouchent s’entrouvrent pour laisser échapper des soupirs de plaisir soudain et intense… les interdits tombent sous la déferlante d’un plaisir qui rendent les envies irrépressibles, incontrôlables...

    Les boxers descendent petit à petit, les queues se découvrent, se touchent, se frôlent, se touchent encore... deux mecs... deux meilleurs potes… lèvres contre lèvres, pecs contre pecs, sexe contre sexe, tendus à l'extrême...

    C'est pas humain... les deux potes sont submergés par le désir... comment peuvent-t-il laisser encore leurs conditionnements, leurs barrières mentales les empêcher de donner libre cours à leurs envies ?

    Comment se fait qu'il n'y en a pas encore un qui s'est mis à genoux devant l'autre ?

    Qui et quand va se mettre à genoux en premier devant l'autre ?

    La réponse à ma question ne tardera pas à arriver.

    Un instant plus tard ses genoux touchent le sol. Sa bouche est désormais à la bonne hauteur pour lui permettre de donner du plaisir à son meilleur pote... il en a envie... très envie... il n'arrive pas à croire à ce qui lui arrive... c'est la première fois qu'il fait ça... il en a envie depuis si longtemps... il a envie que ça arrive avec lui, son pote...

    Il n’arrive pas à y croire, mais il faut y aller, maintenant… il en a trop envie… son pote en a trop envie... il approche les lèvres du gland de l'autre... tout doucement... dès le contact établi, il sent instantanément son pote frissonner... ce qui lui donne envie d’aller plus loin.... il ouvre ses lèvres et il gobe en entier le gland gonflé de sang... petit à petit il avale cette belle queue tendue aux veines pulsantes... son pote frissonne de plus en plus, sa respiration devient haletante... son plaisir est total, insoutenable... il commence alors des va et vient lents et appuyés...

    La fellation, sa première fellation, est douce, au départ timide… mais Thibault est un garçon qui apprend vite... petit à petit, ses va et vient sont de plus en plus amples, décomplexés, naturels... oui, petit à petit, le beau mécano prend de plus en plus d’aisance à la « tâche », il prend de plus en plus de plaisir à faire plaisir à son meilleur pote... et puis, à un moment, ses doigts se portent sur ses couilles pour des caresses légères...

    Jérém, quant à lui, se laisse faire, docile, regardant son pote lui faire du bien, sans aucune domination dans son attitude... juste l'envie de prendre son pied... et de le prendre grâce et avec son coéquipier...

    Soudainement.... très envie d'aller les rejoindre... prendre en bouche la queue de Thibault... lui faire plaisir pendant qu'il fait plaisir à mon Jérém... ce serait un truc de dingue... pourtant je me retiens... je me dis que je ne veux pas interférer mais plutôt assister, ne pas perdre une miette de ce spectacle majestueux, la découverte du plaisir entre deux jeunes étalons...

    Alors, face à cette situation inéluctablement excitante, devant cette image d’une sensualité hors normes, je n’ai d’autre choix que de me débrouiller tout seul pour donner cours aux envies qui secouent mon corps… je déboutonne ma chemise, j’ouvre mon jeans, je descends mon boxer, je saisis ma queue, je porte ma main libre à mes tétons et je me branle dans mon coin en essayant de gérer la montée de mon plaisir, en essayant de la régler sur la progression de celle de mon beau brun…

    Je ne peux décoller mon regard de mon Jérém en train de se faire sucer par son meilleur pote... c'est beau de voir un bomec prendre si intensément son pied, avec son meilleur pote... je ne le quitte pas du regard, mais en dépit de mon insistance, je n'arrive pas à capter son attention, trop centrée sur son plaisir de mec, ce plaisir partagé avec son pote, perdu dans l'intensité de ce moment exceptionnel...

    Mon Jérém a l'air de bien apprécier le traitement.... l'ondulation de ses abdos... ses halètements, les grimaces sur son visage... autant de signes qui me font dire que « ça approche »... des signes que le beau mécano, trop pris à son affaire et sans expérience préalable de la sexualité de mon beau brun, ne voit pas venir. Ce sera Jérém, tout prévenant vis-à-vis de son pote, à lui chuchoter:

    « Doucement., Thib… vas y mollo, sinon je vais jouir... ».

    Thibault ralentit tout doucement ses va et vient, jusqu'à les arrêter complètement. Lorsque ses lèvres quittent la queue délicieuse de mon beau brun, il se remet debout, il attrape Jérém par l’avant-bras et l'entraîne vers le lit. Coquin le Thibault…

    Dans son intention, il ne doit y avoir que l'envie de reprendre cette fellation dans une position plus confortable... mais mon beau brun a d'autres projets...

    « Allonge toi... » je l’entends lâcher presque en murmurant, non pas un ordre mais une invitation, au beau mécano...

    Et voilà Thibault allongé sur le lit, accoudé, les jambes légèrement écartées... sa belle queue tendue bien en vue depuis que les deux boxers ont volé à leur tour... et à nouveau mon regard tombe sur cette trace de cambouis sur son avant-bras…

    Un instant plus tard, mon Jérém s'allonge sur lui... un nouveau corps contre corps, peau contre peau, torse contre torse... de nouvelles caresses, de nouveaux bisous... c'est doux et fougueux à la fois... c'est touchant, émouvant... c'est la puissance de leur amitié traduite en sensualité... c'est l'envie de faire du bien à quelqu'un qu'on aime d'un amour ancien et impérissable... c'est l'envie de dire « merci » à quelqu'un qui a toujours été là pour soi et dont la présence a fait que nous sommes ce que nous somme aujourd'hui...

    Lorsque l'intense accolade prend fin, lorsque les deux torse se séparent... lorsque mon Jérém relève son buste, ça ne traîne pas... la main à la belle montre se pose sur le manche du beau mécano… et pendant que le bras au tatouage s’emploie à administrer une vigoureuse branlette, le dos musclé et le cou à la chaînette se courbent petit à petit… le visage de mon beau brun approche lentement de la région génitale du beau mécano…

    Quelques secondes encore et, après un dernier instant d’hésitation, ces lèvres qui me sont si souvent interdites se posent sur le gland du beau Thibault… le beau manche de ce dernier disparaît dans la bouche de mon beau couillu, tandis que ce dernier commence des va-et-vient lents et cadencés…

    Soudainement.... à nouveau très envie d'aller les rejoindre... prendre en bouche la queue de mon Jérém... lui faire plaisir pendant qu'il fait plaisir à son Thibault... ce serait un truc de dingue... pourtant je me retiens, une fois encore... oui, une fois de plus je me dis que je ne veux pas interférer mais plutôt assister, ne pas perdre une miette de ce spectacle majestueux, la découverte du plaisir entre deux jeunes étalons... les rôles inversés…

    Je regarde le beau mécano, désormais mi allongé, ce torse de malade animé par les ondulations d’une respiration de plus en plus saccadée… mon dieu… cette fabuleuse, scandaleuse gueule de mec, traversée par les vagues du plaisir… le cou relevé, le regard fixe, ne perdant une seule miette de ce que mon beau brun est en train de faire à sa queue…

    Désir pur, folie des sens, jouissance des corps, envie de découverte réciproque… parfaite entente de désirs longtemps couvés...

    Au comble de l’excitation, pendant que la chaînette de mon Jérém se balade autour de son manche et le caresse au gré des mouvements alternés, le beau mécano rabat la tête en arrière, expression inconsciente de sa jouissance démesurée…

    Il faut dire que Jérém y met de l’entrain… il le pompe très vigoureusement, allant jusqu’à lui faire des gorges profondes… mais comment peut-t-il être si à l’aise ? Est-ce qu’il a déjà sucé d’autres mecs ?

    Ou alors, il faut croire qu'il y a des choses qui sont innées, et qui du coup « révèlent » les vrais désirs, n’est-ce pas mon Jérém ? Comme le désir de donner du plaisir à un autre garçon, le plus exquis des plaisirs...

    Dans cette envie de donner du plaisir à l'autre, il n'y a pas d'enjeux d'ego masculin... pas plus qu'il y en avait dans l'attitude de Thibault pendant sa fellation... juste l’envie de se faire du bien, l’un l’autre…

    Je suis bouleversé par l’aisance de mon beau brun à s'occuper du manche de son pote… je trouve cela à la fois indiciblement beau et bouleversant, à un point que, je me dis, on ne pourrait pas imaginer plus beau et plus bouleversant …

    Pourtant...

    Lorsque quelques instants plus tard, les lèvres de mon beau brun quittent la queue de Thibault, les deux bustes se relèvent, les regards se rencontrent, emplis de désir, de tendresse et d'affection…

    Nouveaux bisous à la fois tendres, sensuels, fougueux...

    Leurs regards s’entrechoquent en silence… et puis, un des deux regards s'ouvre dans un sourire doux et rassurant…

    C’est le signal… un des deux mâles accepte d'être le premier à s'offrir à l'autre, à offrir son corps au plaisir de l'autre, à disposer son corps à découvrir un nouveau plaisir, le plaisir de se sentir offert au plaisir de l'autre, le plaisir de sentir au plus profond de soi, la vibration, l'énergie, la chaleur, la puissance, l'énergie vitale du plaisir de l'autre…

    Un instant plus tard, avec une assurance empreinte d’une sexytude bouillante, mon Jérém pose une main entre les pectoraux du beau Thibault… et ce dernier, raccrochant à nouveau son regard empli d'un identique désir, brûlant et assumé, à celui de mon Jérém, se laisse faire sans résistance…

    La main de mon Jérém avance doucement, le torse du beau mécano s’incline…

    Je vois le beau Thibault respirer de façon nerveuse, son souffle troublé par l’excitation extrême de l’instant qui précède l'ultime partage de son intimité avec son pote, le corps et l’esprit parcourus par l’urgence d’un plaisir qui lui semble désormais le seul auquel il pourrait aspirer…

    Pourtant il hésite, j’ai comme l’impression qu’avant de lui donner les clefs de son intimité ultime, Thibault a besoin d’un petit quelque chose de la part de mon Jérém, un petit quelque chose qui rendrait ce pas plus facile à franchir...

    Son buste se relève à nouveau et avance lentement vers celui de mon beau brun, il approche le visage du sien, ses lèvres vont bientôt se poser sur les siennes… Thibault entreprend de poser sur ses lèvres quelques baiser encore, des baisers légers, répétés, passionnés, pleins de désir… des baisers auxquels mon beau brun répond avec douceur, avec tendresse...

    Dans la foulée, les lèvres du beau mécano repartent à l’assaut du creux de l’épaule de mon Jérém… c’est vrai, c’est si tentant de se perdre là bas… et ensuite remonter tout doucement le long du cou jusqu’à atteindre son oreille, joue contre joue…

    Quelques instants encore et Thibault semble enfin prêt... comblé d'affection, repu de caresses et de baisers, il s’allonge sur le ventre, la tête posée sur l’oreiller, les jambes légèrement écartées, ses globes rebondis et musclés offerts…

    Et là, mon cœur est sur le point de tout simplement s’arrêter… je suis dans la quatrième dimension... l’image de Thibault qui s’allonge sur le ventre, son fabuleux ptit cul musclé complètement offert à mon beau brun… naaaaan la c’est… complètement dingue…

    Mon beau brun avance dans l’espace entre les jambes du beau Thibault… il crache dans sa main… avec ses doigts, il enduit l’entrejambe offerte… son bassin avance encore, tout lentement, tout en douceur, le bout de son engin se faufile entre les fesses de l'autre… il cherche l’entrée de son intimité, il finit par la trouver, il rencontre une résistance…

    Thibault frémit… mon Jérém recule... il le laisse souffler... lorsque son pote semble prêt, il revient... il vise juste, il appuie plus fort… Thibault grimace à nouveau… Jérém se retire… un instant plus tard il s’y reprend, il arrête, il reprend, encore et encore, très attentif aux réactions de son pote, reculant à la moindre manifestation de douleur exprimée par le corps du jeune mécano... jusqu'à que…

    Jusqu'à que, tout doucement, son manche commence à disparaître entre les fesses du beau mécano, jusqu’à que sa queue s’enfonce en glissant dans de ce petit trou jamais pénétré auparavant…

    Et ce, pendant que les traits du visage du beau Thibault, ainsi que les tremblements de tout son corps, indiquent clairement qu’il accuse le passage de ce bel engin qui est en train de prendre possession de son intimité…

    Tableau magnifique…

    Une minute plus tard, sous les assauts lents et doux de mon beau couillu, Thibault découvre avec bonheur un plaisir si différent de celui auquel il est habitué, si différent de celui qu’il a toujours cru être le seul qu’il ne connaîtrait jamais… le plaisir exquis de se faire prendre par son meilleur pote...

    Et ce qui est d’autant plus excitant, c’est de voir ce mec découvrir et aimer ce nouveau plaisir… d’abord timidement mais très rapidement, au fil des coups des reins, de façon de plus en plus assumée…

    Jérém aussi est en train de se lâcher... je mate ce superbe corps de rugbyman qui m'a donné tant de plaisir, tant de fois, ce tatouage sexy, ce regard de braise, ce regard de baise, je le regarde prendre un plaisir de dingue en donnant un plaisir de dingue à son meilleur pote…

    Ses coups de reins sont de plus en plus profonds, amples, rapides... son plaisir est calé sur le plaisir de son pote, et désormais qu'il le sent jouir pleinement sous ses assauts, il y va franco, il augmente la cadence... son corps tendu, sa respiration de plus en plus bruyante, sa musculature puissante en action pour lui procurer, pour leur procurer un max de plaisir... sa chaînette ondulant de cette façon si sexy...

    Jérém semble un train lancé à toute vitesse, déterminé à ne s'arrêter qu'au terminus...

    Pourtant, à un moment, en se faisant visiblement violence, il arrête net, il retire sa queue de l'entrejambe de son pote, il la serre fort à l’intérieur de sa main, tout en lâchant nerveusement un « Putain, putain... »...

    Moi je sais pourquoi il fait ça. Mais pas Thibault. Qui ne peut s'empêcher de s’enquérir :

    « Ca va ? ».

    « Si… ça va… ça va… trop... c’est juste que si je continue… je vais jouir... ».

    Pendant une seconde, je sens Thibault hésitant quant à la réponse à donner à son pote. Pourtant, un instant plus tard je l'entends chuchoter :

    « Vas-y, Jérém... ».

    « T'es sur ? ».

    « Vas-y, fais toi plaisir... ».

    Sur le visage de Jérém j'arrive à distinguer le tiraillement qui le déchire à l'intérieur... aller jusqu’au bout entre les fesses de son pote, goûter à cet exquis plaisir qui lui fait envie comme rien d'autre à ce moment là... ou alors s'abstenir... ne pas aller jusqu'au bout... laisser quelque chose de sacré entre eux... ne pas arriver au bout de quelque chose qu'il pourrait regretter par la suite, que Thibault pourrait regretter par la suite... dont leur amitié pourrait pâtir par la suite...

    Je vois sur le visage de mon beau brun l'instant où, la détermination des mots de Thibault feront pencher définitivement la balance.

    Le bassin de Jérém avance en direction des fesses de son pote... sa queue retourne se faufiler dans son intimité... son gland trouve facilement ce petit trou qui lui donne tant de frissons... il appuie un peu, et sans presque s'en rendre compte, sa queue se retrouve enfoncée jusqu'à la garde...

    Ses coups de reins reprennent... d'abord lents, ensuite de plus en plus rapides... le corps tendu dans la quête finale de ce plaisir si proche, qui s'annonce si intense... encore quelques allées et venues et je vois son visage déformé par la jouissance qui submerge son cerveau, tellement intense et débordante qui en est presque douloureuse... je lis sur ses grimaces la succession des jets qui sortent de sa queue et qui se répandent dans l'intimité du beau mécano...

    Lorsque la dernière éjaculation est passée, lorsque la dernière décharge électrique a secoué mon beau brun, je le vois reculer lentement pour s’allonger sur le lit à côté de son pote.

    Un instant plus tard, Thibault se tourne vers son pote, se colle contre et le serre très fort à lui.

    « Ca va ? » je l’entends lui chuchoter à l’oreille.

    « Grave, truc de fou... et toi ? » j’entends Jérém lui répondre quelques secondes et quelques bonne respirations plus tard.

    « Truc de fou… »  répète le beau mécano, et il continue « je ne pensais pas que ça pouvait être si bon… je ne sais pas pourquoi on n'a pas fait ça plus tôt… ».

    « Moi aussi j'ai pris mon pied comme un dingue... avec les nanas c'est souvent bon... mais putain, avec un mec... c'est le Nirvana... » j’entends Jérém s’avancer tout en laissant traîner un regard dans ma direction.

    Une nouvelle cigarette est allumée. Une deuxième également. Les deux potes fument en terrasse, coté à côte, en silence.

    Lorsque les deux cigarettes se terminent, presque au même moment, les deux potes reviennent dans le petit séjour. Ils approchent du lit. Ils s’attrapent par les mains. Ils se font face, immobiles. Nouvel échange de regards complices.

    Dans le regard de Jérém, quelque chose qui ressemble à une urgence… le sentiment qu’il doit essayer ça avec son pote, cette nuit, à cet instant précis… le sentiment de ne pas devoir rater le coche… le sentiment que s’il ne profite pas de l'occasion, celle ci ne se représentera pas de si tôt, peut-être même jamais... qu'il ne retrouvera pas avec son pote une autre fois cette osmose, cette correspondance de désirs et d'envies, et qu'il ne trouvera pas un autre gars capable de lui donner cette furieuse envie de « céder »…

    Oui, céder, mais céder « dans l’honneur »… se laisser aller au plaisir d'un autre mec, tout en prenant son pied, différemment, tout en restant « mec »… 

    Et puis, sans un mot, Jérém s’allonge sur le lit, sur le ventre, les jambes légèrement écartées. Lentement, tout naturellement sous le regard bienveillant de son pote. Je vois le beau mécano respirer profondément, à la fois troublé et excité par cette image, par cette invitation tacite…

    Oui, tacite… tacite comme le contrat « entre potes » qui me semble désormais avoir été « signé » entre les deux jeunes mâles depuis le départ, un contrat prévoyant une envie partagée de découvrir, de donner, de recevoir un plaisir inconnu, un plaisir entre potes... un « Contrat tacite » stipulant qu’ils se donneraient l’un à l’autre à tour de rôle… qu'il s'offriraient au plaisir de l'autre pour découvrir quelque chose qu’il ne trouveraient pas dans la jouissance de mec qu'ils ont toujours connue… mais bien dans une jouissance de signe complètement opposé… un contrat tacite pour découvrir l'autre face de la jouissance...

    Envie de prendre pleine conscience de cette puissance sexuelle exercée sur les nanas, et sur les garçons aussi, pour ce qui est de Jérém, cette puissance souvent entrevue dans la jouissance de l'autre... envie de découvrir cette puissance de la façon la plus intense, en la vivant sur sa peau, en la ressentant au plus profond de soi… découvrir le retentissement de sa propre virilité en découvrant celle d’un autre mec, une virilité semblable à la sienne, de même signe, de même intensité… et découvrir cela avec une personne avec qui on se sent complètement en confiance, une personne qui ne laissera pas des questions d'ego masculin, de fierté de petit coq interférer avec un partage intense, bienveillant, équilibré…

    S'offrir l'un à l'autre à tour de rôle pour découvrir l'autre face de la jouissance... s'offrir l'un à l’autre à tour de rôle et en pleine confiance... avec qui faire cela si ce n'est avec son meilleur pote ?

    C'est peut-être ainsi que ça aurait du se passer avec Romain, si le jeu de soumission/domination de petits coqs n'avait pas pris le pas sur le « Contrat tacite » du départ.... si ma présence n'avait pas faussé le jeu... si Romain avait été un peu plus rassurant et non pas dans le défi permanent... si... si... si… si tout simplement ça avait été le bon moment…

    C’est beau de voir mon beau brun prendre son pied en se faisant prendre par son meilleur pote… c’est beau de voir passer sur son visages les grimaces au rythme des coups de reins du jeune mécano… de le voir d’abord tendu, sur ses gardes, se décrisper au fil des va-et-vient…

    De voir, petit à petit, ses muscles se détendre, son corps s’épanouir… le voir passer du mode « maîtriser les assauts » au mode « jouir des assauts » de la queue de son pote… le voir glisser peu à peu de l’attitude visant à faire face au choc des premiers passages du beau gourdin… à celle envoûtée par le passage de ce beau gourdin…

    Le plaisir commence à envahir son corps, sa respiration se fait ample, profonde… ses longues inspirations par le nez, tout comme ses expirations vibrantes par la bouche entrouverte semblent parler de ce nouveau plaisir qui ravit ses sens…

    Par moments le bout de sa langue se faufile lentement entre les lèvres… elle disparaît… elle revient… ses paupières s’alourdissent, elles tombent… tous les signes du plaisir sont là… dans son corps, sur son visage…

    Un plaisir qui semble monter en lui au fil des secondes, au fil des coups de reins… c’est comme si petit à petit ce plaisir se répandait dans son corps, dans sa chair, dans ses muscles, jusqu’à atteindre son cerveau, comme l’effet d’une drogue… sa peau devient moite… son visage est illuminé par une expression inconsciente de jouissance qui ne le quitte plus... c'est comme si une tension coincée au plus profond de son être s'était enfin libérée...

    Les déglutitions de la salive se font rapides, répétées… sa bouche s’entrouvre encore un peu plus, comme si elle voulait laisser échapper des mots… pourtant rien ne vient… et pour cause… comment mettre des mots sur ce qui est en train de se passer dans sa tête, cette jolie tête dans laquelle quelque chose bascule petit à petit… dans laquelle quelque chose d’inédit et original, d’abord troublant mais rapidement affolant, l’envie profonde et débordante d’admettre que cela est scandaleusement bon, qu’il faut se rendre à l’évidence, on peut prendre un sacré plaisir de cette façon aussi…

    Avoir envie de le crier, de crier à quel point c’est bon de vivre ça un mec, un mec comme lui, viril, un mec avec qui il se sent en confiance…

    Je regarde Thibault coulisser tout en douceur entre les fesses de mon beau brun... lui aussi il a l'air de prendre un plaisir géant... un pur, intense plaisir de mec, couplé au bonheur de voir son meilleur pote jouir sous ses coups de reins...

    Je mate ce superbe corps de rugbyman qui m’a donné tant de plaisir, tant de fois, prendre desormais son pied autrement , un plaisir qu'il s'est interdit avec l'inconnu Romain, trop sur de lui, trop dans le défi, trop dans le duel de coqs… un plaisir que je savais le guetter, un plaisir, une envie que je savais en lui, inassouvis, un plaisir et qu'il s'autorise enfin avec son Thibault avec qui il doit se sentir bien en confiance...

    C'est très puissant et très doux à la fois, cette envie de se faire du bien... c'est beau et sensuel, la puissance et la grâce des corps qui s'emboîtent, s’enlacent, qui s'aiment...

    Harmonie suprême de deux beaux corps musclés, de deux potes qui assument et partagent leurs désirs enfouis...

    Soudainement, je me dis que depuis le début de cette scène entre beaux bruns, j'oublie quelque chose d'essentiel... à savoir... MOI ! Mon beau brun qui s'envoie en l'air avec son meilleur pote sous mes yeux, comme si je n'étais pas là, me laissant spectateur de leurs ébats, la queue dans la main... je devrais être jaloux comme un pou... je devrais en être malade... pourtant... il en est rien... j'ai comme l'impression que cela devait arriver un jour, tôt ou tard... et qu'il me soit permis d'y assister, c'est un bonheur...

    Alors, qu’ils s'envoient en l'air, que leurs corps se mélangent dans tous les sens dans un plaisir intense, partagé... et que moi on me laisse sur le carreau... j’ai envie de dire… qu'importe… l’intensité de la scène est à couper le souffle, au point que j’en oublie le passé et le futur, les regrets et les craintes… devant un spectacle pareil, il n’y a plus que le présent qui compte, l’instant intense et bouleversant où l’éphémère tutoie l’éternité…

    C’est beau aussi voir le beau Thibault à la trace de cambouis prendre son pied… c’est beau le voir gérer la montée de son plaisir… le voir petit à petit emporté par les vents de l’orgasme… l’entendre à son tour prévenir son pote, lorsque la jouissance arrive, un instant avant qu’elle devienne inévitable… et voir son esprit s’évaporer, son corps tendu, les paupières fermées, la bouche entrouverte pour laisser échapper des râles silencieux, goûtant à un plaisir d’une intensité débordante…

     

    Il n'y a pas plus beau que de voir un beau mec prendre son pied avec son meilleur pote... pour ensuite échanger les rôles et offrir à l'autre le même plaisir qu'il vient de recevoir...

    Mais il y a tout aussi beau... c'est de voir les deux potes allongés côte à côte, l'un n'ayant pas quitté la position dans laquelle il s'est offert à l'autre, le dernier s'étant allongé après l'orgasme qui l'a secoué de fond en comble... deux potes allongés cote à cote, chacun un bras posé sur le cou de l'autre, dernier partage, après avoir vraiment tout partagé... deux potes repus, ayant chacun reçu en soi la jouissance de son pote, chacun ayant découvert et pris son pied en s'offrant à la virilité de l'autre...

    Image magnifique et furieusement sensuelle... deux dos côte à côte, puissants, magnifiques... deux paires de fesses musclées... deux intimités déflorées...

    Ce sera incroyablement bon de vaincre mes hésitations, d'oser... approcher du lit où les deux potes récupèrent de leurs ébats, allongés sur le ventre, en silence, les visages tournés l’un vers l’autre, à quelques centimètres à peine, les dos en V ondulant au rythme d'une respiration qui se calme petit à petit...

    Oui, ce sera terriblement excitant d’approcher des deux potes qui ont enfin osé ce partage ultime, un partage longtemps désiré et fui, ce partage capable de parachever une complicité parfaite, touchante... deux potes, deux si beaux mâles, prenant autant de plaisir dans la découverte à la fois de l'autre et de soi, dans cette confiance et bienveillance mutuelle...

    Cadeau inattendu que de me laisser m’approcher et me pencher tout en douceur sur l'entrejambe de l'un... me laisser écarter les fesses musclées de l’un et de l’autre, me laisser renifler les odeurs masculins qui se dégagent de ces endroits de récente double jouissance...

    Ce sera presque divin, d'autoriser ma langue à aller titiller cette rondelle frémissante, suintant la semence de l'autre... de retrouver une odeur, un goût inédits... de m’autoriser à recommencer tout pareil à côté... écarter d'autres fesses musclées pour y faufiler mon nez et ma langue, des fesses que j'empoigne pour la toute première fois... et de découvrir une autre odeur, un autre goût, bien connus ceux là...

    Et ce sera carrément un aperçu du Paradis, que de m'allonger à la place des deux beaux coéquipiers... et de supporter, l'un après l'autre, les assauts virils et puissants, de retrouver une façon de prendre son plaisir de mec bien connue et d'en découvrir une autre assez différente... de satisfaire leurs ardeurs de mâles encore bien brûlants malgré une jouissance récente... d'offrir mon intimité, ma passivité pour leur retour à leur rôles de mâles sexuellement actifs... de leur offrir encore autre chose à partager… de sentir l'un après l'autre les corps musclés tendus à la recherche d'un plaisir qui vient, qui monte, et qui explose dans leurs entrejambes et dans leurs têtes et qui les parcourt comme une décharge électrique, une énergie vitale qui circule et qui se transmet d'eux à moi...

    Le bonheur d’accueillir, l'une après l'autre, une nouvelle intense jouissance des deux meilleurs potes du monde... pour goûter à la délirante excitation de savoir leurs semences brûlantes de jeunes mecs se mélanger en moi...

     

    [Un lecteur a écrit: "Salut tu comptes de remettre a écrire ou tu arretes ton histoire?"

    Ma réponse: je n’arrêterai JAMAIS cette histoire, au pire elle sera ralentie par les évènements de la vie, mais elle continuera jusqu'au bout.

    Depuis quelques jours, j’ai enfin trouvé le temps de me remettre à écrire. Plusieurs épisodes sont bien avancés. Pour les plus impatients, je vous invite à revenir régulièrement sur le site et suivre les infos et les comptes à rebours...

    Merci au 9 contributeurs Tipeee de me suivre même si depuis deux mois je publie beaucoup moins et si je n'ai pas toujours le temps de répondre à vos mails.

    Une nouvelle vidéo, originale et culottée, est prête sur jerem-nico.com et sur la chaîne Youtube de Jérém&Nico ou en tapant fabienfabien dans la barre de recherche de Youtube.

    Merci à tous pour votre fidélité et votre patience.

    Fabien]


  • Commentaires

    1
    Seb
    Vendredi 23 Septembre 2016 à 17:33
    Un brin déçus Nico tien encore la chandelle pour Jéjé et la même Thibault l'igniore et Jéjé qui suce n'importe qui sauf Nico.. :-(
      • Dimanche 25 Septembre 2016 à 18:41

        Non, il ne fait pas que la tenir, la chandelle, non...

    2
    Greg
    Samedi 24 Septembre 2016 à 08:51
    Domage on dirait que l inspiration n'y ai plus.
      • Dimanche 25 Septembre 2016 à 18:42

        Ou bien qu'elle est ailleurs qu'on l'attendrait... mdr

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    RomainT
    Samedi 24 Septembre 2016 à 14:01
    RomainT

    Bonjour, suite en demi teinte pour ma part....

    Alors ok Jerem semble enfin accepter sont coté homo (et c'est pas trop tôt!) mais bon il laisse encore et toujours Nico derrière.... 

    Et le faire coucher avec Thibault.... ça complique encore plus le truc... Là je ne vois pas comment Jerem va démêler tout ça....

    Cela en fait presque Jerem  quelqu'un de malsain pour moi... Je m'explique : Il semble enfin admettre qu'il aime les mecs et tu nous laisse croire dans les épisodes précédents qu'il à un gros faible pour Nico. Et là tu nous balance un Jerem/Thibault qui arrive un peu comme un cheveux sur la soupe où Nico n'est qu'un spectateur ignoré.... Du coup je sais pas...

    Ah moins que ce ne soit encore un des rêves de notre Nico et que tu nous fais marché comme tu sais si bien le faire :D

    Enfin ta suite ce dévore quand même hein, pas de soucis la dessus :).... Donc fais nous une suite avec des réponses parce que là je suis très très très triste et frustré et tu sais que ça m'est en pérille le devenir de la santé de mon matériel informatique ;)

     

    Dans la très vive attente de te lire.

     

    RomainT

     

    Ps: Je sais je suis en dessous de tout pour la mise en ligne... mais je passe tellement de temps sur mon ordi en ce moment avec les cours que je ne supporte de le consulter que pour venir sur ton site :)

      • Dimanche 25 Septembre 2016 à 18:43

        T'inquietes Romain, fais comme tu peux... et laisse trankil le matos informatique, il n'y peut rien si je me tape des délires...

    4
    Samedi 24 Septembre 2016 à 16:13

    Très bon épisode dans l'ensemble mais je trouve décevant le comportement de Jerem avers Nico. Il l'invite et l'évite tout le temps ensuite, il l'ignore complètement, il traite toujours Nico comme de la merde....

    C'était très chaud entre Thibault et Jerem et j'ai bien aimé ce passage, une volonté de se donner et de recevoir du plaisir sans soumettre l'autre.

    Après ce moment, Jerem risque de se sentir très mal de ce qu'il a fait à mon avis, je me demande bien comment il va réagir envers Thibault et Nico.  Peut-être que ça va précipiter la connerie qui va le mettre en danger?? 

    J'ai vraiment hâte de de connaître la suite!

      • Dimanche 25 Septembre 2016 à 18:43

        Tu sera fixé la semaine prochaine!

    5
    Yann
    Dimanche 25 Septembre 2016 à 08:43

     

    Heureux de découvrir ce nouvel épisode et pourtant à la fin de ma lecture j'avais un sentiment que je ne parvenais pas à définir. Comment dire, l'impression que quelque chose d'important vient de se passer, une étape importante mais sans en saisir toute l'ampleur. Jerem a cédé à ses envies et s'assume enfin tel qu'il est. Depuis quelques temps et surtout après l'épisode Romain on sentait que son refus de s'assumer vacillait. La surprise c'est qu'il ait choisi son meilleur pote Thibault mais dans le fond c'est assez logique. Pour Jerem, avec Romain cela aurait été de la soumission face à quelqu'un de plus expérimenté, tandis qu'avec Thibault  ils ont franchi le pas tout les deux ensembles sur un même pied d'égalité. Sans que cela m'apparaisse clairement de prime abord, j'ai fini par réaliser après coup que l'histoire de Jerem et Nico amorçait un tournant décisif. En s'offrant l'un l'autre, Jerem et Thibault viennent de transformer ce qui était une relation de potes en une relation très intime où ils ont découvert  l'un l'autre des plaisirs jusqu'alors inconnus. Reste la question de Nico que faisait-il là ? Subjugué par l'image de deux potes se donnant tour à tours l'un à l'autre il ne réalise pas encore que sa relation avec Jerem va forcément changer. A moins de changer lui aussi Nico ne pourra pas offrir à Jerem cette autre dimension de sa sexualité que Thibault vient de lui faire découvrir.

     

     Est-ce le début du délitement de l'histoire de Jerem et Nico ? Les prochains épisodes devraient nous l'apprendre …

     

     

     

      • Dimanche 25 Septembre 2016 à 18:44

        Yann, toujours un plaisir de te lire...

    6
    Sasa
    Dimanche 25 Septembre 2016 à 18:24
    Très heureuse de lire un nouveau texte, j'étais très impatiente de le découvrir et je ne suis pas déçue ! C'est la première fois que je poste un commentaire, je voulais vraiment donner mon avis, et savoir ce que l'auteur et les autres lecteurs en pensaient !

    En effet, beaucoup semble plutôt déçu de la tournure des événements dans cet épisode. Effectivement, cela surprend un peu, c'est très soudain et inattendu, c'est pour cela que je me demande si cela n'est pas un rêve, un fantasme ou une pensée d'un des trois protagonistes ! (Je ne l'espère pas en tout cas ;-))

    Personnellement, je n'ai pas l'impression que Nico tient la chandelle ou que Jérém se moque de lui ou lui manque de respect. Non, au contraire. Depuis que Nico a fait la connaissance de Thibault, il s'est immédiatement rendu compte qu'un lien spécial liait Jérém et Thibault ensemble. Il savait que finalement il passerait toujours second après Thibault aux yeux de son beau brun.
    En fait je pense qu'il s'était fait à l'idée depuis longtemps, et qu'il s'y préparait. Je pense que cela est bien représenté à travers le fait qu'il ne ressentait aucune jalousie envers la scène qui se déroulait devant ses yeux.

    Mais j'ai quand même le sentiment que Nico compte sincèrement pour Jérém, il l'a aidé à se découvrir, à cesser de se chercher, et finalement à s'assumer et assumer des sentiments trop longtemps refoulés. Il a été pour Jérém un pilier, un soutien, une source de tendresse qu'il n'arrivait pas à avoir avec Thibault par pudeur, par honte .. Et c'est pour cela qu'à mon avis Nico ne tenait pas la chandelle, et je pense qu'il l'avait compris, si Nico était là c'était parce que Jérém avait besoin de lui, il avait besoin de ce point de repère dans sa "nouvelle vie".
    Je ne sais pas si je suis bien claire dans ce que je dis ... ^^'

    Ce que je veux dire, c'est que Thibault était le point de repère, l'équilibre dont avait besoin Jérém dans sa vie, mais Nico lui, est celui qui l'a aidé à s'assumer, à s'accepter comme il est, à accepter son attirance pour les garçons. Il lui a permis d'être rassuré, de ne pas avoir peur d'être avec Thibault, de l'aimer, de le lui montrer.

    À mon avis Nico acceptera facilement que Thibault soit avec Jérém, et pas lui, que pour lui cela était une évidence depuis le début.

    Enfin bon, ça se trouve je me plante complètement et je m'emballe un peu, mais c'est ce que je pense. J'espère ne pas avoir été trop "brouillon" dans ce que j'ai écrit, car j'y réfléchissais et j'y ai un peu écrit comme ça me venait en tête, c'est à dire un peu en vrac ^^

    En tout cas j'espère que tu vas continuer ton histoire encore longtemps, je te suis depuis le début, tu es un auteur formidable, tu maîtrises parfaitement ce que tu écris et c'est un régal à chaque lecture !

    À Bientôt !

    Sasa
      • Dimanche 25 Septembre 2016 à 18:46

        Salut

        merci de t'etre lancé dans un commentaire... très interessant... je comprends bien ce que tu veux exprimer... mais bon... est-ce que la suite est là ou on l'attend... ça, c'est à voir!

        Et merci pour tes encouragements!

      • Yann
        Lundi 26 Septembre 2016 à 15:50

         

        Sasa pour un premier com bravo. Je partage ce que tu dis à quelques exceptions près.

         

        Ce qui je pense surprend certains lecteurs c'est cette rupture avec l'épisode précédent. Après leur première nuit entière passée ensembles et leur premier réveil côte à côte, Jerem quitte sa chambre sans un mot  alors que Nico prend sa douche et on ne sait rien d'autre. L'histoire reprend une semaine après sans explication et c'est un peu frustrant. Mais bon on sait que Jerem ne s'exprime pas sur ses sentiments, il garde tout pour lui,  juste quelques gestes tendres le dévoilent un peu.

         

         

        La seconde chose c'est la présence de Nico. Elle s'impose déjà pour un choix d'écriture de Fabien puisque que c'est Nico qui raconte l'histoire donc bien obligé qu'il y assiste. Maintenant la nuit n'est pas finie et il faut voir ce qui va se passer d'ici le matin. Nico compte pour Jerem c'est certain et il l'a prouvé : il ne supporte pas que quelqu'un d'autre l'approche.  Il est néanmoins certain que leur relation va forcément changer.

         

         

        Nico est amoureux de Jerem depuis le début c'est lui qui lui a proposé de réviser avec quand même une petite idée derrière la tête.

         

        Même si Jerem s'est abandonné à des gestes tendres avec Nico ça n'a rien de comparable avec la fougue de cette union des corps et des coeurs entre Jerem et Thibault.

         

         

        Et si contrairement à ce que Nico pense, ce n'était pas la première fois entre Jerem et Thibault ? Il n'était pas toujours là . Si cette merveilleuse union entre eux sous les yeux de Nico ce n'était pas une façon de lui révéler ensembles tout l'amour qu'ils se portent ?

         

         

        Sur l'instant Nico est heureux à la fois pour Jerem et Thibault par ce à quoi il vient d'assister.  Je dirais que c'est son amour pour Jerem et son amitié pour Thibault, qui s'expriment en premier  de par sa gentillesse et sa sensibilité. Mais passé cet instant d'admiration Nico ne peut qu'en être jaloux car il sait (comme je le dis dans mon com), que Jerem a découvert avec Thibault des choses qu'il ne peut pas lui offrir car jusque là il est "passif".

         

        Jerem et Thibault sont dans une relation de réciprocité à la fois passifs / actifs qui leur permet d'accéder à tout ce qu'il peuvent désirer de leur union. Ce n'était pas le cas entre Jerem et Nico.

         

        Tu as raison quand tu dis que Fabien est un auteur formidable. Oui cette histoire est touchante car il y a une part de fiction et une part de réalité et elle ne se limite pas à raconter des baises d'un soir comme il en existe beaucoup sur le net.

         

    7
    Samedi 29 Octobre 2016 à 18:09

    Coucou,

    Jérem a découvert le côté passif du sexe gay et à trouver cela génial donc va t'il se laisser aller maintenant ?

    Je pense comme d'autres que Jérem est amoureux de Nico mais ne savait pas trop comment faire et ne s'acceptait pas totalement.

    Avec Thibault, la confiance et leur amitié lui a permis de réaliser leur fantasme commun.

    Que va faire Jérem maintemant ? Comment va t'il réagir vis-à-vis de sont pote mais également face à Nico ?

    A suivre !!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :