• 0205 Non, ce n’est pas un rêve.

    Aujourd’hui, dans cette petite maison en pierre nichée dans les montagnes, mon Jérém m’a fait l’amour comme jamais, nos plaisirs se sont mélangés, enlacés, et ils ne sont devenus qu’un seul, un but commun que nous poursuivions « main dans la main ». J’ai pris du plaisir à lui faire plaisir, mais lui aussi il a pris du plaisir à me faire plaisir.

    Jérém se glisse sous les draps, j’en fais de même ; il approche pour me prendre dans ses bras, je me retourne sur le flanc, de façon à ce que son corps puisse envelopper le mien ; nos corps se calent l’un contre l’autre, à la perfection. Jérém passe ses bras autour de mon torse, il me serre très fort contre lui, il enfonce son visage dans le creux de mon épaule, il pose d’innombrables bisous tout doux et tout fous dans mon cou, dans le bas de ma nuque, sur mes épaules.

    Dehors, il fait froid, il pleut toujours, le vent ronfle sur le toit ; mais dans la petite maison en pierre, le feu crépite bruyamment dans la grande cheminée ; et sous ce draps doux qui sentent bon la lessive, son corps irradie une douce chaleur, et il dégage une délicieuse odeur de jeune mâle, un énivrant mélange d’odeur de gel douche, de déo, de sexe, mais pas que : car, ce soir, son corps sent également l’amour.

    Son goût persistant dans ma bouche, mon ventre et mon entrejambe retentissant de l’écho des coups de reins puissants de mon mâle, je me sens envahi par une intense sensation de bien-être. Son jus en moi me fait du bien, je suis groggy de sa testostérone, de sa virilité.

    Dans ces draps, je ressens un doux apaisement du corps et de l’esprit : c’est un bien-être absolu, fait de chaleur, de douceur, de complicité, de sensation que rien ne peut m’arriver dans les bras musclés du garçon que j’aime.

    Oui, la maison est petite, le lit n'est pas grand, mais mon bonheur, notre bonheur, est tellement immense que ça en donne le tournis.

    Jérém me serre un peu plus fort contre lui, me fait un dernier bisou dans le cou ; et alors qu’une petite larme de bonheur glisse sur ma joue, je m’assoupis comme un bébé.

     

     

    Lorsque je rouvre les yeux, Jérém est debout, en train de s’habiller ; en fait, ce sont ses mouvements qui m’ont réveillé ; le contact chaud et rassurant de ses bras est venu à manquer, mon sommeil s’est évaporé. Je le regarde passer son boxer rouge et blanc, moulant ses cuisses, l’élastique tendu entre les plis de l’aine, juste en dessous de ses abdos, la bosse bien saillante, renfermant son bel engin ; magnifique vision, que celle de mon bobrun, torse nu, juste habillé d’un boxer.

    Puis, Jérém se penche sur cette boite magique qu’est le grand sac de sport posé à côté du lit qui contient ses fringues ; il en extrait un t-shirt blanc propre, qu’il glisse sur son torse : vision divine, que celle de mon bobrun, boxer moulant et t-shirt tout aussi moulant sur sa plastique de fou.

    « Ça va ? » je lui demande.

    « J’ai faim… » il lance, en faisant claquer les syllabes, sur un ton qui a quelque chose d’enfantin, un petit regard fripon au fond des yeux.

    « Tu veux aller faire des courses ? ».

    « Naaan… t’as vu le temps ? Moi je ne sors plus… ».

    « On mange quoi, alors ? ».

    « Une pizza, ça te va ? ».

    « Oui… il faut la commander ? ».

    « C’est ça… et comment ils vont nous la livrer ? Par pigeon voyageur ? ».

    « Je ne sais pas… ».

    « Ce soir tu vas manger une pizza maison… » il me lance, l’air fier de lui, tout en ouvrant une porte du garde-manger et en sortant un plat couvert d’un chiffon ; un chiffon sous lequel se cache un pâton bien gonflé.

    « Tu sais faire une pizza ? ».

    « Oui, monsieur… je te rappelle que j’ai des origines napolitaines… ».

    « C’est vrai… » j’admets. Mais je suis sur le cul quand-même. Décidemment, ce mec ne cessera jamais de m’étonner.

    « J’ai fait la pâte tout à l’heure, il ne reste qu’à l’étaler et mettre la garniture… fromage râpé, champignons, jambon, oignons… ok pour toi ? ».

    « Oh que oui….

    « Alors, c’est parti ! » fait-il, tout guilleret.

    Je le regarde jouer les pizzaiolos dans cette tenue sexy à mourir, t-shirt blanc et boxer, je le regarde étaler la pâte avec une bouteille vide en guise de rouleau à pâtisserie, avec des gestes rapides et assurés ; je le regarde monter la garniture, un produit après l’autre, avec des gestes amples, généreux. C’est beau de regarder l’homme qu’on aime en train de cuisiner.

    « Je peux t’aider ? ».

    « Ça devrait aller… merci… ».

    A mon tour, je passe un boxer et un t-shirt ; et je ne peux m’empêcher d’aller le rejoindre, de me coller contre son dos, de l’enlacer, de le serrer très fort contre moi, et plonger mon nez dans ses cheveux bruns enfin sèches. La douceur et l’odeur de propre de son t-shirt me percute, m’étourdit, m’assomme. 

    Mes lèvres se posent plein de bisous à la lisière de ses beaux cheveux bruns, je passe la main sous son t-shirt blanc et je lui caresse les tétons.  

    Jérém frissonne, rigole, gigote.

    « Je ne vais jamais pouvoir terminer ma pizza si tu me fais ça… » fait-il, sur un ton entré excité et amusé.

    « J’ai trop envie de te faire des bisous… depuis que j’ai l’autorisation… ».

    « Petit con… ».

    « Tu m’excites trop, Jérém… ».

    « C’est pas l’heure des galipettes, je fais à manger… quand j’ai faim, j’ai faim ! » fait-il, en se dégageant de mon étreinte, pour revenir claquer un bisou, un seul, rapide et furtif, presque volé, sur mes lèvres.

    Le bogoss revient à son ouvrage, il en peaufine les détails en ajoutant un filet d’huile d’olive. Je le regarde travailler, de dos, je regarde la perfection avec laquelle le coton blanc moule ses épaules, ses biceps, les mouvements de ses muscles, je regarde la chaînette qui dépasse de la finition du col autour de son cou puissant : c’est beau à en pleurer.

    « T’es tellement sexy en t-shirt blanc ! ».

    « Ah oui, tu kiffes ça, je sais… ».

    « T’as un corps de dingue, et le blanc, moulant, te va, un truc de fou… ça me rend dingue… quand tu te fous en t-shirt blanc, je me sens comme un taureau devant une muleta… ça me chauffe à bloc, ça me donne trop envie de toi… ».

    « T’as tout le temps envie de moi… » il se marre.

    « Ça c’est pas faux… mais là, encore plus… ».

    « Je mettrai tout le temps un t-shirt blanc, alors… ».

    « A ton risque et péril… tu vas devoir assurer, après… ».

    « Tu sais bien que j’assure… ».

    « C’est clair… t’es un sacré mec… ».

    Jérém vient de terminer de garnir la pizza, et je la trouve magnifique. D’autant plus qu’elle est faite avec amour. Le bogoss l’attrape, et la pose sur le prolongement de la plaque en fonte sur laquelle est posé le foyer de la cheminée.

    « Et voilà, il n’y a plus qu’à attendre… par contre, il va falloir la surveiller, il n’y a pas d’horloge sur ce genre de four… » il se marre, adorable.

    Lorsque je regarde mon Jérém, ce nouveau adorable Jérém, posé dans ce nouveau décor, dans ce nouveau rôle qui va au délà de mes rêves les plus fous ; lorsque j’entends sa voix, ses mots, cette façon de me laisser rentrer dans sa vie, d’installer une complicité aussi soudaine qu’inattendue, j’ai encore du mal à croire que tout ça ce soit réel.

    D’ailleurs, je crois que si je racontais tout ça à ma cousine – ou à n’importe qui, pour peu qu’il soit au courant des galères que j’ai traversées avec mon bobrun – pourrait croire qu’il s’agisse d’un rêve ; un rêve où, une fois de plus, je prendrais mes désirs pour des réalités. Pourtant, ce n’est pas le cas. Non, ce n’est pas un rêve, non, non, non, non, ça n’en est pas un !

    Oui, j’ai encore du mal à croire que tout cela soit bien réel : et pourtant, il l’est.

    « Tu sais que t’es un mec génial ? » je lui lance, touché par ce Jérém adroit et dégourdi qui se dévoile instant après instant devant mes yeux.

    « Bah, je sais faire une pizza… il faut pas bac plus 10 pour ça… » il se marre.

    « Peut-être… mais je ne sais pas faire moi… ».

    « Je t’apprendrai… la seule difficulté, c’est de réussir la pâte… après, c’est un jeu d’enfants… ».

    « Vraiment, tu m’impressionnes… ».

    « Tu parles… ».

    « Je te promets… ».

    « Et pourquoi, donc ? ».

    « Ici tu es tellement différent qu’à Toulouse… tellement simple, tellement débrouillard, tellement adorable… ».

    Jérém sourit, visiblement touché.

    « T’aimes le Jurançon ? » il me lance de but en blanc.

    « C’est mon vin préféré… ».

    « Je m’en doutais… ».

    « Et comment tu t’en doutais ? ».

    « Je t’ai vu en boire, le soir du repas de classe… ».

    « T’as remarqué ça, toi… ».

    « Bah oui… » fait-il, le plus naturellement du monde.

    « T’es incroyable… » je lâche, alors que je me sens submergé par une émotion immense.

    Le bogoss ouvre la porte d’entrée, sort sous le petit appentis et revient avec une bouteille doré. Pendant un instant, le vent et le froid s’insinuent dans la petite pièce, rappelant à quel point un toit et une source de chaleur sont les bases du bonheur.

    Jérém ouvre la bouteille à l’aide d’un tirebouchon en T et de la force de ses muscles – son biceps gonfle sous l’effort, et maltraite un peu plus la manchette en coton blanc, vision d’une sensualité renversante : le bouchon finit par sauter, en produisant le claquement typique. Un instant plus tard, il remplit deux verre et m’en tend un ; puis, il approche son verre du mien ; lorsque nous trinquons, nous nous regardons droit dans les yeux, et Jérém en profite pour me lancer un clin d’œil qui me fait fondre.

    Le bogoss pose son verre sur les briques de l’âtre, se penche sous le lit et il en extrait une vieille couverture qu’il étale devant la cheminée. Puis, il s’assoit devant le feu, pile face à la pizza en train de cuire. Je le regarde et je me sens amoureux comme jamais.

    « Viens… » il me lance tout bas.

    Je m’assois à mon tour, mes jambes autour des siennes, mon torse contre son dos, mon visage dans le creux de son épaule.

    « Je suis bien là… » je l’entends dire.

    « Moi aussi je suis bien… ».

    La cheminée réchauffe, la pizza est en train de cuire ; je suis avec le garçon, l’homme que j’aime : notre entente, notre complicité sont à peine croyables, notre amour est si beau ; mon bonheur est parfait.

    « Je n’y croyais plus… qu’on se retrouverait un jour, je veux dire… » je lâche, en retenant mes larmes de justesse.

    « J’ai fait tellement de conneries… je m’en veux… t’es un gars super, Nico… t’es toujours là, malgré tout ce que je t’ai fait… ».

    « Si tu savais à quel point tu comptes pour moi… ».

    « Toi aussi tu comptes beaucoup pour moi, Nico… ».

    Une fois de plus, je regarde la jolie pizza qui est en train de cuire devant le feu et je me sens aux anges.

    Mes lèvres brûlent d’envie de prononcer les trois petits mots magiques, celles qui contiennent « un monde entier », celles que je lui ai dit la dernière fois qu’il est venu chez moi, juste avant qu’il me quitte. Oui, je brûle d’envie de lui dire « je t’aime » ; mais je me retiens, me disant que c’est peut-être trop tôt, que je ne veux pas prendre le moindre risque de « gâcher » cet instant parfait. Plus tard, Nico, plus tard.

    « Tu me fais du bien, Nico… » enchaîne Jérém.

    « J’ai bien fait de te proposer de réviser… » je le taquine.

    « Oh, que oui, Nico… je crois que si tu ne l’avais pas fait, je t’en aurais voulu… ».

    « T’aurais pu le faire aussi, tu sais ? ».

    « Tu sais bien que j’étais bien trop con pour le faire… alors, merci Nico… ».

    J’aime sa façon d’utiliser le prénom, mon prénom, de le placer dans chaque phrase ou presque. C’est important, le prénom, car c’est par lui que s’établit la relation. C'est par le prénom que la personne anonyme devient une connaissance. C’est par le prénom qu’on entre ou pas dans le cercle de quelqu'un. Enoncer le prénom de quelqu’un, c’est aussi le mettre en valeur, lui montrer de la considération. Le prénom rapproche. C’est encore par lui que passent toutes les nuances de la tendresse et de l’amour. Prononcer le prénom de l’autre avec douceur ou sensualité, c’est déjà lui faire un câlin, c’est déjà « embrasser » quelque chose de lui. C’est déjà lui envoyer un baiser.

    Sa façon d’utiliser mon prénom, souvent, au détour d'une phrase, fait ressortir toute sa musicalité et sa couleur. When you call my name, is like a little prayer : oui, mon prénom sonne si bien, comme un accord de Chopin, lorsque c’est Jérém qui le prononce ; et d’autant plus de la façon où il le prononce ce nouveau Jérém.

    « Toi aussi, tu me fais du bien, Jérém… ».

    Une fois de plus, je plonge mon visage dans le creux de son cou et je m’enivre de la douceur, de la chaleur, de l’odeur frais de sa peau. Mais une autre fragrance vient chatouiller mes narines : c’est une odeur de four de boulanger : la cuisson de la pizza avance, et ça commence à sentir sacrement bon.

    Jérém se penche sur le « dossier » et s’empresse de m’annoncer :

    « La pizza est prête ! ».

    Puis, il se lève, il part vers le garde-manger, il revient avec une grande assiette et un couteau ; avec des gestes assurés, il décolle la pizza de la plaque et la fait glisser dans l’assiette qu’il pose sur le rebord en briques de la cheminée. Elle est belle, bien cuite, fumante. Je n’aurais jamais cru que le parfum d’une pizza pouvait me donner envie de pleurer. Le fait est que cette pizza est un peu le symbole de nos retrouvailles, l’image de ce nouveau Jérém qui me fait fondre.

    Mon bobrun s’assoit en face de moi et commence à découper le disque multicolore.

    Je ne me lasse pas de regarder mon Jérém dans ce nouveau rôle de mec futé qui a l’air de savoir tout faire. Il me fascine, il me rend fou.

    « Ah, mince… les assiettes… » je l’entends « pester », tout en rigolant et en se préparant à se lever à nouveau.

    « Reste là, y a pas besoin d’assiettes… » je le rassure.

    « C’est vrai, on est à la campagne ici… » fait-il, en souriant et en me balançant un nouveau clin d’œil au charme ravageur.

    « On est au Paradis… ».

    « Je ne sais pas si au Paradis il pleut autant… » il se marre.

    « Je ne sais pas non plus… mais je suis sûr qu’au Paradis il doit y avoir une cheminée, une pizza et un gars comme toi… ».

    Pour toute réponse, Jérém me tend une part de pizza.

    « Attention, c’est chaud… j’espère qu’elle est bonne… ».

    « Elle l’est forcément… ».

    « Goute d’abord, tu me diras après… ».

    La pizza, c’était une idée charmante quand elle n’était encore qu’un pâton ; elle était belle pendant la préparation, elle sentait bon pendant la cuisson ; et elle est délicieuse, vraiment délicieuse, à la dégustation. Elle a aussi le goût des choses faites avec amour. Un grand chef a dit : « le chemin du cœur passe aussi par le ventre ». Et cela est bien vrai.

    « Alors ? » fait mon Jérém, tout en mâchant un bout de pizza, l’air impatient de savoir.

    « Elle est très bonne ta pizza… ».

    « Ah, ça fait plaisir… ».

    « C’est la meilleure pizza que je n’ai jamais mangé de ma vie… ».

    « T’exagères… ».

    « Non, c’est vrai… ».

    « C’est vrai qu’en dehors de l’Italie, la seule bonne façon pour manger une bonne pizza, c’est de se la faire… mais je te promets que mon cousin Carmelo à Naples, en fait de bien meilleures que moi… ».

    « Elle est délicieuse… » je lui lance, submergé par l’émotion.

    Chose qui ne passe pas inaperçue à mon Jérém.

    « Ça va, Nico ? ».

    « Oui, oui… » je fais, en essuyant mes joues.

    « Qu’est-ce qu’il se passe ? ».

    « C’est que tout ça c’est tellement beau que je n’arrive pas à y croire, c’est trop, ça me donne presque le tournis… ».

    Jérém se déplace à côté de moi, il glisse son bras autour de mon cou et me fait un bisou dans le cou. 

    « Je suis tellement content que tu sois là… » il chuchote, tout en se serrant contre moi, et en passant sa main chaude derrière ma nuque.

    Le bogoss me ressert du Jurançon et me passe une autre part de pizza. Nous mangeons en silence ; en fait, nous n’avons pas besoin des mots ; nous nous sommes tout dit, et ce que nous nous ne sommes pas dit, nous le savons quand même : car nos émotions sont là, elles flottent autour de nous, intenses, vibrantes, palpables.

    Dans la petite maison, il n’y a pas de télé, pas de radio, pas de téléphone, même pas d’électricité. Est-ce que nous en avons besoin ? Je ne crois pas.

    Le crépitement du feu dans la cheminée, le bruit de la pluie sur les ardoises, nos regards qui se cherchent, se caressent, nos sourires qui font tant de bien, les bruits légers d’un repas simple mais délicieux : voilà, dans la pénombre mouvante au gré des mouvements de la flamme, la douce musique de notre amour, de notre bonheur. Le seul fond sonore dont nous avons besoin. Quand l’amour est là, il se suffit à lui-même.

    Jérém vient de terminer sa part et se relève pour aller chercher quelque chose dans le garde-manger. Il en revient avec un gros morceau de fromage et un pain massif.

    « Tu vas goûter ce fromage et tu m’en diras des nouvelles… » il me lance, tout en me tendant un morceau généreux.

    Dès la première mise en bouche, je découvre une saveur délicieuse.

    « Mais il est super bon ! ».

    « C’est du vache-brebis, il est un peu affiné » il m’explique, tout en découpant le pain avec un gros couteau « c’est un pote d’ici qui le fabrique… c’est le meilleur fromage du monde ! ».

    Le pain aussi a une saveur délicieuse : sa croute croustille, sa mie est dense, c’est du vrai pain de campagne. Et de montagne.

    Du fromage vache-brebis, avec ce vrai pain consistant et une gorgée de Jurançon, le tout dégusté en compagnie du gars que j’aime, il y a de quoi se damner !

    Le bogoss s’allume une cigarette et la fume devant le feu.

    « Pas d’électricité, pas de télé… » fait le bogoss, le regard fixe vers le feu « pas de voisins, pas de bruit… pas de réseau, pas de téléphone… il n’y a pas beaucoup de confort ici, mais je me sens bien comme nulle part ailleurs au monde… ».

    Je comprends parfaitement ses mots : c’est vrai qu’on se sent bien dans cette petite maison, dans ce refuge spartiate mais douillet. Pourtant, je me dis que la contrepartie à la tranquillité, ça doit être la solitude.

    « Mais depuis que tu es là, tu ne t’es pas senti seul ? ».

    « Seul ? Non… enfin… si tu veux… de toute façon, j’avais besoin d’être seul… j’avais besoin de faire le point… et puis, j’ai quelques potes ici… depuis que je suis là, j’ai souvent été invité manger… ».

    « Alors, ici c’est la maison de tes grands-parents ? ».

    « Oui, du côté de ma mère… ils habitent Tarbes mais ils viennent ici l’été… du coup, jusqu’à mes quinze ans, je suis venu ici tous les étés… j’étais tellement bien ici, avec papi et mamie, tellement mieux qu’à Toulouse, chez mon père… mes grands-parents ont été très importants pour moi, surtout après le divorce de mes parents… ici, chez eux, c’était mon refuge… le cheval c’était mon refuge… je venais aussi pendant les vacances scolaires, mais comme mes grands-parents étaient à Tarbes, je créchais chez Charlène, une amie à eux qui tient un centre équestre pas loin d’ici… Charlène est comme une tante très rigolote… en fait, c’est presque une mère pour moi… dès que je pouvais, je venais ici, je faisais du cheval, je respirais… j’avais presque oublié à quel point c’est bon… ».

    « Tu fais du cheval ? » je fais, surpris.

    « Je t’ai pas dit ? ».

    « Non, je ne sais rien de toi, Jérém… ».

    « J’en fais depuis tout jeune… c’est mon grand père qui m’a mis sur un shetland quand j’avais 5 ans, et j’ai kiffé ; quand j’ai commencé à toucher des pieds par terre sur mon shetland, il m’a acheté une jument, Tequila, qu’on a fait pouliner… maintenant, je monte le fils de Tequila, Unico, un mâle entier… ».

    « Mais ils sont où tous ces chevaux ? ».

    « Il sont en demi-pension chez Charlène… ».

    « C’est quoi un cheval en demi-pension ? » je me marre « est-ce que c’est un cheval qui ne broute qu’au petit dej et au diner et qui va bouffer chez le voisin à midi ? ».

    « T’es con… » fait Jérém, mort de rire.

    « Mais j’y connais rien, moi… ».

    « Ah, oui, c’est vrai… en fait, les chevaux sont chez elle toute l’année, elle s’en occupe comme si c’était les siens… en contrepartie, elle peut s’en servir au besoin, les monter elle-même ou les faire monter par ses clients… elle fait pas mal de balades l’été, alors elle a besoin de chevaux… du coup, elle entretient mes chouchous sans me faire payer la pension… mais quand je suis là, je peux monter mon Unico quand je veux… ces derniers jours, j’ai bien profité de mon loulou… ».

    Alors, ça… si je m’y étais attendu ! Jérém qui fait de l’équitation : c’est tellement inattendu, tellement original, exotique ; imaginer Jérém à cheval, sans même l’avoir vu, ça sonne déjà méga sexy. Cavalier, c’est un nouveau monde de Jérém qui s’ouvre à moi : et cela m’émeut déjà.

    Question : pourquoi faut-il que les bogoss, en plus d’être beaux et sexy, aient aussi tout le temps un talent pour un ou plusieurs sport ? Rugbyman, footballeur, nageur, ou alors ils fréquentent les salles de sport, y’a toujours un truc qui les rend « spéciaux », « intéressants », qui rajoute du craquant au sexy, si ce n’est pas plusieurs trucs à la fois. Ce qui m’amène à la question existentielle suivante : est-ce que la bogossitude précède le talent, ou bien c’est le talent qui façonne petit à petit leur bogossitude ? Ça devrait être un sujet de dissertation philosophique. Un sujet pour le bac. Vous avez quatre heures…

    « Tu fais quoi à cheval ? Des courses ? Des obstacles ? Du dressage ? » je lui demande, laissant parler mon ignorance, tout en reprenant à mon compte le fameux précepte : « Toujours faire parler un bogoss de ce qu’il fait, et surtout de ce qui le rend fier et heureux ».

    « Naaaan… rien de tout ça… de la balade, juste de la balade de quelques heures… au plus de la rando de quelques jours… le cheval c’est une façon de me retrouver au calme, de me remettre les idées en place au milieu de la nature et de mes potes… ».

    « Ton Unico, ça fait longtemps que tu le montes ? ».

    « Je l’ai débourré il y a deux ans… ».

    « Tu l’as quoi ? ».

    « Débourré… c’est quand on apprend au cheval à être en contact avec l’homme… on lui apprend les trois allures, à réagir à la voix, à accepter la selle, le filet, un cavalier… ».

    « Tu sais faire ça ? ».

    « Oui, c’est papi qui m’a appris… il a toujours eu des chevaux, et je l’ai regardé faire… ».

    Qu’est-ce qu’il est touchant mon Jérém quand il parle de son papi : il y a dans son regard une expression à la fois d’admiration, d’affection, de douceur, comme celle d’un gosse impressionné par un adulte particulièrement cher. Et ce regard, me fait fondre. Je ne peux résister à la tentation de le serrer contre moi, et de lui faire des bisous.

    « Je n’aurai jamais imaginé que tu faisais du cheval… ».

    « Ben, oui… et j’adore ça… d’ailleurs, ce dimanche, j’aimerais bien en faire… ».

    « Ah bon ? Et moi je vais faire quoi pendant ce temps ? » je rigole.

    « Tu vas venir faire du cheval avec moi ! » fait-il, comme une évidence.

    « Mais je n’ai jamais fait du cheval, moi… ».

    « Je vais t’apprendre ! ».

    « Mais je n’ai pas de cheval… ».

    « Je vais t’en prêter un… ».

    « Mais je ne vais jamais tenir dessus ! Je vais tomber au premier virage ! » je me marre, tout en trouvant excessivement touchante sa proposition.

    « Mais non, mais non… tu vas monter Tequila, la mère de mon entier… elle est calme, posée, elle est parfaite pour un débutant… avec elle, tu ne risques rien… ».

    « T’es sûr ? ».

    « Certain… ».

    « J’adore l’idée de faire du cheval avec toi… ».

    « Moi pareil… il faut juste qu’il arrête de pleuvoir… il faudrait juste que demain il fasse beau, pour que ça sèche un peu… ».

    « Toi et moi à cheval… » je considère, tout guilleret.

    « Ah, mais nous ne serons pas que tous les deux… ».

    « Ah bon ? »

    « Il y aura Charlène, car c’est elle qui organise, la balade démarre de son centre équestre… et il y aura aussi quelques autres cavaliers de l’asso… ».

    « Quelle asso ? ».

    « L’ABCR… »

    « C’est quoi ça ? ».

    « L’association Bigourdane Cavaliers Randonneurs… ».

    « Ah… » je fais, surpris.

    « Tu verras, ce sont des gens super sympa… et très patients avec les débutants… ».

    Ce disant, Jérém se lève, remet une bûche dans le feu, et me tend la main ; je la saisis, il m’aide à me relever, en m’entraîne vers le lit.

    « On sera mieux allongés… » il me lance, une petite étincelle coquine au fond de son regard brun.

    Sur le lit, nos corps s’attirent l’un l’autre comme des aimants, nos mains et nos lèvres son insatiables de câlins. Une fois de plus, l’odeur de propre de son t-shirt blanc, mélangé à celui de sa peau me percute, m’étourdit, m’assomme, me rend ivre.

    Je me retrouve allongé sur lui, nos bassins se pressent l’un contre l’autre, je sens son érection monter au travers le coton fin de son boxer. Je remonte son t-shirt blanc, j’agace ses tétons avec ma langue et le bout de mes doigts.

    « Tu vas encore faire monter la bête… » il se marre, coquin et charmeur.

    « La bête… » je me marre, en trouvant ce petit surnom bien rigolo.

    « Ouaisss… la bête… ».

    « Laisse-la monter… ».

    « Tu vas devoir assurer, après… » il me taquine.

    « Tu sais bien que j’assure… ».

    « Suce… » il me lance, sur un ton de parfait petit con.

    « Avec plaisir… ».

    Non, ce n’est pas grave qu’il n’y ait pas d’électricité, ni de télé ; je dirais même que c’est un luxe : quand la télé est absente, c’est l’amour et la sensualité qui prennent la place. Toute la place.

    Un instant plus tard, je suis penché sur le bassin de mon beau mâle brun ; après plusieurs jouissances, une odeur un peu forte mais délicieuse, s’échappe du coton fin et me rend fou. Je glisse mes doigts dans le boxer et j’en extrais sa queue à nouveau raide, magnifique, conquérante.

    Un instant plus tard, le boxer a volé, mais le t-shirt n’a pas quitté son torse de malade ; j’ai tellement envie de le pomper jusqu’à le faire jouir !

    La cheminée flambe et chauffe, et je suis en train de sucer le garçon, l’homme que j’aime, dans cette tenue sexy à mort, ce t-shirt blanc qui est comme une deuxième peau, avec une manchette qui tombe pile au-dessus de son brassard tatoué, alors que l’autre s’amuse à jouer à cache-cache avec son nouveau tatouage, avec cette chaînette de jeune mâle posée sur le coton ; et moi, je ne cesse de me répéter que c’est pas possible d’être sexy à ce point ; et aussi que j’en ai de la chance, putain, de pouvoir connaître l’amour et le plaisir avec cette bombasse de mâle !

    Pendant que je m’emploie à lui procurer un maximum de plaisir, ses mains caressent mes épaules, mon cou, le bas de la nuque, ses doigts d’évertuent à agacer mes tétons, me poussant violemment vers le précipice de la folie.

    Mon Jérém frissonne, souffle très fort, fou de plaisir ; sa queue bien raide me remplit la bouche et me remplit de bonheur ; je sens que je ne vais pas tarder à lui offrir un nouvel orgasme ; je devine que, dans pas longtemps, son jus de mâle va tapisser mon palais de ce goût enivrant qui me rend dingue.

    Je ne me trompe pas.

    « Je viens… » je l’entends lâcher, comme à bout de souffle.

    Je kiffe à mort l’entendre m’annoncer l’arrivée de son plaisir ultime, j’adore l’entendre me l’annoncer sur ce ton, la voix cassée, débordée par le plaisir.

    Les giclées qui percutent mon palais sont nombreuses, puissantes : et qu’est-ce qu’elle est bonne sa semence de jeune mâle !

    « Tu veux ma peau… » fait-il, essoufflé.

    « Non, juste te faire plaisir… ».

    Je lui fais des bisous. Sa respiration est toujours très profonde, très rapide, elle ne semble pas vouloir se calmer. Le bogoss est en nage, il se débarrasse de son t-shirt blanc.

    « Ça va ? » je lui demande.

    « Oh, oui… c’est juste que quand j’enchaîne comme ça, à chaque fois c’est plus violent… ».

    « Je veux te rendre fou de plaisir… ».

    « T’as envie de jouir, toi ? » il me demande, le regard rivé sur mon boxer déformé par l’érection.

    « Plus tard, Jérém, y a le temps… ».

    Si tu savais, mon Jérém, à quel point je suis bien là ; j’ai adoré te sucer, sentir que tu prends ton pied, te faire jouir, recevoir tes giclées, les avaler : tu n’imagines même pas à quel point mon bonheur suprême réside dans le fait de te faire jouir, toi, à quel point ta jouissance est ma jouissance. T’as joui, ça me suffit, je n’ai besoin de rien de plus. Mon plaisir à moi commence et s’arrête avec celui de mon bomâle.

    « T’es tellement sexy… alors, tu vas devoir assurer… ».

    « Tu vois bien que j’assure… » il se marre, le coquin.

    Puis, il se lève, s’approche de la cheminée, il s’assoit sur la vieille couette en position de trois quarts par rapport à moi, et s’allume une cigarette.

    « Je croyais que tu voulais arrêter… » je le taquine.

    « Je ralentis… mais il y a des cigarettes qui restent… obligées… après le café, après les repas, après le sexe… ».

    « Dans ce cas, tu risques de fumer beaucoup ce week-end… ».

    « J’ai été chercher une cartouche en Espagne, ça devrait aller… » il se marre.

    Je le regarde en train de fumer en silence, assis devant la cheminée, les genoux repliés, le dos légèrement arrondi, ses pecs rebondis, son nouveau tatouage, courant depuis son biceps, glissant sur son épaule, remontant jusqu’à son cou, bien en vue ; et je regarde, à la fois fasciné, subjugué et ravagé de désir, ses abdos qui restent saillants malgré la position vraiment pas apte à les mettre en valeur : et là, il ne me reste qu’à constater, une fois de plus, à quel point la perfection de sa plastique est éblouissante.

    Sur son visage, cet air un peu sonné, un air de mâle repu après l’amour, qui me rend fou. Le bogoss capte mon regard insistant et me sourit.

    « Qu’est-ce qu’il y a ? » fait-il, adorable.

    « Qu’est-ce que t’es beau… » je lâche, comme une nécessité, une évidence « parfois je n’arrive pas à croire qu’un mec comme toi ait envie de moi… ».

    « Mais tu rigoles ? Toi aussi t’es beau ! ».

    « Tu m’a jamais dit ça… ».

    « Si je te l’ai dit… ».

    « Non, jamais… ».

    Le bogoss continue à fumer en silence.

    « Depuis quand ? » je reviens à la charge.

    « Depuis quand, quoi ? ».

    « Depuis quand tu me trouves beau ? ».

    « Je ne sais pas… » il balance, comme agacé.

    « Allez, dis-moi… je vais pas le répéter… » je tente de l’amadouer.

    « Tu me pompes l’air… » fait-il, tout autant amusé qu’agacé.

    « Je préfère te pomper tout court… »

    « Ah, ça je sais… » fait-il, avec un petit sourire coquin en pièce jointe, en expirant la dernière bouffée de fumée et en jetant son mégot dans le feu.

    Puis, il revient au lit ; sa respiration s’est calmée, il repasse son t-shirt blanc, il s’allonge sur le dos, les coudes pliés, les mains croisées entre la nuque et l’oreiller, l’air songeur. Il est beau comme un Dieu.

    Je me glisse sur lui, je le serre fort contre moi, je lui fais plein de bisous dans le creux du cou ; ses bras se déplient, m’enlacent, sa bouche cherche la mienne.

    Je relève la tête, je le regarde droit dans les yeux : nos visages sont à vingt centimètres l’un de l’autre.

    « Tu vas pas m’avoir comme ça… je veux savoir depuis quand tu me trouves beau… ».

    « T’es rélou… » il rigole.

    « Et toi, depuis quand tu savais que je te kiffais ? » je tente une autre approche.

    « Depuis le premier jour du lycée, je dirais… » il me balance du tac-au-tac.

    Oui, quand la télé est absente, c’est l’amour qui prend la place ; et quand l’amour est là, souvent après l’amour physique, sur l’oreiller, la conversation vient toute seule, inspirée par l’envie et le plaisir de découvrir l’autre. Ou de se laisser découvrir par l’autre.

    « Ah bon… je me suis fait gauler si vite ? ».

    Pour toute réponse, le bogoss m’assène un petit sourire malicieux, sexy à mourir. Avant d’enchaîner :

    « Je me souviens de quand tu t’es pointé au lycée avec ton t-shirt jaune fluo… ».

    « Tu te souviens de mon t-shirt jaune ? ».

    « Oui, il était ridicule… ».

    « C’est clair qu’il était ridicule… c’est la faute de ma mère… moi je ne voulais pas d’un truc pareil pour mon premier jour de lycée, mais elle m’a obligé à le porter… ».

    « C'est de ton regard que je me souviens surtout… ».

    « Mon regard ? ».

    « Tu me matais grave… ».

    « Quand je t’ai vu dans la cour du lycée avec tes potes, j’ai cru que j’allais me liquéfier sur place… je n’avais jamais vu un mec aussi beau de ma vie… ».

    « Là, j’ai su que tu me kiffais grave… ».

    « Et ça t’a fait quoi ? ».

    « Sur le coup, ça m’a un peu énervé… mais ça m’a aussi flatté… c’était bizarre… ».

    « Oui, je devais avoir l’air très con… ».

    « Non…pas du tout… t’avais l’air tout timide, t’avais peur de te faire gauler… ».

    « Dès l’instant où je t’ai vu, j’ai eu envie de tout savoir de toi, de te connaître, d’être avec toi, de te serrer dans mes bras… ».

    « T’avais déjà envie de coucher avec moi ? ».

    « Je ne sais pas… je crois que ce jour-là, j’étais tellement sous le choc que je ne savais même pas ce qu’il m’arrivait… quand je t’ai vu, j’ai ressenti comme une décharge électrique, un truc que je n’avais jamais ressenti avant… j’étais tout sens dessus dessous, et, franchement, je crois qu’à cet instant précis, il n’y avait encore rien de sexuel dans mes envies… je crois que j’étais amoureux ».

    « Pourtant, tu t’es pas privé de me mater… ».

    « C’est pendant les premier jours de lycée que j’ai commencé à réaliser que j’avais vraiment envie de toi… avant de te rencontrer, je me rendais déjà compte que je regardais les mecs et pas les nanas, mais ça restait vague, je n’arrivais pas encore à réaliser, à comprendre, à mettre des mots sur ce que je ressentais… mais quand je t’ai vu, ça été une évidence, une révélation… quand je t’ai vu, j’ai compris que je n’aimerai jamais les nanas, car il n’y avait que les mecs qui me touchaient… et toi, par-dessus tous… j’étais heureux de découvrir qui j’étais, mais ça me faisait peur aussi… mais c’était plus fort que moi, et te regarder me faisait du bien… je me disais que si je ressentais tellement de bonheur à regarder un mec comme toi, être gay ça ne pouvait pas être mal… ».

    « Je me souviens de comment tu me matais au premier cours de sport, pendant que je me changeais dans les vestiaires… ».

    « T’avais remarqué ça ? ».

    « Bien sûr que j’avais remarqué… tu me matais de ouf… je t’ai gaulé, et tu étais si gêné… t’as vite baissé le regard… c’était mignon… ».

    « J’avais tellement peur que tu te mettes en pétard… et encore plus que tu me traites de pd devant tout le monde… ».

    « Je ne l’ai jamais fait… ».

    « C’est vrai, mais les autres oui… ».

    « Tu sais, il m’est arrivé de demander à certains potes d’arrêter de te faire chier… ».

    « C’est vrai ? ».

    « Oui, ça me mettait en rogne de voir des crétins s’acharner sur toi… ».

    « C’est gentil ça… mais je ne m’en suis jamais rendu compte… ».

    « Je le faisais discrètement… et à un moment j’ai même dû arrêter… je commençais à entendre des camarades dire que je prenais ton parti, ils commençaient à se moquer de moi aussi… je regrette de ne pas avoir su leur tenir davantage tête… ».

    « Je me souviens d’une fois où tu m’avais sorti d’une rogne avec un con qui me taxait des cigarettes… ».

    « Le voyage en Espagne… ».

    « Tu t’en souviens aussi ? ».

    « Bien sûr… ».

    « T’as été super… ».

    « Je ne supportais pas ce connard… il était trop rélou avec toi… ».

    « C’est clair… »

    « Mais rien ne t’obligeait à venir m’aider… ».

    « J’avais envie de le faire, et j’avais aussi envie de t’impressionner au passage… ».

    « C’était réussi… quand t’es réparti dans le couloir, j’avais tellement envie de toi… ».

    Il me sourit, je lui fais des bisous.

    « J’ai un autre très bon souvenir de ce voyage… » je relance, friand de cette « découverte de l’envers du décor » à laquelle j’ai enfin accès. Tant de questions se bousculent dans ma tête. Le train de souvenirs est lancé, ce serait dommage de ne pas profiter du voyage.

    « Je parie que je sais duquel il s’agit… ».

    « Vas-y, raconte… » je le mets au défi.

    « Le soir du retour… ».

    « Bingo… alors, dis-moi… pourquoi t’es venu t’installer à côté de moi, alors que tu m’as ignoré pendant tout le voyage ? ».

    « Je ne sais pas, j’en avais envie… pendant tout le voyage, j’ai eu l’impression que tu m’évitais… alors, j’ai voulu savoir si tu étais vraiment fâché… alors, t’étais fâché ? ».

    « Non… enfin… si, quand-même un peu… ».

    « Et pourquoi ? ».

    « Je t’en voulais d’avoir roulé des pelles à ma meilleure copine pendant tout le séjour… ».

    « Ah, c’était ça… ».

    « Oui, c’était ça… parce que je voulais être à sa place… je lui en voulais à elle aussi… c’est con, parce qu’elle ne pouvait pas savoir que j’étais fou de toi… mais pendant le voyage de retour, je t’avais déjà pardonné… e, fait, je t’avais pardonné à l’instant même où tu m’avais sauvé la mise avec l’autre connard… et surtout quand j’avais vu que t’avais arrêté de la peloter… ».

    Il sourit, coquin.

    « J’ai adoré me réveiller et te retrouver allongé sur mes genoux… mais j’avais tellement peur que tu te réveilles et que tu te mettes en rogne… » je continue.

    « J’étais bien sur tes genoux… en plus, t’avais posé ta main sur mon torse… tu ne t’en es peut-être pas rendu compte, mais je bandais… ».

    « J’étais tellement gêné… ».

    « J’ai vu… »

    « Quand j’ai croisé ton regard, j’ai eu la trouille… mais t’as refermé les yeux… ».

    « J’avais envie de te balancer un sourire pour te montrer que je kiffais, mais je n’ai pas osé, j’ai préféré faire comme si j’étais à moitié endormi… ».

    « Moi je me suis branlé en rentrant à la maison… ».

    « Moi aussi… ».

    « Quel dommage ! » je m’insurge.

    « Pourquoi t’as été si froid en cours avec moi, après cette nuit ? ».

    « Parce que je n’assumais pas ce qui c’était passé… »

    « Il ne s’était rien passé… ».

    « Je sais, mais même ce « rien », c’était trop pour moi, après coup… je savais désormais à quel point tu me kiffais… et je savais aussi que j’avais kiffé ce « petit rien »… j’avais bandé parce qu’un gars m’avait touché… j’avais honte, j’étais en colère contre moi… alors, je passais mes nerfs sur toi… je m’en voulais, et c’était plus simple de t’en vouloir à toi… alors, je jouais au con pour te tenir à distance… je voulais oublier ce que j’avais ressenti, et je ne voulais plus que ça arrive… quel con j’ai été… ».

    « J’avais tellement envie de toi après ce moment… et ça a été la douche froide, après, en cours… ».

    Son regard désolé est adorable et touchant, nous nous échangeons des bisous.

    « Une autre fois où j’ai failli te sauter dessus, c’est lors du voyage en Italie… le jour du retour, quand on s’est arrêté déjeuner dans le Vaucluse… ».

    « Il faisait une chaleur ce jour-là… ».

    « Je me souviens de cette balade dans les vignes avec Nadia et Malik… je me souviens surtout quand ils sont partis se peloter et que je suis resté seul avec toi… je me souviens de toi, en train de fumer, appuyé à cet arbre, torse nu… et je me souviens de quand t’as ouvert les premiers boutons de ton jeans… je me souviens de l’élastique du boxer bien en vue, des poils en dessous de ton nombril humides de transpiration… je n’aime pas vraiment la chaleur, mais putain ! qu’est-ce que j’étais heureux qu’il fasse si chaud ce jour-là ! ».

    « Oui, il faisait chaud… mais le coup d’ouvrir le jeans, c’était surtout pour te tester, pour voir à quel point tu me kiffais… et je n’ai pas été déçu… pendant un moment, j’ai cru que t’allais vraiment te jeter sur ma braguette… » fait-il souriant et coquin.

    « Et tu m’aurais laissé faire ? ».

    « Si on avait été que tous les deux, peut-être bien que oui… ».

    « T’avais envie aussi, alors… ».

    « C’est ton regard qui m’a donné envie… d’ailleurs, j’ai commencé à bander… c’est pour ça que j’avais voulu qu’on revienne vite au bus… ».

    Nos souvenirs flottent sur quelques instants de silence, nous échangeons de nouveaux câlins.

    « Je me souviens d’une autre fois où ton simple regard a failli me faire bander… » il relance. Ah, putain, qu’est-ce que j’aime cette conversation !

    « Quand, ça ? ».

    « Une fois, après le cours de sport… je t’ai gaulé pendant que tu me matais sous la douche… ».

    « Ah putain… si je me souviens de ce jour-là… c’était la première fois que je te voyais à poil… j’étais trop gêné, j’avais toujours évité de prendre la douche en même temps que toi… et tu étais tellement beau, encore plus beau que ce que j’avais pu imaginer… je découvrais tes fesses d’enfer… j’avais tellement envie de voir comment tu étais monté… ».

    « Tu voulais savoir si j’étais bien monté ? ».

    « Je voulais juste savoir à quoi elle ressemblait… je voulais juste voir comment t’étais foutu… ».

    « J’ai kiffé de te montrer ma queue… et de voir à quel point t’en avais envie… je savais que les nanas aimaient ma queue… mais toi… toi tu me regardais comme si j’étais un Dieu… ».

    « J’ai cru que t’allais me taper sur la gueule, ou que t’allais te moquer de moi, pauvre pd qui n’avait aucune chance de coucher avec toi… ».

    « En fait, je voulais juste t’allumer… mais t’as détalé comme un lapin… ».

    « J’avais honte… je suis parti me changer, je voulais être parti avant que tu reviennes des douches… mais je n’ai pas été assez rapide… et quand t’es revenu, tu m’as balancé un regard de tueur… un regard, style… je sais que tu me kiffes, mais tu ne m’auras jamais… ».

    « Je voulais juste t’allumer… ».

    « T’avais vraiment envie ? ».

    « Je crois bien, oui… ».

    Un nouveau silence s’installe, pendant lequel je ne me lasse pas de caresser son torse musclé, avec cette douce, virile pilosité naturelle.

    « Tu laisses pousser maintenant ? ».

    « Tu aimes ? ».

    « J’adore… ça me rend fou ! ».

    « J’en avais marre de raser… ».

    « Ne coupe plus jamais, t’es si beau comme ça… ».

    Je plonge mon nez dans ses poils et je couvre son torse de bisous.

    « J’ai aussi arrêté de couper parce que tu m’avais dit que tu kiffais… ».

    « Je t’adore, Jérém… ».

    « Tu te souviens de la soirée d’anniversaire chez Thomas ? » il me lance, de but en blanc.

    « Oh, que oui… pourquoi ? ».

    « Non, pour rien… laisse tomber… ».

    « Allez, dis-moi… ».

    « Laisse tomber, je te dis… ».

    « T’étais vraiment jaloux que je matte Thomas ? ».

    « Non… » fait-il, en rigolant sous la moustache.

    « Menteur… ».

    « Peut-être… ».

    « Pourquoi tu me parles de cette soirée ? ».

    « Parce que… parce queeee… parce que je crois… je crois que ce soir-là j’avais vraiment envie de coucher avec toi… ».

    « Et pourquoi tu ne me l’as pas dit ? ».

    « J’ai essayé… ».

    « Ah bon ? ».

    « Je t’ai posé une question ce soir-là, tu te souviens ? ».

    « Si j’avais été une nana, si j’aurais préféré sucer Thomas ou toi… ».

    « Exactement… ».

    « J’ai cru que tu voulais te payer ma tête… »

    « Non, je voulais vraiment savoir… ».

    « Et moi je croyais que tu voulais te moquer de moi, me faire marcher… ».

    « Pas du tout… si t’avais répondu à la question… ».

    Puis, il marque une pause, comme s’il n’osait pas arriver au bout de son propos.

    « Dis-moi… » je le presse.

    « Si t’avais dit que tu préférais me sucer… j’allais te proposer de nous retrouver chez moi… ».

    « T’avais bu… ».

    « J’avais bu assez pour ne pas trop réfléchir mais je savais très bien ce que je faisais… ».

    « Et on aurait commencé les révisions des mois plus tôt… » je raisonne à haute voix, tout en réalisant le nombre d’occasions manquées de nous retrouver, tout le temps que nous avons perdu.

    « Oui, je crois… ».

    « Quel gâchis… quand je pense que c’est exactement le fantasme que je me suis payé en rentrant, lorsque je me suis branlé dans mon lit… ».

    « Quel fantasme ? ».

    « Pendant que je me branlais, je me suis imaginé te dire que je voulais te sucer toi, et que tu m’aurais proposé de te suivre chez toi… ».

    Il sourit.

    « C’est dommage quand-même… » je considère.

    « On s’est bien rattrapés depuis… ».

    « C’est clair… ».

    « Heureusement que t’as fait le premier pas, sinon on en serait encore à nous tourner autour… » il me lance.

    « On se serait même perdus de vue déjà, après le bac… »

    « C’es bien possible… »

    « C’est l’approche du bac qui m’a poussé à faire ce premier pas… je trouvais horrible l’idée que la fin du lycée arrive, et qu’on parte chacun de notre côté, sans avoir tenté de t’approcher… après t’avoir kiffé comme un malade pendant trois ans… ».

    « Moi aussi je trouvais ça dommage… mais je n’aurais pas eu le cran de te proposer de venir chez moi, comme ça, à jeun, même pour réviser les maths… et Dieu sait que j’en avais besoin… ».

    « Si tu savais le nombre de branlettes que je me suis tapé en pensant à toi… ».

    « Moi aussi je me suis branlé en pensant à toi… ».

    « C’est vrai ? T’en avais pas assez de toutes les meufs que tu te tapais ? ».

    « Non… » il fait, sur un ton sans ambiguïté ; puis, après une petite pause, il continue : « tu sais, ton petit cul je l’ai maté souvent, bien plus souvent que tu ne l’imagines… ».

    Ses mots m’excitent. Je bande. Je sens que lui aussi il bande, je sens la « bête » se raidir le temps d’un éclair.

    « Et tu lui ferais quoi, à mon petit cul, si tu l’avais là, à disposition, tout de suite ? ».

    « Pourquoi, il est à ma disposition, là, tout de suite ? » il me cherche, l’air fripon.

    « Il se pourrait bien… ».

    « Tu veux vraiment savoir ? » fait-il, une étincelle très coquine dans le regard.

    « Je crois bien, oui… ».

    « Alors tu vas savoir… ».

    Et ce disant, le bogoss me fait basculer ; je me retrouve allongé sur le ventre, son corps allongé sur le mien, son manche raide calé entre mes fesses.

    « Tu la veux, hein ? ».

    « Oh, que oui, je la veux… je te veux… ».

    Ses mains empoignent mes fesses, les écartent, mettent mon petit trou en tension, le préparent à se faire envahir ; je sens tout le poids et la chaleur de son corps sur mes jambes, mes cuisses, mes fesses, mon dos ; son gland met mon trou en joue, sa queue glisse en moi, lentement ; le mouvement est précis, nos corps s’emboîtent comme deux pièces de puzzle contiguës, comme s’ils avaient été conçus exprès l’un pour l’autre.

    Jérém me pilonne doucement, tout en caressant mon cou avec ses lèvres, tout en glissant ses mains entre le matelas et mon torse pour aller chatouiller mes tétons ; je prends appui sur mes coudes, je relève le haut de mon torse pour lui faciliter la tâche.

    Mais déjà le bogoss pose ses mains à plat sur le matelas de part et d’autre de mes épaules, ses pieds crochètent mes chevilles ; son corps est en suspension au-dessus du mien, ses coups de reins se font de plus en plus puissants et rapides ; j’adore le sentir prendre son pied en moi, j’adore me sentir à lui.

    « Ah, putain, qu’est-ce que c’est bon… » je l’entends chuchoter, la voix étouffée par l’excitation.

    « Tu fais ça comme un Dieu… ».

    Ses coups de reins ralentissent, il se déboîte de moi ; le petit con s’amuse à agacer mon trou avec son gland, il me fait languir : c’est à la fois un délice et une torture insupportable. Je frémis, je tremble d’excitation. Une excitation qui grimpe encore d’un cran lorsque je sens ses lèvres effleurer mon oreille, son souffle chaud chatouiller ma nuque, et sa voix excité me chuchoter :

    « Qu’est-ce qu’il y a, elle te manque déjà ? ».

    « Oh, putain, oui… ».

    « Elle est bonne ma queue ? ».

    « Elle est plus que bonne, elle me fait tellement de bien… ».

    « Elle te fait bien jouir, hein ? ».

    « C’est juste un truc de fou… ».

    « T’as envie que je te défonce, hein ? ».

    J’adore quand mon Jérém me fait l’amour, quand il est tout doux ; mais je kiffe tout autant quand son côté mâle dominant refait surface.

    « J’ai envie que tu me secoues comme tu sais si bien le faire… ».

    « Je vais te le secouer, t’inquiètes… ».

    Et, ce disant, il s’enfonce bien profondément en moi, d’une seule traite. Ce qui me fait sursauter et gémir de bonheur.

    « Qu’est-ce qu’il et bon ton cul… ».

    « Tu l’aimes mon cul, hein ? » je le cherche à mon tour.

    « Quand je le regarde, j’ai qu’une envie… ».

    « Quelle envie ? ».

    « De lui jouir dedans… ».

    « Alors prends-le et remplis-le… ».

    Et là, alors que je m’attends à que mon Jérém recommence à me pilonner direct avec un bouquet final de bons coups de reins, avant de me remplir de son jus brûlant, je sens sa queue me délaisser à nouveau, s’extirper de moi d’un geste rapide ; je sens son corps se dérober.

    Instinctivement, je me retourne : qu’est-ce qu’il est sexy dans son t-shirt blanc, il me rend dingue !

    Je croise son regard, je comprends son envie ; j’écarte mes jambes, il se glisse entre ; ses mains saisissent un oreiller, je soulève mon bassin ; il saisit mes fesses, j’ouvre un peu plus mes cuisses ; son gland vise juste, mon trou s’ouvre à lui, sans opposer la moindre résistance.

    Oui, quand l’amour est là, les intentions des corps se comprennent sans mots, les gestes s’enchaînent avec une coordination parfaite, comme une chorégraphie millimétrée ; dans le sexe et la tendresse, c'est le désir (et l’amour) qui fait l'adresse.

    Le feu crépite dans la cheminée et le bogoss revient en moi ; il recommence à me faire l’amour, toujours habillé de son t-shirt blanc ; j’allonge les bras pour aller agacer ses tétons par-dessus le coton fin ; je suis fou de plaisir.

    « Qu’est-ce que t’es sexy… ».

    « Tu me kiffes, hein ? ».

    Mon Jérém aussi est fou de plaisir.

    « Grave, j’ai tellement envie de toi… ».

    « Tu la sens bien, là ? » fait-il, tout en cessant ses coups de reins et forçant avec son bassin pour s’enfoncer très loin en moi, pour me remplir, pour me posséder entièrement. Je suis assommé d’excitation et de plaisir.

    « Ah, oui, je la sens très bien… et c’est tellement bon… ».

    Il recommence à me pilonner, je recommence à agacer ses tétons par-dessus le coton blanc. Mais très vite le bogoss a l’air d’avoir chaud : il l’attrape le t-shirt par le bas, le relève jusqu’à le coincer au-dessus de ses pecs ; je suis toujours impressionné par cette rencontre magique, l’alchimie entre un t-shirt moulant et un torse sculpté : et puis, j’ai beau savoir pertinemment ce qui se cache sous le coton fin, à chaque fois c’est un choc.

    Mes doigts se délectent désormais du contact direct avec ses pecs d’acier et des tétons saillants garnis de petits poils, un contact fait à la fois de fermeté, de puissance et de douceur.

    Le bogoss continue de me pilonner, l’air d’avoir toujours aussi chaud : quelques instants plus tard, il remonte encore le t-shirt, il coince la partie avant derrière le cou, laissant juste ses épaules et ses biceps enveloppés par le coton blanc : geste qui me met carrément dans un état second. Je suis assommé par tant de sexytude.

    « J’ai trop envie que tu me gicles dedans… » je ne peux m’empêcher de lâcher.

    « Mais je vais bien te fourrer, oui… t’inquiètes… ».

    « T’es vraiment un bon mâle, t’es bien monté, tu bandes tout le temps, tu fais l’amour comme un Dieu, tu me rends fou… ».

    « Toi aussi tu me rends fou… ».

    « Mon bel étalon toulousain… ».

    « J’ai chaud… » fait le bogoss, tout en se libérant définitivement de son t-shirt blanc avec un geste très rapide, avant de le balancer nonchalamment quelque part dans la pièce ; geste qui dévoile au passage toute l’envergure de son torse de malade, ses tatouages sexy, sa chaînette de jeune mâle posée entre des pecs.

    Puis, sans se déboîter, il s’allonge sur moi et me fait des bisous, à la fois fougueux et doux ; il recommence à envoyer des petits coups de reins, ses abdos chatouillent mon gland, sa langue agace mes tétons ; mon Jérém frissonne, il a l’air transporté comme jamais : mon Jérém est fou de plaisir, fou de moi !

    Je suis tout aussi fébrile, je lui rends ses bisous, mes lèvres gourmandes embrassent tout ce qui leur arrivé à portée, joues, lèvres, oreilles, cou, épaules.

    « C’est trop bon… » je l’entends susurrer, alors qu’il s’abandonne sur moi de tout son poids et que son visage se laisse glisser dans le creux de mon épaule.

    « Pour moi aussi c’est trop bon… ».

    Certes, le plaisir sexuel est à cet instant à son paroxysme ; mais ce qui est trop bon par-dessus tout c’est de me retrouver à la fois emboîté avec mon Jérém et dans les bras de ce nouveau Jérém ; d’être en train de mélanger mon plaisir avec ce Jérém qui a tout aussi bien envie de prendre son pied, de le prendre avec moi, de m’offrir du plaisir, me faire l’amour, de me baiser, et de m’offrir une immense tendresse.

    Soudainement, le bogoss arrête ses va-et-vient ; son corps est secoué par des frissons qui ressemblent presque à des spasmes, il halète bruyamment.

    « Ça va pas ? » je m’inquiète.

    « Si… si… ».

    « Tu respires très fort… ».

    « Je ne vais pas tarder à venir… ».

    « Vas-y, mon amour… ».

    Un instant plus tard, Jérém se dresse devant moi, le torse bien en arrière, les pecs bien bombés ; il attrape mes chevilles, il les pose sur ses épaules ; et il recommence à me pilonner : vraiment, c’est beau un mâle qui s’envole vers son plaisir ultime.

    Mais le mâle ne pense pas qu’à son propre plaisir : et alors que ses va-et-vient l’approchent à grands pas de l’orgasme, sa main me branle de plus en plus vite. C’est tellement bon que je ne tarde pas à me sentir perdre pied.

    « Je viens… » je lui lance alors que j’ai déjà perdu le contrôle de mon corps.

    « Moi aussi… » je l’entends siffler, le souffle coupé par l’orgasme.

    Oui, quand l’amour est là, la jouissance de l’un entraîne souvent celle de l’autre.

    Mes giclées s’enchaînent, décorant mon torse de longues traînées brillantes.

    « Oh, Nico… » je l’entends soupirer, alors que ses coups de reins s’espacent ; son torse part encore un peu plus en arrière, ses pecs deviennent encore plus saillants, son visage se lève vers le ciel, sa bouche s’ouvre à la recherche d’air, sa pomme d’Adam s’agite nerveusement dans son cou faisant vibrer son grain de beauté et sa chainette sexy. Et alors que l’onde de choc de l’orgasme fait vibrer tout son être masculin, mon bel étalon brame son orgasme comme jamais je ne l’ai entendu faire auparavant.

    Jérém vient de jouir en moi, il respire très fort, il est en nage ; il dégage lentement mes mollets de ses épaules, il a l’air vraiment épuisé. Pourtant, il me balance un sourire, un sourire de malade, de malade ! Qu’est-ce qu’il est beau et touchant ce sourire, juste après l’orgasme !

    Puis, il amorce le mouvement pour s’allonger sur moi.

    « Fais gaffe, j’en ai partout… » je tente de le prévenir.

    « Je m’en fous… » fait-il, tout en collant son torse contre le mien, en enfonçant son visage dans le creux de mon épaule et en posant quelques bisous légers sur ma peau. J’adore, après l’amour, le voir assommé par l’orgasme ; j’adore me blottir entre les pattes chaudes, sentir le contact avec la toison douillette de mon mâle.

    « C’est tellement bon avec toi… » je l’entends lâcher, alors que son souffle chaud caresse mon cou.

    « Je suis un bon coup, hein ? » je le cherche.

    « Grave… un super bon coup… ».

    « Et toi, alors… ».

    Comme à chaque fois que Jérém vient de gicler en moi, je suis ivre de lui, et j’ai envie de flatter son ego de mâle.

    « T’es vraiment fait pour ça… ».

    « Je suis fait pour quoi ? » fait-il, en relevant sa tête et en plantant ses yeux dans les miens. Je lui fais un bisou, avant de lui répondre :

    « T’es un vrai mâle, t’es fait pour jouir et donner du plaisir avec ta queue… ».

    « T’as vu comment tu me chauffes ? ».

    « Et toi, donc ? T’es tellement bon au pieu... et tellement mec dans ta façon de prendre ton pied, de me toucher… putain, comment tu me fais vibrer… ».

    « Comment ça ? ».

    « Peut-être que tu ne t’en rends même pas compte, mais quand tu fais l’amour, t’as des gestes et des attitudes qui me rendent dingue… ton regard, tes mouvements, les positions de ton corps, ta respiration, ta transpiration, tout ce que tes muscles expriment, la façon dont tes mains me touchent, me guident, me parlent de tes envies… ta façon de foncer vers le plaisir… et aussi ta façon de me chauffer avec tes mots… j’adore quand t’es tellement excité que ton côté dominant ressort… je kiffe à mort… et j’aime jouir avec toi… ».

    « Moi aussi j’aime jouir avec toi… ».

    « Et en plus tu enchaînes, t’as toujours la trique… ».

    « Tu sais, il n’y a qu’avec toi… ».

    « De quoi ? » je fais, intrigué.

    « Il n’y a qu’avec toi que j’enchaîne quatre, cinq fois dans une nuit… ».

    « Avec personne d’autre ? ».

    « Non, personne, jamais… ».

    « C’est vraiment fou comment on se fait du bien… » je considère.

    « Oh, que oui… ».

    « J’aime jouir avec toi mais j’aime aussi être dans tes bras, après, comme maintenant… ».

    « Moi aussi… » il lâche, après un instant de silence, en me regardant droit dans les yeux.

    Dans sa voix, dans son regard, je le sens si heureux.

    Son sourire doux et adorable, c’est le sourire d’un petit gars que se laisse enfin aller, le sourire d’un mec qui a un besoin immense de recevoir et de donner de l’amour.

    « J’en ai faites des conneries, mais si j’ai fait une bonne chose, c’est de t’appeler… ».

    « Merci Maxime… » je rigole.

    « Je crois que je t’aurais appelé même si le frérot ne m’avait pas botté le cul… je ne pouvais pas partir à Paris de cette façon, après m’être comporté comme un salop… ».

    A cet instant précis, jai envie de le caresser, de le serrer contre moi, de lui faire mille câlins, mille bisous. J’ai envie de ne plus jamais partir de cette maison, de ce lit, de cette étreinte avec mon adorable Jérém.

    Sa chaînette effleure la peau entre mes pecs ; alors, je trouve marrant d’attraper quelques mailles pour l’attirer vers moi et lui faire un bisou.

    « Ça vient d’où cette chainette ? » j’ai envie de lui demander.

    « C’est un cadeau… ».

    « Un cadeau de qui ? ».

    « De ma mamie… elle me l’a offert à la rentrée de seconde… enfin, ma « première » seconde… j’y tiens beaucoup… ».

    Qu’est-ce qu’il me touche, mon bel étalon, lorsqu’il redevient poulain en parlant de ses grands-parents.

    « J’ai chaud… » il s’exclame, tout en relevant son torse et en se déboitant de moi.

    Il attrape du sopalin, il m’en passe un bout ; je le regarde en train d’essuyer son torse, opération qui prend un certain temps, le relief de ses abdos ne facilitant pas les opérations de nettoyage…

    Un instant plus tard, il s’allonge à côté de moi, sur le dos, il pose une main par-dessus son nombril, il ferme les yeux, il prend une inspiration profonde, puis il émet une expiration tout aussi longue.

    « Ça va ? » je lui demande une nouvelle fois.

    « Si si, ça va très bien… c’est juste que… je ressens une chaleur de ouf dans le ventre, comme s’il y avait du feu dedans… je crois que je n’ai jamais autant pris mon pied… ».

    « Moi non plus je n’ai jamais autant pris mon pied… ».

    Et, ce disant, je change de position, je m’allonge de façon à pouvoir poser ma tête sur ses abdos ; je me laisser bercer par la chaleur de sa peau, par sa respiration – qui se calme enfin –, je m’enivre de cette petite odeur si particulière que dégage son corps après l’amour : une odeur à la fois forte et douce, une odeur de transpiration, de sexe, une odeur de petit mâle, comme si son corps tout entier sentait l’amour.

    La cheminée irradie sa chaleur rassurante, et la main puissante et chaude de Jérém vient se pose sur mes abdos, sur ce ventre que sa queue et sa semence viennent de chauffer à blanc.

    Je tourne la tête pour le regarder : le feu de la cheminée illumine son beau visage. Jérém dort déjà.

    Je le regarde longuement, inlassablement, jamais repu de sa beauté presque surnaturelle ; tout, chez mon Jérém, respire une sensualité de chaque instant, une sexualité débordante ; tout chez lui crie au sexe. Pourtant, à cet instant précis, une infinie tendresse se dégage de lui.

    Je me lève, je passe à la salle de bain ; lorsque je reviens au lit, mon Jérém s’est glissé sous les draps ; il est toujours allongé sur le dos, l’air endormi comme un bébé. Je me glisse à mon tour sous les draps et je m’allonge contre lui ; et là, comme s’il avait ressenti ma présence et mon vœux le plus cher, il se tourne sur un flanc, dans la position idéale pour que je puisse le prendre dans mes bras : même dans le sommeil, les gestes et les intentions se combinent avec une perfection bouleversante.

    Mes jambes épousent ses jambes, mes cuisses les siennes, mon torse son dos puissant, mon visage, le creux de son épaule, mon bras enserrent sa taille.

    La chaleur de son corps contre le mien, son parfum léger qui enivre mes narines, sa respiration paisible, sa présence rassurante : je crois qu’il faudrait pouvoir capter tout mon ressenti à cet instant précis pour illustrer pleinement le mot « Bonheur ».

    « Bonne nuit, mon amour… » je ne peux m’empêcher de lui chuchoter à l’oreille, tout en posant quelques bisous dans son cou.

    Pour toute réponse, je n’obtiendrai qu’un petit grognement, que je trouve pourtant tout mignon. Mais alors que je crois que mon bonheur est parfait, quelque chose vient me rappeler que tout degré d’émotion, même celui qu’on croirait d’une intensité ultime, est en réalité tout à fait relatif : ainsi, lorsqu’un instant plus tard, sa main saisit la mienne et la pose sur ses pecs, mon bonheur atteint des sommets dont je ne soupçonnais même pas l’existence.

    Oui, dans cette maison isolée au bout du monde, il s’est produit un petit miracle : entre ces quatre murs en pierre, j’ai trouvé le Jérém de mes rêves. Et il est pourtant bien réel. Je suis tellement heureux, que j’ai à nouveau envie de croire en l’amour, en Jérém et moi, en nous.

    Je sais que le temps nous est compté, que dans quelques jours (je ne sais même pas quand, nous n’en avons même pas parlé), mon Jérém partira à Paris, et moi à Bordeaux ; mais depuis ce baiser sous la halle de Campan, voilà que ces montagnes, cette petite maison, cette cheminée qui dégage une chaleur douce et rassurante, sont le seul horizon dont j’ai besoin.

    Car dans ces montagnes, dans cette maison, dans ce lit, dans cette accolade avec mon Jérém après l’amour, je me sens terriblement bien ; je me sens en sécurité, comme on se sent en sécurité quand on se sent aimés.

    Alors, je me refuse de penser à demain : j’ai envie de lâcher prise, de vivre l’instant, chaque instant de ces quelques jours et nuits qu’il nous sera donné de passer ensemble ; j’ai envie de me laisser porter, de me laisser conduire vers l’inconnu, de perdre pied, si délicieusement, de découvrir autant que je le peux, ce nouveau, incroyable, adorable Jérém.

    Le pluie a cessé de tomber, mais le vent souffle toujours ; dehors, il doit faire froid ; mais à l’abri dans cette petite maison, il fait chaud, il fait bon, il fait bonheur. Et cette masure sans électricité devient un château. Je voudrais que ce moment dure à tout jamais.

    Bercé par le bruit léger de sa respiration, enivré par la chaleur, la douceur, l’odeur délicieuse de sa peau, je m’endors,.

     

    Lorsque j’émerge de mon sommeil, je ne sais pas bien quelle heure il est, ni depuis quand je dors ; je ne suis réveillé qu’à moitié, je suis à moitié dans les vapes ; ainsi, il me faut un certain laps de temps pour me souvenir que je me suis endormi en tenant mon Jérém dans mes bras ; et pour réaliser que je me trouve désormais enlacé par ses bras puissants, enveloppé par son torse chaud, ma nuque chatouillée par son souffle brûlant, mes fesses et ma rondelle assiégées par sa queue à nouveau raide comme l’acier.

    Dehors, le vent n’a pas cessé, la charpente grince toujours ; le feu dans la cheminée a un peu perdu de son intensité ; mais ce qui n’a pas perdu de son intensité, c’est l’érection de mon bel étalon.

    Vraiment, ce mec est incroyable…

    Oui, visiblement, mon Jérém a à nouveau envie ; et cela suffit pour réveiller illico la mienne. Ainsi, sans réfléchir, cédant à mon désir brûlant, j’entreprends à onduler légèrement mon bassin : la sensation du frottement de son gland autour de ma rondelle fait grimper mon envie de recommencer à faire l’amour ; et, apparemment, la sienne aussi. Le bogoss ne tarde pas à me chuchoter à l’oreille, la voix vibrante d’excitation :

    « J’ai encore envie de toi… ».

    « Oh, moi aussi j’ai encore envie de toi… » je lance, dans un état presque second.

    « Tu me rends dingue… » je l’entends susurrer.

    Si j’avais cru, lors de la première révision, entendre un jour ces mots de la bouche de mon Jérém ! Si mon excitation n’était pas si forte, je crois que je ne pourrais pas retenir mes larmes.

    « Alors, fais-moi l’amour comme tout à l’heure… ».

    « Oh, Nico… ».

    Un instant plus tard, le bogoss se laisse glisser en moi et recommence à me faire l’amour, dans cette position, sur le flanc ; ses va-et-vient sont lents et réguliers, à chaque fois il s’enfonce en moi jusqu’à la garde ; ses doigts ne quittent jamais mes tétons, ils jouent avec, me rendent fou. Sentir mon Jérém coulisser en moi est un bonheur sans égal ; me faire tringler de cette façon impromptue, entre sommeil et veille, c’est juste un truc de fou.

    Et lorsque je l’entends grommeler bruyamment son plaisir, je suis le gars le plus heureux de la Terre.

    Le bogoss se blottit contre moi, la respiration haletante. Je sens sa main se poser sur ma queue.

    « T’as envie de jouir ? » il me demande.

    « Non, non, tu m’as déjà fait jouir comme un malade… demain… demain… ».

    « T’es génial, Nico… ».

    « Toi aussi, Jérém, toi aussi… ».

    Blotti dans ses bras, enveloppé par la chaleur de son corps, par l’odeur de sa peau, rempli de sa virilité, bordé par sa tendresse et sa bienveillance, je m’endors à nouveau.

     

     


  • Commentaires

    1
    Tiaganno
    Mercredi 2 Janvier à 05:59
    Tellement beau tout ça. On peut dire qui sont en couple tellement qui sont chou :). Je veux trop la suite voir l'évolution du couple peut-être vivre ensemble mariage. J'espère qui vont plus jamais ce quitter et que avec thibault sa va s'arranger et que Nico découvre la famille de jérémie et l'inverse aussi. Je te souhaite une bonne année une belle santé que tes projets ce réalise que tu sois heureux en amour. Continue comme sa tes histoires sont magiques.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    florentdenon
    Vendredi 4 Janvier à 17:45
    Merci pour ce nouvel episode sensible et erotique! La suite risque d'etre dechirante. Une belle lecture en perspective pour bientot j'espere. Bonne annee !
    3
    Yann
    Lundi 7 Janvier à 11:51

    C'est si beau et si émouvant. On a envie que ça dur toujours que ça ne finisse pas. Comme floretdenon la suite me fait un peu peur car quand on atteint de tels sommets il y a toujours le risque de dégringolade et de souffrance. Mais quoi qu'il arrive cette histoire est trop belle. Très bonne année à tous les lecteur de cette  histoire, bonne année à toi Fabien, merci de nous donner à partager ton talent pour l'écriture qui te teint tant à cœur.  

    4
    Etienne
    Lundi 7 Janvier à 22:55

    Bonne année et plein de bonnes choses pour toi Fabien en cette nouvelle année, ainsi qu'à tous les lecteurs des aventures de J&N.

    Bravo Fabien pour cet épisode que je n'espérais plus: Jerem et Nico sont craquants.

    Mais comme d'autres, je redoute un peu l'aterrisage après ce WE à la montagne...

    Vite, Fabien, rassure nous !

    Etienne

    5
    moulbox
    Dimanche 3 Février à 20:42

    Super texte, difficile de rester insensible, résultat: début demi-gaule pour finir avec poutre apparente. Une tuerie dans le boxer!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :