• 0225 …A nous deux, Bordeaux !


    Me voilà pile devant le grand portail en bois impeccablement peint en vert foncé mais brillant. On dirait que ça a été fait la veille. Sur le tableau des sonnettes, je repère le nom du propriétaire, Mr Guillon.
    Je sonne. Ma nouvelle vie commence ici et maintenant.
    « Oui ? » j’entends une petite voix dans l’interphone.
    « C’est Nicolas, votre nouveau locataire ».
    « Ah oui, je t’ouvre ».
    Mr Guillon raccroche l’interphone et déverrouille la serrure à distance.
    Et alors que je m’attends à rentrer dans un hall et à trouver un escalier et une porte d’ascenseur, je me retrouve devant un large couloir, un passage assez sombre dont le mur à ma droite est encombré de deux containers poubelles, de nombreux vélos et de deux scooters. Le tout surmonté par un grand miroir d’au moins cinq mètres de long. Un escalier part vers la gauche.
    Mr Guillon m’attend au fond du passage. Me voyant dans la pénombre, il appuie sur un bouton et il allume une lumière.
    « Viens, c’est par ici ».
    Je rejoins mon propriétaire, un bonhomme plus très jeune mais mince, à l’allure sportive, avec des cheveux gris mais bien entretenus. Des lunettes fines et élégantes lui donnent un certain style.
    Le passage débouche sur une petite cour intérieure au sol peint en rouge assez vif, sol jouxté d’un grand nombre de pots remplis de verdure. Deux beaux palmiers trônent dans deux grands pots.
    « Bonjour Nicolas » il m’accueille chaleureusement en me serrant la main.
    Derrière les lunettes, j’ai l’impression que ses petits yeux me scrutent.
    « Bonjour Mr Guillon ».
    « Moi c’est Denis ».
    « D’accord ».
    « Tu as fait bon voyage ? ».
    « Très bien, merci. J’ai un peu tourné avant de trouver le quartier ».
    « Tu ne connais pas Bordeaux ? ».
    « Non, c’est la première fois que je viens »
    « Tu vas apprendre à l’aimer, au fond ce n’est pas si différent de Toulouse. En plus, la Garonne fait le lien ».
    Je souris de cette concordance de réflexions.
    « Au fait, vous pouvez me dire pourquoi ici à Bordeaux la Garonne a cette couleur marron ? » je pense à lui demander.
    « C’est à cause de l’eau de mer qui remonte le fleuve, ça crée des remous et ça laisse des particules d’argile en suspension ».
    Et voilà, je tiens mon explication.
    « C’est vrai qu’à Toulouse, elle a une toute autre couleur » il conclut.
    « Vous connaissez Toulouse ? ».
    « Moi aussi je suis toulousain. Je suis né à Muret mais j’ai vécu dans la ville rose depuis mon enfance jusqu’à mes 30 ans ».
    « Ah, et vous habitiez quel quartier ? ».
    « Jeanne d’Arc ».
    « Moi c’est Saint Michel ».
    « J’avais un amis par là-bas, route d’Espagne, quand j’étais jeune, un très bon ami » fait-il, l’air songeur « mais c’était il y a longtemps, très longtemps. Allez, je te montre l’appart ? ».
    « Oui, et encore désolé de ne pas avoir pu venir avant »
    « C’est pas grave ».
    L’appart, dont la porte d’entrée se situe pile à la limite entre le passage et la petite cour, est un tout petit studio de 15 mètres carrés, avec une minuscule salle de bain au bout. L’ensemble est plus petit que ma chambre à Toulouse. Mais il est tout meublé, et somme toute assez chaleureux.
    « Ça te convient ? ».
    « Oui, très bien ».
    « Alors on va signer les papiers ».
    Denis traverse la petite cour et rentre dans une porte à l’angle opposé. Je le suis. Je pénètre dans une cuisine où un homme aux cheveux blancs est affalé sur un fauteuil roulant calé devant une table. La télé est allumée, mais le bonhomme semble assoupi.
    « Albert ! Albert ! » l’appelle Denis.
    Le bonhomme se réveille en sursaut.
    « Quoi ??? Qu’est-ce qu’il y a ? ».
    « Le nouveau locataire est arrivé, réveille-toi ! ».
    « C’est toi le nouveau locataire ? » il me questionne, encore à moitié dans les vapes.
    « Oui, je m’appelle Nicolas ».
    « Comment ? ».
    « Il s’appelle Nicolas » fait Denis en haussant le ton de la voix.
    « Il est un peu sourd » il m’explique ensuite « et lui c’est Albert ».
    « On a de la visite ? » demande Albert sur un ton joyeux, enfin réveillé, en affichant un sourire lumineux.
    « T’as pas entendu ce que je t’ai dit ? C’est Nicolas, le locataire qu’on attendait »
    « Ah, oui, d’accord, d’accord. C’est le dernier studio de libre. Tu le prends ? ».
    « Oui, monsieur ».
    « Moi c’est Albert, pas monsieur ».
    « D’accord Albert ».
    « Et lui, c’est Autan » fait-il en m’indiquant un adorable chien beagle qui est en train de renifler mes chaussures « je l’ai appelé Autan car il est aussi rapide que le vent ».
    « Il est joli ».
    « Alors, tu viens d’où ? »
    « Je viens de Toulouse ».
    « Ah, Toulouse, comme Denis ».
    « Eh oui, il m’a dit ».
    « Ah, c’est une belle ville, Toulouse. On y allait assez souvent, avant. Mais maintenant je ne vais plus nulle part, car je suis cloué sur ce chariot » fait le vieillard au regard d’enfant.
    « Ne te plains pas, tu as bien profité de la vie » commente Denis.
    « Mais on ne se lasse jamais de profiter » fait Albert en rigolant « Mais bon, maintenant il ne me reste que la télé, et encore il faut que je la regarde avec les sous-titres, car je suis sourd. J’essaie de continuer à lire, mais il me faut une loupe. Je voudrais marcher. Mais il me faut un chariot. Je voudrais pouvoir me lever tout seul le matin, mais il me faut de l’aide. Bref, je ne peux plus rien faire sans assistance ».
    Ses mots sont durs à entendre, sa lucidité quant à son état est terrible. Ça me met mal à l’aise. Je voudrais savoir trouver les mots pour le réconforter, je n’y arrive pas. Et pourtant, il y a dans sa voix une sorte de résignation, comme une acceptation de son état. Une certaine sérénité.
    Soudain, mon regard est happé par une photo posée à côté de la télé. On y voit un superbe jeune homme brun, la trentaine, tout habillé en noir, dans la neige, appuyé contre une paroi rocheuse.
    « Ce gus là, c’est moi, il y a presque cinquante ans, dans les Pyrénées. J’étais pas mal, non ? ».
    Je souris.
    « Je me souviens du jour où cette photo a été prise » il continue « je me souviens que j’étais en colère contre mon copain. C’est drôle, parce que je me souviens que j’étais en colère, et pourtant je ne me souviens même plus pour quelle raison. Ça devait certainement être à cause d’une bêtise. C’est marrant comme avec le temps tout ce qu’on a vécu de négatif perd de l’importance jusqu’à disparaître de la mémoire. Mais on le voit bien sur la photo que je suis en pétard ».
    En effet, maintenant qu’il le dit, je le vois moi aussi.
    « Dans ma jeunesse, j’étais passionné d’alpinisme » il enchaîne « et maintenant, je suis un vieux sur un fauteuil roulant. Mais c’est vrai que j’ai profité de la vie. Il le faut. Il faut profiter de la vie, sans attendre. Le temps passe vite, tu sais ? Il faut vraiment profiter de chaque instant. Vivre chaque jour comme si c’était le dernier qui t’est donné de vivre et le premier du restant de ta vie ».
    En prononçant ces mots, le vieux Albert sur fauteuil regarde le jeune Albert dans les Pyrénées comme dans un miroir déformé par le temps impitoyable. Il y a de la nostalgie dans son regard, mais elle est calme, elle est belle. Ce vieil homme est vraiment touchant.
    « Il fait la morale à tout le monde » plaisante Denis en levant les yeux du contrat de bail qu’il est en train de remplir.
    « Heureusement que tu es là pour m’aider » fait Albert en s’adressant à moi.
    « Je suis un saint. Je te supporte depuis si longtemps ».
    « Je vais sur mes 77 ans » me précise Albert.
    « Tiens, Nicolas, tu vas remplir ta partie et signer » fait Denis.
    « Tout le monde m’appelle Nico ».
    « Ok, Nico ».
    Je remets à Denis le chèque de caution et il me remet les clefs.
    « Ça y est, c’est officiel, tu es bordelais » commente Albert.
    « Je vais chercher mes affaires dans la voiture ».
    « Si tu as besoin de quelque chose, n’hésite pas » fait Denis.
    « Merci ».
    « Enchanté d’avoir fait ta connaissance, Nico » me lance Albert, avec un regard bienveillant.
    « Moi aussi ».
    Je fais deux voyages pour récupérer mes affaires et je prends enfin possession de ce nouvel espace, de ce premier petit chez moi. Je range tout ça dans le petit placard, j’ouvre le clic clac, je m’allonge sur ce lit escamotable. Je me sens bien, je respire à fond, je me pose. Le voyage m’a quand même un peu claqué.
    Soudain, je ressens le contact de la chaînette de Jérém sur ma peau. C’est tellement excitant. Mes muscles se relâchent, j’ai envie de lui. J’ai envie de me branler, j’ai envie de l’appeler. Il est 20 heures. Je vais attendre un peu.
    J’ai faim. J’essaie d’allumer la plaque chauffante pour me faire une omelette, mais ça ne marche pas. Je traverse la petite cour et je vais toquer à la porte vitrée de mes deux propriétaires.
    « Désolé de vous déranger ».
    « Oui, Nico, rentre ».
    Je pousse la porte et je vois Denis en train de servir de la soupe à Albert.
    « Qu’est-ce qui t’arrive ? ».
    « Je n’arrive pas à faire marcher la plaque de cuisson ».
    « Ça doit être un fusible… j’arrive ».
    « Je ne veux pas vous déranger, vous êtes en train de dîner. Je peux attendre ».
    « Allez, viens manger avec nous » fait Albert.
    « Je ne veux pas m’imposer ».
    « Ca nous fait plaisir, au contraire » fait Denis « ça nous changera un peu de nos repas entre vieux. Il y a de la soupe et de la blanquette. Si ça te tente ».
    « La blanquette je n’y ai pas encore goûté, mais la soupe est bonne » m’encourage Albert.
    « Ça me va ».
    Je m’installe à table et Denis met un troisième couvert.
    Albert commence aussitôt à me questionner au sujet de mes études. Albert me parle de la vie à Bordeaux, des quartiers à visiter, des endroits où manger et sortir. Ils me parlent aussi des autres locataires de l’immeuble, quelques étudiants, des familles, des retraités.
    « La porte dans le couloir en face de la tienne c’est un jeune » me raconte Albert « il a une petite copine. Quand elle est là, il ne bouge pas une oreille. Mais quand elle n’est pas là, il invite des potes, ils boivent comme des trous et ils mettent de la musique à fond et très tard. Il faut nous le dire s’il te dérange, on lui dira de se calmer ».
    « D’accord, merci ».
    La conversation est agréable. Je remarque que Denis est du genre réservé, tandis qu’Albert, malgré son infirmité, est d’une nature joviale et optimiste.
    A un moment, mon téléphone se met à sonner. Je le sors de la poche, le cœur en fibrillation. Je frôle le ko technique lorsque je vois s’afficher sur l’écran « Mon Jérém ».
    Je crève d’envie de répondre, mais j’hésite. Je trouve très impoli de répondre au téléphone pendant un repas, en particulier lorsqu’on est invité. Je ne veux pas imposer une conversation privée et je n’ai pas envie de devoir me brider pour rester discret. Mais mon tiraillement doit se voir, car Albert finit par me lancer, taquin :
    « Tu peux répondre, t’inquiète, on ne répètera rien. De toute façon, je suis sourd ».
    « Je vais faire vite ».
    Albert sourit.
    « Allo ? ».
    « Ourson ».
    Ce petit mot me fait toujours autant d’effet. Je crève d’envie de lui répondre « petit loup », mais je n’ose pas.
    « Ça va ? ».
    « Oui, ça va. Tu es arrivé à Bordeaux ? ».
    « Il n’y a pas longtemps ».
    « Et tu es où ? ».
    Dans le quartier de Saint Genès, rue Saint Genès en fait, pas loin du centre ».
    « Cool ! T’as fait bonne route ? ».
    « Très bonne ».
    « L’appart est bien ? ».
    « Pas mal, pas mal ».
    « Tu fais quoi là ? ».
    « Je dîne avec les propriétaires, ils m’ont invité parce que ma plaque chauffante ne marche pas. Ils sont très gentils ».
    « Bien, bien ».
    « Tu as fait quoi aujourd’hui ?
    « On a fait un match et beaucoup d’entraînements ».
    « Ca s’est bien passé ? ».
    « Oui, je kiffe à mort ! ».
    Je suis un peu gêné de parler avec Jérém, j’ai peur de trop me dévoiler. Aussi, je ne veux pas rester trop longtemps au téléphone.
    « Jérém, je peux te rappeler un peu plus tard ? ».
    « Là je sors manger avec les potes, mais on ne devrait pas rentrer tard ».
    « Je te rappelle avant minuit ? ».
    « Ok ».
    « Parfait ».
    « Tu me manques Nico ».
    « Toi aussi tu me manques ».
    « A tout ».
    « A tout ».
    Je raccroche. J’ai le visage en feu. J’ai tellement envie de le voir, de le serrer contre moi. J’ai tellement envie de passer des heures à parler avec lui.
    « C’était ta copine ? » me questionne Albert.
    « Non, c’était… c’était… un copain » je bafouille.
    « Un copain ou ton petit copain ? » il me demande cash.
    Il n’y a que les enfants et les personnes âgés qui osent poser des questions sans détours.
    « Mais laisse le tranquille, t’es pas son père ! » fait Denis, face à ma surprise.
    « Mais je lui pose juste une question, je ne vais pas le gronder ! De toute façon, il n’est pas con, il a compris pour nous deux. N’est-ce pas, Nico, que tu as compris ? »
    Je ne sais quoi répondre. En effet, je me suis posé la question de la relation entre ces deux hommes âgés. Mais de là à en parler, surtout si tôt, je ne me sens pas vraiment à l’aise.
    « Euh… » je tergiverse.
    « Alors, pour qu’il n’y ait pas de malentendu, je vais te dire exactement ce qu’il en est. De toute façon un jour ou l’autre l’un des locataires va te parler des « papis pd » du rez de chaussée. Alors autant que tu sois au courant. Denis et moi, on est ensemble, ça fait des siècles qu’on est ensemble. Nous n’avons rien à cacher. Alors, j’aime mettre les gens à l’aise ».
    Rassuré par ses mots, je décide de jouer franc jeu. D’autant plus que si un jour Jérém vient me voir, ils vont finir par savoir à leur tour.
    « Oui… c’est mon copain ».
    « Je me disais bien qu’un gars aussi sympa que toi devait jouer dans notre équipe » plaisante Albert.
    Je souris.
    « Ton chéri s’appelle comment ? ».
    « Jérémie ».
    « Il est beau ? ».
    « Plus que ça même ».
    « Et il est resté à Toulouse ? ».
    « Non, il est parti à Paris il y a quelques jours ».
    « Et qu’est-ce qu’il fait là-bas ? ».
    « Il a été recruté par un club de rugby pro ».
    « Ah, carrément, un rugbyman… tu te fais pas chier Nicolas… » plaisante Albert.
    « Le Stade ? » m’interroge Denis.
    « Non, le Racing ».
    « Denis est passionné de rugby » m’explique Albert « plus jeune, il y jouait aussi ».
    « Vous jouiez à quel poste ? » je demande.
    « Il était redresseur de troisième mi-temps » fait Albert, un sourire malicieux sur les lèvres.
    « Redresseur ? ».
    « Ne l’écoute pas, il ne raconte que des bêtises » fait Denis.
    « Disons qu’il remontait le moral des joueurs… mais pas que » continue Albert sur sa lancée.
    « Mais la ferme ! ».
    « En fait, il préférait le jeu de boules dans les vestiaires à celui avec le ballon ovale sur le terrain ».
    « Ah tu peux parler, toi qu’on surnommait à Lourdes « le pénitent des broussailles » ».
    « Je suis un homme très pieux, je n’y peux rien » plaisante Albert.
    « Oui, ça, être à genoux ça te connaissait ».
    « La prière est le salut de l’âme ».
    « C’est sûr que tu étais très porté sur les chapelets, surtout ceux à deux grains ».
    « Le Seigneur a dit : tu aimeras ton prochain ».
    « Mais il n’a pas dit que tu l’aimeras dans les broussailles, et notamment pendant les pèlerinages des militaires et des gitans ».
    « Ah, les années 60 et 70, c’était l’époque de l’amour libre et de l’insouciance avant l’arrivée du Sida » commente Albert, dans la voix une visible nostalgie pour ce « paradis perdu ».
    « Aujourd’hui, vous, les jeunes » il continue « vous vivez votre sexualité plus librement, mais vous devez composer avec cette saloperie. A notre époque, on devait rester caché, mais on baisait le cœur léger ».
    « Peut-être un peu trop, même… » commente Denis.
    « Vous avez travaillé à Lourdes ? » je questionne Albert.
    « Oui, pendant plus de 20 ans ».
    « Mais vous êtes originaire des Hautes Pyrénées ? ».
    « Non, je suis bordelais pure souche ».
    « Mon paternel était un médecin très connu » il raconte « j’ai passé une enfance plutôt heureuse, du moins jusqu’à la guerre. J’avais 15 ans en 1939. A vrai dire, comme on avait du fric, on n’a pas vraiment pâti du conflit. Fils unique et fils de médecin en vue, j’ai pu être réformé. On avait une maison à la campagne et on s’y est installés jusqu’à la Libération. En 1946, j’ai entamé des études en architecture.
    Tout se passait bien jusqu’à ce qu’en troisième année je me fasse gauler au pensionnat en train de fricoter avec Charles, un copain de fac.
    Evidemment, c’est arrivé aux oreilles de mon père, qui m’a mis plus bas que terre. Mais ça ne lui a pas suffi. Il était médecin, et il croyait que tout pouvait se soigner. Y compris l’homosexualité.
    Il m’a amené dans un hôpital. On m’a fait des électrochocs. A l’époque on soignait ça comme ça. C’était horrible. A la fin de la première séance, j’étais sonné. Mais j’ai eu la présence d’esprit de sauver ma peau. J’ai bousculé le médecin et l’infirmière, et je me suis tiré. Je n’avais pas un sou en poche mais je ne pouvais pas rentrer chez moi. Mon père m’aurait tué. Pire que ça, il m’aurait ramené à cet hôpital de charlatans criminels. J’ai survécu deux jours en volant à manger à droite et à gauche.
    J’avais très peur de me faire attraper, de me faire embarquer par les flics, et que mon père me retrouve. Alors, je suis allé à la gare Saint Jean. J’ai pris le premier train où j’ai pu monter. Le train s’est arrêté à Lourdes. Je suis descendu. C’était l’année 1948. C’était juste avant Pâques. Sur presque chaque porte d’hôtel il y avait une affiche proposant du travail.
    Je suis rentré au Moderne, l’hôtel juste à côté des Sanctuaires. Il y avait de dizaines d’hôtels à Lourdes, mais je suis rentré dans celui-là parce que c’était de loin le plus beau bâtiment de la ville. Il a été l’un des premiers hôtels de Lourdes, et il a été construit en forme de bateau. Chacune de ses trois façades en style baroque combine la couleur bordeaux du crépi des murs avec les nuances grises et jaune de la pierre qui encadre les ouvertures. Les mêmes façades sont ornées de sculptures, de frises et de mascarons sublimes.
    Cet hôtel est une pure merveille. J’en suis littéralement tombé amoureux. Je suis rentré. Le décor de la réception et de la grande salle de restaurant, deux superbes pièces faites de bois, de marbre, de miroirs et de lustres en cristal, m’a complètement retourné. L’immense escalier en bois en forme de colimaçon m’a fait halluciner. La tenue élégante des serveurs en chemise blanche et gilet noir m’a impressionné ».
    « Ce sont surtout les serveurs qui t’ont impressionné » fait Denis, taquin.
    « C’est vrai qu’il y en avait un qui me faisait beaucoup d’effet. Mais je n’ai jamais rien pu faire avec lui, hélas. Il était hétéro, même après plusieurs verres.
    Bref, je me suis pointé à la réception et on m’a embauché comme plongeur. On m’a donné de quoi manger, une chambre de bonne au dernier étage et des vêtements propres. C’était tout ce dont j’avais besoin à ce moment de ma vie.
    Le soir même, j’ai envoyé une lettre à ma mère pour lui dire où j’étais et ce que je faisais. Elle m’a répondu qu’elle souhaitait que je sois heureux.
    L’hiver suivant, j’étais plongeur dans un restaurant au ski à Barèges. Pendant un paquet d’années, j’ai enchaîné les saisons d’été à Lourdes et les saisons d’hiver dans les Pyrénées. Mais je ne suis pas resté plongeur longtemps. J’ai vite été mis derrière les fourneaux et en deux saisons j’ai été chef cuisinier. C’était une époque où la volonté comptait davantage que les diplômes ».
    « Et alors, comment vous vous êtes rencontrés ? » je suis impatient de savoir.
    « Sur un lieu de drague à Lourdes ».
    « Ah, bon, il y avait ça à Lourdes ? ».
    « Il se passait pas mal de choses à Lourdes, mon cher ami. Et oui, il y avait de la drague dans les broussailles derrière les sanctuaires, de l’autre côté du Gave. C’était avant qu’ils aménagent la prairie et qu’ils bâtissent du bénitier vers là-bas.
    Bien sûr, on y allait la peur au ventre, craignant les descentes des forces de l’ordre, qui n’hésitaient pas à embarquer les mecs pour attente à l’ordre moral. Si on se faisait choper, c’était la garde à vue, le déferrement au parquet, des condamnations, avec ou sans sursis. L’humiliation. Et, surtout, une très infamante inscription sur le casier judiciaire qu’on se traînait toute la vie.
    Mais on n’avait pas le choix. Il n’y avait pas tous les bars et les saunas qu’il y a aujourd’hui.
    Cette année-là, Denis était descendu de Toulouse à l’occasion du pèlerinage militaire au mois de mai. Il était venu avec des « copines » à lui, pour chasser l’uniforme. Je me souviens encore, de cette nuit. C’était en 1963 et on ne s’est pas lâchés depuis. Tu vois, Nicolas, ça fait presque 40 ans ».
    « Et par la suite, vous avez vécu votre relation à distance ? ».
    « Non. L’année suivante, Denis est venu travailler à Lourdes lui aussi. Nous avons fait les saisons jusqu’au début des années 1980. En 1982 mon père est décédé. Je ne l’avais pas revu depuis qu’il m’avait amené à l’hôpital pour me faire soigner. Il n’a même pas essayé de venir me chercher. Il devait considérer que c’était mieux que je reste loin pour ne pas salir la réputation de la famille. Peut-être qu’il espérait un miracle de la Vierge ».
    « Mais il n’est jamais venu » plaisante Denis.
    « Oh que non ! Ma mère en revanche, a été formidable pour une dame de son époque, et pour l’époque. Même du vivant de mon père, elle venait deux fois par an me voir à Lourdes. Elle a connu Denis et s’est très bien entendue avec. Quand elle s’est retrouvée veuve, elle m’a demandé de revenir à Bordeaux pour m’occuper de cet immeuble. Je suis revenu avec Denis et on s’est installés ici. Grâce à cet immeuble, on a passé les 20 dernières années pénards ».
    « C’est une belle histoire ».
    « C’est vrai. Pourtant, ce n’était pas simple d’être gay à mon époque. Je repense à ce pauvre Charles. Maman m’a raconté que son père s’était laissé convaincre par le mien de le faire soigner aussi. Mais lui ne s’est pas enfui de l’hôpital de l’horreur.
    A l’époque où je le côtoyais, Charles était un garçon très vif, drôle, intelligent, cultivé, plein d’énergie. Maman m’a raconté qu’elle l’avait croisé quelques fois par la suite, avec ses parents, et elle l’avait trouvé complètement éteint, le regard vide. Ce mec n’a rien fait de sa vie. Et il s’est pendu alors qu’il n’avait même pas 30 ans. Avec leurs décharges électriques, ils ont du lui cuire le cerveau. Dieu seul sait ce qu’ils lui ont fait subir ces monstres en blouse blanche. Même 50 après, je suis toujours en colère contre cette injustice absurde. Paix à son âme ».
    Un silence lourd s’installe après la fin du récit d’Albert. Je ne sais pas quoi dire, je suis abasourdi par ce qu’il a enduré.
    « Allez, assez raconté ma vie » finit par relancer le vieil homme « parle-moi un peu de toi. Tu l’as rencontré comment ton Jérémie ? ».
    « Je l’ai rencontré le premier jour du lycée. Je suis arrivé dans la cour et il était là, avec des potes, beau comme un Dieu. Je l’ai vu et je suis tombé raide de lui. Mais il couchait avec des nanas. J’ai été fou de lui pendant tout le lycée. Puis, juste avant le bac, je lui ai proposé de réviser ensemble. Et on a commencé à coucher ensemble. C’est lui qui a voulu. Moi je n’aurais jamais osé le lui proposer. Au début, il ne voulait que du sexe. Pendant un temps, c’était dur pour moi. Mais on a fini par s’apprivoiser. Je viens de passer quelques jours avec lui dans les Pyrénées, avant son départ à Paris. Et ils ont été les plus beaux jours de ma vie ».
    « Que c’est beau l’amour entre garçons » fait Albert, rêveur.
    « Alors, il joue à quel poste ? » demande Denis.
    « Quand il va venir te voir, tu le préviendras pour qu’il fasse gaffe » fait Albert, taquin.
    « Gaffe à quoi ? ».
    « Tu lui diras que dans l’immeuble il y a un vieux satyre qui kiffe les jeunes rugbymen et qui, malgré son âge, est encore capable de leur sauter dessus » plaisante Albert.
    « Mais tais-toi, pétasse ! ».
    « Il est ailier » je finis par répondre, après une bonne tranche de rigolade.
    « On va le voir à la télé bientôt, alors ».
    Je n’avais pas pensé à ça. La rigolade laisse vite la place à l’inquiétude. Dès qu’il va apparaître à l’écran, il va être le rugbyman le plus convoité de France. Putain, comment vais-je faire pour le retenir ?
    « Oui je crois » je finis par répondre, comme dans un état second, happé par mes inquiétudes.
    « Tu es très amoureux, hein ? ».
    « Fou amoureux ».
    « Et lui aussi est amoureux de toi ? ».
    « Je crois ».
    « Ça fait combien de temps que vous êtes ensemble ? ».
    « Quelques mois ».
    « Comme je te l’ai dit, nous ça fait presque 40 ans. Mais il ne faut pas croire que ça a toujours été la vie en rose. On a fait quelques écarts, bien sûr. Mais on ne s’est jamais perdus et on a échappé au sida. Si jamais vous mettez un coup de canif au contrat, ce n’est pas grave, mais il faut se protéger, Nicolas ».
    « Je sais, mais c’est dur d’accepter qu’il puisse aller voir ailleurs ».
    « S’il a envie, tu ne pourras pas l’en empêcher ».
    « Je sais ».
    « Alors il faut au moins que tu sois sûr qu’il ne te ramène pas de cochonneries ».
    « Ce n’est pas évident d’en parler ».
    « Pourtant, il le faut. Il faut que vous soyez clairs entre vous ».
    « Mais comment lui en parler sans lui donner l’impression que ça m’est égal qu’il aille voir ailleurs ou que je lui dis ça pour le préparer à l’idée que j’ai envie d’aller voir moi, ailleurs ? ».
    « Oui, c’est délicat, mais il faut que vous en parliez. Tu lui dis ce que tu viens de me dire, que tu l’aimes et que tu ne veux surtout pas qu’il aille voir ailleurs, et encore moins le tromper. Mais il faut que vous vous promettiez que si jamais il y a un écart, que vous allez vous protéger, à tout prix ».
    « Je ne veux pas qu’il y ait d’écart ».
    « Il faut composer avec la distance, le temps, les hormones et les occasions qui peuvent venir sans qu’on aille forcément les chercher. Il faut être paré pour l’imprévu, c’est trop important. Il vaut mieux se faire confiance sur la protection que sur la fidélité ».
    Les mots d’Albert font écho aux mots de mon pote Julien. Je sais que l’un comme l’autre ont raison. Je sais que je vais devoir un jour avoir cette discussion avec Jérém. Mais quand ? Comment trouver le bon moment et la bonne façon pour aborder un sujet si épineux ? Comment me lancer, en prenant le risque de gâcher l’un des rares moments ensemble qui nous seront offerts dans les mois à venir ?
    « Moi je dis que si tu es amoureux d’un gars qui est aussi amoureux de toi, tu as bien de la chance. Alors, profite de la vie, elle passe si vite ! » conclut Albert.
    Son attitude me réchauffe le cœur. Je suis content d’avoir des propriétaires et des voisins comme eux. Je sens que leur présence va m’aider à avancer, à me construire, à m’assumer. J’ai hâte d’entendre d’autres récits de leur expérience dans un monde, celui de leur jeunesse, qui était encore plus répressif avec l’homosexualité que celui d’aujourd’hui.
    Après le dîner, Denis vient changer le fusible à l’appart.
    « Voilà, ça marche maintenant » il me lance, alors que la plaque chauffante s’allume enfin.
    « Merci beaucoup ».
    « Tu as l’air d’un gars sympa, Nicolas. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas à venir nous voir ».
    « C’est très gentil ».
    « La vie ne nous fait pas toujours de cadeaux. Alors, il faut se serrer les coudes entre nous ».
    « Je suis touché ».
    « Surtout n’hésite pas. Si on peut t’aider, on le fera ».
    « Et vous aussi, si vous avez besoin d’aide, vous pouvez compter sur moi ».
    « Je ne dis pas non. Parfois j’ai besoin d’aide au jardin ».
    « N’hésitez pas ».
    « D’accord Nicolas ».
    « Tout le monde m’appelle Nico ».
    « Ok. Bonne nuit Nico ».
    « Bonne nuit ».
    Ces deux messieurs ont l’air vraiment adorables. Ainsi, l’idée de n’avoir qu’à traverser cette petite cour pleine de verdure pour avoir de l’aide et du soutien me rassure et me fait chaud au cœur. Je me sens entouré d’une bienveillance qui, par certains côtés, me fait repenser à celle que j’ai ressentie à Campan, au milieu de la petite bande de cavaliers.
    Je ferme la porte fenêtre derrière moi, je la verrouille, je tire le store. Je m’enferme dans mon petit terrier. J’allume la petite lumière tamisée de chevet. J’ouvre le clic clac, je me glisse sous ma couette. Je me sens bien. J’ai envie de dormir. Mais il n’est que 22 heures, et j’ai promis à Jérém de l’appeler vers minuit. En attendant, j’allume la télé pour tuer le temps. Et je finis par m’assoupir.
    La sonnerie de mon portable me réveille en sursaut.
    « Ourson ».
    « Petit loup. Je m’étais assoupi ».
    « Ah, désolé… ».
    « Ca fait rien. J’avais envie d’entendre ta voix. Tu me manques ».
    « Toi aussi tu me manques. Alors, t’es bien installé ? ».
    « C’est petit, mais je suis bien. J’aimerais que tu sois là avec moi ».
    « Il faut m’inviter alors ».
    « Tu es officiellement invité ».
    « Si je pouvais, je viendrais tout de suite ».
    « J’ai envie de toi ».
    « Moi aussi, grave ! ».
    « Demain je vais mettre mon nom sur l’interphone. Comme ça tu sauras où sonner ».
    « Je viendrais dès que je pourrai, mais ça risque de ne pas être tout de suite ».
    « Je t’attendrai ».
    « T’es mignon, Nico… ».
    « Au fait, j’ai de super voisins ».
    « Ah bon ? ».
    « Ce sont me proprios, ils sont âgés, style 70 piges, et ils sont ensemble depuis 40 ans ».
    « Et comment tu sais tout ça ? ».
    « Ils me l’ont dit ».
    « Au bout de quelques heures seulement après ton arrivée ? ».
    « On a sympathisé ».
    « Ils savent que tu es gay ? ».
    « Ils ont compris après ton coup de fil. Et on a joué cartes sur table. Je te promets, ils sont vraiment adorables. Ils ont hâte de te connaître. Le moins âgé des deux aime le rugby. Il a même joué quand il était jeune ».
    « Ca nous fera au moins un sujet de conversation » il plaisante.
    « En discutant avec eux, je me suis rendu compte qu’on a quand-même de la chance de vivre à l’époque actuelle ».
    « Pourquoi tu dis ça ? ».
    Je lu raconte en quelques mots l’histoire hallucinante d’Albert.
    « Avant c’était quand même horrible ».
    « C’est certain » il commente « mais tout n’est pas parfait aujourd’hui non plus. Les pd sont toujours considérés comme des sous-merdes. Tiens, il n’y a pas un jour dans les vestiaires où je n’entends pas des réflexions du style « on va gagner contre cette équipe de pd » ou « je peux faire ça car je ne suis pas un pd » ou « ce pd m’a fait tomber exprès ». Quand on parle de pd, c’est toujours négatif, plein de mépris ».
    « C’est vrai. Ce n’est quand-même pas normal qu’on dise « un truc de pd » pour quelque chose qui n’est pas vraiment vaillant. C’est pas normal que l’une des insultes les plus offensantes que les mecs lâchent pour humilier quelqu’un soit « pd ».
    « C’est comme ça. Moi aussi je le faisais avant. On entend le faire, et on le fait à son tour pour être comme les autres. C’est con, mais c’est comme ça. Le mépris ne s’arrêtera jamais. Et les gays se font toujours insulter et tabasser ».
    « Mais au moins de nos jours l’Etat n’y met pas du sien. Au contraire, il punit les agresseurs ».
    « On ne viendra jamais au bout de la haine contre les gays ».
    « Regarde comment les choses ont changé en quelques décennies. Ok, tout n’est pas parfait, mais ça avance dans le bon sens ».
    « Je voudrais en être si certain que toi. Allez ourson, je vais aller me coucher, je suis naze ».
    « Au fait, j’ai revu Thibault cet après-midi, avant de partir ».
    « Il va comment ? ».
    « Pas trop mal. Il a juste besoin de temps. Il n’en veut à personne, mais il a besoin de mettre son énergie dans le rugby ».
    « Ça se passe bien ses entraînements ? ».
    « Oui, ça a l’air ».
    « C’est tout ce qu’il t’a raconté ? ».
    Soudain, je repense à la grande nouvelle de sa future paternité. J’ai envie de lui en parler mais Thibault m’a demandé de ne pas le faire et je respecte sa volonté.

    Mardi 18 septembre 2001
     
    Le lendemain matin, je me réveille en bonne forme. Je me lève rapidement et je me sens plein d’énergie. Jérém me manque beaucoup. Mais c’est le grand jour de ma rentrée à la fac et je suis tout excité. Je passe à la douche, je m’habille. Je découvre sur mon portable un message de mon bobrun me souhaitant une bonne rentrée à la fac. Adorable. Il y a pensé, il s’en est souvenu !
    Je viens de faire chauffer mon café, lorsque j’entends toquer à la porte fenêtre.
    « Bonjour Nico ».
    Denis se tient devant moi, un plat de pancakes maison à la main.
    « Bonjour Denis ».
    « Tu aimes les pancakes ? ».
    « Oui, bien sûr ! ».
    « J’en ai fait beaucoup et j’ai pensé que tu en mangerais au petit déj ».
    « C’est super gentil. Merci beaucoup ! ».
    « Bon premier jour à la fac ! » il me lance.
    En quittant mon appart, je me sens une nouvelle fois apaisé par cette petite cour intérieure au sol rouge. Car c’est un havre de calme, de paix, de chaleur humaine, dans lequel je me sens à l’abri de cette ville encore inconnue, cette ville qui grouille au bout du couloir sombre, derrière le grand portail en bois peint en vert.
    En allant prendre le bus pour aller à la fac, je passe devant un kiosque à journaux. Mon regard est happé par les gros titres des quotidiens toujours en rapport avec ce qui s’est passé le 11 septembre. Soudain, je réalise qu’il s’est déjà écoulé une semaine depuis les attentats de New York. Une semaine déjà. Comment le temps passe ! Comment la vie continue, malgré l’horreur !
    Pendant quelques instants, je revois la tête déconfite de Charlène, lorsque Jérém et moi avons débarqué à l’improviste chez elle, après être redescendus de Gavarnie, après avoir fait l’amour, pour lui apprendre la grande nouvelle du départ pour Paris. Je revois les images d’une tour en feu, d’un avion percutant la deuxième, de l’effondrement des deux à quelques minutes d’intervalle. Je retrouve la sensation d’avoir été poignardé dans le dos, la sensation d’avoir perdu une partie de moi. La sensation d’avoir perdu espoir en l’Homme. Je retrouve la peur. Que ça pète ailleurs, n’importe où, n’importe quand, que ça nous touche dans nos villes, dans nos maisons. La peur que ces attentats provoquent une escalade de violence conduisant à immense conflit dont on a du mal à imaginer l’ampleur et la barbarie. Tout cela tourne en boucle dans ma tête, m’empêchant de penser à quoi que ce soit d’autre. Je n’ai même plus envie d’aller à la fac. A quoi bon y aller, si tout peut se terminer demain ?
    C’est dans le bus que ces idées noires vont enfin me quitter. Un mec est assis vers le milieu du couloir. Pendant un instant, je croise son regard. A partir de cet instant, sa présence accapare totalement mon esprit. Il n’y a rien de tel que la beauté du masculin pour nous faire oublier les soucis et les tracas.
    Vingt ans, cheveux châtain courts. Pas « canon » mais avec un petit quelque chose de sexy et de touchant dans son allure, une bonne tête, un peu ronde. Il n’est pas gros, il a juste une bouille un peu ronde. En fait il y a quelque chose dans son visage qui, d’une certaine façon, me fait penser à Ryan Philippe plus jeune. Il aussi une boucle d’oreille a l’oreille gauche.
    Le bus est bondé, et je suis obligé, comme d’autres passagers, de rester debout dans le couloir. Ce qui me donne une bonne raison pour rester positionné face au bogoss.
    Il doit être apprenti, je dirais maçon, ou plâtrier ou menuisier, un métier manuel en tout cas, car il est en tenue de travail. Il porte une veste de survêtement sale de poussière et de plâtre. Il tient un sac de sport sur ses cuisses.
    Mais ce qui me fait particulièrement flasher sur lui, c’est aussi un détail de sa tenue. Un petit détail pour certains, mais un grand détail à mes yeux. Il n’y a rien à faire, je kiffe ça.
    Certains fantasment sur les tenues en cuir, d’autres sur les marinières, d’autres sur le costard, l’uniforme, d’autres encore sur les jeans moulants. Moi c’est le t-shirt blanc. Un mec porte un t-shirt blanc, et il attire illico mon attention. Un mec porte un t-shirt blanc, et sa sexytude en est décuplée à mes yeux. Car il n’y a pas à mes yeux vêtement plus sexy qu’un simple t-shirt blanc. Evidemment, je le préfère un peu près du corps, des biceps et du cou. Je l’aime bien col en V, mais je kiffe un max le col rond.
    Et le mec dans le bus, sous sa veste de travail ouverte, il porte justement un t-shirt blanc, col rond, collé à sa peau, l’arrondi juste en dessus de sa clavicule. Sexy à mort.
    Deux arrêts plus tard, une place se libère enfin, juste derrière le bogoss. Je cherche du regard s’il n’y aurait pas de passagers prioritaires, personnes âgées, handicapées, femmes enceintes. L’horizon est libre, je m’y installe donc. Ce qui me permet de capter une légère fragrance de déo masculin capable d’éveiller immédiatement mes récepteurs de virilité.
    Je consulte le plan du circuit du bus, comptant à rebours les arrêts me séparant de celui proche de la fac. J’ai un peu le stress d’aller pour la première fois en cours. J’appréhende de devoir me confronter à ce nouveau monde, à tant de gens inconnus. Comment vais-je m’intégrer ?
    A l’approche de l’arrêt juste avant le mien, le bogoss se lève. Ce qui me permet de remarquer qu’il porte un pantalon de survêtement en tissu satiné, comme ceux que portent les footeux. D’ailleurs, il n’y a pas que le pantalon qui me fait penser qu’il puisse être footeux. Il y a aussi son beau petit cul, un vrai bon petit cul de footeux.
    Le bogoss fait deux pas, puis il s’arrête, bloqué par d’autres passagers. Il pose son sac à terre.
    Lorsque le bus s’arrête, le couloir se désengorge peu à peu. Le bomec se penche pour attraper à nouveau son sac. Et là, évidemment, sa veste remonte, avec son t-shirt blanc, et je vois dépasser l’élastique de son boxer. Moment furtif mais frisson garanti, l’instant pendant lequel je capte un éclat de l’intimité d’un bogoss.
    Le bogoss finit par descendre du bus, et par disparaître de ma vue, de ma vie. Je le regarde partir vers sa vie qui me sera à tout jamais inconnue. Mais putain, sans être vraiment canon, qu’est-ce qu’il était sexy avec son t-shirt blanc !
    Le bus arrive vite à l’arrêt de la fac. Je pénètre pour la première fois dans le campus et je me retrouve projeté dans un monde à part, peuplé par une foule de constructions plutôt modernes et assez impressionnantes, un monde grouillant d’étudiants, de vie, de savoir, de promesses d’avenir. Je suis heureux d’être ici, de pouvoir faire des études.
    Soudain, je sens mon cœur plus léger. Ce monde m’impressionne toujours, mais j’ai envie d’en faire partie. Je vais m’accrocher pour en faire partie.
    Je traverse le campus à la recherche de l’amphi où va se tenir la réunion de rentrée de ma promotion. J’ai un plan du campus, j’essaie de le comparer avec les panneaux d’indications ci et là, mais j’ai l’impression de tourner en rond. Il faut dire que je ne suis pas vraiment concentré sur mon plan. Je découvre les lieux. Et, surtout, je découvre leur faune masculine.
    Je découvre une impressionnante concentration et variété de bogossitude au mètre carré. Je crois que je n’ai jamais vu autant de beaux mecs, de bonnes petites gueules, des physiques craquants, de petits cons réunis en un seul endroit, au point que je ne sais pas où donner de la tête.
    Certes, il n’y a pas que des bombasses. Mais à chaque pas un nouveau mec attire mon regard, éveille cette sensibilité qui est la mienne pour la sublime beauté du masculin. Alors, comment être concentré sur mon chemin dans ces « conditions » ?
    Mais le temps presse, la réunion est censée débuter dans 10 minutes et je ne sais toujours pas où je dois me rendre. J’ai la tête tellement en l’air que je ne vois pas une nana qui vient dans la direction opposée. L’« accident » est inévitable. Nous nous rentrons dedans.
    « Désolé » j’entends me lancer avec une voix de petite fille.
    « C’est moi qui suis désolé. Je cherche l’amphi où se tient la réunion de Sciences de la Terre » je fais, en dévisageant la petite brune que j’ai failli renverser.
    « C’est vrai ? Je cherche le même amphi ! ».
    « On peut chercher ensemble, alors » je lui propose.
    « Oui, bien sûr. Je crois que c’est par là ».
    « Je marchais carrément dans la direction opposée » je plaisante.
    « Je crois, oui ».
    « Je te suis ».
    Elle me sourit et presse le pas.
    « Au fait, moi c’est Nico ».
    « Moi c’est Monica. Et tu viens d’où, Nico ? ».
    « Je viens de Toulouse. Et toi ? ».
    « Je viens de Mérignac, c’est pas très loin ».
    Nous trouvons le fameux amphi. Cet espace immense, rempli d’une foule d’étudiants inconnus m’intimide. La réunion démarre une poignée de minutes avant notre arrivée. Le responsable des études présente la fac, explique le fonctionnement, le règlement, le déroulement de l’année. L’emploi du temps est distribué.
    A midi, je déjeune avec Monica au resto U. Nous faisons plus ample connaissance. Elle m’a l’air vraiment sympa. Ça promet bien cette nouvelle aventure.

    « Ourson ».
    Le coup du fil de Jérém du soir me fait toujours un bien fou.
    « Ca va, p’tit loup ? ».
    « Ca va, oui. Alors, cette première journée à la fac ? ».
    « Pas mal. Les cours sont bien. J’ai sympathisé avec une nana plutôt sympa »
    « C’est bien. Tu sais que je risque de rentrer à la fac aussi… ».
    « C’est vrai ? ».
    « Le club encourage les jeunes joueurs à passer des diplômes ».
    « C’est une bonne chose. Et tu sais dans quoi tu as envie de faire des études ? ».
    « Je ne sais pas vraiment. Je voudrais faire STAPS. Mais on me conseille « gestion des entreprises ». Je ne sais pas encore ».
    « Tu as le corps parfait pour STAPS, mais tu as aussi la tête pour t’en sortir en gestion ».
    « Tu m’aides vraiment ».
    « Je serais heureux pour toi quoique tu choisisses ».

    Après le coup de fil de Jérém, je me plonge enfin dans l’univers magique et prenant de Harry Potter. Ma cousine Elodie m’a offert un coffret comprenant les premiers livres pour mon anniversaire quelques jours plus tôt. Mais je n’ai pas eu le temps de commencer à les lire avant. Et franchement, c’est une très belle surprise.
    Presque à chaque page, je me dis que cette saga est une vaste entreprise de recyclage de tous les mythes et de toutes les légendes ancrées dans la mémoire collective. Et pourtant, même avec autant d’ingrédients, « la mayonnaise prend » et le récit est vite addictif.

    Mercredi 19 septembre 2001

    Le mercredi, dans le bus, je croise une nouvelle fois le bel ouvrier en veste de travail et t-shirt blanc. Toujours aussi sexy. Toujours aussi inconnu.
    Sur le campus, je croise des rafales de petits cons, parfois isolés, parfois en grappes, en pleine discussion entre petits cons. Et c’est beau à en pleurer. Je commence à en repérer certains, qui commencent d’une certaine façon à me devenir « familiers ». Des inconnus familiers. Délice et torture, que toute cette bogossitude, mais délice avant tout. Putain, qu’est-ce que j’aime la fac !
    Je retrouve Monica en cours. Et force est de constater qu’on s’entend vraiment bien.
    Monica est vraiment une nana géniale. Elle est drôle, espiègle, elle a de l’humour, de la répartie, du caractère. Pour certains côtés, elle me fait penser à ma cousine Elodie. Elle aime Madonna, Werber, Harry Potter, Tchaïkovski, les peintres impressionnistes, le piano. On est vraiment faits pour nous entendre.
    Il y a une place vide à coté de Monica et une minute avant le début du cours, un mec débarque de nulle part.
    « Bonjour. Elle est prise cette place ? ».
    Le type porte une chemise blanche avec deux boutons ouverts en haut, un blazer marron vif, un jeans, des chaussures de ville. Ses cheveux châtain clair sont coupés en dégradé autour de la tête et tenus en brushing « raie de côté » sur le haut. Ils sont assez longs, lisses, vigoureux. De beaux cheveux.
    Le mec a un sourire charmeur. C’est un petit gabarit, assez fin, mais il a une prestance, il se dégage de lui une élégance naturelle, comme une aura qui le fait se distinguer parmi une foule.
    « Non, je ne crois pas qu’elle soit prise » j’entends Monica lui répondre.
    « Je peux m’asseoir alors » fait le type, avec une assurance qui frise l’insolence.
    « Oui je crois ».
    « Au fait moi c’est Raphaël ».
    « Moi c’est Monica ».
    « Enchanté Monica »
    « Et toi ? » il me questionne.
    « Moi c’est Nico ».
    « Enchanté Nico ».
    « Enchanté moi aussi ».
    Raphaël est un moulin à parole, mais il est très sympa. Le début du cours l’oblige à se taire. Mais ce n’est que partie remise. A midi, nous mangeons tous les trois au resto U et il continue de nous raconter sa vie.
    Raphael est originaire de Bergerac. Ses parents tiennent un bureau de tabac et un kiosque à journaux. Il nous raconte son activisme au sein de la jeunesse d’un parti très à gauche. Je comprends que Raphaël est quelqu’un de politiquement très engagé, très attaché à ses idéaux, convaincu que la politique et les bons politiques peuvent changer le monde. Dans son discours, les mots capitalisme, prolétariat et communisme ont un vrai sens. Car il a l’air de croire dur comme fer à des idéaux, il a l’air sincère, passionné, désireux de justice sociale. C’est la première fois que je rencontre quelqu’un aussi passionné par la politique, surtout aussi jeune. Il est au fait de toute l’actu politique, il est incollable sur n’importe quel débat.
    Moi qui avais jusque-là l’impression que la politique était une matière inerte qui n’intéressait plus personne et dans laquelle plus personne ne croyait, je découvre qu’elle peut encore brasser de véritables passions. Il y a une flamme dans son discours qui est contagieuse.
    Raphaël a l’air d’un mec très droit. Il est aussi très beau parleur, charmant naturellement, charmeur par vocation. Raphaël est un gars très cultivé, et très drôle. Et cela suffit à créer un charme hors normes. Le charme intellectuel, l’une des formes de charme les plus puissantes qui soient. Un charme qui ne fane pas avec le temps, mais qui au contraire, se bonifie avec.
    Raphaël est en passe de devenir le troisième élément de la petite bande dont je ferai partie en cette première année de fac et qui comptera cinq « membres » au final.

    Ce soir-là, j’essaie plusieurs fois d’appeler mon beau Jérém. Mais je tombe à chaque fois sur son répondeur. Je me dis qu’il a encore dû sortir avec ses potes et qu’il ne peut pas me répondre. Peut-être qu’il n’a même pas le téléphone sur lui. Il a oublié de m’appeler. Il aurait quand même pu m’envoyer un petit message.
    Dans mon petit studio, je sens un bon petit coup de blues m’envahir. Jérém me manque trop. Jour après jour il me manque de plus en plus.
    J’appelle maman, je lui raconte ma journée, mais je n’ai pas trop envie de parler. Je coupe court. Aussi, je ne veux pas rater un éventuel coup de fil de mon bobrun.
    Mais ce coup de fil ne vient pas. Je sors dans la cour, en espérant que mes voisins me voient et m’invitent prendre un café. Leurs volets sont fermés, ils ont dû sortir.
    Je décide alors d’aller faire un tour pour me changer les idées. J’ai envie de retrouver la Garonne, j’ai envie de retrouver ce lien qui me relie à ma terre natale.
    Je marche dans la ville et ma première impression se confirme depuis deux jours. Bordeaux manque de couleur par rapport à ma Toulouse de cœur. J’ai toujours l’impression d’être un étranger dans ces rues que je découvre petit à petit. Pas encore un habitant, plutôt un touriste.
    Je cherche la Garonne, je demande à des passants. On m’indique la direction. Au bout d’un bon moment de marche, je tombe sur une magnifique arche monumentale, la Porte de Bourgogne. Devant moi, la Garonne se déploie dans une immensité à laquelle elle ne m’a pas habitué à Toulouse.
    Des véritables voies sur berges, et non un simple boulevard sens unique comme à Toulouse, séparent les bâtiments de la Garonne. Un premier viaduc enjambe les voies, et se connecte à un pont bien plus ancien, dont l’architecture comporte comme des airs de famille.
    Le Pont de Pierre est en effet la copie presque conforme du Pont Neuf à Toulouse, mais avec beaucoup plus d’arcades. Ça me donne encore plus de nostalgie, encore plus de « mal du pays ».
    J’emprunte ce beau pont, je m’engage dans la traversée de la Garonne. Je n’en reviens toujours pas d’à quel point elle est immense à Bordeaux par rapport à Toulouse. Tout comme je n’arrive pas à me faire à la couleur bizarre de l’eau.
    Je m’arrête vers le milieu du pont, je contemple le flux lent et laminaire de l’eau qui inspire une immense quiétude, une sorte de solennité presque religieuse.
    Je reviens sur mes pas, je me balade sur les berges verdoyantes et bien aménagées. Marcher m’apaise. Je regarde mon tel. Toujours pas de nouvelles de Jérém. Je noie ma tristesse en regardant le coucher de soleil sur la Garonne.
    Je continue de marcher jusqu’à la place de la Bourse, magnifique espace monumental. La fatigue commence à se faire sentir. Je remonte vers mon quartier, le plan à la main. Une demi-heure plus tard, alors que la nuit tombe, je suis devant le portail vert qui me sépare de la petite cour au sol rouge, de mon petit terrier.
    Je me brosse les dents, j’allume la télé, je zappe sur les quelques chaînes. Rien n’accroche mon attention. Je me prépare à « éteindre les feux ». Toujours pas de messages de mon Jérém. Je lui envoie un dernier sms.
    « Bonne nuit petit loup tu me manques ».
    Une heure plus tard, à minuit, je ne dors toujours pas. Et il n’y a toujours pas de signe de vie de la part de Jérém.

    Jeudi 20 septembre 2001, au matin.

    Le lendemain, je me réveille avec un sentiment de manque terrible. Mais une agréable surprise m’attend.
    « Bonjour toi ».
    Enfin un message de Jérém.
    « Bonjour ça va ? » je m’empresse de lui renvoyer
    « Oui. on se capte se soir ».
    Le message est laconique, mais il a quand même le pouvoir d’illuminer ma journée.
    En quittant mon appart pour partir à la fac, je suis d’une humeur toute guillerette.
    « Bonjour Nico » me lance Denis.
    « Bonjour ».
    « Ça va ? ».
    « Oui, bien, et vous ? ».
    « Bien, bien. Dis-moi, je voulais te demander un service ».
    « Vous pouvez ».
    « Ce soir quand tu rentres, tu pourras me donner un coup de main à dépoter ces deux palmiers et à les planter dans la terre dans l’autre cour ? »
    « Avec plaisir. On fera ça dès que je rentre ».
    « Merci ».
    « Il y a du vent ce matin » je constate, en entendant les rafales siffler depuis la rue.
    « C’est le vent de l’Océan. Il faudra t’y habituer ici ».
    « Je suis habitué au vent, à Toulouse ».
    « Ah, oui, mais ici ce n’est pas le vent d’Autan, c’est un vent humide qui amène souvent le mauvais temps ».
    En partant, je colle enfin mon nom sur la sonnette.
    Dans la rue, le vent souffle très fort. Je l’ignore, mais aujourd’hui encore le vent qui souffle sur la ville annonce que quelque chose d’important va très bientôt se produire dans ma vie.

     

    Tu peux contribuer à l'aventure Jérém&Nico !

    Même un petit, chaque geste est le bienvenu. Merci d'avance. Fabien.

     

    via Tipeee : Présentation

     

     

     

    ou via Résultat de recherche d'images pour "logo paypal"  sans inscription, en cliquant sur ce bouton :

     

    Bouton Faire un don 

     

     

     

    Disponible maintenant ! (livre papier et epub).

     

     

     

    J&N

     

     

     

    Livre format numérique (epub, 500 pages, 15 euros ) CLIQUEZ ICI

     

     

     

    Livre papier 500 pages, 30 euros, CLIQUEZ ICI

     

     

    Merci d’envoyer un petit mail à fabien75fabien@yahoo.fr avec votre commande pour m’indiquer vos coordonnées pour l’envoi du livre papier ou du livre epub. Et pour que je puisse vous dire merci.






  • Commentaires

    1
    Virginie-aux-accents
    Mercredi 4 Mars à 22:31

    Comme c'est étrange de voir Nico en dehors de son "milieu naturel", et en même temps s'y habituer si rapidement. Une forte concentration de bogoss, ça aide toujours. happy

    Ses deux charmants propriétaires m'ont l'air fantastiques et touchants. Ils pourront lui offrir un havre de paix en cas de coup dur.

      Merci pour ces deux épisodes de transition entre Toulouse et Bordeaux.

    Je crains maintenant le lendemain, 21 septembre...

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Florentdenon
    Dimanche 8 Mars à 10:46
    Recit toujours aussi realiste et touchant. La suite promet ! Merci encore.
    3
    Mardi 16 Juin à 20:25

    Il n'est pas loin de la gare St Jean et de la Place Victoire, c'est bien placé. 

    J'aime beaucoup Bordeaux qui est cependant moins immédiatement séduisante que Toulouse. Plus proche de Paris pour voir Jérém.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :